LA FRANCE, CE PARADIS FISCAL

Posté par provola le 8 décembre 2010

                       Ils vont tenter de noyer le poisson, comme d’habitude, ils vont faire mine de faire sauter le bouclier fiscal, et ça va se faire mais le bouclier fiscal c’est de la roupie de sansonnets. 600 millions d’euros tout au plus , une misère pour les besoins de l’Etat. Ils vont faire grise mine de garder l’impôt sur la fortune, car il ne peuvent pas le supprimer, 3 milliards de moins dans les recettes, c’est impossible, ils vont tenter de mettre les deux dans la balance mais on voit bien que laa balance ne penche que d’un coté. On va parler de taxer les revenus du patrimoine, mais on va y aller avec des pincettes car l’électorat concerné par cette taxe éventuelle est justement l’électorat de droite fidélissime de l’UMP. 

Le leight-motif est: il ne faut pas faire peur aux riches, sauf que peur ou pas, les riches sont partis depuis longtemps planquer leur fric dans un paradis quelconque qui pourrait bien être tout simplement…la France.

Bien sur que les paradis fiscaux, en dépit des assurances de notre garde chiourme, ne se sont sont jamais aussi bien portés, comme l’indique le classement récemment publié sous l’égide du Comité catholique contre la faim qui montre clairement que les choses ont très peu évolué depuis l’éclatement de la bulle financière, il y a 3 ans. Les anciens paradis noirs sont simplement devenus des paradis blancs en signant entre eux des accords de partenariat et de transparance des transferts de capitaux ce qui au bout du compte revient à la situation précédente en ayant apaisé l’opinion sur une supposée moralisation du capitalisme. Ce tour de passe-passe a permis à des Etats ou des territoires, comme les Iles Vierges britanniques, les iles Caimans, l’ile Maurice, les Pays-bas qui ne représentent que 1% du PIB mondial et 0.27% de la population de la plabnète de peser 1.7 fois plus que les Etats-Unis en matière d’investissement à l’étranger.( ou 3 fois plus que l’Allemagne, le Japon, et la France réunis, source OCDE).

Evidemment, on ne fera rien parceque les trafiquants blancs sont justement les bénéficiaires du trafic noir.

Mais puisqu’il faut bien s’attaquer à ce qui nous trahi de plus près arrêtons une minute sur le cas le plus lumineux des distorsions économiques, le plus proche, celui de la France. 

Comment admettre en effet que les fleurons industriels nationaux, les membres du CAC 40, ce cercle fermé de la haute finance franchouillarde ne s’acquittent  en réalité que de 8 % d’impôts sur leurs bénéfices ?  Un rapport du Conseil des prélèvements obligatoires a montré que les multinationales françaises réussissent à ne payer que 8% et non 33% d’impôts comme cela devrait être le cas, COMME LE FONT LA PLUPART DES PME.  Est-ce de l’évasion fiscale ?  » Non , de l’optimisation explique Nicolas Jacquot, un ancien de Bercy reconverti en avocat fiscaliste. LE TAUX D’IMPOSITION EST UN LEVIER des entreprises pour améliorer leurs profits et elles doivent à leurs actionnaires de le gérer au mieux »  Ces sociétés sont informées des moindres astuces permettant de bénéficier des subtilités du code des impôts, aidées par des super-experts gracement payés.

Elles utilisent le report des déficits qui permet d’utiliser une partie des dettes antérieures pour les déduire des impots des années suivantes. France-Télécom et Vivendi les machines à cash déduisent depuis dix ans des investissements douteux de l’époque des start-up. La société générale a déjà déduit 1.1 milliards d’euros des 4.9 milliards de pertes causées par l’affaire Kerviel.

La fameuse déduction Copé introduite en 2007, permettant de défiscaliser les plus-values de cessions de filiales, fait perdre à l’Etat des dizaines de milliards d’euros chaque année.

Les déductions d’intérêts d’emprunts, les crédits d’impôts recherche permettent également d’échapper à l’impôt.

Autre façon de détourner le fisc, posséder une filiale dans un paradis fiscal, les sociétés du CAC 40 en possèdent environ 1400; la plus grosse tentation est de dé-localiser la production, les achats, les brevets et les marques dans des lieux cléments fiscalement et de faire payer ensuite ces produits au prix forts par leurs filiales. Carrefour a installé sa centrale d’achat à Genêve, une grande partie des bénéfices est ainsi engrangé en Suisse et non en France. 

Et nous pauvres cons à pousser notre charriot à la recherche du meilleur prix.

Officiellement le gouvernement a la situation bien en main, et puis avec un Ministre de l’économie comme Christine Lagarde, vous savez bien, qui parle couramment anglais, on ne craint rien. 

 

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement