• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 24 février 2011

BENGHASI LA LIBRE

Posté par provola le 24 février 2011

 Libia, insorti verso Tripoli. Spari a Bengasi Gheddafi: criminali guidati da Bin Laden  / audio

                            Benghasi  la grande ville de l’est lybien restera le symbole du début de la libération, d’autres villes sont en train d’être libérées, Tobrouk, Misrata, Zoara, Zowia, des noms inconnus jusqu’alors où les habitants vivaient dans un anonymat total, des villes martyres dorénavant, abritant des héros de la Révolution.

Et elle vaut bien les autres cette Révolution lybienne, émouvante, angoissante, sans images, sans paroles que les éructations du cinglé, les témoignages de l’enfer. A bien des égards, il semble que le connard de Tripoli soit pire que tous les autres dictateurs réunis et qu’il faille certainement une sacrée dose de courage pour braver un tel malade. Ses dernières apparitions sont hallucinantes, mais nous fera-t-on croire qu’on découvre aujourd’hui à quel point ce type était dangereux ? (et reste dangereux jusqu’à ce qu’il n’ait rendu son dernier soupir.)   

Quand les choses seront rentrées dans l’ordre et que Kadhafi ne sera plus qu’un lointain souvenir, il faudra bien se remémorer les scènes incroyables de ce Président en culotte courte aux ordres se prosternant face à l’ignoble tyran du désert pour essayer de lui refourguer quelques Rafales invendables. On mesure l’incongruité du geste à la lumière des derniers événements et l’effroi qui nous saisirait face aux zincs de Dassault bombardant le peuple insurgé.

En attendant, n’ayons crainte de recevoir le flot de réfugiés qui ne manquera pas de frapper à la porte. L’Europe des 400 millions ne peut-elle se réellement se permettre de s’occuper de quelques centaines de milliers d’exilés de la terreur débarquant sur ses cotes ? Kadhafi nous arrangeait bien, à contenir pour notre confort individualiste les candidats au bonheur, les pauvres diables sans avenir et la misère en voie de développement.

Notre continent se construirait et se grandirait à montrer enfin au monde le visage de la solidarité, qui ne serait pas moins beau que le visage de ces femmes libres.

Le virage pour nos consciences s’annonce serré, de notre capacité à savoir le négocier dépend rien moins que notre existence. 

Publié dans AFRIQUE, LYBIE | 1 Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement