COUTE QUE COUTE

Posté par provola le 22 mars 2011

                                  Peu de temps avant le séisme et la catastrophe nucléaire, TEPCO  avait reçu l’agrément pour la poursuite de l’exploitation de la centrale de Fukushima pour une période de 10 ans. Mais les révélations qui sont faites maintenant mettent à nu les graves manquement à la sécurité ayant précipité l’accident.  

L’agence de régulation nucléaire avait signalé des craquelures sur le groupe électrogène de sûreté du réacteur n° 1 de Fukushima Dai-Ichi. Elle avait toutefois autorisé le maintien du réacteur sous réserve que les opérations de maintenance soient renforcées.

« Les craquelures auraient rendu les moteurs du générateur électrique plus vulnérables à la corrosion causée par l’eau de mer. Le tsunami a fortement endommagé ces moteurs, ce qui a provoqué l’arrêt du système de refroidissement, vital pour le réacteur.Une dizaine de jours avant la catastrophe,Tokyo Electric Power (Tepco) avait remis un document aux autorités dans lequel il reconnaissait avoir faussé les données des registres de contrôle. L’entreprise avait précédemment assuré avoir vérifié une trentaine de pièces, avant d’admettre qu’elle n’en avait rien fait. » Le Monde

Ces graves manquement à la sécurité sont la preuve que les organismes de contrôle ont une indépendance relative vis à vis des compagnies privées ayant en charge l’exploitation des centrales. De même qu’au Japon, on ne peut s’empêcher de penser à ce qui s’est réellement passé en Allemagne où ce processus d’allongement de la vie des centrales pour dix ans avaient également été autorisé, ce qui avait fait flamber le cours de bourse des opérateurs privés.

En France on sait qu’est en cours une telle manoeuvre d’allongement de la vie des réacteurs ce qui pourrait booster de manière artificielle la valeur boursière d’EDF. Les réacteurs étant prévus pour durer 40 ans, il est donc hautement rentable de les utiliser encore un peu, encore dix ans, et puis dans dix on verra… Voilà comment l’on cherche  à grignoter quelques miettes de plus en repoussant le moment de l’estinction des feux, tout cela sur le dos de la sécurité de la Planète entière.  

Vos pneus sont prévus pour 20 000 kms mais si vous les gardez 40 000 kms, ils vous auront coûté deux fois moins cher, peu importe de savoir si vous risquez votre vie à chaque virage. Donnez-moi encore 10 ans, coûte que coûte. 

A partir de demain et pour trois jours, ce blog est en maintenance…pour un meilleur traitement de l’information.

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement