• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 8 janvier 2011

VALLS, LE VRAI VISAGE DE LA FAUSSE GAUCHE

Posté par provola le 8 janvier 2011

                        La grenade des 35H, dégoupillée par le politicaillon d’Evry aura permis d’ouvrir en grand la boîte de Pandore des régressions sociales. Comme le lièvre trop pressé fait la course en tête, Valls est le premier à s’être déclaré à la candidature du PS, le premier à avoir montré sa femme et sa mère chez Drucker, le premier a utiliser les fumigènes anti-révolutionnaires pour tenter d’occuper le terrain et freiner la course des autres compétiteurs roses.

Le problème pour Valls va être de s’inscrire dans la durée et non pas seulement dans la provocation, mais peut-être cherche -t-il uniquement un bon coup de pub.

Car enfin que lui faudra-t-il de plus, quelle autre ineptie que le verrouillage des quartiers de banlieues, le recours systématique à la vidéo-surveillance, au tout sécuritaire, au raidissement des peines-plancher ? Car Valls veut une chose avant tout: protéger la liberté des pauvres qui en sont totalement privés.  

Ce discours sécuritaire récurrent chez lui est désormais étayé par une dialectique de détricotage des acquis sociaux, fin des 35 heures, travailler plus pour gagner autant, tout ce qui ressemble de près ou de loin au programme-bis du futur De Funès.

Ceci répond à deux problématiques, la première étant que le camp UMP, sous le joug du clan Copé, trouvera son salut dans le ratissage des perles frontistes, et c’est donc tout l’échafaudage politique qui subira ainsi une translation vers la droite. 

Le second volet de cette pure inspiration opportuniste est un effet de posture et de positionnement qu’il s’agit d’assumer dans la perspective des primaires PS. Il est tout à fait envisageable que des sympathisants de gauche non PS soient amenés à participer à l’élection du leader du parti dominant de l’opposition et nombre d’entre eux seront certainement d’obédience centriste. Ceux là pourraient se reporter sur une candidature Valls. Ainsi cette contorsion droitière de Valls serait en fait rien moins qu’un appel du pied aux Centristes plutôt qu’une tentative d’OPA socialiste, vouée à l’échec.

Il serait toujours temps, ensuite, lors du rassemblement des troupes pour le  premier tour de la présidentielle, de monnayer son potentiel électoral, mesuré durant les primaires PS.

A bien y réfléchir pourtant une clé de lecture  plus éloignée mais non moins limpide apparait, car chaque coup tordu semble pavé de bonnes intentions.  

Valls, en cas probable d’une reconduction de De Funès à l’investiture suprême, se positionne d’ors et déjà en candidat naturel à une espèce d’ »ouverture 2″. Sa participation à la suite de la « grande vadrouille » lui permettrait d’exister à Paris et plus uniquement à la vieille ville nouvelle, ce qui deviendrait une bonne rampe de lancement pour l’échéance présidentielle de 2017, face à Copé.  

On est bien loin d’un franc discours de gauche, ampathique, populaire, égalitaraire, de rempart face à une mondialisation qui broie les plus faibles et oppresse les petits.

Le souci est d’exister, non pas de se soucier des pauvres; la marque d’une gauche moderne, de droite.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement