• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 4 janvier 2011

CLUB DE ROME: L’EQUIPE DU M.I.T

Posté par provola le 4 janvier 2011

                                   Le Club de Rome, groupe de personnalités de toutes cultures, inquiètes de l’avenir d’un monde où l’humanité doit affronter l’irrésistible montée de problèmes complexes et mystérieusement liés les uns aux autres a demandé en août 1970, au groupe d’études de Dynamique des systèmes du Massachussetts Institute of Technology(M.I.T) d’entreprendre l’étude des tendances dun certain nombre des facteurs qui dérèglent notre société planétaire.

En juin 1970  le gouvernement fédéral suisse accueille le Club de Rome, c’est la première fois qu’une faveur est faite à un organisme extra-gouvernemental, c’est le premier « congrès », la nécessité de ces recherches sur l’évolution du monde devient évidente et de nombreux scientifiques s’intéressent à l’entreprise.  

Jay Forester, membre du Centre d’étude et de recherche sur le management au M.I.T. assiste à la réunion, il travaille depuis trente ans à la mise au point de modèles mathématiques adaptés aux systèmes dynamiques et complexes que sont les problèmes industriels et les problèmes urbains. Il propose d’adapter son modèle dynamique, d’en faire un modèle global et de l’utiliser pour les recherches que veut faire le Club de Rome. Quinze jours après, quelques membres du Club vont au M.I.T, à Cambridge dans le Massachusetts, pour étudier les possibilités qu’offre le modèle dynamique. En juillet 1970, Mandat est alors donné à l’équipe du M.I.T, les recherches sont transférées de Genêve à Cambridge.

Une équipe multi-disciplinaire et internationale de 17 chercheurs, dont Dennis et Donella Meadows(USA), qui donneront leur nom au fameux rapport, Ilyas Bayar (Turquie), William Behrens (USA), Forhad Hakimzadeh (Iran), Peter M.Milling (Allemagne), Jorgens Randers (Norvège), Erick Zahn (Allemagne), se met au travail, derrière le « patron » Jay Forester.

Pendant dix-huit mois, l’équipe fait un travail de bénédictin: recueillir chiffres et statistiques provenant et concernant la planète toute entière. Et ce pour les variables qui ont été jugées essentielles: investissements, population, pollution, ressources naturelles, nourriture qui sont les cinq éléments dont les interactions vont être étudiées. Ces informations sont entrées dans le modèle dynamique. Ce modèle est conçu pour faire apparaître les interactions des variables entre elles et montrer le point où conduirons les tendances de 1970 après 10, 20, 50 ans ou plus si rien n’est changé au rythme de croissance de l’époque.

Quand l’équipe du M.I.T remet le rapport Meadows au Club de Rome, on vérifie combien le travail de fourmis fut immense.

L’instrument mis au point par le Club de Rome a permis de réunir suffisemment de données, d’éléments pour que chacun soit alerté, et même terrorisé à l’idée de ce qui attend nos enfants et nos petits enfants. Il montre qu’il est du devoir de  chacun de prendre conscience et de commencer à réfléchir. 

Maintenant que le décor est planté des hommes qui ont participé à cette aventure de prospective et de leurs motivations profondes, nous nous attacherons dans les prochains jours à décrypter, avec 35 ans de recul, la véracité et les éventuelles erreurs de calcul de cette équipe hors normes. (Pour suivre, voir les précédents articles sur le Club de Rome et la page: « Club de Rome: tout est dit »)

 

Publié dans CLUB DE ROME | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement