• Accueil
  • > Archives pour janvier 2011

LE MESSAGE D’EN-BAS

Posté par provola le 31 janvier 2011

                       Le mouvement de révolte dans les pays arabes a largement pris de court le système économique mondial basé sur un statu-quo sécuritaire. Les dictatures du Moyen-orient participent de fait à l’annexion des gisements pétrolifères de la part des occidentaux. L’Egypte est de ce point de vue le gardien du temple du Canal de Suez par où transite 3% du pétrole consommé dans le monde. A ceci vient s’ajouter le fait que l’Egypte est le principal allié des USA dans la région et le seul pays arabe à avoir reconnu l’état d’Israël.

Cette connivence avec les monarchies fantoches du Golfe et la dictature égyptienne permet ainsi aux occidentaux de s’assurer la main-mise sur les principaux puits de pétrole du monde et sur un important passage de son acheminement vers l’Europe.  Cette situation idéale ne pouvait que se perpétrer vu l’ idéale situation engendrée pour les caisses des pays du nord.

Sauf que le peuple égyptien n’en pouvait plus de voir passer les tankers qui alimentent la croissance des pays riches, et pas la leur, sauf que la démographie galopante sur les bords du Nil rend la situation alimentaire extrêmement aléatoire, à la merci de la moindre crise d’humeur du fleuve.

Tensions sur les denrées alimentaires, corruption généralisée, le cocktail était explosif et devait forcément éclater à un moment ou à un autre. La mèche tunisienne aura permis de déclancher le processus.   

Ce qui apparaît au grand jour , c’est bien l’incroyable volte-face occidentale, l’aspect dérisoire des commentaires des grandes capitales de l’ouest. Les USA emboîtent le pas de la marche démocratique car ils ne veulent pas perdre pied dans la région et le convoi des approvisionnements futurs, le discours d’Obama ne trompe personne, il se place du coté du peuple mais se satisfaisait parfaitement, hier, du régime fort de Moubarak qui garantissait la paix dans ce secteur névralgique. La misère de la population lui allait si bien, ainsi qu’à ses sbires européens, britanniques , allemands et français qui balbutient aujourd’hui quelques piètres psalmodies. Affolés par ce mouvement populaire qui chamboule l’ordonnancement séculaire des affaires, les démocraties tentent d’expliquer qu’elles se trouvent du coté des braves.

L’Europe, elle , n’existe pas au moment M où l’humanité aspire à plus d’égalité, l’Europe se cache alors qu’une déflagration démocratique lui explose à la figure.  Van Rompuy, Barroso, Trichet sont des pions au service du grand capital, grands comptables plus que philosophes, ils ne comprennent rien à la dynamique des peuples. 

Bien sur on pourrait condamner ce mutisme coupable, mais à quoi bon ? Comme on attend plus rien de cette distribution de mauvais acteurs, autant s’attacher aux choses qui ont vraiment de l’importance, au premier rang desquelles la capacité des pays à se transformer du bas, à se transcender grâce au soulèvement des plus petits de ce monde.  

Ce que des décennies d’infamie, de conformisme, d’injustes équilibres, de spoliation tous azimuths auront permis, quelques bonnes volontés, quelques courageux, quelques moins que rien auront réussi à le renverser.

Le message ultime tient sans doute à ce que les bonnes volontés et la révolte des humbles aura réussi là où les potentats et les forces d’argent ont raté ou largement refusé, c’est à dire une meilleure répartition des richesses.

Le Club de Rome voyait dans l’entente des élites la clé d’une harmonisation économique mondiale, seule façon d’entamer sérieusement le plan de sauvegarde de la Planète.  A voir la faillite des systèmes qui ont mené aux dérèglements environnementaux et aux injustices actuelles on ne peut que souhaiter que les soulèvements des sans-grades parviennent à une meilleure appréhension des enjeux fondamentaux du futur. 

Le Club de Rome nous avait éclairé sur l’intime imbrication des phénomènes induits par l’explosion démographique mondiale et sur le fait qu’il n’y aura pas de rédemption écologique sans avancées sociales qui elles -mêmes sous-entendent une meilleure distribution à l’échelle planétaire. En ce sens la survie du « système » et des éco-systèmes (ce qui en fait est la même chose sur notre petit rafiot de fortune), viendrait plus du Caire que de Davos, si vous voyez ce que je veux dire.

Gageons d’or et navant que si les puissants et leurs bras armés les dictatures qui protègent leurs intérêts ne lâchent pas la bride de la soumission des peuples, alors ceux-ci se chargeront de prendre à leur compte leur propre destin et par la même, la survie de leur descendance.

Aucun Hitler, aucun Staline, et aucun César n’ont jamais empêché l’ Humanité de refuser son propre suicide.

Article accepté à la publication sur:LE MESSAGE D'EN-BAS dans EGYPTE icone_redacteur2

Publié dans EGYPTE | Pas de Commentaire »

LE CAIRE: LES OPPOSITIONS DESIGNENT EL BARADEI

Posté par provola le 30 janvier 2011

            Les décisions du Raïs Moubarak ont fait flop, et ne satisfont pas le peuple qui brave le couvre-feu. Les oppositions désignent Mohamed El Baradei pour engager un processus de transition démocratique. El Baradei, 68 ans, ex-directeur général de lAgence Internationale de l’Energie Atomique AIEA, Prix Nobel de la Paix 2005, est, a-t-il déclaré: 

« …disponible à assumer la présidence de l’Egypte pour une période de transition qui mène le pays à la démocratie. Moubarak doit partir dès aujourd’hui pour laisser place à un gouvernement d’unité nationale. »  

LE CAIRE: LES OPPOSITIONS DESIGNENT EL BARADEI dans EGYPTE el-baradei-iran-FE08-vl-vertical

Publié dans EGYPTE | Pas de Commentaire »

AL JAZEERA DEFIE MOUBARAK: LE LIVE

Posté par provola le 30 janvier 2011

La télé panarabe continue de diffuser en direct sur les évènements d’Egypte:

http://videochat.corriere.it/index_H2401.shtml

On parle de dizaines de morts et de milliers de blessés.

Des avions de chasse et des hélicoptères de l’armée survolent les manifs. La manif principale se tient à Tahrir square.

Obama appelle les ressortissants américains à quitter le pays et demande des élections démocratiques.

On craint un mouvement de panique sur les bourses du Moyen-orient, l’Egypte est un élément de stabilité pour la région, l’un des principaux alliés des occidentaux.

(15H30 GMT+1) Des blindés sont en train de se rassembler place Tahrir au Caire. 

Mohamed El Baradei, figure de l’opposition, se rend à Tahrir Square.

Publié dans EGYPTE | Pas de Commentaire »

LE CAIRE: AL-JAZEERA INTERDITE

Posté par provola le 30 janvier 2011

            Le ministre égyptien sortant de l’Information Anas el-Fekki a ordonné l’interdiction de la chaîne satellitaire Al-Jazeera, qui a largement couvert les manifestations antigouvernementales, a annoncé dimanche 30 janvier l’agence officielle Mena. Le ministre « a décidé que le service d’information de l’Etat devait fermer et annuler les activités de la chaîne Al-Jazeera dans la République arabe d’Egypte, annuler toutes ses autorisations et retirer toutes les cartes (de presse) de ses employés à compter d’aujourd’hui » dimanche, a rapporté la Mena.
Quelques minutes après l’agence, la chaîne, qui a fait état de la décision égyptienne, continuait de diffuser ses programmes en Egypte.

Le président Nicolas Sarkozy, la chancelière allemande Angela Merkel et le premier ministre britannique David Cameron ont appelé le président égyptien Hosni Moubarak à « engager un processus de changement » face aux « revendications légitimes » de son peuple, dans une déclaration conjointe aujourd’hui.

« Nous sommes vivement préoccupés par les événements que nous observons en Egypte. Nous reconnaissons le rôle modérateur que le président Moubarak a joué depuis de nombreuses années au Moyen Orient. Nous lui demandons désormais de faire preuve de la même modération pour traiter la situation actuelle en Egypte », déclarent le président français, la chancelière allemande et le premier ministre britannique dans un communiqué diffusé par l’Elysée.

Ouf, notre porte-parole a enfin daigné se manifester, le silence commençait à devenir assourdissant, ce communiqué est un peu court mais allez donc demander à un parachuté de l’existence de comprendre un soulèvement populaire. Ce n’est pas tous les jours qu’on voit passer une manif du coté de Neuilly.

Notre Président se dit préoccupé, c’est étonnant on dirait qu’il regrette le temps béni des pharaons où la gente touristique pouvait aller se pavaner au bord du Nil et ramener un morceau d’antiquité en guise de souvenir. De Funès ne parle en tout cas pas en mon nom, je suis heureux, pas préoccupé, qu’un peuple se mette debout pour rependre en main son propre destin. 

(Ap)

(Reuters)

Publié dans EGYPTE | Pas de Commentaire »

LE CAIRE: LA JOURNEE EN DIRECT (AL JAZEERA)

Posté par provola le 29 janvier 2011

L’impressionnante respiration du peuple, quand l’histoire est en route:

LE CAIRE: LA JOURNEE EN DIRECT (AL JAZEERA) dans EGYPTE dans EGYPTE

http://tv.repubblica.it/copertina/egitto-in-piazza-contro-mubarak-la-diretta/60921?video=&ref=HREA-1

15H au moins trois manifestants tués en tentant d’entrer au Ministère de l’Intérieur.

Des dizaines de manifestants perchés sur les chars de l’armée.

Les manifestants offrent des fleurs aux militaires. Plusieurs instituts bancaires ont été attaqués à travers le pays.

Nomination d’un vice-Président et d’un nouveau Premier Ministre, des fidèles de Moubarak, ce qui ne devrait pas calmer la rue. 

Publié dans EGYPTE | Pas de Commentaire »

LA PATRIE DES STADES

Posté par provola le 29 janvier 2011

                      Patrie des droits de l’homme ? Mère de la révolution, disiez-vous ?

Entendez-lase taire dès que l’insurrection frappe à la porte des nations, entendez là s’abstraire de toute solidarité. La Tunisie et l’Egypte, c’est pas ce qui va pousser les gens à consommer. 

Obama, Cameron, Merkel y sont au moins allés de leur petite musique, ce n’est pas grand chose mais tout de même, comme ils ne pouvaient pas faire autrement ils ont au moins assuré le minimum syndical.  

Obama a demandé à Moubarak de tenir ses promesses, de permettre l’expression de la démocratie, comme les USA savent bien le faire au grand jour, de grands discours, la main sur le coeur et puis en sous-main, l’ombre sournoise des dictatures imposées par l’Oncle Sam. James Cameron, le Britannique, qui fait comme lui dicte son grand oncle, Merkel, Présidente de fait de l’Europe qui se coletine sa feuille de brouillon.

Et nous ? Dépassés, largués, fusillés, à l’heure H des séismes démocratiques; un Président absent, Chef du G20 mais Architecte des patés de sable. Muet au moment d’évoquer la chute de Ben Ali, il est vrai que les amitiés passées sont une arête plantée dans le gosier, empêchant toute expression des cordes vocales. On aurait voulu accorder l’asile politique au copain de toujours mais ç’eut été trop gros même pour une opinion traitée au chloroforme. Muet sur la chute des Pyramides, puisqu’on à rien a dire à part peut-être qu’on ne pourra plus comme avant se faire une petite descente du Nil aux flambeaux.

Toute cette tristesse institutionnelle nous rappelle combien le symbole de la Marseillaise sorti de son chapeau de temps en temps, et de son contexte, est de ces illuminations transgressives, à vouloir éclairer un futile soir de match mais sûrement pas l’obscurité des barricades.         

Publié dans EGYPTE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LA REVOLUTION DES PYRAMIDES

Posté par provola le 29 janvier 2011

Appellation d’origine contrôlée: 

                       Le soulèvement égyptien a des répercutions à Wall Street, les boursicoteurs ont des accès d’angoisse à l’idée que ces troubles pourraient entraver la marche des affaires dans la région et au delà menacer la stabilité des relations entre Israël et les pays arabes. le Dow Jones perd 1,39% , le Nasdaq, 2,48%. Cela voudrait-il dire que les « marchés » comme ils disent se contentent très bien d’un monde policé et policier n’entravant aucunement l’économie des oligarques ?  Un verre de champagne au goût amer pour les convives de Davos.

 

Des milliers de manifestants dans les rues du Caire

                       L’allocution télévisée du président Moubarak hier soir, vendredi, où il a annoncé le limogeage du gouvernement n’a pas entamé la motivation des contestataires qui, dès les premières heures de la matinée convergeaient vers le centre du Caire pour reprendre les manifestations. Une vingtaine de manifestants ont été tués hier et plusieurs centaines sont blessés. Les États Unis ont menacé l’Égypte de suspendre leurs aides si le gouvernement répondait encore une fois par la violence aux manifestants. Le nouveau gouvernement doit être annoncé aujourd’hui par Moubarak qui a aussi promis des réformes démocratiques et des mesures économiques. Mais la pression de la rue va sans doute aussi s’accentuer et la journée sera sans doute décisive.(source Afrik.com)

http://www.youtube.com/watch?v=FM2o8qrYlt4

http://www.youtube.com/watch?v=WztFwU1VGjs&feature=related

Publié dans AFRIQUE, EGYPTE | Pas de Commentaire »

DAVOS: LA CONFERENCE DE LA PROCHAINE CRISE

Posté par provola le 28 janvier 2011

                         Davos est une bourgade de luxe , perchée au milieu d’un paradis fiscal, ce qui en fait une lentille  d’observation déformée sur l’économie globalisée. De Funès en tant que chef des cérémonies du G20 veut y placer sa ritournelle de la régulation des marchés ce qui en cette période d’euphorie de la sortie de crise revient à faire pousser du riz au milieu du désert.

Les adeptes du bling-bling accourent à Davos comme les chiens attirés par l’odeur des croquettes, des fois qu’il y ait du rab d’os de poulets. Les puissants viennent s’y renifler et les bonnes affaires aussi, pour s’échanger les cartes de visites.

Le mot d’ordre cette année est « en avant toute », comme le mot d’ordre donné par l’amiral du Titanic, les occidentaux veulent se persuader que la crise est derrière nous, les autres n’ont jamais vu passer la crise, portés par des taux de croissance de 10%.

On est pas là pour parler de régulation mais plutôt de bonus et de profits, on est là pour la CROISSANCE, pour regagner la confiance des investisseurs, et montrer sa nouvelle combinaison hight-tech.

Les Bric (Brésil, Russie, Inde, Chine) sont intarissables sur leurs perspectives, ils entament leurs trente glorieuses à eux et ont du mal à s’imaginer qu’on pourrait leur voler leur jouet.  Je te montre mes nouvelles réserves de pétrole, montre- moi tes sables bitumineux, fais voir tes projets en mer Arctique, je te parle de mes terres rares. L’idée est de creuser, de forer, de ratiboiser, de déforester, de brûler, d’épuiser jusqu’à le moindre goutte d’eau potable, d’assécher la Sibérie, de barrer le lac Baïkal, de réduire l’Amazonie à peau de chagrin. Copenhague et Cancun, les dernières conférences ratées sur le climat, vues d’ici sont de simples concepts inexploitables et pas rentables du tout.

La Chine a assez de réserves en Dollars pour tenir à bout de bras les USA, et l’Europe, l’Inde sera bientôt le pays le plus peuplé et forcément le pays à plus fort taux de croissance, là où se font jour les meilleures perspectives de rendement des investissements.

Davos 2011 est l’émergence d’un monde nouveau avec des vieilles recettes, on déplace le curseur de la croissance mais on ne change pas de méthodes. On globalise, on irrigue, on plastronne, on est arrogant , les gains envisagés sur la route de la grande marchandisation affolent les compteurs, les bourses reprennent le chemin du ciel. Les pays en voie de développement appelés aujourd’hui émergents se lance à corps perdu dans la mer des béatitudes du développement à tout crin.

Écartées les craintes environnementales, les crises de l’eau, des forêts, de l’air, les contaminations à l’uranium, au plomb, la science nous sauvera, de toutes les catastrophes annoncées.

Davos est une longue vue prise en défaut de parallaxe, d’ici le miroir est déformant et le club des astronomes bien dans l’incapacité de lever les yeux plus haut que leur pompes taillées Prada.  

Publié dans ECONOMIE, MONDE | Pas de Commentaire »

STEPHANE GUILLON BAT FRANCE INTER

Posté par provola le 28 janvier 2011

                     Souriez braves gens, vous qui vous acquittez sans broncher de la redevance télé, vous allez devoir rembourser le fou qui s’est payé le roi. La radio, marron de tant de tempête dans un verre d’eau et d’une cure  prud’hommale va devoir entamer ses bénéfices pour la modique somme de 212 000 €.

Ne riez pas, c’est vous qui allez devoir mettre la main à la poche. Bien joué Stéphane.

Que ne demande-t-on  à notre grand Ordonnateur d’y aller de sa propre obole ? Après tout l’ordre d’expulsion venait bien de là.

Si vous voulez savoir à quoi tient le licenciement de Guillon par le fait du Prince, relisez l’article : »chronique d’un licenciement politique » à la rubrique les people à poil » ici même, sur ce blog. 

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, LES BOITES AU PILORI | Pas de Commentaire »

LES VOILES DU FUTUR

Posté par provola le 27 janvier 2011

                              Je ne cesserai de défendre l’éolien, dussé-je passer pour un ringard. Non, une éolienne ce n’est pas moche, non, ça ne fait pas de bruit, non ce n’est pas trop cher, oui , c’est rentable, oui, je me pince, je suis gré à De Funès d’avoir pris cette initiative de rentabiliser le vent français et de tacher de rattraper le retard que nous avons pris dans le développement de cette énergie propre, ou en tout cas bien moins sale que les autres sources d’énergie.

Un appel d’offre a donc été lancé pour la construction de 600 turbines off-shore qui devraient développer une puissance totale de 3000 MW, soit la puissance de 2 super-réacteurs nucléaires EPR, ce qui représente un investissement global de 10 milliards d’euros. 5 sites ont d’ors et déjà été retenus pour la réalisation de ce projet grandiose, au large des cotes de la Loire, de Bretagne et de Normandie.

Ce projet n’est que la première étape d’un plan encore plus ambitieux qui vise à terme, à installer une puissance éolienne de 25 000 MW d’ici 2020, dont 6000 MW off-shore.

Que n’a-t-on entendu sur la prétendue laideur de ces barres d’éoliennes, qui en plus dérangeraient les bancs de poissons ? Ceux-là mêmes qui se prosternent devant nos mégastores et ne cherchent qu’à développer nos zones industrielles à perte de vue sont ceux qui aujourd’hui viennent crier au scandale chaque fois qu’on évoque l’idée d’installer un moulin à vent.

Que de sornettes lancées à tous vents sur le prix exorbitant du kilowatt-heure éolien si comparé au nucléaire. A-t-on pris en compte en calculant le coût réel de l’énergie nucléaire les conditions sanitaires exaspérantes des zones d’extraction du minerai d’uranium au Niger (se reporter aux articles: les vrais terroristes d’Arlit), a-t-on mis dans la balance qu’on ne sait toujours pas se débarrasser définitivement des déchets radio-actifs ?  

La vie n’a pas de prix, et la vie est plutôt du coté du vent.

Publié dans ECOLOGIE, ECONOMIE | Pas de Commentaire »

LES LACHES (2)

Posté par provola le 25 janvier 2011

                      Invitées à la grand-messe du Président, les cohortes de forçats du clavier, représentantes d’une certaine presse, pouvaient avoir une excuse à trop vouloir enfiler la combinaison du parfait plongeur en apnée d’idées. Le Grand Ordonnateur des lieux voulait une Conférence mondiale, Mondiale qu’il la voulait…

Le drame de cette simagrée infantile aura été que dorénavant, les grands dossiers de la planète ne trompent plus personne. La taxe sur les transactions financières, autrefois taxe Tobin, ressortie du chapeau pour l’occasion, aura la fin de la taxe carbone, instituée le temps d’une idylle jamais consommée avec des écolos à la botte. La régulation de l’économie globalisée est une autre nébuleuse qui n’affole que les colloques dorés du seizième arrondissement.  Le tackle exhortant le FMI à plus de volontarisme vis à vis des pays pauvres, à une surveillance des déséquilibres mondiaux et des flux de capitaux est un coup d’épé dans l’eau saumâtre des potentats.

Comme le menu de cette conférence à l’auditoire anesthésié aura été une indicible litanie, le dessert se chargea de remplir les estomacs ainsi que les papiers vides des téléscripteurs ambulants. Le protocole mit les petits fours dans les grands plats et la presse mal dans son assiette. Le Chef de proposer une série télé de seconde zone, de dispenser sa culture de bazar, d’exposer sa science de la pierre à feu. Car il est cultivé notre De Funès, il ne s’agirait pas que le peuple de France eut un dirigeant de série B.

Et notre presse de japper de plaisir, nos affamés de petites histoires de boire les paroles et les bulles du phénomène de cirque, perdu dans les fastes de la béatitude. Au petit jeu du comique de rôle, le boss se montra intarrissable et pour dissoudre toute tentative de rupture du charme et de la feuille de route programmée, le drône à script proposa qu’on passe à table.

Les journalistes qui s’empiffraient d’éclairs mais pas de génie ne relevèrent pas l’affront de la mise en lampe à huile et s’en jetèrent un autre derrière la cravate. A qui ne dit rien consent, nos poètes disparus sont passés maîtres, nos parachutes dorés de la plume sont gagnants à tous coups, face à cette horripilante procession des barons du verbe, on ne peut que se prosterner, de honte, d’une génuflexion factice, à vouloir tracer le sol d’une future barricade.

Tant que les pouvoirs pourront se gargariser sur le ventre mou et consentant des médias, le peuple se verra écarté des vrais choix de société, non pas seulement invités à l’aune des mascarades institutionnelles. Tant qu’une clique d’insdustriels pourront se payer des danseuses d’images et de son, se masquer derrière une encre invisible  sur des pages indolores alors la démocratie ne sera qu’illusion, la liberté de savoir un privilège à puissants.  

Tant que les dinosaures du microcosme, et des écrans plats, se cramponneront à leur statut de stars déclinantes, les colleurs d’affiches du changement de programme seront bradés à la bourse aux idées. Cette expérience nauséabonde de pûre langue de bois aura au moins planté le décor du marasme politique ambiant, de cette connivence insoutenable entre pouvoir politique et pouvoir économique; la gente bavardante n’étant qu’un maillon de la chaîne d’asservissement des opinions.

En somme, cette journée de dupes était sans doute destinée à entrer de droit dans les oubliettes de l’histoire de la République.    

Publié dans MEDIAS | Pas de Commentaire »

LES LACHES

Posté par provola le 24 janvier 2011

                    S’il avait fallu un événement pour démontrer l’asservissement de nos troupes de dégénérés appelés « journalistes » faute d’autre dénomination, nul doute que la soi-disant « conférence de presse » de notre Président De Funèsque, nous aura définitivement éclairé.

Jugez-en: des dizaines de moutons bêlants, armés de stylos tremblants, assis sur leur convictions de redresseurs de torts, plantés sur la notion de leur propre engagement, rivés sur le parquet ciré des despotismes de la cinquième République. Un brin fiers d’être là, après tout ça n’arrive pas à tout le monde de caresser le cul des strapontins, un tantinet gênés de prendre la place de vrais emmerdeurs qui n’ont rien à perdre que le risque de se faire entendre.

Il étaient tous là, à la cour, pour se montrer et cacher leur couardise qui n’est qu’une courtoisie mal placée. Pas une question qui dérange, pas un éclair de verbe, que du verbiage sans sel.

Rien sur le chômage, exit la précarité, dehors les protestations, inconnues les revendications, sacrilège les luttes. Rien sur le peuple, qu’un sentiment de satisfaction après quatre ans inutiles. Et ces cohortes infâmes, muettes au moment du rendez-vous populaire.

Que de la communication élyséenne, car la saison est à la reconquête de l’opinion, et qu’il faut donner du vent, des affaires étrangères pour faire croire qu’on attend quelque chose d’un homme qui n’a jamais abouti aucune idée.

Que devraient attendre les administrés du G20 d’un Président incapable de répondre aux fausses questions d’un auditoire bridé ?   

Pauvres diables de scribouillards, pauvre crème des élites pensantes, pauvres arguties de pacotille, pauvres limités du ciboulot qui vendangent les interrogations des gens d’en bas.

Et ces manchettes de journaux impénitents, trop lâches pour délivrer une parole qui ne soit la bonne, celle d’en haut. 

Publié dans MEDIAS, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

EFFET DE TERRE

Posté par provola le 23 janvier 2011

                          L’effet de serre, qui pour nous sera un « effet de terre », est une sorte de bombe à retardement pour la planète, le problème est que l’on a fini de de combler le retard. Il nous reste à subir l’effet d’explosion des températures. C’est ce que nous explique l’étude publiée cette semaine sur la revue Science, et réalisée par le Centre National pour la recherche atmosphérique (USA).

Selon cette étude, l’augmentation de la concentration de CO2 dans l’atmosphère, suite à une hausse continue des émissions anthropiques pourrait provoquer une hausse des températures bien plus rapide que celle estimée jusqu’ici. Le groupe de scientifiques dirigés par le climatologue Jeffrey Kiehl estime que les prévisions sont bien pires que les hypothèses retenues car à ces niveaux de consommation des combustibles fossiles, le taux de CO2 dans l’atmosphère atteindra (atteindra à terme, c’est à dire quand les hommes commenceront à se préoccuper de leur air) environ 900 parties par million, le même qu’il y a environ 35 millions d’années.

A cette époque la température moyenne à la surface du globe devait être d’environ 31 degrés, soit 16 degrés de plus qu’actuellement…  

Aujourd’hui le taux de concentration est de 388 parties pour un million, depuis 1750 le taux de CO2 est passé de 280 ppm à 388 ppm, la teneur en CO2 n’a jamais été aussi forte depuis plus de 2 millions d’années. En 2009, les émissions de CO2 ont été deux fois plus importantes qu’en 1970. Actuellement, le total des émissions de CO2 est de 35 Gt par an alors que la Terre n’en absorbe que 11.

Selon l’Agence internationale pour l’énergie, les émissions annuelles augmenteront encore de 130 % d’ici 2050. 

EFFET DE TERRE dans RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Flux_carbone_fr

Publié dans RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE | Pas de Commentaire »

LE VOTE INUTILE

Posté par provola le 22 janvier 2011

                         L’ultime extravagance,pas chère, se payer le luxe de se foutre d’un système de spoliation du débat public, d’une République fictive qui donne un débat au peuple comme on donne la patée au chien. Voilà notre seule liberté.

Je n’ai aucune raison de voter Mélanchon, c’est la raison pour laquelle il est assuré de mon soutien. Il n’a aucune chance d’être élu, c’est déjà sa première qualité, il n’a aucune raison de se plaindre de l’existence, ce qui lui laisse toute légitimité dans la révolte. Il occupe un espace politique en profitant de la déliquescence communiste, j’ai même entendu sur les antennes de la grande propagande qu’il lui était reproché d’être bien sapé. Honnêtement un homme qui se dit de gauche et qui est bien fringué, ça ne passe pas.

Il est arrogant, impulsif, borné alors qu’on attend d’un politique qu’il soit mielleux, posé et universaliste.

Il est pour les services publics, c’est à dire pour les trains qui arrivent en retard, pour les hôpitaux qui vous refilent des maladies nosocomilales, pour l’école publique alors que c’est un repère de gosses ne sachant ni lire ni écrire, alors que seules les grandes écoles privées permettent de faire éclore les élites de demain.

Il veut imposer une limitation de l’écart des rémunérations, alors que seuls les très hauts salaires permettront de relancer la consommation des plus fortunés et donc la croissance. Il veut taxer les riches alors qu’il faut éviter de leur faire peur pour les conserver chez nous.

Il veut réduire les inégalités alors qu’on manque de grandes fortunes, il est populiste, il s’adresse aux classes défavorisées qui ne votent plus depuis longtemps. Il est passéiste, il veut préserver les acquis sociaux qui brident l’économie. 

Il n’aime pas les Américains qui nous ont sauvés en 40, il préfère les Chinois qui ont envahi le Tibet, il déteste le Dalaï Lama qui ne lui a rien fait.

Il fustige les médias qui nous diffusent la bonne parole chaque jour et qui sont les garants du pluralisme, il ose défier l’establishment financier, l’oligarchie qui nous donne du boulot, le corporatisme journalistique alors qu’on a besoin de travailler et d’être bien informés par des cracks de la bien-pensance.

Il veut détruire le système qui nous méne tout droit vers le bonheur et qui nous a donné des centres commerciaux, des écrans géants et des belles bagnoles.

Il est de ces bourgeois staliniens qui s’offusquent pour exister, fils spirituel de Mitterrand, il est tout et son contraire, en fait il n’est donc nulle part, proche des thèses de Marine Le Pen, anti-mondialisation, nationaliste, populiste, anti-socio-démocrates, raciste, anti-riches.

Trêve de perfidie, on remet les choses à l’endroit, et ça donne: 

C’est un déferlement de quolibets et d’insultes qui ont accueilli l’annonce de sa candidature, l’acharnement du supplétif du CAC40 Demorand sur l’antenne d’Europe 1 aura été un monument de mauvaise foi (voir la vidéo ci-dessous), il y a les investissements du groupe Lagardère à préserver et des parts de marché en chute libre. 

Ses anciens potes du PS lui tirent dessus à boulets rouges, Valls, Jean-Paul Huchon, le roi des culottés, le condamné avec sursi, réélu, pour qui : » Son langage est proche de celui de l’extrême droite mais c’est plus grave que Le Pen, il incarne le populisme d’extrême gauche « 

On le voit, tout le monde à un intérêt quelconque à lui taper dessus, et la gauche qui n’est pas de gauche à plus d’avantages que d’autres, ce qui le rend particulièrement attachant, il ne représente personne, pas de groupe de pression, il est seul, avec quelques indiens d’Argenteuil ou de Montreuil échappés d’une réserve de grands gueulards, il rassemble les communistes qui sont déjà morts, et des écolos transis en peine de vrais combats. Ses dents de travers le rendent illisible dans les shows télé, où la règle est à la bouche impeccable et à la blancheur Colgate, ça s’appelle authenticité, pas de chichi, du rentre dedans, et si ça ne plaît pas tant pis, au moins c’est dit.

Nul besoin d’entrer dans les détails, la critique qui ne le ménage pas ne s’embarrasse pas de détails, on plaque dans les généralités, on flingue dans les apparences, ceux qui mordent ont forcément la dent acérée pour des raisons inavouées, il n’ont aucune envie qu’une boule à la mèche allumée et incontrôlée vienne bousculer le jeux de quilles, figé, des grands équilibres financiers.  

http://www.youtube.com/watch?v=MnqZWV_-nzg

Article accepté à la parution sur:           LE VOTE INUTILE dans POLITIQUE icone_redacteur2

  

 

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

L’ ALGERIE QUI S’EN VIENT

Posté par provola le 22 janvier 2011

                  Manifestation interdite aujourd’hui à Alger, des dizaines de blessés, des partis d’opposition empêchés, l’escalade semble enclanchée:

http://www.dailymotion.com/video/xgolva_42-blesses-a-la-manifestation-interdite-dyalger_news

Publié dans AFRIQUE | Pas de Commentaire »

LE RETOUR DE DON QUICHOTTE

Posté par provola le 21 janvier 2011

                      Ce n’est pas un moulin à vent sauf que c’en est un, je veux dire que ça n’est plus une chimère, un moulin à vent, que Don Quichotte peut enfin être fier du résultat obtenu à vouloir faire avancer les moulins.

Vous n’avez rien compris, c’est normal, on est en Espagne, je suis content, un peu saoul, de satisfaction, j’écris machinalement , les mots défilent tous seuls au gré du vent d’espoir. Vous me connaissez, vous n’avez pas l’habitude de rire en lisant CNC, le fait d’ouvrir les yeux de nos jours s’avère une expérience punitive, les défis environnementaux ressemblent à s’y méprendre au combat contre les moulins à vent.

C’est une histoire de moulins à vent, mais les bons moulins d’aujourd’hui, appelés éoliennes. Ces moulins personne ne les aime, mais ils sont bien sympathiques parceque de ce coté-ci des Pyrénées,  ils ne font plus rire personne.

Pensez donc, les Espagnols n’ont pas de pétrole, mais ils ont désormais des éoliennes, et les éoliennes, c’est mieux que des idées si les idées c’est juste de construire des centrales nucléaires. Les Espagnols ne font pas dans la demi-mesure, ils lancent la construction à Séville de la plus grande centrale solaire au monde et je demande tout de suite ma naturalisation s’ils continuent de croire qu’ils faut se battre pour les moulins à vent.

Pensez donc, en novembre dernier, durant quelques heures, l’énergie produite par le parc d’éoliennes a représenté plus de la moitié de l’énergie électrique totale produite par le pays, on était sûrement en situation de tempête, à décorner un taureau de corrida ou à dépaler une éolienne, mais tout de même. Ce record, c’était juste l’équivalent de 11 centrales nucléaires. Depuis quelques années déjà , l’Espagne est le troisième pays au monde pour sa puissance éolienne installée, avec une production annelle de 36000 MWh. (78000MWh produits par les centrales à gaz, 53000 MWh par les centrales nucléaires) 

Les Ibères nous montrent par ce résultat spectaculaire combien l’investissement dans l’éolien peut être plus qu’une lubie d’écolo endurci, le chemin est tracé qui conduit vers une meilleure appréciation des possibilités offertes par les énergies renouvelables. Ce record emblématique est l’aboutissement de décennies de luttes contre les lobbies pétroliers ou nucléaires, d’éveil des consciences.  

Cette victoire ne doit pas effacer des esprits la meilleure façon de produire de l’énergie qui demeure celle de ne ne plus en gaspiller. Économiser 30% de consommation n’est pas un obstacle insurmontable, pour quiconque se donne pour objectif de dominer son addiction énergivore.

Mais cela est une autre histoire; une autre sorte, de moulins à vent.  

Publié dans ECOLOGIE, ESPAGNE | Pas de Commentaire »

LE BUSINESS DU DESASTRE.

Posté par provola le 20 janvier 2011

                      Pour l’économie globalisée, un tsunami est un simple coût, un tremblement de terre, un investissement très rentable, la guerre, un fond de roulement, le réchauffement climatique, une excellente affaire.                       

Les exemples ne manquent pas qui nous indiquent combien les catastrophes naturelles ou provoquées par l’homme, contribuent en fait à la fameuse croissance.

En éliminant le mercure de de nos thermomètres on pensait l’avoir éloigné de nos fesses, voilà qu’il nous revient sous la forme d’une pluie hautement toxique. Seul métal liquide à température ambiante, le mercure est produit à parts égales par les sources naturelles et les activités humaines (production de chlore, combustion du charbon, incinération des déchets)

La concentration de mercure dans les régions arctiques a été multipliée d’un facteur 10 depuis le début de l’ère industrielle et durant les trente dernières années, les taux n’ont cessé d’augmenter malgré la stagnation des émissions dues à l’activité humaine. Le métal oxydé largué dans l’atmosphère y séjourne environ un an, ce qui lui laisse le temps de rejoindre les régions polaires et s’y déposer sur la banquise sous forme de méthylmercure, un composé ultra-toxique.

Le stockage dans la gangue de glace se faisait alors naturellement, sauf que depuis que les glaciers fondent à vue d’oeil, ce dépotoir géant de mercure se déverse dans l’océan où il est ingurgité par la faune et la flore marine. Les populations locales, Inuits et Esquimaux en premier lieu, en bout de chaîne alimentaire, se trouvent confrontés à une pollution invisible et présentent des taux alarmants de mercure dans le sang bien supérieurs aux taux recommandés par l’OMS.

Ne nous inquiétons pas trop (c’est nerveux) , en effet cette intoxication globalisée devrait très vite favoriser l’émergence de pathologies favorables au business de l’industrie pharmaceutique, ce qui pourrait avoir des répercutions bénéfiques à la croissance. 

De la même manière, la fonte de la calotte glaciaire arctique a d’autres répercutions que le fait de menacer l’ours blanc, elle va permettre l’ouverture de nouvelles voies de navigation au nord de la Sibérie et du Canada, ce qui favorisera les échanges intercontinentaux, elle permettra le développement rapide de régions ne participant pas encore au réchauffement climatique, à part la fonte du permafrost qui commence à relâcher en grande quantité du méthane, lui-même stocké dans le sol et bien plus néfaste que le CO2.

Tout ça n’est pas grave, rien n’est grave tant que cela permet la recherche pétrolière, l’exploitation de nouveaux gisements et l’implantation de nouvelles plates-formes en Arctique. Les techniques d’extraction en milieux extrêmes ont évolué, leur coût les rendaient jusqu’à présent irréalistes mais l’augmentation du prix du pétrole brut du à la raréfaction des ressources prouvées rend la ruée vers le grand nord particulièrement rentable à terme.

Total qui comme ses congénères ne peut se permettre une baisse de ses réserves prouvées dans son bilan, de peine de voir s’effondrer son cours de bourse, vient de signer coup sur coup des accords de partenariat avec une compagnie russe visant à explorer les fonds sous-marins du grand nord et de récidiver avec une compagnie canadienne pour exploiter les sables bitumineux d’Alberta. 

Moins il y aura de pétrole, plus son prix augmentera, plus il deviendra possible économiquement d’en rechercher, et donc de poursuivre ce processus calamiteux de recherche de nouveaux gisements, et plus les prix augmentent, mieux la croissance se porte.

Le prix est la seule certitude tangible de notre économie, l’environnement, une simple variable d’ajustement.

Ne doutons pas que l’invasion prochaine des plates-formes de forages dans des régions préservées jusqu’ici, sera fructueuse et contribuera encore longtemps à l’approvisionnement des futures générations; au grand dam des calottes continentales antarctique et du Groënland qui seront réduites à simples champs d’exploitation à l’horizon 2150, à l’époque des grandes récoltes de bananes sur la colline de Montmartre.   

Cet article a été accepté à la publication sur : LE BUSINESS DU DESASTRE. dans ECOLOGIE icone_redacteur

Publié dans ECOLOGIE, RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE | Pas de Commentaire »

ON FLINGUE LES MARQUES: AUCHAN

Posté par provola le 19 janvier 2011

                    Arnaud Mulliez, première fortune de France (Les Mulliez, famille fondatrice du groupe Auchan et évadée fiscale notoire, en Belgique), à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’enseigne de distribution:

« En matière de développement durable, chaque hypermarché plantera 50 arbres. »

Avec ça on est sauvés.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, LES BOITES AU PILORI | Pas de Commentaire »

TUNISIE: A QUI LE TOUR ?

Posté par provola le 19 janvier 2011

                    La Tunisie n’aurait pas basculé sans le sacrifice de Mohamed Bouazizi ce jeune commerçant de 26 ans, empêché de travailler par les milices de Ben Ali. De là partit la révolte, ce geste déclencha le déchainement que l’on sait. Bouazizi s’immola le 17 décembre 2010, pour signifier son désespoir et le manque de perspectives. Il restera le symbole du soulèvement du peuple. Son geste, relayé, médiatisé ne doit pas nous faire oublier le sacrifice des autres martyrs de la liberté.

Yacoub Ould Dahoud s’est immolé le 17 janvier à Nouakchott en Mauritanie, le même jour Abou Abdel Monem  s’est immolé au Caire comme deux autres désespérés. En Algérie, Mehanaine Karim 38 ans père de trois enfants a tenté de se suicider, Mohcen Bouterfif a tenté de s’immoler à Tebessa, il est actuellement sous assistance respiratoire. Des émeutes de la faim éclatent ci-et-là et les tentatives d’immolations se multiplient. Il faut signifier que ces gestes de la dernière chance ne resteront pas sans lendemain.  Partout, la même exaspération se propage, la même détermination défient les pouvoirs centraux, ce constat d’appartenance à un monde cloisonné, misérable, sans avenir.

D’Arabie Séoudite, du Maroc, de Dubaï, de Mauritanie, du Soudan, d’Algérie, de Lybie, d’Egypte, des soupirs étouffés nous parviennent, comme des appels à une prise de conscience.

Comme nous n’avons pas vu ou pas voulu voir la montée protestataire tunisienne, saurons-nous accompagner, ou au moins ne pas entraver l’instauration de régimes démocratiques dans les autres pays arabes ?  

Nous contenterons-nous de ronds de jambes, d’actes de contrition forcés. Nous habituerons-nous à l’émergence de partis nationalistes tels que le FN, qui nous expliquent que nous c’est nous et eux c’est eux, que nous devons nous replier sur notre nombril, alors que le développement harmonieux et démocratique de la zone des pays arabes est le seul rempart face à la menace islamiste.

Serons-nous les prochains sur la liste des Ponce Pilate ?

Garderons-nous encore longtemps ce genre de Ministres de pacotille, façon Alliot -Marie qui nous explique sans ambages que nos flics d’élite ont une réputation mondiale et comment ils auraient maté l’insurrection populaire tunisienne ? Entendra-t-on encore longtemps ce silence assourdissant, cette chape de plomb, au dessus de l’Elysée qui n’a subitement plus rien à dire alors que la règle était jusqu’ici: une idée par jour.  

Disculpera-t-on encore cette Europe vide et son parlement improbable qui assiste et ne bronche pas, cette institution qui prouve en ces moments historiques sa totale vacuité ?

Nous satisferons-nous de petites combines à la sauvette, de Directives insignifiantes sur les camemberts au lait cru et le poids de la baguette ? Continuerons-nous les arrangements à lobbies, les réunions en catiminie, les cocktails, les petits fours, les tapis rouges au transit des oligarchies, au gré des contrats ? Et ces murs de la honte tout autour de notre continent comme un drapeau d’indifférence, comme une culpabilité avouée.

Fermerons-nous encore les yeux face aux crimes, entendrons-nous ces cris ?

Tsonga est au troisième tour de l’Australian Open.

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS, TUNISIE | Pas de Commentaire »

TUNISIE: LA MEMOIRE COURTE DU PS

Posté par provola le 18 janvier 2011

               Les Socialistes ont beau jeu aujourd’hui de fustiger l’UMP, Hubert Védrine, mentor du PS pour les questions diplomatiques et la langue de bois (ce qui est la même chose), Ministre des relations extérieures du gouvernement Jospin, jouait également la même partition, voici un article de « Libération » du 6 aôut 1998 qui l’illustre parfaitement: 

« PARIS CONFIRME SON SOUTIEN AU REGIME TUNISIEN, HUBERT VEDRINE A TUNIS POUR PREPARER LA PROCHAINE VISITE DU PRESIDENT BEN ALI.

Après l’Algérie et le Maroc, Hubert Védrine ne pouvait trop attendre, sauf à alimenter les inquiétudes tunisiennes quant à un éventuel changement de cap de la politique étrangère du gouvernement de Lionel Jospin. Au cours de sa visite de vingt-quatre heures à Tunis, qui s’est achevée hier, le chef de la diplomatie française a eu tout loisir de rassurer ses homologues: il a «confirmé» au président Ben Ali les «orientations du président Chirac», qui, lors d’une visite en octobre 1995, avait vanté le «modèle démocratique tunisien» et annoncé un doublement des aides, passées à 1,1 milliard de francs par an. Hubert Védrine et son homologue Abderrahim Zouari ont donc abordé le développement des investissements français ainsi que le programme de mise à niveau de l’économie tunisienne. Ils ont aussi parlé du blocage du processus de paix au Proche-Orient, de la situation en Afrique et des moyens de renforcer les relations euro-méditerranéennes.

Le chef de la diplomatie n’a pas manqué non plus d’évoquer la visite en France du président Ben Ali, prévue de longue date et déjà reportée à plusieurs reprises. L’automne dernier, sa demande insistante de faire un discours à l’Assemblée nationale, comme avant lui le souverain marocain Hassan II, avait tout fait capoter. Puis, au printemps, la dissolution avait entraîné un nouveau report, alors qu’un compromis avait été mis au point par Philippe Séguin, grand ami du régime tunisien. Finalement et sauf contre-ordre, elle devrait avoir lieu à la mi-octobre.

L’épineuse question des droits de l’homme ne figurait officiellement pas au menu des discussions, mais le Quai d’Orsay laisse entendre que ce genre de questions se traite d’autant plus efficacement dans la discrétion. »

Publié dans POLITIQUE, TUNISIE | Pas de Commentaire »

12
 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement