• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 12 décembre 2010

LE MASQUE DE L’ECOLOGIE POLITIQUE

Posté par provola le 12 décembre 2010

                         D’abord merci, je ne sais plus très bien comment vous le dire, parcequ’aujourd’hui vous êtes 400, mais je prends votre assiduité sur ce site pour une marque de confiance et votre présence de plus en plus nombreuse comme une incitation à poursuivre la route entamée.  Les visites dépassent désormais mes plus folles espérances et le fait d’étaler ces quelques lignes m’apparaît un projet moins confidentiel.

Allez, ne nous perdons pas en conjectures, nous avons du pain sur la planche, la décroissance, qui n’est pas une décroissance pour tous, mais une croissance pour les pauvres, et un coup de frein pour les autres, c’est du genre paroi à pic, sixième degré, si vous voulez me suivre, c’est la corde au cou, ou plutôt à la taille, crampons aux pieds, mousquetons et piolets.

On est rien, quelques hurluberlus, répartis de manière disparate sur les cinq continents car l’écologie issue des cercles politiques, l’écologie officielle a usurpé jusqu’aux trémolos dans la voix et détient le monopole des solutions de repli. L’écologie a conclu l’alliance libérale avec des socialistes qui sont tout, sauf des socialistes, qu’on appellent socio-démocrates, qui ne sont que des libéraux sans l’admettre.  

L’écologie des WWF, des Green Peace, des Amis de la Terre est satisfaite des résultats de Cancun, les Verts sont contents, la Ministre de l’environnement est satisfaite, Lalonde revient enchanté, tous pérorent à l’unisson. Ils ont encore gagné la partie de dupes, et le droit de revenir en énième semaine, après Kyoto, Copenhage, demain Durban et pourquoi pas Dubaï et Las Vegas. Car nos écolos de paillettes ne reculent devant rien et surtout pas devant le ridicule.  

Ces sangsues du système se targuent de vouloir améliorer ses dérives, non pas pour rendre l’avenir plus vivable mais pour éteindre un à un les signaux d’alarme d’une planète à bout de souffle. Les partis verts de l’establishment doivent faire croire que l’on peut poursuivre la mondialisation capitaliste par un développement des énergies de substitution, par le recours aux biocarburants, au ciment capteur  de CO2, à la voiture électrique, aux OGM, à la pisciculture, aux TGV, aux usines de dé-salinisation, aux engrais naturels, aux stades climatisés, par l’amélioration des process industriels et des rendements des réacteurs d’avions.

Tout cela est un leurre, comment ne pas comprendre que la façon de vivre d’un Américain ou d’un Européen nécessite plusieurs planètes alors que nous n’en avons qu’une et que le niveau de vie des Chinois et des Indiens tendra forcément à vouloir se rapprocher d’un modèle insoutenable.

Il ne faut pas se réunir pour créer un « fonds vert », il faut se réunir pour décider comment donner le nécessaire à chaque homme ce qui veut dire un peu plus pour beaucoup et beaucoup moins pour très peu.

Vous le voyez, on n’y est pas encore, mais je vous propose qu’on puisse en voir les prémisses avant d’aller voir ailleurs où nous en sommes.

Publié dans ECOLOGIE, MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement