L’ELYSEE A L’HEURE DES CHIENS

Posté par provola le 22 février 2011

                                           

  L'ELYSEE A L'HEURE DES CHIENS dans POLITIQUE 1263040630-ali_bongo_sarkozy

                    A l’heure où les dictateurs sont acculés à une agonie qu’on souhaite la plus cruelle possible, la diplomatie française ne trouve rien de mieux que d’inviter Ali Bongo, le Président du Gabon, pays « ami », dictature sans le dire, au sous-sol riche et au peuple soumis à la misère. En l’occurrence, depuis 50 ans, l’État français est totalement responsable de la situation politico-économique de ce pays pourvoyeur de brut à bas coût pour l’État et à coups bas pour la population. Le Gabon a longtemps été considéré comme le refuge de la mafia d’ELF dont les activités ont maintenant été reprises en main par TOTAL.

Au sortir de cette rencontre qui s’est déroulée à l’Elysée, Bongo a affirmé qu’il ne fallait pas faire de parallélisme sur les différents problèmes qui se posent ça et là dans le monde car chaque pays a ses spécificités. 

Notre Président n’a pas la moindre idée de ce que décence veut dire, il devrait se faire oublier, emmener Carla relancer le tourisme en Tunisie bien affaibli depuis quelques semaines, ou accompagner son fiston à Disneyland, au lieu de cela le voilà invitant en grandes pompes l’un des derniers corrompus du colonialisme français en Afrique qui n’ait pas encore basculé dans le camp des nouveaux esclavagistes, dans les mailles du filet chinois.

Pas un mot sur les soulèvements dans les pays arabes, que des poignées de mains convenues, des attitudes incongrues d’acteurs disqualifiés, qui cherchent à perpétrer le pillage, caractéristique principale de la France-Afrique, et à protéger les biens mal-acquis.

Si l’on ajoute à ce spectacle infâme, le comportement burlesque d’un ambassadeur à l’insolence improbable, une Ministre des affaires étrangères envoyée en forêt amazonienne au Brésil plutôt qu’en Tunisie au moment de la mise en place du nouveau gouvernement de l’après Ben Ali, une Ministre des affaires étrangères de l’Europe, Catherine Hashton, qui appelle les Lybiens « à la retenue et qui condamne tout acte de violence » on se dit que la France et au delà l’Europe ont sombré corps et âme dans un no-man’s land intellectuel, dans un gouffre sans fond, dans les oubliettes du cynisme. 

Regardez bien la photo ci-dessus, le seul indice qui témoigne que l’on se trouve bien à l’Elysée, c’est le Cyprès.  

 

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement