• Accueil
  • > Archives pour décembre 2010

CANCUN, RIEN NE VA PLUS

Posté par provola le 11 décembre 2010

                          A force de jouer l’avenir de la planète à la roulette russe, on va finir énerver le Dalai Lama. La ministre mexicaine des Affaires étrangères, Présidente de la conférence de Cancun sur  le réchauffement global, a estimé que: « l’accord signé ouvre une nouvelle ère pour la coopération internationale sur le changement climatique »

Le problème est qu’en plus de se foutre de notre gueule, les conférenciers ont probablement engagé l’humanité vers le grand renoncement à tous les objectifs antécédents de réduction des émissions de CO2 et l’acceptation colatérale d’une inéluctable augmentation des températures. L’accord se fait donc sur une base minimale qui pourrait se définir ainsi: « Nous sommes tous d’accord pour admettre que nous ne pouvons rien faire. » 

Cancun ne déçoit pas parceque Cancun ne présageait rien de bon. C’est peut-être ce qu’on pouvait en attendre de mieux. Ne nous voilons pas la face, les 190 pays réunis sur le tapis vert de Cancun planchaient sur la façon de changer nos comportements incontrôlés, notre façon de vivre, or aucun n’a réellement envie de renoncer à la course à l’échalote. Le colloque a permis un échange de vue, blabla, vous savez c’est ce qu’on dit lorsqu’on n’a rien à dire. 

Le problème est que si vous regardez par l’autre bout de la lorgnette, vous vous rendez compte que l’on a encore perdu un an, un an d’accumulation incontrôlée de gaz à effets de serre dans l’atmosphère, un an à regarder passer les bancs de fumée noire.  

Nathalie Kosciusko Morizet notre représentante est contente, ouh quelle est contente, voici son sentiment: « C’est un bon texte, qui va nous permettre d’aller de l’avant , cela fait trois jours que nous ne dormons pas, pour parvenir à un consensus » Faute de pouvoir dire que le texte adopté est une régression totale, elle nous bacine sur ses conditions d’hébergement et son statut de travailleur de force.

Nathalie était en cela aidée par l’ancien chefaillon du clan des écolos re con verti en diplomate de la plante verte, le bien nommé Brice Lalonde qui a tout du Brice mais rien du Nice. (Cécile Duflot, Reine des verts, consciente du mauvais pas de deux de Cancun n’avait même pas fait le déplacement n’ayant pas trouvé d’hôtel à sa convenance, elle avait préféré rester se geler à Paris plutôt que suivre nos représentants de luxe au Mexique.) Brice Lalonde, celui-là un habitué des tapis en lieux et places des moquettes, qui lançait des pavés il y a trente ans mais qui s’assoit maintenant sur des strapontins, Brice pour les intimes, ce nom ne vous dit plus rien mais c’est quand même lui qui porte notre parole écolo sur l’estrade et qui est payé pour cela. Comme il porte en lui l’étiquette du nucléaire alors qu’il était militant anti-nucléaire avant-hier, on imagine sa crédibilité au plan de la lutte contre le réchauffement, parlez-en aux mineurs d’uranium, les contaminés du Niger.

Vous avez dit consensus ? le mot est laché, il fallait bien que ce grand barnum accouche de quelque chose sans quoi on aurait fini par se demander pourquoi envoyer tant de monde pour une négociation qui n’apporte rien. On a donc fini par se mettre d’accord, non pas sur la poursuite des mesures de Kyoto mais sur la création de « fonds verts ». Les fonds verts sont le contraire de ce qu’il faudrait pour améliorer la situation, imaginez: vous habitez sur le bord du périph et vous ne dormez pas la nuit à cause du bruit ? Le fond vert va vous indemniser pour que vous puissiez changer vos fenêtres, la solution n’est pas de ralentir la circulation mais de mettre du double-vitrage. Vos enfants déclenchent des crises d’allergies à cause de la pollution industrielle ? Le fond vert vous rembourse la ventoline pour leur continuer de respirer. Voilà, le fond vert est un ectoplasme qui va permettre aux pays pauvres, les plus exposés au réchauffement climatique, d’atténuer les souffrances.    

On nous disait que Cancun ne devait pas ressembler aux meurtrissures de Cophenhage, mais plutôt à la grande illusion de Kyoto, où l’on avait en effet décidé de réduire les émissions de CO2. On a fait pire, on a signé le quitus de la fuite en avant.

En fait, si  Kyoto n’avait réussit qu’à prendre des décisions qui n’ont jamais été suivies d’effet, c’est parcequ’il y manquait le volet répressif, on avait tout simplement occulté à Kyoto de se doter des mesures devant contraindre les états à se conformer aux règles de frugalité, inséparables du versant politique. Pas de résultats sans sanctions, c’est le constat de 13 ans d’échecs, je peux toujours vous dire que vais arrêter de fumer au restaurant, si on ne m’oblige pas à le faire, je continue à enfumer mes voisins de table, et moi en même temps. 

Donc, incapables de s’auto-réguler, ce qui reviendrait à renoncer à la sacro-sainte Croissance pour tous, les états ont décidé de se doter de fonds, ce qui veut dire mettre dans un pot commun, sans que les moyens de se doter de ce fond ne soit définis. Autant dire qu’il n’y aura pas de pot, car la priorité n’est pas de gaspiller des milliards à vouloir sauver la Terre mais de s’entendre sur la façon de préserver les paradis fiscaux.

Toute la planète s’est entendue sur ce constat d’échec, ce qui revient à une victoire. Toute ? non car un État a refusé la bouffonnerie et de signer l’arrêt de mort de notre atmosphère, la Bolivie de Morales pour qui il semble clair  que le processus n’est qu’une plaisanterie respectant le dictât des lobbies industriels. Ces manipulateurs sous la coupe desquels discutaient les pions de Cancun, pour qui il n’est pas de survie ou de domination sans une constante augmentation des flux, des trafics et des chiffres d’affaires, ce qui implique de poursuivre la gabegie économique et la destruction méthodique des milieux naturels.

En attendant un hypothétique Père Noël nous apportant les climatiseurs de l’au-delà, 2010 est l’année la plus chaude depuis que des mesures de températures existent au niveau mondial, bonnes gens dormez tranquille et consommez bien, on s’occupe de votre mort. Et de votre caisse, en bois imputrescible.  

Publié dans ECOLOGIE, RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE | Pas de Commentaire »

LIU XIAOBO, ON SE REVOIT DANS ONZE ANS

Posté par provola le 10 décembre 2010

images5.jpg 

Si l’on est encore là, toi il ne fait aucun doute que tu y seras.

Publié dans ASIE | Pas de Commentaire »

LES PILULES QU’ON NOUS FAIT AVALER (4)

Posté par provola le 10 décembre 2010

                        Les enfantstrop petits , vous savez bien, ceux qui ne correspondent pas aux courbes. On n’a plus le droit d’être en dehors des courbes, d’être petit. Être con ça fait rien, mais être trop petit, faut pas pousser.

Les enfants doivent tous être plus grands. Plus grands que quoi ? Plus grands que les courbes, c’est le carnet de santé qui le dit. Si vous êtes en dessous des courbes, vous êtes foutus. Il y a trente ans , Coluche disait que la bonne taille c’était quand les pieds touchent par terre, maintenant il faut être plus grand, Miss France mesure 1,80 m, peut importe qu’aucune nana ne lui arrive à la cheville, mais elle est plus grande que les autres, ça la rend plus belle. Faut pas chercher, c’est moderne.

Alors comme on ne supporte plus qu’il y en ait de plus petits pour que les autres se disent plus grands, on est prêts à donner à notre progéniture n’importe quoi qui permettrait de gagner quelques centimètres, qui permettrait aux notres d’être plus grands que ceux des autres. Faut être moins con que les autres.

Après le scandale de l’hormone de croissance fabriquée avec des restes de cadavres, on apprend aujourd’hui, toujours par L’Afssaps, l’Autorité qui veille sur notre croissance, que les hormones synthétiques utilisées depuis pourraient bien présenter elles aussi des vices cachés.

Une surmortalité de 30% a été observée chez les patients traités pour un retard de croissance durant l’enfance même s’il n’est pas prouvé que l’hormone en soit bien la cause.

30% de plus, c’est un « signal » pour l’Afssaps, qui explique que cette mortalité est associée à des accidents vasculaires cérébraux. En France, une dizaine de milliers d’enfants et d’adolescents sont actuellement traités avec ces hormones. 

Affaire à suivre.  

Publié dans SANTE | Pas de Commentaire »

DES NOUVELLES DU TROU (2)

Posté par provola le 9 décembre 2010

                         Le trou va bien, enfin mieux, enfin moins mal, prenons les bonnes nouvelles, quand elles tombent, sans se bercer d’illusions.

Après avoir failli envahir une bonne partie de notre haute atmosphère il semble que le trou de la couche d’ozone ait tendance à se résorber. L’Institut national néo-zélandais de recherche sur l’eau et l’air vient d’annoncer que le trou de la couche d’ozone est le plus petit depuis 5 ans. Les dernières mesures effectuées en 2010 indiquent une étendue de 22 millions de km2 soit 2 millions de moins que l’année dernière. La perte maximum de la couche a été de 27 millions de tonnes soit 8 millions de tonnes de moins qu’ en 2009. La pire année sur le front du trou auront été les années 2006 et 2000, avec 29 millions de km2 et une perte de 43 millions de tonnes.

Bien qu’il soit encore difficile de proclamer la fin de l’alerte (les variations sont sensibles d’une année à l’autre et la vérité d’aujourd’hui n’est pas forcément la vérité d’hier ou celle de demain), les Néo-Zélandais estiment que le protocole de Montréal en 1987 signant la fin des chlorofluorocarbones (CFC) a permis de stopper l’hémorragie. Un bon exemple de gouvernance au moment où se joue la guerre des températures globales à Cancun ?

Rappel de l’article du 29.01.10:

LES NOUVELLES DU TROU

On l’avait enterré un peu vite, en fait plus on cherche à le combler, plus le trou grandit. Il avait suffit que les grands de ce monde se penchent sur le vide d’ozone pour croire que le problème était réglé. Résultat en septembre 2009 , sa superficie n’aura jamais été aussi grande (à part 2006 record absolu, à égalité avec 2000).

En effet, les fameux CFC destructeurs(gaz entrants dans la chaîne du froid) avaient été bannis des process industriels. Or un marché parallèle de production des CFC existe encore et toujours qui ralentit la résorption naturelle des gaz nocifs en excès dans l’atmosphère. A force de s’occuper du CO2, d’enfumer l’opinion avec les gaz d’échappements, on en a délaissé notre bouclier terrestre. 

Une nouvelle menace plane désormais sur nos têtes, sous forme d’un nouveau gaz mangeur, le protoxyde d’azote. On le savait déjà capable de réchauffer l’atmosphère beaucoup plus efficacement que le CO2, environ 298 fois, on le sait maintenant responsable de la dégradation de la couche d’ozone. Sauf que que ce gaz est produit en grande quantité dans le cycle de l’agriculture moderne, par l’épandage des engrais et des lisiers, par la combustion de la biomasse ( déforestation), dans le traitement des eaux usées.  

Et l’humanité qui grandit a besoin de plus de pain,  de nouvelles terres agricoles et de purifier des eaux de plus en plus polluées.    

Tant qu’il s’agissait de modifier la technologie des frigos et de la clim sans que cela ne bouleverse la rentabilité de cette économie, les pays industriels réussirent à trouver un accord de façade, à pérorer une rhétorique mondialiste qui masqua l’angoissante question. Réduire les quantités de protoxyde d’azote s’annonce une affaire bien plus ardue.

La guerre des gaz n’est pas qu’une question de températures, d’autant que le dégazage peut-être en partie anthropique( du à l’effet de l’homme) , ce qui s’ajoute à l’effet des vastes puits de méthane du permafrost qui sont une menace tangible.

On le voit, le CO2 ressemble à ces trains qui risquent d’en cacher plein d’autres. 

CO2, Méthane, Protoxyde d’azote, CFC, Ozone, à vouloir trop jongler avec les vents, l’ humanité s’est retrouvée sans en avoir l’air à devoir ramasser la tempête.    

Publié dans COUCHE D'OZONE, ECOLOGIE | Pas de Commentaire »

LA FRANCE, CE PARADIS FISCAL

Posté par provola le 8 décembre 2010

                       Ils vont tenter de noyer le poisson, comme d’habitude, ils vont faire mine de faire sauter le bouclier fiscal, et ça va se faire mais le bouclier fiscal c’est de la roupie de sansonnets. 600 millions d’euros tout au plus , une misère pour les besoins de l’Etat. Ils vont faire grise mine de garder l’impôt sur la fortune, car il ne peuvent pas le supprimer, 3 milliards de moins dans les recettes, c’est impossible, ils vont tenter de mettre les deux dans la balance mais on voit bien que laa balance ne penche que d’un coté. On va parler de taxer les revenus du patrimoine, mais on va y aller avec des pincettes car l’électorat concerné par cette taxe éventuelle est justement l’électorat de droite fidélissime de l’UMP. 

Le leight-motif est: il ne faut pas faire peur aux riches, sauf que peur ou pas, les riches sont partis depuis longtemps planquer leur fric dans un paradis quelconque qui pourrait bien être tout simplement…la France.

Bien sur que les paradis fiscaux, en dépit des assurances de notre garde chiourme, ne se sont sont jamais aussi bien portés, comme l’indique le classement récemment publié sous l’égide du Comité catholique contre la faim qui montre clairement que les choses ont très peu évolué depuis l’éclatement de la bulle financière, il y a 3 ans. Les anciens paradis noirs sont simplement devenus des paradis blancs en signant entre eux des accords de partenariat et de transparance des transferts de capitaux ce qui au bout du compte revient à la situation précédente en ayant apaisé l’opinion sur une supposée moralisation du capitalisme. Ce tour de passe-passe a permis à des Etats ou des territoires, comme les Iles Vierges britanniques, les iles Caimans, l’ile Maurice, les Pays-bas qui ne représentent que 1% du PIB mondial et 0.27% de la population de la plabnète de peser 1.7 fois plus que les Etats-Unis en matière d’investissement à l’étranger.( ou 3 fois plus que l’Allemagne, le Japon, et la France réunis, source OCDE).

Evidemment, on ne fera rien parceque les trafiquants blancs sont justement les bénéficiaires du trafic noir.

Mais puisqu’il faut bien s’attaquer à ce qui nous trahi de plus près arrêtons une minute sur le cas le plus lumineux des distorsions économiques, le plus proche, celui de la France. 

Comment admettre en effet que les fleurons industriels nationaux, les membres du CAC 40, ce cercle fermé de la haute finance franchouillarde ne s’acquittent  en réalité que de 8 % d’impôts sur leurs bénéfices ?  Un rapport du Conseil des prélèvements obligatoires a montré que les multinationales françaises réussissent à ne payer que 8% et non 33% d’impôts comme cela devrait être le cas, COMME LE FONT LA PLUPART DES PME.  Est-ce de l’évasion fiscale ?  » Non , de l’optimisation explique Nicolas Jacquot, un ancien de Bercy reconverti en avocat fiscaliste. LE TAUX D’IMPOSITION EST UN LEVIER des entreprises pour améliorer leurs profits et elles doivent à leurs actionnaires de le gérer au mieux »  Ces sociétés sont informées des moindres astuces permettant de bénéficier des subtilités du code des impôts, aidées par des super-experts gracement payés.

Elles utilisent le report des déficits qui permet d’utiliser une partie des dettes antérieures pour les déduire des impots des années suivantes. France-Télécom et Vivendi les machines à cash déduisent depuis dix ans des investissements douteux de l’époque des start-up. La société générale a déjà déduit 1.1 milliards d’euros des 4.9 milliards de pertes causées par l’affaire Kerviel.

La fameuse déduction Copé introduite en 2007, permettant de défiscaliser les plus-values de cessions de filiales, fait perdre à l’Etat des dizaines de milliards d’euros chaque année.

Les déductions d’intérêts d’emprunts, les crédits d’impôts recherche permettent également d’échapper à l’impôt.

Autre façon de détourner le fisc, posséder une filiale dans un paradis fiscal, les sociétés du CAC 40 en possèdent environ 1400; la plus grosse tentation est de dé-localiser la production, les achats, les brevets et les marques dans des lieux cléments fiscalement et de faire payer ensuite ces produits au prix forts par leurs filiales. Carrefour a installé sa centrale d’achat à Genêve, une grande partie des bénéfices est ainsi engrangé en Suisse et non en France. 

Et nous pauvres cons à pousser notre charriot à la recherche du meilleur prix.

Officiellement le gouvernement a la situation bien en main, et puis avec un Ministre de l’économie comme Christine Lagarde, vous savez bien, qui parle couramment anglais, on ne craint rien. 

 

Publié dans ECONOMIE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

HUBERT VEDRINE, LA GAUCHE SAC A MAIN

Posté par provola le 7 décembre 2010

                      On le voit sur tous les podiums, toutes les passerelles, tous les plateaux, c’est le spécialiste des questions internationales, le promoteur de l’Europe de Maastricht, le Traité qui devait mettre l’Europe à l’abri d’une nouvelle guerre et les Européens à l’abri de la mondialisation. Si l’on est pas sûrs que le traité en question ait eu sa contribution pour ce qui concerne sa mission première, on peut dire que 18 ans après, les populations européennes ont pu se rendre compte à quel point les institutions continentales avaient laissé libre cours aux vents des marchés financiers et des dérégulations.

L’Europe industrielle, aidée en cela par l’organisation voulue par Védrine et sa bande, a plié bagages, sauf l’Allemagne qui a su garder son pré carré, son tissu industriel; la Commission européenne ne s’étant jamais départi de cette espèce de dogme du libéralisme à tout va. Nos compétiteurs non-Européens, eux, en parlent du libéralisme mais en établissant de fait des barrières protectionnistes et des droits de douane pendant que la Communauté sous le dictat d’une Commission doctrinaire laisse passer les brigades du tigre et favorise la fuite des usines, du savoir-faire et des capitaux.

Le monde des bisounours de Védrine, qui a grandi à l’ENA, a tourné court, ce qui lui permet de parader comme le grand oracle des occasions perdues. A sa sortie de l’école des élites, à 27 ans, il est embauché illico presto au Ministère de la Culture, car il est le fils de Jean Védrine, ami et collaborateur de Mittérand depuis la Résistance. Il reste donc l’un des fils politiques de Mittérand, le fils à papa ou plutôt à Tonton, un morceau d’histoire, cette histoire qui fit dire à Coluche, s’adressant aux potes d’Hubert, au soir de l’élection de 81: « Faites pas les cons ». On sait ce qu’il advint de cette génération dite de gauche née dans la soie, incapable de s’adresser aux couches populaires, avalée dans la mélasse des décadences et des connivences avec le monde des affaires et des paillettes.

Comme pour mieux se persuader qu’il fut socialiste, Védrine faillit entrer au service de De Funès, il ne dut qu’au refus du CRIF son refoulement pour ses positions jugées pro-arabes. Il fut remplacé dans ce rôle de collaborateur de la politique d’ouverture initiée par le Roi par l’ancien french toubib Kouchner fini lui aussi dans le pôt de confiture. Il est ensuite accusé par un collectif appelé « génocide made in France » pour sa « responsabilité dans la politique française d’assistance à la préparation et à l’accomplissement du génocide des Tutsis au Rwanda avant 1994. »  

Outre les conférences sur-payées données dans le monde entier, dans les plus beaux hôtels et sous les sun-lights diplomatiques, son amour incommensurable du peuple l’a amené à accepter les avances de Bernard Arnault et à devenir membre du conseil d’administration de LVMH (Louis Vuitton) où il trône depuis 2003. Sans doute veut-il croire que le luxe ne doit pas être interdit aux classes populaires.  

Ne doutons pas qu’en cas de retour de la gauche (quelle gauche ?) au pouvoir, Védrine reprenne du service du haut de son expérience des grandes intrigues mittérandiennes, ou qu’il repasse par la petite fenêtre des prochaines ouvertures De Funesques.     

Publié dans LES PEOPLE A POIL, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

DE FUNES PERD LES ELECTIONS

Posté par provola le 6 décembre 2010

                           On se demande encore comment faire pour faire perdre De Funes en 2012, alors que se déroule sous nos yeux un lendemain de défaite électorale. En fait notre Président a déjà perdu, en Côte d’Ivoire, le problème est que la gauche aussi , engluée dans les mêmes incompréhensions. La France championne toutes catégories du pillage de l’Afrique est en train de perdre un à un ses bastions sur le continent. La dernière gifle vient de lui être assénée par la Chine et la Russie, membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, qui viennent d’apporter leur soutien au perdant de l’élection Laurent Gbagbo au détriment du vainqueur Allasane Ouattara.

De nombreux pays « amis  » ont assisté à la cérémonie d’investiture de l’ancien-nouveau Président: « Nous sommes venus pour féliciter le Président Gbagbo » rappelle l’Ambassadeur de l’ Angola en Cote-d’Ivoire, rencontré au Palais présidentiel du Plateau, ainsi que des représentants de Russie, du Brésil, du Liban et d’Afrique du Sud.

Le résultat du vote apparemment ne fait aucun doute et donnerait 54% à Ouattara, mais que représente le résultat d’un vote pour l’ONU ? La France peut bien s’appuyer sur la morale et l’appui de la communauté internationale mais que pèse la morale et que vaut la communauté internationale pour une institution gangrenée par les lobbies et les intérêts, dans ce machin régi par la loi du plus fort ? Les résolutions de l’ONU sanctionnant régulièrement Israël ont-elles eu un effet quelconque, l’ONU a-t-telle pouvoir d’admonester la Chine pour sa politique totalitaire ?

La contradiction est le ciment des nations unies, l’ONU n’est pas un moyen de pacifier la planète mais un outil au service des puissants pour astreindre les faibles. Et là, en Cote d’Ivoire , on se situe exactement sur la ligne de fracture séparant les plaques tectoniques économiques et délimitant les intérêts des grandes puissances. Les blocs se rencontrent en ce point précis du continent avant qu’une fois déliées, les forces divergeantes ne se cotoient un peu plus loin, le long des filons précieux. 

Gbagbo restera au pouvoir car la Chine et la Russie ont des visées sur la Côte d’Ivoire et tous les occidentaux réunis ne pourront pas ramener la paix démocratique qu’ils ont eux mêmes été incapables d’établir durant des siècles de colonialisme. Une période trouble attend le pays, la guerre civile rôde car les belligérants sont persuadés que leur pays est indépendant, malheureusement des hommes vont se battre et mourrir comme les marionettes d’un jeu qu’ils ne comprennent pas.

Il reste à De funes à avaler son chapeau, à se tordre le cou comme il le fit déjà sur le perron de l’Elysée il y a quelques semaines en recevant le représentant des brigades du tigre, à se confondre en génuflexions comme il le fait lorsqu’il croise son fournisseur de gaz.  

Il reste à faire croire que la France est du coté clair de la force, à parler des commandes nucléaires indiennes, à révéler que Carla aimerait enfanter un successeur, pour que perdure la dynastie des fantoches.  

Publié dans AFRIQUE | Pas de Commentaire »

BULLETIN DE GUERRE

Posté par provola le 5 décembre 2010

                             Il y a quelques mois, les fameux stress-tests avaient démontré que les banques européennes étaient à ol’abri d’une faillite en cas de conditions extrêmes des marchés. Résultat, les deux principales banques irlandaises dérapent entraînant tout le système dans le gouffre. L’idée qu’on nous ait encore un fois roulés dans la farine se matérialise de jour en jour, qu’un pays s’écroule et l’on nous dit que tout était prévu, qu’il suffit de colmater les brèches pour éviter que la digue des taux d’intérêts ne cède.

Les Irlandais acceptent le plan de rigueur mais ils tiennent à leur souveraineté, aussi le renflouement de 85 milliards de la BCE ne les oblige pas à remettre en cause le dumping fiscal sur lequel est basé leur économie. Leur indépendance n’est qu’un trompe-l’oeil, en effet le pays ne doit sa formidable croissance de la dernière décennie qu’en raison d’une violation des règles de bonne conduite communautaire. Vous avez dit indépendants ? Mais de fait l’Irlande pays appartient déjà aux firmes étrangères, un quart des investissements américains en Europe sont basés en Irlande, en raison du régime fiscal avantageux. Le taux d’imposition des sociétés y est de 12,5%, mais en plus, grâce à certaines conventions fiscales signées avec certains pays, une société comme Google ne paye que 2,4 % d’impôts sur ses bénéfices réalisés hors États-unis.   

En accordant le droit à l’Irlande de continuer de taxer les sociétés à 12,5 %, l’Europe finance le dumping fiscal qui siphonne les investissements et spolie les autres états membres. 

Imaginons l’impensable, 85 milliards d’euros pour poursuivre le pillage des finances continentales autrement dit… pour éviter la contagion, pour sauver les meubles.

Partout, des années de cure libérale ont mené d’abord à une dilapidation des biens collectifs par des privatisations massives et autres donations des bijoux d’états au privé par des systèmes de concessions. Des pans entiers de l’économie sont sortis du domaine public pour améliorer la rentabilité. Résultat, le chômage n’a jamais été aussi élevé, les salaires plongent et la purge est loin d’être terminée, elle ne fait même que commencer.

Seulement voilà il reste si peu à privatiser qu’il faut maintenant s’attaquer aux deux derniers bastions que sont l’éducation et la santé.

Actuellement, c’est au tour des éducations nationales d’être attaquées et les coupes budgétaires envoient les étudiants battre le pavé partout en Europe.

En Italie, Berlusconi a annoncé 130 000 professeurs de moins pour économiser 9 milliards d’euros, ce qui devrait se traduire par une réduction des horaires de cours, faute de profs.

Au Portugal, au Royaume-uni, en Irlande on annonce une augmentation des coûts d’inscription à l’université. En France, la bataille des retraites avait déversé dans la rue des lycéens en manque d’espoir et d’avenir. Les mêmes cortèges, la même protestation pour sauver un espace de solidarité et battre en brèche la loi de la jungle libérale.  

L’école qui craque, la santé bientôt soumise aux lois des marchés, c’est à dire à la concurrence, les soupes populaires qui débordent, les médias, bras armés des tenants du système qui ne transmettent qu’un monde illusoire de miss, qu’un abrutissement des masses.

La Grèce, le premier pays à avoir été purgé, ligoté, incapable de réagir à la cure d’amaigrissement si ce n’est vendre son âme à la Chine bien contente de se payer un port d’attache à peu de frais pour un débarquement définitif sur le continent. Le Pirée est désormais un Hong-Kong bis, langue officielle le Mandarin, les salaires en baisse de 40%.

Des Chinois qui eux bénéficient d’un Yuhan connecté sur le dollar et dévalué de 50% qui permet d’innonder l’économie mondiale de produits inutiles.

Notre grande prêtresse de l’économie Christine Lagarde (Vous vous rendez compte ma brave dame, celle qui parle bien anglais et qui a fait ses études à New-York) déclare pourtant à Libération que:  » La mécanique européenne se renforce et de crise en crise, l’Europe progresse et invente de nouveaux instruments »

Foutage de gueule.

Ceci n’est pas un bulletin de guerre, mais ça pourrait le devenir   

 

  

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

LES MACS DE TF1

Posté par provola le 4 décembre 2010

                      Je n’en veux pas aux filles, elles font leur boulot, montrent leurs fesses à l’heure dite, pour une poignée de cerises, pour une soirée de gloire dérisoire, les plantes d’intérieur ne craignent qu’une chose, la lumière du soleil sous la forme des lampes des caméras. Je les laisse à leur bronzage factice sans les blâmer car elles ne sont que les victimes du jeu et non pas les coupables.

Si les putes sont des personnes respectables qui s’adonnent aux heures supplémentaires pour quelques roupies de plus, les boss, généralement qualifiés de macs sont les commanditaires et les vrais profiteurs. 

J’accuse la première chaîne de vendre ses charmes pour faire de l’audience sur le dos des malades. Les miss sont chargées de tailler des croupières aux parts de marché, un déhanché de déclencher l’émoi dans les chaumières, pendant ce tempes dans l’hopital d’en face, les minots angoissent à la vue d’un compteur qui peine à avancer.

Des années de souffrance, des tonnes de courage, une dose d’incroyable abnégation, une humanité au paroxysme, tout cela pour se retrouver en concurrence avec une bande de publicités écervelées. Cela vaut bien un coup de gueule.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, MEDIAS, SANTE | Pas de Commentaire »

LE TELETHON A MONACO

Posté par provola le 4 décembre 2010

                          Après avoir visité le Monaco Yacht show, Son Altesse Sérénissime le Prince Albert II, dit SASPA, a lancé la vente aux enchères en faveur des malades atteints de myopathies. Des montres de luxe étaient mises vente en mettant en concurrence le gratin des propriétaires de Yachts. Les montres partirent pour des sommes allant de 10 000 € à 535 000 €. 2000000 € ont ainsi été récoltés en faveur de l’Association monégasque contre les myopathies.

http://www.podcastjournal.net/19e-MONACO-YACHT-SHOW_a3037.html

Tout le monde sait que Monaco est en tête de la lutte contre les maladies génétiques, le sida, le cancer, le mal de tête, l’urticaire, les poux, et contre le réchauffement climatique. Monaco étant un stockage des spoliations de la planète il faut bien que quelques miettes soient détournées au profit des grandes causes pour éviter d’éveiller les soupçons.

Tant que des Monaco à la con existeront, il faudra faire la manche pour les combats essentiels.

En attendant, n’hésitez pas : 36 37

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

36 37

Posté par provola le 4 décembre 2010

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

CANCUN, LA FIN DES ILLUSIONS

Posté par provola le 3 décembre 2010

                         Au moment où la communauté internationale est à Cancun au chevet du climat de la planète, le Qatar est désigné pour accueillir la coupe du monde de foot 2022, ce raccourcis saisissant est la métaphore de notre totale inconscience.

Des stades surchauffés à  45° C, qu’il faudra refrigérer, douze stades inutiles, sur un territoire grand comme la Corse et une enceinte de 50 000 places pour le village de Callacuccia, 220 habitants, cathédrales dans le désert, alimentées par des centrales électriques spécifiquement construites pour l’occasion, on avait déjà eu droit aux pistes de ski de Dubaï, la plus haute tour du monde, des chantiers grandiloquents rendus possibles par les esclaves des temps modernes. 

Comble des cynismes, le Japon vient de refuser de s’associer à une éventuelle seconde phase de l’accord de Kyoto sur les réductions d’émissions au delà de 2012. Lors du premier accord de 1997, le Japon comptait parmi les 40 pays industrialisés qui avaient signé l’accord. A cette époque ces pays étaient responsables de 56% des émissions de CO2, aujourd’hui, 26% , pas parcequ’ils ont réellement amélioré leur rendement énergétique mais parceque d’autres gros pollueurs ont maintenant repris le flambeau.

Les défections ne s’arrêtent pas là, le Canada se retire de tous les processus de mutations vertueuses, il n’est plus question de brider la transformation de ses sables bitumineux qui vont déverser des tonnes de milliards de dollars dans les caisses et de CO2 dans l’atmosphère. Poutine lui se met également à traîner des pieds, les feux de forêt ont dilapidé ses droits à polluer alors pourquoi s’inquiéter outre mesure pour quelques fumées de plus. Il nous a prévenus: « laissez la terre respirer ! »

Cancun devait entamer l’oeuvre de rédemption après l’échec retentissant de Copenhague, les concentrations de CO2 explosent et en même temps les températures augmentent, la corrélation entre les deux phénomènes devenant de plus en plus évidente.

Mais comment raisonner des pays dont les intérêts divergent ? Les uns, les plus coupables, souhaitant entamer un cycle de réduction des émissions de CO2, les autres trouvant que les pays riches sont les grands responsables des dégradations des éco-systèmes et de l’augmentation des teneurs de gaz à effets de serre, ceci impliquant qu’ils se chargent de financer le passage direct des pays en voie de développement vers une économie propre.

Tout cela dans un univers de dupes, le développement durable proposé n’étant qu’un ersatz de régulation, un sparadrap appliqué sur un traumatisme crânien.   

Sans compter que la crise affectant les économies occidentales pèsent sur les opinions et refoulent l’angoisse écologique aux calendes grecques.

Sans compter que Cancun, lieu du sommet, est un lunapark, une pâle copie de Las Végas, un Qatar de plus, une foire des folies humaines, faisant fi de toutes les précautions environnementales, dilapidant ses nappes d’eau douce à alimenter les fontaines des casinos et des golfs.

Sans compter que la lutte contre le réchauffement global semble déjà un concept abstrait passé de mode.

Sans compter que De Funès n’est pas à Cancun mais à Bombay pour vendre des centrales nucléaires.

Publié dans ECOLOGIE | Pas de Commentaire »

LES ENSEIGNES DE LA GRANDE DESTRUCTION

Posté par provola le 2 décembre 2010

                 Et si la grande distribution n’était en fait qu’une grande destruction des espaces de liberté et d’emplois ? Les grandes surfaces n’ont désormais plus de limites à leurs velléités d’ expansion et les centres villes sont considérés comme un nouveau champ de bataille pouvant assouvir leur plan d’expansion 

Offensive, assaut des derniers fortins, conquête de parts de marché, politique de prix agressive, guerre de proximité, occupation des espaces, ce florilège de termes empruntés au vocabulaire militaire ne peut pas nous laisser indifférents car nous sommes, en tant que consommateurs, considérés comme les pigeons à plumer après avoir subi une salve de chevrotine en forme de spots et de matraquages divers.

Les conseils d’administration des enseignes nationales sont en peine, les chiffres stagnent, les marges aussi, la consommation est en berne, les volumes de ventes se tassent. Comment donc, moins 0,1 % ce n’est sûrement pas la mort mais pour des morts de faim, les nababs actionnaires habitués à des progressions à deux chiffres, ce signe est considéré omme annonciateur du grand cataclysme.

Après avoir ratiboisé les agriculteurs, écumé les petits producteurs, détruit des millions d’emplois dans les petits commerces, asséché le lien social, récupéré le droit à l’antenne, profité de l’angoisse de la crise, réduit la concurrence à une partie de poker entre quelques survivants du jeu de massacre, les galeries commerciales en arrivent à la conclusion que les arbres ne grimpent pas jusqu’ au ciel, (il fallait être énarque pour le comprendre), à moins que… l’on imagine dorénavant de lancer l’invasion des dernières zones refuges, les centres-villes, chasse gardée des ultimes commerces indépendants.

Débarrassées du tabou, les Carrefour et autres Casino ont décidé de faire sauter le verrou pour engager la manoeuvre d’encerclement . Casino se lance avec 870 magasins, Carrefour contre-attaque avec des Carrefour express, Carrefour café,Shopi, Huit à huit, Marché plus, Proxi, Carrefour city et Carrefour contact. Casino réplique en renouvelant les enseignes Franprix et petit Casino, 1870 magasins tout de même. Monoprix entre en piste avec Monop et Daily Monop, Système U mise ses U express. L’armée est en place, l’invasion imminente, les rats d’égouts et les chats de gouttière vont subir une rafle foudroyante et d’une brutalité sans égale. Avec la bénédiction d’ élus complètement dépassés, qui nous bassineront avec de nouvelles promesses de création de richesse alors que le bilan se résumera encore une fois à une gabegie d’emplois et un dépeçage du lien social.

Puis, quand la vague aura tout emporté, que la concentration des marques aura réduit la concurrence à un lumignon de bougie, que les effectifs salariés seront réduits à des hordes de smicards, que les kdys des chômeurs croiseront les kdys des intérimaires dans une jungle de rayons ouverts 24H sur 24, que la chasse à la promotion sera devenue l’aventure ultime, restera à l’actionnaire de référence à se débarrasser d’un paquebot au terminus des profits, sans plus de perspectives de croissance.

Il suffira à la Chine d’empocher la mise en rachetant  les parts des cheffaillons en mal d’idées nouvelles, en les envoyant paître dans d’improbables paradis fiscaux, pour que le camembert de Shangaï ou les tripes de Hong-Kong supplantent les anciennes valeurs gustatives, pour que flotte fièrement au vent des consommations, l’enseigne « Pékin express »  

Publié dans ECONOMIE | Pas de Commentaire »

LA SUISSE, CE CORPS ETRANGER

Posté par provola le 1 décembre 2010

                   Les Helvètes se rappellent de temps en temps à notre bon souvenir, cette fois en s’apprêtant à expulser des étrangers qui se seraient rendus coupables de meurtre, de crime, de brigandage, d’effraction ou de perception abusive de prestations sociales. Le parti populiste UDC a encore imposé une votation aux relents racistes, la propagande nationaliste a encore sévi. On imagine qu’une femme de ménage qui ferait des heures au noir se verrait retirer son permis de séjour. 

En fait pour les Suisses, ce qui est suspect, c’est l’étranger, bien que leur pays soit en Europe celui ayant le plus fort pourcentage de résidents étrangers dans sa population, après le Luxembourg.

Tant que les fourmis soumises, les frontaliers et les sous contrats se tuent le dos à fabriquer les bonbons Ricola en percevant des bas salaires et en assurant une bonne rentabilité, elles sont tolérées, mais attention aux écarts qui pourrait déclencher la procédure d’expulsion et donc la double peine. Ceux qui ne possèdent pas le fameux sésame, le passeport frappé de la croix blanche comme sur la boite de chocolat ne seront donc plus traités comme les bons Suisses, ils pourront être renvoyés sur le champ. Quid des droits  du citoyen, de la procédure en appel, de l’éventuel appel ? 

L’expulsion se fera par voie d’eau, sur le lac Léman, les bannis seront convoyés sur des vedettes rapides pour être débarqués sur l’autre rive, du coté d’Evian, près du casino, triste sort. 

Les Suisses ne sont pas partageurs, persuadés qu’ils sont d’être responsables de leur niveau de vie, ils punissent les envahisseurs qui ne sont pas là pour les enrichir. Les exilés fiscaux, eux, restent les bienvenus, tant que le coté sud du Lac se débat avec les taux d’intérêts de la dette d’État, un Euro au bord de l’implosion, des manifestations de mécontentement, quelle horreur, le flux de réfugiés en quête de Rolex rutilantes ne se tarira pas et les banques pourront dormir tranquilles, tant qu’il n’y a pas le feu au lac. 

Ne nous méprenons pas, ce furoncle planté là au cœur de l’Europe, nous narguant de sa soi-disant stabilité, comme une tache d’insanité dans l’océan des dérégulations, est de la famille des leucémies rampantes, le drapeau couleur sang est souillé de l’hémoglobine des spoliés. 

Planque à trafiquants d’armes Russes ou Arabes, siège de multinationales inconnues,(telle Nestlé),qui considèrent que l’eau est un produit et pas un droit, qui vendra de l’eau en bouteille jusqu’au fin fond du Sahel, et fera boire du lait en poudre aux nourrissons mongols.

Paradis d’industriels sans scrupules ou en fuite, qui trouvent là un climat propice à la préservation de leur patrimoine, des légions de partisans de la ligue du nord italienne, les aboyeurs anti-corruption, anti-sud, anti-administration, anti-impôts, anti-mafia, plus corrompus que les mafias sicilienne, napolitaine ou calabraise.      

Pépinière de cliniques de luxe où affluent les peaux sèches en vadrouille, laboratoire à cosmétiques et à cures de jouvence, siège de Novartis, un des leaders du médicament, qui décide de licencier 1300 collaborateurs…au Etats-Unis, pour augmenter sa rentabilité. Tube à essai de la délation généralisée, le douanier suisse veut tout savoir sur vous et tout le monde est un douanier potentiel, frontière en forme de gruyère pour les capitaux, érigée en blockhaus contre les pauvretés et les malheurs environnants. 

Ce modèle de démocratie participative, vaste plaisanterie, face nord de la corruption, arête inexpugnable, un casque militaire sur la tête.  Sous les montagnes, des abris-anti-atomiques, anti-missiles étrangers, effet aspirine assuré, et les vaches sur les pâturages, cloche au cou (car elles échappent à la corde contrairement aux humains de seconde zone), au loin une vague impression de tempête économique tout juste incapable  de déclencher le moindre clapotis sur le lac.  

Publié dans EUROPE, SUISSE | 3 Commentaires »

12
 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement