MARIANNE PERT L’ESPRIT

Posté par provola le 10 février 2011

                              Jean-François Khan, patron du magazine Marianne, n’a-t-il jamais appris qu’il est indécent de tirer sur l’ambulance ? A son age ça parait étonnant; qu’il me laisse user du même dérisoire artifice de communication, qui à son égard n’est qu’un entartrage sans sucre.  Qu’est-il allé faire dans les soutes du Titanic, qu’est-il allé fouiller dans les allocations un peu tristes du Président retraité ?  

Il arrive qu’on doive taper sur les proches, il ne m’est pas possible aujourd’hui de laisser passer une faute de goût, peut-être même une faute tout court, de ne pas me farcir un minable remplissage de colonnes.

Un papier souvent compagnon s’est soudain retrouvé par le jeu un peu simple de la compassion, du coté obscur de la page blanche; Marianne s’est cru obligé de meugler avec les loups broutant sur l’état de santé de Chirac, comme s’il était indispensable d’éclairer la démocratie jusque dans les moindres recoins des fosses communes.  

Je n’ai rien contre Chirac, je le combattais jadis, sa vie de l’ombre et parmi les ombres de son passé ne regarde pas l’opinion des voyeurs et seule la justice dira s’il est en état de se défendre à propos de ses dérives passées.

Marianne sait, Marianne nous dit savoir, et le bonnet phrygien devenu bonnet d’âne traite  la gente journalistique d’hypocrite pour ne pas s’engouffrer dans le sordide d’un fait-divers de bord de route.

Comme pour se dédouanner de si vile écrit, Marianne tente de nous convaincre :

« La bonne question n’est pas de savoir si le JDD (qui a récemment surfé sur l’argument) devait ou non publier cet article (sur la santé de Chirac) mais pourquoi personne ne l’a écrit plus tôt »  

Honnêtement, la mayonnaise ne prend pas, ce n’est pas en nous expliquant qu’il fallait de toute façon que quequ’un parle de l’infirmerie que Marianne nous convaincra de la pertinence de son article.

Marianne poursuit ainsi:  » Chirac nous appartient un peu, surtout, il est membre du Conseil Constitutionnel. »

Et alors ?

Est-ce que cela intéresse quelqu’un de savoir si Chirac est en état de siéger au Conseil Constitutionnel ? En plus, quelques pages plus loin Marianne nous explique que l’ancien Président n’y fout jamais les pieds, et l’on se doute bien qu’on n’a pas besoin de toutes ses facultés intellectuelles quand on est tout simplement pas là.

Si l’on ajoute à ce hors-d’oeuvre légèrement nauséabond que Marianne enfonce le clou en ressortant d’un chapeau mité l’éternelle inimitié des Présidents Giscard et Chirac et que ce numéro de cirque journalistique se termine par le crépuscule du vieux lion Chirac, cela fait cinq pages entières de salade assaisonnée au vinaigre de vin pourri.

Marianne nous avait habitué à mieux, il ne faudrait pas que la lumiète éteinte nous soit servie chaque fois que l’inspiration, et l’esprit, font défaut.

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement