LA SUISSE SE REBIFFE

Posté par provola le 7 mars 2011

      En réponse aux lecteurs qui ont vivement réagi à l’article : « LA SUISSE CE CORPS ETRANGER », me traitant parfois de raciste anti-Suisses. je signale que je n’ai STRICTEMENT rien contre les Helvètes, qui au demeurant sont un peuple exemplaire à bien des égards. Mais je ne suis pas là pour montrer des cartes postales, ce qui n’aurait aucun intérêt.. 

Si j’ai pu blesser certaines personnes, je leur demande de bien vouloir m’en excuser.

Quand je cogne les institutions françaises, je ne cogne pas sur les Français, quand j’insulte Berlusconi, je ne m’adresse pas aux Italiens, quand j’égratigne l’impérialisme américain je n’en veux pas au pauvre diable de Noir de la Nouvelle Orléans qui se désespère de trouver un job pour faire vivre ses enfants. Le fait qu’un citoyen se sente offusqué dès lors que sont mises en causes les institutions nationales de son propre pays participe d’un raccourci saisissant et d’un arbitraire intellectuel. Ne vais-je pas cracher sur Kadhafi de peur d’outrager le peuple lybien ?

Non, lors de mes ruades anti-Suisse je stigmatise simplement la réalité d’une NATION qui est l’expression d’un racket économique mondial, qui organise la spoliation des nations environnantes, et au delà se gargarise des dictatures, qui participe de l’anéantissement du vivre ensemble et qui n’a jamais rien fait pour la Communauté des Nations sauf à financer Hitler. Je peste contre un pays multi-linguiste qui vous diffuse des annonces en  Japonais plutôt qu’en Italien sur le train du Gornergrat. Je dénigre des douaniers ultimes défenseurs d’une race de frontières qu’on ne rencontre plus nulle part ailleurs en Europe. Je m’emporte contre le secret bancaire, les abris anti-atomiques et la politique de Nestlé qui vendrait des Cervin en bouteilles si on savait faire fondre les derniers glaçons de la face nord. 

Comment se fait-il que ce pays si dépourvu de matières premières et riche de pâturages, se dispense, à l’image de la Norvège qui elle protège son magot noir aux yeux de tous, de vouloir intégrer la Communauté Européenne alors qu’elle en suce la dynamique économique tout en surfant sur la valeur refuge du Franc ? Valeur refuge des nantis bien évidemment . 

J’avoue avoir eu maintes fois l’occasion de chercher des circonstances atténuantes à ce scandale à la croix blanche, je n’ai pu en découvrir aucune, si ce n’est la raréfaction de l’oxygène en altitude qui pourrait avoir tendance à brouiller les pièces d’identité et les pistes de décence. 

Ci-dessous un article de PHILIPPE FRIOUD lu sur AGORAVOX à propos du combat que mènent certains Suisses contre leur propre Gouvernement;

« LA SUISSE DEVANT UN TRIBUNAL INTERNATIONAL POUR CRIME CONTRE L’HUMANITE » 

Après avoir présenté des excuses aux internés administratifs et reconnu la violation délibérée des droits de l’homme le Gouvernement pensait bien que cette affaire en resterait a de simples excuses.   Le crime contre l’humanité est imprescriptible, cela le gouvernement suisse l’avait oublié, en présentant le 10 septembre 2010 les excuses de la Confédération aux internés administratifs de Suisse, mais n’ayant pas oublié de signaler que tous les actes découlant d’une éventuelle procédure judiciaire étaient prescrits, le Gouvernement Suisse comptait bien en rester là. Voir l’article sur Agoravox Après 40 ans la Suisse présente ses excuses aux internés administratifs de Philippe Frioud. 

La Suisse va se retrouver devant un Tribunal pénal de compétence internationale ou un Tribunal Pénal International pour crimes contre l’humanité.  Suite à la découverte de ce scandale sans nom, et aux nombreux dossiers de personnes ayant subi de la part de la Confédération Suisse, des actes immondes et sans excuses, à savoir, l’emprisonnement illégal, la stérilisation forcée de femmes pour le seul motif d’avoir été enceinte avant leur majorité, ou l’emprisonnement pour les hommes aux seuls motifs de rééducation avec travail forcé, sans jugement et sans voir commis de délits justifiant leur emprisonnement relève d’un crime contre l’humanité  dont il apparait avec évidence que le délit de crime contre l’humanité est caractérisé. « Un crime contre l’humanité est une « violation délibérée et ignominieuse des droits fondamentaux d’un individu ou d’un groupe d’individus inspirée par des motifs politiques, philosophiques, raciaux ou religieux ». Cependant, « il n’y a pas, pour les crimes contre l’humanité, de définition généralement admise ». L’article 7 du Statut de Rome en détail la liste, même si elle n’est pas exhaustive : meurtre ; extermination ; réduction en esclavage ; déportation ou transfert forcé de population ; emprisonnement ou autre forme de privation grave de liberté physique en violation des dispositions fondamentales du droit international ; torture ; viol, esclavage sexuel, prostitution forcée, grossesse forcée, stérilisation forcée ou toute autre forme de violence sexuelle de gravité comparable ; persécution de tout groupe ou de toute collectivité identifiable pour des motifs d’ordre politique, racial, national, ethnique, culturel, religieux ou sexiste (..) ou en fonction d’autres critères universellement reconnus comme inadmissibles en droit international, en corrélation avec tout acte visé dans le présent paragraphe ou tout crime relevant de la compétence de la Cour ; disparitions forcées de personnes ; crimes d’apartheid, autres actes inhumains de caractère analogue causant intentionnellement de grandes souffrances ou des atteintes graves à l’intégrité physique ou à la santé physique ou mentale. » Devant le fait, que le Gouvernement Suisse ait présenté ses excuses aux internés administratifs de Suisse, ne supprime d’ aucune façon l’acte de crime contre l’humanité.

Le Gouvernement Suisse comptait bien que les choses en resterait à de simples excuses, n’ayant pas omis de signaler auparavant que tous ces actes étaient prescrits, et que par ce fait il serait impossible aux victimes d’engager des actions judiciaires à l’encontre des responsables de ces actes gravissimes, ainsi que d’éventuelles poursuites en dédommagement. C’était sans compter, que d’éventuelles poursuites pourraient avoir lieu devant un Tribunal pénal international, que le crime contre l’humanité ne peut être prescrit, après avoir consultés de nombreux avocats en Suisse, et devant leur peur  de se voir mis en difficultés professionnellement dans un dossier qui attaquerait la Suisse pour des faits aussi graves, il semblerait qu’aucun avocat courageux n’ait été capable de prendre ce dossier en main, le courage n’est pas à leur portée semble-t-il. Ce dossier a été soumis à des avocats français, spécialistes du droit international qui ont clairement compris que cette affaire ne pouvait pas rester impunie, aujourd’hui, l’ensemble des pièces qui leurs ont été fournies, constituent un dossier très solide et une procédure sera bientôt engagée contre la Suisse par les victimes de ces agissement  

Ce qui est regrettable dans cette affaire c’est de voir que les parlementaires suisses ont accepté de faire des excuses mais sans plus, le combat de Madame Jacqueline Fehr pour la réhabilitation morale des internés administratifs de Suisse est un acte de courage au plus haut niveau et cela mérite de le dire et le faire savoir, elle et le groupe de parlementaires qui suivent ce dossier n’ont pas peur de continuer ce combat faisant fi des laches et des couards qui n’osent pas reconnaitre ces actes qui ont coutés des vies humaines des destructions de citoyens Suisses dont on estime que cela a concerné plus de 20 000 personnes de 1941 à 1981.

La Télévision Suisse romande présentera un reportage de Temps Présent sur cette affaire. 

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement