TUNISIE: LA MEMOIRE COURTE DU PS

Posté par provola le 18 janvier 2011

               Les Socialistes ont beau jeu aujourd’hui de fustiger l’UMP, Hubert Védrine, mentor du PS pour les questions diplomatiques et la langue de bois (ce qui est la même chose), Ministre des relations extérieures du gouvernement Jospin, jouait également la même partition, voici un article de « Libération » du 6 aôut 1998 qui l’illustre parfaitement: 

« PARIS CONFIRME SON SOUTIEN AU REGIME TUNISIEN, HUBERT VEDRINE A TUNIS POUR PREPARER LA PROCHAINE VISITE DU PRESIDENT BEN ALI.

Après l’Algérie et le Maroc, Hubert Védrine ne pouvait trop attendre, sauf à alimenter les inquiétudes tunisiennes quant à un éventuel changement de cap de la politique étrangère du gouvernement de Lionel Jospin. Au cours de sa visite de vingt-quatre heures à Tunis, qui s’est achevée hier, le chef de la diplomatie française a eu tout loisir de rassurer ses homologues: il a «confirmé» au président Ben Ali les «orientations du président Chirac», qui, lors d’une visite en octobre 1995, avait vanté le «modèle démocratique tunisien» et annoncé un doublement des aides, passées à 1,1 milliard de francs par an. Hubert Védrine et son homologue Abderrahim Zouari ont donc abordé le développement des investissements français ainsi que le programme de mise à niveau de l’économie tunisienne. Ils ont aussi parlé du blocage du processus de paix au Proche-Orient, de la situation en Afrique et des moyens de renforcer les relations euro-méditerranéennes.

Le chef de la diplomatie n’a pas manqué non plus d’évoquer la visite en France du président Ben Ali, prévue de longue date et déjà reportée à plusieurs reprises. L’automne dernier, sa demande insistante de faire un discours à l’Assemblée nationale, comme avant lui le souverain marocain Hassan II, avait tout fait capoter. Puis, au printemps, la dissolution avait entraîné un nouveau report, alors qu’un compromis avait été mis au point par Philippe Séguin, grand ami du régime tunisien. Finalement et sauf contre-ordre, elle devrait avoir lieu à la mi-octobre.

L’épineuse question des droits de l’homme ne figurait officiellement pas au menu des discussions, mais le Quai d’Orsay laisse entendre que ce genre de questions se traite d’autant plus efficacement dans la discrétion. »

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement