• Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

ON NE LACHE RIEN

Posté par provola le 6 novembre 2010

                   Surtout pas le bonheur de ne pas se laisser impressionner par les tonnes de somnifères déversés par les médias au coin de la rue. Bien sûr que la loi sur les retraites est votée et que ni la marche tranquille, ni la voix perdue, ni l’émeute honnête ne vont changer la donne. Bien sûr que tout cela ne sert à rien qu’à nous croire encore vivants. Bien sûr que le réflexe du manifestant ressemble à s’y méprendre au geste inutile du consumériste averti, n’empêche que la culture de la rue est une école de vie autrement plus profitable que la procession inutile au gré des étalages.    

Que n’a-t-on entendu cette phrase devenue célèbre de Maurice Thorez lors des grèves de 1936: « il faut savoir arrêter une grève »

Sauf qu’on oublie souvent de poursuivre la déclaration du dirigeant communiste de l’époque:  » dès que satisfaction a été obtenue »

On voit ici que le compte n’y est pas, pas de dialogue, pas d’estime , qu’une vague de mépris pour un peuple inquiet pour son avenir, assistant impuissant à la dilapidation de tous ses acquis sociaux. 

On ira pas marcher contre une loi inique et blasphématoire envers l’histoire, on ira marcher pour prendre date , pour qu’on oublie pas ici ou là dans les cercles autorisés, qu’un jour de novembre sur un trottoir transi des inconnus se sont réunis, se sont levés, dans l’indifférence médiatique.

On en profitera au passage pour adresser un salut aux anciens de Tianenmen, eux aussi oubliés, morts dans des geôles à l’abri de l’indifférence des peuples consommateurs.

On en profitera pour se rappeler au bon souvenir du Président de toutes les Chines, les vraies comme les fausses du Tibet, pour accrocher la photo de Liu Xiaobo, purgeant ses onze ans d’isolement alors que notre De Funes au  funeste destin, prend la becquée de son puissant client du coté de Saint Trop , là où les Sarkos en goguette se retrouvent pour montrer leur rolex.   

On ira marcher en groupe parcqu’il fait plus chaud dans la rue par un après-midi d’automne pluvieux que dans la moiteur douillette d’un piège à téléspectateur du coté de TF1. 

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LA COMMEDIA DELL’ARTE

Posté par provola le 5 novembre 2010

 

 personnages1.jpg  

               Borloo, Fillon, Fillon ou Borloo, Baroin, Lagarde, ou peut-être un autre ou peut-être pas, comment y vont-ils, n’iront-ils pas à Matignon , nous irons vous irez ils iront au bois ou pas de ce pas. L’insupportable attente entrecoupée de l’intermède du vendeur de plastique bridé est un univers blasphématoire du bon-sens commun. Les mass-médias se délectent du vide sidéral, le Seixième Arrondissement et son cortège de bénis-oui-oui sont en effervescence.

Commediante, tragediante, le masque est tombé bien bas sur le nez relevé du petit gentil Borloo, commediante le premier des amis du chef de clan le méchant Fillon a mis sa perruque à l’envers, à moins que ce ne soit le caleçon.

Comme de toute façon nous vivons en régime de l’hyper-président, ce qui veut dire que le premier Ministre ne sert strictement à rien d’autre qu’à savoir par qui il sera remplacé et que tragediante Copé au coin du bois est un chasseur sachant chasser sans son chien, il nous reste au moins une manchette de journaux inutiles pour flamber une bonne comédie.

Car le bois est humide et la flamme comediante inquiète du vent qui vire au nord.

Comediante, Valls est en embuscade pour ramasser la mise, tragediante Strauss-Khan, attend derrière le rideau les premiers trois coups du prochain acte.    

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LE TRAIN TRAIN NUCLEAIRE

Posté par provola le 5 novembre 2010

Un convoi chargé de 120 tonnes de déchets nucléaires traverse l’Europe. Retour à l’envoyeur allemand après retraitement au centre de La Hague. Des manifestants écolos bloquent le train à la gare de Caen.

L’article « la lettre au père Messmer » (colonne de gauche) vous expliquera ce que je pense de l’énergie nucléaire. 

http://www.youtube.com/watch?v=Fx_HBgDSIMQ&feature=channel

Voici où doit aller le convoi, dans le lavabo qui fuit:

http://www.youtube.com/watch?v=De_pc6f-AVI&NR=1

Publié dans NUCLEAIRE | Pas de Commentaire »

OBAMA PERD LA MAIN

Posté par provola le 5 novembre 2010

                Immolé sur l’Autel des illusions perdues. Il aura eu beau convertir des pans entiers d’indifférence, redonner à l’assistance publique un caractère universel, mettant un pansement sur les meurtrissures d’une population d’exclus et de déshérités. Il aura eu beau se dépêtrer du bourbier visqueux dans le Golfe du Mexique. Il aura eu beau quitter l’Irak pour sécuriser l’Afghanistan. Tout ça n’est rien face au ras de marée du chômage qui a investi les rivages US, tout ça n’est rien face à l’explosion des exclus restés au bord du chemin à contempler passer les convois chinois chargés de babioles. 

Les guerres inutiles de l’Oncle Sam apparaîtront aux yeux de l’histoire comme les derniers coups de queue d’un empire en bout de course, ulcéré de ne plus représenter le coeur du système désormais encré du coté de Pékin. Car c’est bien l’empire du milieu qui possède dorénavant toutes les cartes en main.

Le désastre de Bp aura également permis de mettre à jour l’impuissance de la Maison blanche à maîtriser les impondérables de la mondialisation à marche forcée, à montrer la connivence existant entre les grands intérêts pétroliers et le pouvoir. La candeur de la réaction de Washington face aux mensonges de Bp frisa le ridicule, la gestion de la plus grande catastrophe écologique de tous les temps fut à tout le moins précaire et parfaitement opaque.

Alors qu’il suffisait à Kennedy d’annoncer  » Ich bin ein Berliner » pour que le monde se sente Berlinois, aujourd’hui Obama doit demander la permission de son banquier chinois pour rencontrer le Dalai Lama.  Clinton avait au moins réussi à réunir Arafat et Begin sur une même photo souvenir, maintenant Palestiniens et Israeliens s’envoient des missiles et des lettres recommandées.

Obama est le timonier d’un navire à quai, encalminé, rouillé, avec en soute un lest ou plutôt une dette de plusieurs centaines de milliards de dollars. Tout cela les cow-boys ne veulent pas l’entendre, alors ils croient pouvoir larguer les amarres avec les vieilles recettes, chariots en cercle, on refile le lest aux européens en faisant remonter l’euro par rapport au dollar, on demande au Chinois de réparer le moteur. Seulement les européens sont déjà à l’abri transis et les Chinois n’ont plus besoin de mendier l’Oncle Sam occupés qu’ils sont de coloniser les pays détenteurs de riches sous-sols.

Trop d’Etat entend-on chez les Républicains et les tea parties, les Lepenistes locaux adeptes d’une intervention divine dans l’économie ou peu s’en faut.

Sauf que l’Etat est déjà réduit à peau de chagrin, les infrastructures sont dignes des montagnes russes des lunaparks, les écoles sont des creusets à élites, les prisons détiennent 1% de la population , dix fois plus qu’en France.

Quid des dépenses d’armement ? Là on ne coupe pas dans les dépenses, le poids des lobbies est déterminant, il faut se préparer pour la prochaine expédition qui ne viendra jamais, s’inventer des terroristes, au Yemen, en Iran, en Corée du Nord, pour continuer de croire encore en l’Amérique triomphante, pour continuer de rêver. 

Publié dans AMERIQUE, USA | Pas de Commentaire »

VALLS LA GAUCHE DE DROITE

Posté par provola le 3 novembre 2010

             Manuel Valls, figure de proue de la nouvelle vague du PS est contre la peopleisation de la politique, c’est pour cela qu’on le rencontre chez Drucker, avec sa femme et sa mère, pour lui la gauche devra mener une politique répressive sans complexes. Son message, c’est relever l’âge de la retraite. Il est pour un discours de vérité, la vérité , c’est que les pauvres doivent en chier et consommer. La nouvelle gauche doit être réaliste, réaliste, c’est à dire de droite. Valls, c’est le bon profil de la gauche, brusching, la quarantaine rugissante, une Carla violoniste de gauche le coeur à droite comme Carla est vocaliste de droite, le coeur à gauche.

Voici l’un de ses discours datant de 2007, tout y est :

« Face à ces changements, à ces transformations, (de la société) à ces  bouleversements, nous n’avons pas d’autre choix que de réinventer une pensée de gauche, mise à mal par la mondialisation  et la crise de l’Etat providence, que de redonner un contenu à la notion de progrès, que de nous interroger sur la notion même de  socialisme, idée née au 19ème siècle… L’effort que nous avons à faire sur nous-mêmes est immense. Et puis, enfin, la gauche française n’a pas su produire une cohérence idéologique autour de ses valeurs et de sa tradition nationale. Elle s’est laissée voler la République et la Nation. Le travail, le mérite, l’ordre, l’autorité sont devenus, aux yeux de nos concitoyens, des valeurs de droite. il est un impératif sur lequel nous ne devons jamais transiger, celui du rappel de  chacun aux règles communes ! Même si – contrairement aux idées de la droite – ce rappel n’est pas une condition suffisante au rétablissement de l’autorité.La crise de la  gauche est avant tout celle de son projet, des idées, du décalage avec  la société. Elle est donc profondément culturelleLa gauche et le PS notamment traversent aussi une crise du leadership.  Mais un nouveau leadership ne se décrète pas, il se construit patiemment, en associant évidemment les militants, les sympathisants mais aussi les français  à notre travail de rénovationJe refuse que nous soyons, à nouveau, les otages de la compétition des ambitions présidentielles, surmédiatisées par la presse people, alors même que nous ne sommes pas au clair sur notre projet, sur la  refondation de notre parti ou sur nos alliances livrées aujourd’hui aux seuls opportunismes locaux. »

Drucker de relancer: « Vous êtes conscient d’avoir un rôle à jouer en 2017″

« Pourquoi attendre 2017 si l’on peut le faire en 2012 ? »

Non, Valls ne doute de rien, surtout pas de lui, non M.Valls, la gauche ne se décrète pas chez Drucker.

Pourquoi attendre 2017 en effet, pour comprendre l’esbrouffe et dénoncer l’OPA de l’artiste manipulateur sur les valeurs traditionnelles de la gauche ?: http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=3421

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LA CHINE A LE VENT EN POUPE

Posté par provola le 2 novembre 2010

              Impressionnant. Pour satisfaire son appétit, l’empire du Milieu a doublé sa consommation de charbon et triplé sa consommation de pétrole durant les 9 dernières années et le rythme s’accélère, mais dans le même temps, la Chine a baissé son intensité énergétique (consommation d’énergie par unité de PIB) de 16% entre 2005 et 2009 et ceci devrait lui permettre très prochainement d’être le leader de la production d’énergie propre. Ces données nous sont fournies par un rapport du World Watch Institute. Ceci est permis par une avancée technologique foudroyante, une politique de développement très agressive et une position financière particulièrement confortable.

En gros les bénéfices engrangés sur le front des exportations et grace au développement des énergies sales, permettent d’investir massivement dans les énergies renouvelables. Plus les efforts et les réussites commerciales sont conséquents, plus ils sous-entendent une accélération du dérapage incontrôlé. L’histoire du lavabo qui se vide moins vite que  le robinet qui fuit.

Néanmoins, comme il faut bien parfois faire preuve d’optimisme. La puissance éolienne installée a doublé chaque année durant les cinq dernières années, en 2009 la Chine a installé le tiers de tout le nouvel équipement mondial. Son parc éolien va bientôt dépasser le parc américain.  Toujours en 2009, la production chinoise de cellules photovoltaïques a représenté 40% du marché global. De la même manière, la Chine produit 90% des panneaux solaires thermiques mondiaux avec une production de 40 millions de m2 chaque année.

Allez dire aux Chinois qu’ils polluent, ils vous dirons qu’ils sont plus propres que nous.

Publié dans ASIE, CHINE | Pas de Commentaire »

COTILLARD L’EVAPOREE

Posté par provola le 2 novembre 2010

A l’émission TARATATA en promotion du film « les petits mouchoirs » avec Naguy.

A propos de la pub Dior chantée par l’actrice, la belle ne veut pas qu’on appelle un chat un chat: « Ce n’est pas une pub , c’est une oeuvre , je n’ai pas voulu travailler pour la partie cosmétique parceque je ne suis pas d’accord avec cette activité, mais j’ai travaillé pour la partie haute couture ».

« Pour , renchéri l’animateur, on ne va pas la citer, ah! ah! une société qui commence par DI et qui fini par OR.

Et la vedette des idées reçues pas du tout gênée de poursuivre:  » je veux mettre mes actes en accord avec mes idées ».

Sauf que bougre de conne, une maison de couture, justement, ne gagne pas le moindre centime sur la vente de haute couture mais cette activité n’est faite en réalité que pour vendre en grande quantité des cosmétiques qui se vendent à des gogos qui ne peuvent se payer qu’un petit parfum d’illusion.

Petite tête, large décolleté, la marque des grandes fautes de goût, sans avoir récupéré un flacon de jugeote, la Marion s’en alla dans un nuage d’évaporation.

Publié dans LES PEOPLE A POIL | Pas de Commentaire »

LE PLAISIR D’UNE FORÊT D’AUTOMNE

Posté par provola le 2 novembre 2010

                Des couleurs comme vous n’en avez jamais vues car vous avez eu beau les voir mille fois, jamais elles ne vous aurons parues aussi belles, comme le visage d’un être cher qui n’a jamais été aussi ridé mais qui n’a jamais autant porté de charge affective. Le charme ne vient pas de la beauté mais de votre propre capacité à l’éprouver. Vous connaissez une forêt près de chez vous, n’hésitez pas à la violer elle est prête à tout pour vous rendre fou, sa parure d’automne est un dessous affriolant qui vous rendra bien plus qu’un orgasme de sept lieues.

Pour finir de vous convaincre, les paroles d’un sage, Fabrice Nicolino:

http://www.dailymotion.com/video/xf6tzj_41-fabrice-nicolino-le-vol-d-une-li_webcam

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

TRAITE’ DE CON

Posté par provola le 1 novembre 2010

                           Jamais au cours de l’histoire de la Communauté Européenne la distance n’aura été si importante entre les peuples et les élites .

On se souvient de l’histoire tarabiscotée du fameux Traité de Lisbonne signé par les Présidents et surtout pas avalisé par les Peuples. Après d’incroyables méandres les instances européennes étaient parvenues à imposer un texte soi-disant ratifié par les nations mais en réalité abhorré par des populations sans droit au chapitre .

Ce texte ayant eu la naissance que l’on sait devait mettre à l’abri l’Europe d’une grande crise d’identité et de fait à la première incartade de l’économie internationale, le Traité s’averra totalement hors sujet, ne permettant pas une solidarité automatique entre les membres dès lors que les pays les plus exposés aux mouvements d’humeur des marchés se verraient menacés de banqueroute.  

Les PIGS, littéralement les cochons (Portugal, Irlande, Grèce, Espagne) se retrouvèrent au bord de la cessation de paiement et des garanties mise en place à la hâte par l’Allemagne permirent de calmer la fièvre.  D’autres grands pays jouent toujours les seigneurs mais n’en mènent pas large sous le coup de déficits budgétaires hors normes. Royaume-Uni, Italie, France, le coeur du système est malade et la seule issue du point de vue des grands prêteurs est une coupe claire dans les budgets d’Assistance publique, le welfare state.

Réduction des aides publiques , des retraites, des salaires de la fonction publique, des investissements, des effectifs, des programmes d’Etat. L’Education , l’Hôpital, les infrastructures, tout ce qui fait le lien social devient tout à coup hors la loi, le nouvel eldorado c’est le privé ou comment priver de tout les masses soumises.

A bien des titres le programme de réduction des déficits engagé par le gouvernement libéral britannique est une véritable caricature. Les économistes voyaient en Margaret Thatcher une visionnaire de la nouvelle planète libérale, ils voient maintenant le conservateur David Cameron comme le chantre de l’austérité budgétaire. En fait il s’agit de la même idéologie, des mêmes trames de privatisations en rafales qui ont conduit l’occident au bord de l’asphyxie. La survie  passa par un pompage systématique des garanties d’État pour financer une économie privée, celle des banques. On explique maintenant que les État exenguent doivent se conformer au dictât des banques qu’ils ont eux-mêmes contribuer à sauver.   

On explique au exclus de la rue, qui sont les exclus des programmes de réduction des déficits, que ce sont des profiteurs de l’assistance publique, qu’ils doivent s’en sortir par leur propres moyens, on promet aux riches des montagnes de boucliers fiscaux pour rapatrier la menue monnaie de leur évasion fiscale.

Cette logique infernale sous-entendue dans les textes du Traité de Lisbonne doit être amendée en catimini pour s’adapter un peu plus aux rouages du système pour lequel il est écrit, pour les seuls intérêts du pays le plus puissant d’Europe, l’Allemagne, qui a décidé de ne prêter qu’à des pays qui lui assureraient de juteuses exportations. La communauté n’est plus un espace d’entr’aide internationale mais une simple organisation vouée à la protection des disparités préexistantes.

Car il faut écrire noir sur blanc que les pays endettés ne pourront plus indéfiniment requérir la générosité communautaire, c’est à dire la générosité allemande, sans enclencher des mesures de rétorsions plus sévères, en clair le contribuable outre-Rhin ne veut plus  avoir à rembourser les dettes de ses clients, surtout en considérant que l’euro est rien moins qu’un Deutsche Mark déguisé qui ne doit pas devenir dans cette optique, pour les pays du sud du continent, un permis à vivre comme des cigales.

Tout cela se décide en ce moment sans qu’aucun citoyen européen ne soit particulièrement sensibilisé à ces manoeuvres d’apothicaires menteurs, comme d’habitude et c’est bien là la pire infamie.

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

12
 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement