800 BORNES: MERCI

Posté par provola le 30 avril 2011

 

 800 BORNES: MERCI dans MESSAGES AUX LECTEURS       

                        800 articles: l’âge de raison ? 

800 bornes, tous ensemble, pas sur le chemin de Compostelle, sur la route comportementale, le chemin de la révolution écologique, sur le sentier de la guerre idéologique. Tant que l’on marche, on peut toujours rêver à une rédemption qui ne peut être que de gauche, la vraie gauche qui place le bien commun avant le bien privé. Pas la gauche à la crème Chantilly.

Car le bien privé est un leurre, une voie sans issue, le bien public la seule voie de la survie, de 7 milliards de péquins, bientôt 9.

Merci de votre fidélité, de votre emportement, de votre colère, de votre émotion, de votre angoisse à voir ainsi sacrifié sur l’autel du profit notre patrimoine commun réduit à simple réserve de richesses.  

Quelques statistiques sur ce blog pour marquer le discours:

Âge: 2 ans et demi,  nombre d’articles: 800, visites mensuelles: 8000, bien sur ce n’est pas l’Amérique, mais ce n’est quand même pas rien, et c’est déjà mieux que le plus riche des paradis fiscaux. Je vous dois une confidence, je commence à ne plus pouvoir me passer de vous. Je pensais qu’après une période de rage à avaler des couleuvres je calmerais mes ardeurs, mais vu l’intérêt suscité, il devient évident que je ne vais pas m’arrêter, en si bonne compagnie. 

Les moulins à abattre, pas les éoliennes, sont partout, les tartufes du développement durable sont durablement installés dans notre univers de dupes, La Principauté de Monaco est pour la propagande une grande bienfaitrice de l’humanité, le mariage de l’absurde fait se pavaner 2 milliards de personnes sur notre caillou parfois maudit.  

Notre monde de l’information n’a jamais été aussi mal informé, inondé de divertissements, conditionné par une pub omnipotente, envahi d’une logique du néant, imprégné par la religion consumériste. 

Notre monde de la propreté n’a jamais été aussi sale et toutes les promesses de changement des comportements ne sont que des tentatives de diversion, destinées à continuer la destruction du vivant, à poursuivre le pillage du monde futur, à engranger dès aujourd’hui les bontés naturelles normalement promises à nos enfants.

Nous en sommes là, pas fiers, sur une montagne d’ordures, sans savoir par où démarrer le nettoyage, à chercher les coupables.

Ne cherchons pas plus lontemps, les coupables, c’est nous.     

    

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

TOTAL ACQUIERT SA VIRGINITÉ

Posté par provola le 29 avril 2011

                     Le groupe Total, le leader Français des pétroles, copains des dictatures d’Afrique, se rêvant exploitant des gaz de schistes, qui prend la France pour un paradis fiscal, souhaite se convertir en champion du bronzage. Total se rue dans le solaire pour améliorer son image, son sex-appeal, devenant du coup la petite fée de l’énergie propre, la sirène dorée aux UV durables, la vierge effarouchée des sun lights.

Total a décidé de prendre le contrôle de la société américaine SunPower, constructeur de panneaux solaires. L’idée est de créer un champion mondial de l’énergie solaire, du business durable et rentable, l’idée est de laver moins sale dans l’imaginaire des clients, de se faire de la pub sur le dos des bobos en mal de 4×4 économes, de mettre l’étiquette verte sur ses pompes à essence. L’objectif est de bâtir des fours solaires à tous bouts de champs, de couvrir les toitures des supermarchés de cellules photovoltaïques.

Vendre de l’énergie  propre permet de continuer le saccage, la gabegie énergétique, de continuer la course aux profits, à l’exploration, de creuser toujours plus profond, plus loin, de façon plus périlleuse pour l’équilibre de la planète.

Produire du biocarburant à la place du blé, c’est autant une façon de nourrir l’appétit énergivore de l’économie du gaspillage, qu’une logique de tenter de repousser le tant redouté pic pétrolier.

Vendre du vent sous forme d’énergie éolienne (car nul doute que Total va étendre sa stratégie globale sur toutes les nouvelles formes de production d’énergie , ça permet de baiser à l’abri des contribuables qui pourraient autrement exiger une contribution plus active au développement du pays.  

Vendre du look permet d’augmenter le prix de l’essence, le cours de bourse, les dividendes, de couper l’herbe sous le pied des altermondialistes, d’occuper tout l’espace du développement durable, de profiter à plein des slogans bisounours des bobos au pouvoir.    

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, LES BOITES AU PILORI | Pas de Commentaire »

L’IMPOSTURE PRESIDENTIELLE

Posté par provola le 27 avril 2011

                      N’en doutons pas, nous allons revivre une année de dupes, rien ne nous sera épargné, pour que perdure la spoliation démocratique.

On va nous vendre de l’élection, de la république en sauce, de la politique en chaussettes, du mensonge en tas. On va nous faire croire qu’on existe vraiment, que l’opinion aura un poids, qu’on ne va surtout pas reproduire le vol du référendum sur la Constitution européenne de 2005. 

Les bras armés des trusts industriels, médias en tête, vont y aller de leur gros titres, de leur fanfare, de leur clapets ouverts, de leur arrogance, les partis dits de gouvernement vont caresser la chape de plomb du consensus. Car il existe des partis de gouvernement, et les autres, d’estime, qu’on feint d’écouter et qu’on cantonne au musée de la République. Il y a les partis qui ne remettent pas en cause le système, le partage indécent des richesses, le pouvoir sans partage des puissants.

Qui donc pourrait avoir envie de bousculer l’ordre séculaire ? Des journalistes fiévreux à poser la question qui gêne, payés grassement par une poignée d’actionnaires omnipotents ? Des politiques attentifs à leur prochaine réélection, à l’abri des lobbies capitalistes ? Bien sur que non, les gens bien sont des gens sans pouvoir, si ce n’est celui du salarié qui peine à se faire entendre.

La virée du Fouquet’s, puis la bronzette sur le yatch à Bolloré avait marqué l’asservissement du politique vis à vis des forces de l’argent, peut-on imaginer que De Funès fasse moins pire que la première fois, peut-on croire qu’une élection de DSK ou de Hollande puissent changer quoi que ce soit, qu’une improbable éjaculation de Hulot, le pitre du PAF, le roi du shampoing bio, bouleverse le programme de conditionnement des masses de TF1, que Boorloo réussisse à raser gratis au coeur de l’establishment financier ?

Le Front va faire une percée, la vraie gauche va se battre honnêtement, au bout du compte on nous refera le coup du sursaut démocratique, le tout sauf Le Pen, et l’on pleurera cinq ans de plus sur l’occasion ratée.

L’occasion pour le peuple de se faire entendre, de se faire écouter, de prendre le pouvoir, d’ imposer véritablement les possédants, de relever les souffrants, d’arrêter le train fou de la Croissance, de détruire les murs, d’abolir les races, les privilèges, les paradis fiscaux, de partager vraiment, le travail, la dignité, les quartiers, le bonheur de vivre, ensemble.      

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

L’EUROPE DE TCHERNOBYL A LAMPEDUSA

Posté par provola le 26 avril 2011

                  De retour sur la planète internet, après une brève respiration salutaire, une accalmie des mots, je vous retrouve avec un plaisir infini, remonté comme une pendule, avec son système à retardement, programmé pour les prochaines élections présidentielles. Comme vous êtes toujours aussi solidement voués au suicide collectif et lucides aux mauvaises nouvelles de ce blog, je ne vais surtout pas me gêner de cogner sur les nouveaux moulins à vents qui ne sont pas ceux qu’on croit, qui sont plutôt du coté des cracheurs de poussières et des diviseurs de rêves en tranches.  

Je ne vais pas manquer de brancher sur une note optimiste ce mécanisme à expulser les enfoirés aux gouvernes, les usurpateurs de Bruxelles, d’instruire un autre destin pour notre chaloupe commune, pour nos enfants.

En attendant la mise à feu, il reste quelques os à ronger et des angoisses à secouer; comme De Gaulle voyait l’Europe de l’Atlantique à l’Oural, je la vois de Tchernobyl à Lampedusa, sur la diagonale des fous, européens. D’un coté, la métaphore de la mégalomanie industrielle, de l’irresponsabilité, de l’autre la négation du vivre ensemble, la preuve d’une dérive droitière. Dans les deux cas pourtant, à 25 ans d’intervalle, la même logique, celle du tiroir-caisse. De l’individualisme forcené, de la division des peuples , pour mieux régner, pour mieux affoler, pour mieux affamer, pour mieux vendre.

Voilà ce qui pèse en ce 25 ème anniversaire de la pire catastrophe industrielle de notre continent, un bout de Terre qui veut donner des leçons mais surtout refourguer sa daube atomique au monde entier, mais aussi refouler les candidats au bonheur hors de ses frontières, hors de ses murs, de ses barbelés, de ses supermarchés, de ses comptes en ordre , de ses paradis fiscaux.

Car l’Europe n’est rien d’autre qu’une immense boutique à machins chinois, dirigée par une bande d’énergumènes incontrôlés ( la bande de la Commission totalement hors contrôle des citoyens), une machine à sous, à broyer des acquis sociaux, à privatiser les profits, à nationaliser les risques. Une boite à fric , comment le dire, à faire du fric pour l’Allemagne et à vendre des BMW pour les pauvres du sud. Des banques, allemandes et françaises qui prêtent à des taux d’usuriers pour continuer le commerce des berlines.  Des supermarchés du nord qui envahissent les paysans du sud, qui volent l’emploi, qui laminent le tissu social, qui ratissent le sol des identités nationales.

Car l’Europe se défausse de son devoir de solidarité vis à vis des pays d’Afrique qu’elle a exploité et paupérisé durant des siècles, car l’Europe est un mythe pour les déçus du grand projet, une illusion pour les clandestins. L’Europe des 500 millions d’habitants, une paille, ne peut pas recevoir la misère de 20 000 tunisiens, un jus d’orange.

Car l’Europe est un projet pour techniciens de la finance, un casino où la majorité perd à tous les coups, et où peu emportent la mise, tout le temps.

Traverser l’Europe c’est comprendre les contradictions du libéralisme imposé et le traumatisme d’un progrès virtuel, c’est apprendre la marche à reculons, c’est suivre la balade des rentiers.

Traverser l’Espagne et le Portugal, pays en crise s’il en est, cela veut dire embrasser des centaines d’éoliennes ( moches pour qui ne veut pas les aimer, mais éternelles), mais aussi respirer l’air nouveau du futur; traverser la France, pays riche s’il en est c’est croiser des centrales nucléaires mortelles ( temps de vie quarante ans, des déchets impossibles à caser) soi-disant propres et sures, cette technologie qu’on dit infaillible et qu’on ne discute pas.

D’un coté la tentative de croire en l’avenir, de l’autre la dictature du présent qui ne veut pas disparaître. 

Publié dans ECOLOGIE, EUROPE | Pas de Commentaire »

PUB

Posté par provola le 10 avril 2011

PUB dans MESSAGES AUX LECTEURS 20110303162751_oligarchiebook-f9ddc6a00d83451957369e20147e3242f53970b-800wi-2-4049b dans MESSAGES AUX LECTEURS

                            Je vous laisse à votre triste sort, lâchement, mais heureux, deux semaines, je vous quitte, mais je vous laisse entre de bonnes mains, en vous proposant un dosage subtil de révolte et d’instinct de survie. Méfiez-vous des médias qui se disent garants de la démocratie, gardez-vous des écolos qui vous font croire qu’il veulent changer la donne libérale. Les uns et les autres ne sont que les soldats des potentats et des lobbies. 

Les uns s’arrogent le droit de parole en s’interdisant de l’ouvrir par soumission ou intérêt, les  autres espèrent se faire une place au soleil des puissants et combiner avec la ruine entendue de notre environnement. 

Kempf et Nicolino vous en diront plus en deux lignes que des tonnes de guimauve en journaux ou prêches en tube bio. A consommer comme on dit, sans modération. 

Ne vous laissez pas séduire par le dégoût ou le désespoir, par le défaitisme, revivez à reconquérir votre destin, ne restez pas à genoux, cherchez un pavé, ce qui ne devrait pas poser de problème à voir nos routes déchaussées  et trouvez une mare, jetez ce pavé dans la mare aux cons près de chez vous.  Venez par ici quand ça vous chante, je vous laisse les clés du blog.

Hasta luego. Hasta la victoria. Vous me manquez déjà.

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

FUKUSHIMA VU PAR AREVA

Posté par provola le 10 avril 2011

                           Publié par les rois de l’imposture, mais pas du comique, voilà comment AREVA décrit ou plutôt invente  »l’incident » de Fukushima. Un sommet de la littérature, à la mesure des enjeux financiers. Ne riez pas, il s’agit de votre avenir:

L‘incident de Fukushima Daiichi

3. Rejets radioactifs

En dehors du site

Comme les bâtiments réacteurs sont globalement intacts

=> rejet réduit d’aérosols (pas comme Tchernobyl)

Les produits de fission sont relâchés via la vapeur

=> augmentation des aérosols rapide, mais une large fraction tombe à proximité du site

La dose à l’extérieur du site est principalement due aux gaz rares

Transport / diffusion par le vent, baisse de la dose dans le temps

Pas de “retombée” des gaz rares, donc pas de forte contamination locale des sols

~20km autour du site

 Les évacuations sont adaptées

Des débits de dose maximaux de 0,3mSv/h ont été mesurés sur de courtes périodes

 Destruction de produits végétaux / animaux possible cette année

 Evacuation permanente de la zone probablement non nécessaire

Ne riez pas, il s’agit de votre avenir: FUKUSHIMA VU PAR AREVA dans CHERCHEZ L'ERREUR pdf fukushimaarevamatthiasbraun.pdf

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, ECOLOGIE | Pas de Commentaire »

SOUFFLER N’EST PAS JOUER

Posté par provola le 9 avril 2011

                       La Mélanche a été adoubée par les communards, mais pas tout à fait. Car cela fait trente ans, depuis le programme commun, que les rouges précipitent comme du sucre dans l’eau salée de la mer, mais ils croient encore à un destin qui est déjà derrière eux. Trente ans à attendre un nouveau Marchais et sa gouialle et ses mensonges, son incroyable ancrage à Moscou, et son air de troubadour enragé. Trente ans à ramasser les pâquerettes et des pelles électorales, à essuyer les plâtres soviétiques et les épines des roses socialistes, à avaler les couleuvres des petites gens qui s’en vont sur l’autre rive, du coté des bons Français, qui en réalité se foutent bien de leur sort. Trente ans à voir s’évanouir la gauche et toute l’Internationale, à voir les murs de la honte s’écrouler un beau jour de Novembre. Trente ans à se réveiller d’un cauchemar qui n’est qu’un coma déguisé, par la grâce d’un flibustier revenu de l’enfer de la bourgeoisie. 

Mélanchon, survivant d’un paquebot de croisière bien plus lent qu’une vedette de l’armée, mais au moins équipé pour la grande parade en costume. Sans la force médiatique du Sénateur ces drapeaux autrefois écarlates ne ressortiraient de la valise oubliée qu’en pâles copies, délavées par le temps. Espérons que le rideau de fer mental qui barre le chemin sera levé par une majorité des derniers Mohicans.

Mélanchon devra encore attendre, comme les vaches qui à force de voir passer les trains ne sont pas près de voir la mer.

Hulot n’est pas mieux loti mais lui l’a bien cherché, il n’a rien d’un écolo, sauf à vouloir trouver verts les platanes des champs Elysées, sauf à trouver bio, le pire des produits de conservation. Il veut se faire élire avec une étiquette qui n’est rien moins qu’une supercherie, à vouloir vendre du TF1, du Hushuaïa et du shampoing doux pour caresser le peuple dans le sens du poil et l’économie dans le sens du business. Les bobos le trouvent beau, mais les écolos le trouvent beaucoup moins, les uns sont séduits les autres réduits à se farcir une dinde trop grosse pour ne pas avoir été engraissée aux hormones.  

Stéphan Lhomme se présente chez Europe-Ecologie juste pour empêcher Hulot de piquer l’investiture des Verts:

Pourquoi présenter votre candidature à la primaire d’Europe Ecologie-Les Verts ?

« - Très clairement à cause de Nicolas Hulot. Je trouve insupportable l’idée que M. Hulot s’attribue le rôle de représentant des écologistes en France. Il n’est écologiste qu’au petit écran. Sur le terrain, non seulement il ne l’est pas, mais il a même causé du tort à la question environnementale à travers le Grenelle de l’environnement, au cours duquel il a déroulé le tapis vert pour Nicolas Sarkozy. Lequel a pu se faire passer un certain temps pour un écologiste, ce qui est un comble ! » Le Nouvel Obs 

Voilà pourquoi la Hulotte n’est pas sûre non plus d’être de l’aventure, bien qu’ un système de presse à idées, bien huilé, se prenne au jeu des people. Elle a envie de planter ses fraises à l’Elysée mais elle piquerait la vermine du Maître des lieus.

Et Eva Joly me direz-vous ? Autant ne parler que de ce qui existe.  

Borloo, en dinde fourrée veut y aller de sa farce, avant que ça sente le roussi, avant le rappel à l’ordre qui rameutera  les hardies volailles à la rôtisserie majoritaire. Borloo annonce son intention de déposer sa candidature… si tout le monde le veut bien, et avant tout le Président qui comptera ses ouailles au moment du jugement dernier. 

Villepin a toujours voulu y aller, sauf qu’il n’a jamais eu la moindre idée de la façon de se faire élire, pistonné qu’il fut tout au long de sa carrière. Martine Aubry ira là où n’iront pas les autres, elle ira tant que le Ricain du FMI ne se sera pas décidé. Les autres PS font mine de se croire assez grands pour quitter la récréation. Tous ces joueurs à la petite semaine ne seront plus au fourneau quand les carottes seront cuites. Baïrou et Ségo ont déjà loupé l’occase, qui ne se présentera plus.

On le voit bien, la bande d’éclopés aura réduit quand les jours auront raccourci, seule une poignée de gros bras seront du voyage, les papillons et les éphémères en seront quitte pour la distribution des seconds rôles.

    

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LES RÉACTIONS A L’ARTICLE « LIBÉRALAND »

Posté par provola le 8 avril 2011

Par ROBERT GIL 8 avril 07:55

Il faut diminuer l’empreinte écologique de nos
sociétés. Une société qui consomme toujours plus ne peut respecter
l’environnement et épuise tôt ou tard les ressources essentielles à la vie. Il ne peut
y avoir de croissance infinie sur une planète finie. Il ne s’agit pas de se priver ou
de vivre dans la frustration. Vivre simplement, c’est de ne pas succomber aux
tentations inutiles et de résister au dictat des marques. C’est vivre mieux avec
moins, c’est être responsable. Mais c’est aussi comprendre que notre boulimie
d’achat est le reflet d’un mal-être, d’une insatisfaction, engendrés précisément par
cette société dite d’abondance ? Nous possédons de plus en plus de biens
matériels, sommes-nous de plus en plus heureux ? Au seuil de la vie, la véritable
richesse est le vide que l’on laisse et pas les biens que l’on lègue !

Par slipenL’air 8 avril 11:35 

Bon article
des nouvelles de l’atome (depuis 4 jours pas d’info sur les média) lien jpp a lire

8 avril 2011 : Il y a quelques jours, nous avions déjà signalé que les centrales
 voisines de Fukushima ; Onagawa et Tokaï, installées également au ras de l’eau,
 et avec dispositifs antisismiques notoirement insuffisants , avaient subi l’impact
 du tremblement de terre et du tsunami du 11 mars. Le 13 mars la centrale de Tokaï,
 après une panne de son système de refroidissement, avait dû passer sur son système
 de secours (source). Moins d’un mois après le séisme de magnitude 9 du 11 mars 2011,
 un nouveau séisme, de magnitude 7,4 vient de se produire, toujours sur la faille
située au nord est du Japon. La centrale d’Onagawa a été touché et des fuites ont
 été constatées, au niveau des piscines de stockage des éléments usagés.
On rappelle que ces piscines contiennent tous les restes, les déchets hautement
contaminants, issus des chargement antérieurs du coeur du réacteur.
 Même si des systèmes de secours permettent de maintenir le niveau d’eau
 dans ces piscine, afin d’éviter leur montée en température, la diffusion
de l’eau qui contient les éléments usagés représente une source de pollution
 nucléaire du Pacifique et des côtes.

Par slipenL’air 8 avril 11:46 

A télécharger le PDF d’AREVA sur les « incidents » de Fukushima
Le garder 10 ou 20 ans pour faire rire les enfants

je ne m’en lasse pas

Par slipenL’air  8 avril 11:52

Les Romains ont donné des noms aux vents de la Méditerranée.
 Le Sirocco [1] est celui du SE qui vient de la Libye. Quand en Europe
on découvre sa voiture, sa terrasse ou des vêtements couverts d’une poussière
rouge/ocre, le coupable est le Sirocco et il sera aussi responsable de déposer
 en Europe les particules d’uranium appauvri avec lequel la Libye est bombardée
aujourd’hui. Pour protéger les civils et sauver des vies humaines en Libye,
 dit-on. Et d’oublier les dommages collatéraux en Europe,
 dommage !
jpp

On sait que la notion de dose maximle admissible,contestée depuis
longtemps,a été entièrement balayée par des travaux récents
selon lesquels non seulement toutes les doses de radiations
ionisantes sont nocives,sans que l’on puisse déterminer de seuil
au-dessous duquel il y aurait innocuité,comme l’a établi une autorité
aussi respectable que le comité sur les effets biologique des
radiations ionisantes mis en place par l’académie des sciences
américaine ,mais encore l’extrapolation en ligne droite des effets
de faibles dose répétées,qui serait plus grave que ceux d’une dose
quantitativement égale à leur somme.
Et le professeur Sternglass,directeur à l’époque de l’institut de radiologie
de Pittsburgh,déjà célèbre pour son étude des cas de cancer,
de mortalité infantile et de malformations à la naissance aux
alentours des centrales nucléaire (avec les centrales a réacteurs multiples
plus personne ne fait d’études. ?) ne craint pas d’affirmer que
« toutes les estimations relatives au caractère pernicieux de la faible
radioactivité dans l’air et dans l’eau sont erronées,et il souligne
notamment le caractère DURABLE des émissions dues aux particules
absorbées par le corp,qui invalide par là même toutes les analogies établies
avec les statistique relatives aux rayons X appliqués en médecine.
Ernest Sternglass,Les effets des faibles dose de radioactivité,1975

la nucléarisation du monde ed .Gérard Lebovici 1986

Par orion 8 avril 11:59

Bon article, effectivement il est temps de réagir, de comprendre que la croissance infinie dans un monde fini n’ a absolument aucun sens.

Soit on s’affronte, soit on partage, voila pourquoi il faut stopper la compétition. Consommer plus, produire plus, travailler plus, gagner plus, c’est aller un peu plus vite dans le mur.

Il faut une transformation écologique et durable dans tous les secteurs (agriculture, santé, transport, énergie…), et un partage des richesses (revenu universel), que l’on ne soit plus contraint de travailler et produire toujours plus pour survivre.

La révolution industrielle c’est fini !! passons à la révolution des consciences !!

Par slipenL’air  8 avril 13:05

la semaine dernière Lloyd Blankfein, le patron de Goldman Sachs vient de voir
son salaire annuel multiplier par 14 .
General Electric, champion intersidéral de la philanthropie, qui malgré ses 14,2 milliards
 de dollars de profits annuels (un record) ne paiera aucun impôt aux USA

Pour Chris Hedges, les civilisations mourantes préfèrent l’espoir, même l’espoir absurde à la vérité. Au bord du gouffre, on préfère se raconter des contes de fées. C’est peut être pour cela qu’on attend 2,5 milliards de téléspectateurs au mariage de Kate et William le 29 avril. D’après le psychanalyste essayiste new yorko-slovène Slavoj Zizek dans son dernier livre, le bien nommé « vivre la fin des temps », le déni est le premier recours de notre conscience sociale pour « composer » avec l’apocalypse à venir. Les quatre suivants étant : la colère puis les tentatives de marchandage (du type, « le train c’est mieux que la voiture car cela ne pollue pas ») ; ces tentatives échouant (« ah oui mais le train c’est le nucléaire »), il y a ensuite la dépression, le repli sur soi ; et au bout du tunnel, si, si, il y a l’acceptation et l’émergence d’une « subjectivité émancipatrice  ».

Par perlseb  8 avril 19:23

Oui mais il faut aller plus loin que ce discours. Pourquoi ne peut-on pas réformer le système pour le rendre écologique en douceur ? Simplement parce que le capitalisme est anti-écologique dans ses fondements : plus de consommation = plus de profits (et aussi plus de travail pour les non actionnaires).

Tant que l’on garde le système capitaliste, les catastrophes vont être de plus en plus importantes et de plus en plus fréquentes : elles sont liées à cette croissance obligatoire dont tout le monde est responsable. L’écologie ne sera qu’une nouvelle forme de taxation et de profits avec les produits bio ou « verts ». Mais consommer en grande quantité des produits soit-disant écologiques (ce que prône cette société capitaliste) est aussi un désastre écologique.

Si l’on changeait de type de société, on pourrait imposer aux fabriquants des garanties planchers selon les produits : 100 ans pour une maison, 20 ou 30 ans pour une voiture, 20 ou 30 ans pour tout l’électroménager, … Au lieu de ça, on crée des modes avec la publicité pour que les gens changent leur matériel qui marche encore, voire on produit du matériel dont l’obsolescence est programmée au départ (imprimantes avec compteur de pages qui s’arrêtent de fonctionner bien qu’étant en parfait état). Tous reponsables, et système parfaitement incompatible : aujourd’hui, la publicité parait indispensable pour toute entreprise, alors qu’elle devrait être purement et simplement interdite. Que seuls les gens qui ont des besoins achètent, on n’a pas à créer le besoin quand il n’y en a pas. Cette croissance est absurde et destructrice parce que le système capitaliste est lui-même absurde et destructeur et les exemples ne manquent pas ni dans l’histoire, ni dans l’actualité.

Publié dans ECOLOGIE, MONDE | Pas de Commentaire »

LIBÉRALAND

Posté par provola le 7 avril 2011

                                

Article accepté à la publication sur LIBÉRALAND dans ECOLOGIE icone_redacteur2

 

                                      Tout s’accélère, même la folie, à force de mettre des rustines et des sparadraps sur la surface terrestre on va finir par recouvrir notre infirmerie commune d’une unique chape de plomb. Mais les rustines sont porteuses de croissance; rien n’arrêtera les magnats des salmigondis du développement durable et du désastre programmé dans leur recherche du profit maximum. Les Suisses ces grands spécialistes du nettoyage d’argent sale et du bric à brac écolo, s’y étaient déjà essayés à vouloir recouvrir leurs glaciers de grandes toges en plastique pour éviter qu’ils ne fondent. Tristes équilibristes en guenilles, sujets à des courts-circuits mentaux récurrents.

BP relance ses explorations et ses forages off-shore dans le Golfe du Mexique un an après la reine des marées noires, rien n’y fera donc, les pires pollutions seront toujours absoutes et les leçons jamais apprises. BP était bannie des lieus, voici qu’aujourd’hui la compagnie revient par la fenêtre par la grâce insensée d’un Président menteur. Obama avait promis du feu et des étincelles à l’encontre des pétroliers pollueurs, il n’est en réalité qu’un caporal obéissant aux ordres des lobbies pétroliers  gaziers et nucléaire. Au triste jour où le gentil noir se replonge dans le bain électoral, on se demande bien pourquoi, sans adversaire désigné, voilà qu’il accorde un blanc seing au salopeur des mers. BP est repartie de plus belle à la découverte des fonds pleins de dollars et Obama est un gentil con.

De l’autre coté du Pacifique, on assiste à la plus grande oeuvre de désinformation de la population jamais entreprise après une catastrophe industrielle et environnementale. Chez Tepco, on a visiblement retenu l’exemple de BP qui nous donnais des chiffres fantaisistes de rejets dans les mers de fuite de pétrole brut. Maintenant il est question du robinet, pas d’eau froide, mais d’eau radioactive, une petite fuite comme l’année dernière, rapidement colmatée, alors que la compagnie s’apprétait  à déversér 11 500 Tonnes (une paille) d’eau contaminée directement dans l’océan. C’était la première mesure prise depuis l’arrivée sur place des experts d’AREVA; (sur place à Tokyo, pas à Fukushima, les experts ne vont pas au charbon, il vont au bal costumé); les experts d’AREVA se positionnent en vrais spécialistes mondiaux des crises nucléaires, ils apportent des solutions radicales: on rejette directement l’eau atomique en mer, une solution à 1 milliard de dollars, il fallait y penser, ça évite d’avoir à tout décontaminer. Pourquoi s’entêter à vouloir stocker cette eau dans des cuves d’un pétrolier pour emmener cette cargaison hautement toxique a travers les océans, et pour l’amener où ?

Pendant ce temps de l’autre coté de la centrale, à l’abri des caméras, on arrose les réacteurs d’azote pour éviter que les coeurs ne surchauffent et que l’hydrogène en vadrouille ne finissent pas tout faire exploser ce qui ferait mauvais genre du coté de la bourse de Tokyo. La radioactivité est partout , à 30 km les gens restent chez eux sauf que les enfants commencent à trouver le temps long à se dispenser d’aller gambader dans les champs fleuris.

Vous le voyez bien tout cela est logique , d’une logique implacable. 

Vous croyez être à l’abri dans l’hexagone alors que le nuage de Fukushima a envahi l’hémisphère nord et ne s’est pas arrêté à Strasbourg, alors que le nuage de Tchernobyl est encore présent, alors que le trou dans la couche d’ozone est au dessus de nous, alors que Superphénix est en démolition pour encore trente ans, que les déchets de nos centrales sont encore là pour 15 000 ans, qu’il y a assez de pesticides dans notre terre pour empoisonner les dix prochaines générations, que nos rivières sont un dépotoir à pyralène qui donnera des cancers à nos petit-enfants. 

Vous croyez avoir évité la bataille des gaz de schistes alors qu’elle s’engagera avant qu’un prochain Président ait pris ses fonctions.

Allons-nous laisser le champ libre à  ce peloton de l’UFIP (union française des industries pétrolières) et des TOTAL qui lorgnent sur notre sous-sol et ne peuvent se faire une raison de laisser passer quelques biffetons ?  Allons-nous regarder passer l’armée des vers de terre et des asticots des terrains vagues se brancher sur l’antenne des manipulations ?

Cette vermine ne sait que flairer comme les avions renifleurs jadis célèbres, les potentialités de gains.

Ne laissons pas les Obama nous bercer d’illusions, les TEPCO, les BP, les AREVA, les TOTAL nous chanter la messe libérale. Prenons notre destin en main et tachons déjà de sanctuariser notre territoire qui est au moins une part de notre âme. 

Publié dans ECOLOGIE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

NOTRE HONTE

Posté par provola le 6 avril 2011

                          

 NOTRE HONTE dans AFRIQUE Le prince William et Kate Middleton

                                        Cette nuit une chaloupe sans plaque d’immatriculation et sans drapeau a chaviré avec à bord 300 réfugiés serrés comme des sardines partis de Lybie et qui  tentaient de rejoindre l’île de Lampedusa, la terre promise.

51 personnes ont été sauvées mais des dizaines de corps inanimés ont été repêchés. Plus de deux cents personnes sont portées disparues. Par une nuit de fort vent, en pleine tempête de force 6, des vagues de 3 m, un vent de panique a soufflé sur l’embarcation de fortune qui s’est finalement retournée. Une vedette de la police italienne s’est portée au secours des réfugiés, battant le rappel de tous les bateaux croisant à proximité du drame. Malheureusement 200 personnes ont disparu, avec des femmes et des enfants, en majorité Erythréens et Somaliens.

Un témoignage nous donne un éclairage quelque peu dissonant par rapport à la version officielle. L’embarcation se serait renversée car les passagers ayant eu peur de l’arrivée de la vedette de la police italienne se seraient tous entassés d’un coté ce qui aurait provoqué le basculement.  

Combien faudra-t-il encore de morts et de drames pour qu’enfin on se préoccupe sérieusement du sort des candidats au bonheur ?

Il s’agit très certainement de l’une des pires catastrophes de l’histoire de l’émigration et les médias ce matin sont muets ou quasiment, où l’on nous rabâche de la fin annoncée et à rallonge de Gbagbo et de Kadhafi. S’il s’était agi de disparus américains ou même japonais, de Canadiens ou de Suisses, combien de tonnes de larmes aurions-nous versé et combien de titres grandiloquents ?

Honte à nos dirigeants européens impavides qui comme d’habitude se sont constitués en grande tablée, argumentant la probable augmentation des taux de 0.25%, honte à nos clampins inutiles harnachés à leurs privilèges.

Honte à notre médiocratie nationale, qui tourne la tête pour ne pas ressentir sa propre culpabilité, honte à l’opposition muette et qui a dilapidé l’esprit des barricades.

Honte à notre sphère médiatique qui butine ci-et-là des buzz en bouteilles vides.  TF1 titre sur le mariage de William et Kate qui devrait coûter des dizaines de millions d’euros. Noces de l’absurde et du dérisoire, noces d’une fin annoncée, celle de l’humanité tout entière.

Honte à nous qui buvons à la source le fiel spirituel du libéralisme échevelé sans une marque de compassion.   

Publié dans AFRIQUE, EUROPE | Pas de Commentaire »

DES NOUVELLES DU TROU (suite)

Posté par provola le 5 avril 2011

                                   

 Ozono, perdita record sull'Artico 					 

                                                A force de compter sur le nucléaire pour essayer d’échapper à tous les autres désastres humains en gestation, on avait failli par oublier le trou. Je veux parler du trou de la couche d’ozone, sauf que cette fois-ci il ne s’agit pas du même.  Faites péter une centrale atomique ça vous occupe les écolos pendant un bon bout de temps et ça permet de rejeter tout ce que vous voulez dans l’atmosphère, la mer , la biosphère, et le Paradis, ça permet de ratiboiser les dernières forêts, de massacrer les zones humides, la savane, la toundra, la taîga, et le pays du père Noël en prime. 

Sauf que ce trou-là, il est trop gros pour le cacher, comme un trou noir il est capable d’engloutir toutes les craintes des rejets de Fukushima tant ses proportions dépassent l’entendement.

On ne l’avait pas vu venir, préoccupés à oublier le premier , le trou du pôle Antarctique, on pensait qu’avec nos mesures à deux balles on avait réglé le problème, ou qu’au moins on l’avait stabilisé. Et voilà qu’il ressurgit au nord, en Arctique, une perte jamais mesurée de 40 % de sa masse, ici , au nord près de chez nous, pas en Patagonie, où il fait peur aux lamas et aux phoques du Cap Horn.  La couche d’ozone perd ses voiles, sur l’hémisphère nord aussi, et la survie sur terre devient une équation.

Publiées par l’OMM (Organisation météorologique mondiale), les dernières mesures d’ozone au-dessus de l’Arctique effectuées depuis des ballons-sondes et des satellites, notamment par le Latmos (Laboratoire atmosphère, milieux, observations spatiales, C NRS/UVSQ/UPMC), ainsi que le résultats des modèles, montrent cet hiver une déperdition jamais égalée. Autour du pôle Nord, la concentration de ce gaz (O3), vers 20 kilomètres d’altitude, donc dans la stratosphère s’est réduite d’environ 40% entre le début de l’hiver et la fin du mois de mars. C’est la plus forte diminution connue depuis le début des mesures de cette « couche d’ozone», qui absorbe fortement les UV, protégeant ainsi les organismes vivant à la surface du sol de ces rayons nocifs. Le précédent record était de 30%. 

On savait en 1987 qu’en éliminant les chloro-fluoro-carbones ces gaz mangeurs d’ozone on éviterait le pire, mais qu’on allait se faire des cheveux blancs durant un demi-siècle avant que la situation revienne à la normale. Sauf que le dérèglement climatique bouleverse à nouveau la donne et qu’on sait maintenant que le protoxyde d’azote, l’engrais de notre agriculture et le dégazage du pemafrost est également un ennemi de notre bouclier naturel.

Et comme ce gaz tueur ne va pas disparaître comme par enchantement de la circulation, on n’est pas près d’être rassurés, et nos enfants non plus.   

 

Rappel de l’article du 09.12.2010:

Le trou va bien, enfin mieux, enfin moins mal, prenons les bonnes nouvelles, quand elles tombent, sans se bercer d’illusions.

Après avoir failli envahir une bonne partie de notre haute atmosphère il semble que le trou de la couche d’ozone ait tendance à se résorber. L’Institut national néo-zélandais de recherche sur l’eau et l’air vient d’annoncer que le trou de la couche d’ozone est le plus petit depuis 5 ans. Les dernières mesures effectuées en 2010 indiquent une étendue de 22 millions de km2 soit 2 millions de moins que l’année dernière. La perte maximum de la couche a été de 27 millions de tonnes soit 8 millions de tonnes de moins qu’ en 2009. La pire année sur le front du trou auront été les années 2006 et 2000, avec 29 millions de km2 et une perte de 43 millions de tonnes.

Bien qu’il soit encore difficile de proclamer la fin de l’alerte (les variations sont sensibles d’une année à l’autre et la vérité d’aujourd’hui n’est pas forcément la vérité d’hier ou celle de demain), les Néo-Zélandais estiment que le protocole de Montréal en 1987 signant la fin des chlorofluorocarbones (CFC) a permis de stopper l’hémorragie. Un bon exemple de gouvernance au moment où se joue la guerre des températures globales à Cancun ?

 

Rappel de l’article du 29.01.10:

LES NOUVELLES DU TROU

On l’avait enterré un peu vite, en fait plus on cherche à le combler, plus le trou grandit. Il avait suffit que les grands de ce monde se penchent sur le vide d’ozone pour croire que le problème était réglé. Résultat en septembre 2009 , sa superficie n’aura jamais été aussi grande (à part 2006 record absolu, à égalité avec 2000).

En effet, les fameux CFC destructeurs(gaz entrants dans la chaîne du froid) avaient été bannis des process industriels. Or un marché parallèle de production des CFC existe encore et toujours qui ralentit la résorption naturelle des gaz nocifs en excès dans l’atmosphère. A force de s’occuper du CO2, d’enfumer l’opinion avec les gaz d’échappements, on en a délaissé notre bouclier terrestre. 

Une nouvelle menace plane désormais sur nos têtes, sous forme d’un nouveau gaz mangeur, le protoxyde d’azote. On le savait déjà capable de réchauffer l’atmosphère beaucoup plus efficacement que le CO2, environ 298 fois, on le sait maintenant responsable de la dégradation de la couche d’ozone. Sauf que que ce gaz est produit en grande quantité dans le cycle de l’agriculture moderne, par l’épandage des engrais et des lisiers, par la combustion de la biomasse ( déforestation), dans le traitement des eaux usées.  

Et l’humanité qui grandit a besoin de plus de pain,  de nouvelles terres agricoles et de purifier des eaux de plus en plus polluées.    

Tant qu’il s’agissait de modifier la technologie des frigos et de la clim sans que cela ne bouleverse la rentabilité de cette économie, les pays industriels réussirent à trouver un accord de façade, à pérorer une rhétorique mondialiste qui masqua l’angoissante question. Réduire les quantités de protoxyde d’azote s’annonce une affaire bien plus ardue.

La guerre des gaz n’est pas qu’une question de températures, d’autant que le dégazage peut-être en partie anthropique( du à l’effet de l’homme) , ce qui s’ajoute à l’effet des vastes puits de méthane du permafrost qui sont une menace tangible.

On le voit, le CO2 ressemble à ces trains qui risquent d’en cacher plein d’autres. 

CO2, Méthane, Protoxyde d’azote, CFC, Ozone, à vouloir trop jongler avec les vents mauvais, l’ humanité s’est retrouvée sans en avoir l’air à devoir ramasser la tempête.    

Publié dans COUCHE D'OZONE, ECOLOGIE | Pas de Commentaire »

KOSCIUSKO-MORIZET, LA PHOTO SOUVENIR

Posté par provola le 4 avril 2011

       KOSCIUSKO-MORIZET, LA PHOTO SOUVENIR dans CHERCHEZ L'ERREURArticle accepté à la publication sur icone_redacteur2 dans POLITIQUE

                         Il fallait qu’elle y aille, la Ministre de l’écologie, c’est sa mission, son destin. Il fallait que la sirène des boniments mette son grain de sel, son bleu de chauffe, à distance respectable tout de même, à Sendaï, à 80 km de la centrale en perdition.

La communication, le fameux mot d’ordre du boss, un angora se blesse à Aurillac, le Ministre de la condition sociale est là quelques heures plus tard pour commémorer la journée du chat.

A 20 km du drame éternel, d’autres vivent comme des rats, sans sortir de la maison, à 30 km, on a juste un peu plus de chance de pouvoir revenir un jour à la maison. A 40 km, Green Peace a relevé des taux de radioactivité impropres  à la vie . Alors 80 km, vous pensez bien, juste le temps de faire la photo près du drame, avec plein de gravats derrière pour qu’en France, on comprenne bien que la Ministre à des couilles. Seulement voilà, Sendaï, c’est le Séisme, et le Tsunami, pas le désastre nucléaire. On ne lui a pas dit à Nathalie, que Fukushimea , c’est 80 km, plus au sud. 

Alors elle tente bien de nous la faire , nous qui ne connaissons pas la géographie, nous qui sommes perdus si loin de notre chère terre de France.

Pourquoi avoir fait le choix de vous rendre à Sendaï, ville frappée par le tsunami à seulement 80 km de la centrale en perdition ?
« C’était une marque de solidarité sur le terrain, c’était montrer qu’on n’a pas peur, qu’on n’envoie pas des cartons par avion. »

Nathalie n’a pas peur, le gouvernement n’a pas peur, De Funès va à Tokyo 4 heures, Nathalie se rend à Sendaï, pour faire une photo, envoyer des cartes postales, de là où elle prend la dose de radioactivité d’une vache espagnole 25 ans après Tchernobyl.

Dans quelques heures elle se rend juste à la Salpétrière, dans le service des grands brûlés pour se faire décontaminer de sa dose de connerie.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LES FORÇATS DU NUCLÉAIRE

Posté par provola le 3 avril 2011

 Article accepté à la publication sur       LES FORÇATS DU NUCLÉAIRE dans JAPON icone_redacteur2              

 

                                        Ce sont les liquidateurs, déjà à Tchernobyl, leur galère nous avait évité 20 ans de malheur, ils s’étaient sacrifiés, beaucoup sans le savoir, la plupart conscients mais pas moins partants pour une visite guidée dans l’au- delà du raisonnable. 20 000, 200 000 peut-être, les statistiques divergent, les chiffres s’affolent, comme la radioactivité, les gens honnêtes s’en foutent, comme de l’an quarante.

Ils n’apparaissent nulle part, ils n’existent pas, ils sont les sans-grade, les moins que rien. Ils s’occupent seulement de votre santé, et de celle de la planète. Ils sont au chevet de l’atome, ils passent les serpillières à particules. Ils ne valent pas cher,  leur vie n’a pas de prix, car elle ne dure jamais très longtemps. 

En ce moment 300 forcenés s’ingénient à gagner du temps, à refroidir l’enfer, ce qui n’est pas une sinécure. Les 6 réacteurs de Fukushima sont malades, pour le commun des mortels on admet une dose de sieverts ou une unité de rems par jour, ce qui ne veut rien dire car ici on se prend ça au centuple, ça reste dans les normes, des donneurs de leçon, des experts, des saboteurs de rêves qui veulent s’en mettre plein les fouilles à refiler une camelote.

On les dit sans avenir, de toute manière ils n’ont pas de présent. Recueillis sur les bancs publics, clochards squatters du bien commun, délaissés par la société à l’écart du business, de la compassion factice de la gente bien pensante. On les remarque quand on ne plus s’en passer, quand les premiers ministres se planquent derrière l’ écran, les patrons derrières les barèmes, les actionnaires derrières les indices. On vient les piocher quand tout s’écroule, quand une partie de notre vie sent le roussis.

On les paye une misère, on les planquent pour qu’ils ne fassent pas trop de bruit, à relever l’horreur, les fausses vérités. On les contamine, on les condamne, avec des contrats trop dérisoires comme l’équipement à la mesure des mensonges et de la propagande. Car à un point de la catastrophe, plus rien n’éarrête les flammes et le tuyau d’arrosage ressemble au tuyau d’arrosage des pompiers portugais à vouloir étouffer une mer en fumée.

Bien sur, on ne leur dit pas la moitié des risques, on les envoie là où personne ne veut approcher, là où Nathalie Kosciusko Morizet ne veut pas aller, là où De Funès reste à distance respectable. Car eux font de la politique et les secouristes de la dernière chance font dans la réalité, les uns distribuent du bluff, et du vent, les autres de l’esclavage et de la sueur. Les poules mouillées continuent à croire à la fable du consommer propre, les autres se retrouvent trempés d’une trempe à nulle égale, de la trempe des héros.      

En prenant votre douche ou en allumant votre télévision ce matin n’oubliez pas ces forçats qui se salissent à vous sentir propres, à ces travailleurs de l’ombre qui meurent à vous donner la lumière.

Publié dans JAPON, NUCLEAIRE | Pas de Commentaire »

LA BONNE PAROLE DES ARMURIERS

Posté par provola le 3 avril 2011

                  C’est Europe 1, radio en perdition et fille du groupe d’armement Lagardère, qui nous le dit, la Suisse va très bien, c’est même le pays miracle, et c’est beaucoup mieux que le Portugal qu’il va falloir aider.

Merci donc aux banques, merci aux montres de luxe, merci au secret bancaire, écoutez deux minutes, l’horlogerie suisse vaut son pesant d’or et la propagande une poignée de cacahouètes:

 http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/L-edito-economique/Sons/La-Suisse-le-pays-miracle-469995/

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

QUAND SOUFFLE LA BONNE NOUVELLE

Posté par provola le 2 avril 2011

                                 

 Tres molinos QUAND SOUFFLE LA BONNE NOUVELLE dans ECOLOGIE 350px-Campo_de_Criptana_Molinos_de_Viento_1   Les Moulins de la Mancha, ceux de Don Quichotte.

                                             Une fois n’est pas coutume. Il arrive qu’on puisse trouver ci-et-là des raisons de ne pas se jeter tout de suite par la fenêtre.

Je n’aurai de cesse de le clamer, il nous reste assez de bonne volonté et de courage pour résister à la vague libérale qui chaque jour veut nous vendre du CO2, du gaz de schistes, du pétrole de sables bitumineux et de l’uranium.

Dans ce contexte inégal où même les faux écolos se laisse attirer par les lunes du développement durable, des occasions nous sont données pour ne pas perdre totalement espoir. Aujourd’hui la bonne nouvelle nous vient encore une fois d’Espagne où les turbines éoliennes ont représenté lors du dernier mois de mars 21% de la production d’électricité totale produite par le pays.   

L’éolien a été la première source d’énergie d’un grand pays développé pour la première fois de l’histoire. Le record s’établit à 4738 gigawatts. Les énergies renouvelables en globalité, en tenant compte également de la production hydroélectrique et du solaire ont représenté 42 % du total.

La répartition entre les différentes sources d’énergies est la suivante:

Eolien: 21%

Hydroélectrique:18 %

Solaire: 3 %

Nucléaire: 19%

Charbon, pétrole et gaz représentant le reste…à 13% chacun. 

Fin 2010, la puissance installée en éolien était de 20 676 mégawatts, l’objectif de l’Espagne étant d’atteindre 40 000 mégawatts en 2020.

La forte poussée de la production éolienne a permis à l’Espagne en 2010 d’exporter de l’électricité à la France pour la première fois.

Elle a permis au pays d’économiser 250 millions d’euros d’achat en énergie fossile à l’étranger, d’éviter la production de 1, 7 millions de tonnes de CO2, ceci équivalent à une plantation de 850 000 arbres. Les turbines sont réparties en 889 parcs éoliens.

Qu’on ne vienne pas me bassiner avec l’esthétique des éoliennes, pour assurer l’indépendance énergétique de la France il faudrait installer 60 000 éoliennes. On a juste dans le paysage de l’hexagone 450 000 pylônes électriques qui n’ont jamais soulevé le moindre tollé. Sans compter que la moitié des éoliennes seront certainement implantées en mer à quelques miles des cotes.

Sans compter qu’on peut également trouver moche les autoroutes, les supermarchés, les parkings, les zones industrielles, les gratte-ciel, les cheminées de refroidissement des centrales nucléaire, les barres d’immeubles  et les stations de sports d’hiver.  

Publié dans ECOLOGIE, ESPAGNE | Pas de Commentaire »

AMNESTY INTERNATIONAL: LE TRI SELECTIF

Posté par provola le 1 avril 2011

                      AMNESTY INTERNATIONAL: LE TRI SELECTIF dans EUROPE 155faddd      

                                      Il ne m’arrive pas souvent de tancer les activistes qui sont plutôt de mon bord mais là je vais oser me placer du coté du gouvernement italien que je ne porte pas spécialement dans mon coeur mais qui voit arriver sur ses terres des milliers de réfugiés tous les jours sans que l’Europe ne lève le petit doigt.  

Amnesty International a fustigé l’Italie ce vendredi pour sa gestion de l’afflux d’immigrés d’Afrique du Nord.

Environ 20.000 immigrés, en majorité tunisiens, sont arrivés ces dernières semaines dans la petite île italienne de Lampedusa à la suite des mouvements de révolte qui ont secoué leur région. Leur transfert ailleurs en Italie s’effectue lentement et sans régularité. Des milliers d’entre eux occupent des tentes de fortune et vivent dans de très mauvaises conditions sanitaires.

«La crise est due au fait que le gouvernement italien n’a pas réagi convenablement à la situation qui règne ici à Lampedusa», a déclaré Charlotte Phillips, représentante du programme d’Amnesty pour les réfugiés et les migrants, lors d’une conférence de presse. «Des Tunisiens n’ont pas eu droit aux choses les plus élémentaires comme un abri adapté ou un abri tout court, à des conditions sanitaires suffisantes, etc.», a-t-elle ajouté.

Je suis bien entendu d’accord sur le fond avec Amnesty mais reste persuadé que le problème concerne toute l’Europe et non pas seulement l’Italie. Il est bien trop facile de se désister alors qu’on décide de faire une guerre indolore au son des trompettes.

Combien de temps cette bande d’incapables, (les squatters de Bruxelles) vont-ils rester immobiles à regarder passer les rafiots, les chaloupes, et les clandestins ? A calmer les habitants de Lampedusa qui n’en peuvent plus d’une telle inertie des pouvoirs publics ? A compter les morts, les embarcations disparues.  

Des camps de fortune sont improvisés dans toute la péninsule italienne mais le principal souci des autorités est de laisser s’échapper les candidats à la clandestinité qui veulent rejoindre la France à tous prix.

Et le flux n’est pas prêt de se tarir car le bouchon Kadhafi qui arrangeait bien l’Europe a sauté et tant que la guerre poussera les gens à fuir leur pays, il ne fera que grandir.

Oui, Amnesty est dans son rôle de dénoncer les conditions inacceptables d’accueil des clandestins qui après une traversée périlleuse se voient réduits comme du vulgaire bétail d’abatage. Mais le cri aurait plus de gueule s’il était adressé non pas à un seul membre de l’Union mais aux instances européennes et pourquoi pas à l’ONU qui a commandité les raids sur Tripoli et doit en assumer maintenant toutes les responsabilités.  

On voit bien que le principal programme de l’ONU et de l’Europe est de ne surtout pas affoler des populations en leur annonçant l’addition du nombre des clandestins en provenance du continent africain comme le fait le gouvernement japonais qui n’ose annoncer la réalité des risques liées aux radiations de peur d’affoler les riverains de la centrale endommagée.

La croissance pourrait en pâtir et il l’on sait que pour continuer à consommer des choses inutiles il faut avoir confiance et ne penser à rien d’autres qu’aux prochaines emplettes. 

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

les réactions à l’article: LA PORTE DE L’EUROPE AU BORD DE L’IMPLOSION

Posté par provola le 1 avril 2011

les réactions à l'article: LA PORTE DE L'EUROPE AU BORD DE L'IMPLOSION  dans EUROPE icone_redacteur2

Par jymb 1er avril 14:39

Hélas, cela fait des décennies que certains défendent la politique des bras ouverts ( première réaction légitime et naturelle de l’humaniste qui sommeille en nous) …et le résultat pratique s’est avéré désastreux.
La solution de soucis locaux n’est pas dans leur expatriation mais dans leur résolution sur place. L’Europe n’est pas un immense territoire en friche ou des pionniers vont pouvoir batir un pays neuf à la force de leurs bras.

Par terreetciel  1er avril 16:26

  • Il serait plus simple de donner cette île à la Tunisie !
    la honte est plutôt à tous ces clandestins qui fuient la nouvelle démocratie de leur pays

  • Par ctznpst  1er avril 17:24

    et toujours blackout des médias Français … la presse est totalement muselée et sous contrôle de l’état , cf Ménard sur le point de se faire lourder car il ose affirmer apprécier les valeurs du Front national

  • Par Leo Le Sage (xxx.xxx.xxx.15) 1er avril 18:18

    « Malheureusement, l’acceuil que nous leur réservons est encore pire que celui qu’accordaient les Américains il y a plus d’ un siècle aux réfugiés Italiens, Irlandais, Polonais, Russes

    On devrait mieux les accueillir…
    Mais est-ce qu’on peut ?

    Je ne pense pas…
    (Loin de moi l’idée d’insulter les bronzés)

    Je voudrais juste vous rappeller que ce sont deux époques différentes et surtout que les USA ce n’est pas tout à fait comme l’Europe…
    C’est simplement un constat de ma part smiley
    Par sylvie  1er avril 18:41

    Leo on ne peut pas les accueillir mais on peux péter un milliard d’euros en quelques jours de combats en lybie pour des résultats bien aléatoires

    La misère est le fondement de la société de l’argent ! 
    (Le malade, l’industrie première.) 

    Les élus européens sont des carpettes sur lesquelles les Américains s’essuient les pieds. 
    En France, on n’a pas de pétrole mais on dispose d’une mine d’or inépuisable en argent social. (Argent social dans lequel certains puisent à volonté.) 

    Les
    Français sont revenus à la situation du début des « années 40 ». 
    Ils sont soumis à : 

     Une monnaie d’occupation ; 

     Des journalistes d’occupation ; 

     Des mœurs judiciaires dignes du nazisme ; 

     Des collabos financés et au service de qui ? L’Europe,  les Américains, ou le Vatican ? 

    Néanmoins, dans les moyens mis en œuvre par l’Europe pour asservir les foules on reconnaît les méthodes de curés : 

     « Générer l’incompréhension, les désordres, la délinquance, la criminalité, l’injustice,  la misère, les maladies, les épidémies, les conflits,  les guerres, les famines, etc. » 
    Le tout reposant sur l’ignorance permanente et des flots de mensonges dans lesquels les médias noient les individus. 

    L’Europe est soumise au dictat de l’axe CIA-Vatican. 
    Seule la géographie distingue la CIA du Vatican. Pour le reste, c’est pareil. 

     Les mêmes intérêts, les mêmes méthodes, les mêmes moyens, les mêmes personnes ! 

     Les curés manipulent. Ils contrôlent le premier et le plus grand réseau de renseignement. Ils vivent de la misère qu’ils produisent. Ils gagnent à pourrir la vie du plus grand nombre. 
     

    Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

    FUKUSHIMA TERMINUS

    Posté par provola le 1 avril 2011

    Pour ne rien louper de la réalité nucléaire:

    http://cryptome.org/eyeball/daiichi-npp/daiichi-photos.htm

    Ce matin la radioactivité de l’eau de refroidissement a encore augmenté, sous le réacteur 1, bientôt, plus personne ne pourra approcher de la centrale, De Funès est allé quatre heures au Japon pour assurer le pays de notre solidarité nucléaire, et pour faire la promotion de l’EPR d’AREVA. 

    Publié dans JAPON, NUCLEAIRE | Pas de Commentaire »

     

    Commission du Développement... |
    MoDem Mulhouse |
    L'Atelier Radical |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
    | Parti Ouvrier Indépendant :...
    | Vivre Villerupt Autrement