• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 9 novembre 2010

NOAM CHOMSKY L’ANTI-MANIPULATEUR

Posté par provola le 9 novembre 2010

                         Deux ans que CNC navigue sans faire escale chez Chomsky, il faut donc virer de bord au plus vite pour réparer l’oubli. Chomsky est probablement le philosophe contemporain qui peut le plus nous aider dans la compréhension des mécanismes du pouvoir moderne assis sur une politique dite de la manipulation et de la diversion. Militant de la première heure contre la guerre du Viet-Nam, il se fait connaître par le grand public pour son engagement de sensibilité anarchiste. Grand intellectuel il se dresse contre les intellectuels qui choisissent de profiter du système plutôt que de l’affronter.

Il a dénoncé dix stratégies de manipulation des masses qui sont facilement identifiables dans la façon qu’à notre gouvernement Sarkoziste d’articuler son action. Voici comment Chomsky peut nous éclairer sur la méthode employée par nos élites pour se payer notre tête, à l’insue de notre plein gré:

1.La stratégie de la distraction, ce n’est pas nouveau, déjà les Romains, savaient verser du vin, des jeux et des guerres à profusion pour distraire le peuple. Il faut noyer les électeurs sous un flux continu d’informations inutiles, un jour une idée, un projet de loi qui ne verra jamais le jour, un match, un médaillé français fera l’affaire. On peut se contredire, c’est pas grave, personne ne comprend plus rien à rien de toutes façons, il faut toujours avoir une idée d’avance sur l’opinion, il faut gaver l’opinion. Parler des Roms permet d’éviter d’aborder les vrais problèmes. L’identité nationale, c’est important, les jeux en ligne vont permettre de calmer les rancoeurs enfouies des exclus.

2.Il faut créer des problèmes, puis offrir les solutions, (c’est la méthode du problème-réaction-solution )le racisme fera l’affaire , on crée des ghettos de beurs, de pauvres, de Roms, on empêche que les villes de riches construisent des HLMS. Tout ça crée une tension propice à la mise à disposition de solutions toutes faites, expulsions médiatisées, caméras de surveillance, la menace terroriste est permanente, la police est sur ses gardes, la population doit se tenir à carreau.

3.Il faut dégrader en douceur. Il faut agir lentement, avec tact, pour faire accepter une lente dégradation des protections sociales, on agit par petites touches. La première réforme des retraites dite Fillon (déjà ) en 2003 devait nous mettre à l’abri de nouvelles coupes claires jusqu’à l’horizon 2020. Résultat, en 2010, on remet sur le métier la réforme en attendant que la future loi puisse être acceptée après la prochaine élection.

4.Il faut différer la nouvelle donne en annonçant longtemps à l’avance que les temps vont être très durs, on n’aura peut-être plus de retraites, plus d’emplois, les Chinois vont tout prendre. Comme la catastrophe n’arrive pas tout de suite on accepte pour demain les décisions qui paraissaient impensables auparavant. Les mesures les plus douloureuses seront acceptées car prises à contre-temps, ayant déjà imprégné l’inconscient collectif.

5.Il faut s’adresser au peuple comme à un enfant de douze ans, (j’ai dit ce que j’allais faire et bien je vais le faire, dixit De Funès). Comme la publicité qui est infantilisante, la politique doit s’adresser à un peuple d’adolescents qui en retour aura immanquablement des réactions infantiles. Il faut gagner plus pour gagner plus, la fracture sociale, des casseroles insensées et une prime électorale pour l’instituteur des masses.

6.Il faut faire appel à l’émotion plutôt qu’à la réflexion, un fait divers dans une banlieue, une émeute aura un retentissement particulier, plus qu’une bévue de l’armée en Afghanistan, deux otages français ça maintient la tension au paroxysme, un pédophile récidiviste, c’est bon pour le moral des sondages, une first-lady qui « jette », ça ne peut pas nuire.

7.Il faut maintenir le peuple dans l’ignorance, surtout les pauvres, qui doivent baigner dans une espèce de sous-culture. Copé veut réhabiliter l’examen de passage au collège, ceux qui ne savent ni lire ni écrire ni compter à 11 ans seront virés, surtout les pauvres. C’est plus facile que de leur donner les mêmes moyens de réussir que ceux des riches.

8.Il faut encourager le peuple à à se complaire dans sa médiocrité, ça fait cool de se la péter et d’avoir un blackberry, lunettes sur la tête et BM qu’on nettoie le dimanche après-midi. Le bonheur est mesuré sur l’étalon consommation, l’ignorance fait vendre. En consommant, les pauvres se chargent de soutenir la croissance des riches qui eux investissent pour augmenter leur patrimoine.

9.Il faut remplacer la révolte par la culpabilité, avant 25 ans on est nuls, on n’a pas de boulot car on ne sait rien faire, après 50 berges, on est nuls, on a tout oublié, on n’a pas de job. On est délaissés parcequ’on est trop nuls, le marché veut des individus intelligents. Le pays a besoin des élites, les élites c’est pas nous, les élites c’est ceux qui peuvent nous donner du boulot. Les énarques, les polytechniques qui nous gouvernent et qui dirigent les boites, eux vont trouver des solutions. Le peuple est coupable de ne pas savoir ce que savent les élites, il en oublie son droit imprescriptible à la révolte citoyenne. 

10.Il faut connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes. Les progrés de la science, ces cinquante dernières années ont été tels qu’une petite minorité a réellement accès à une connaissance approfondie sur leurs  implications, un fossé se creuse entre les connaissances des élites et celles du peuple. La biologie, la neurobiologie, la psychologie appliquée sont utilisées à des fins complices par un système de castes qui utilise ses connaissances contre les intérêts du peuple. Le scandale du vaccin contre la grippe H1N1 est une manipulation basé sur l’ignorance des masses savamment dosée. Les peurs du vieillissement, le jeunisme, la bio-agriculture, les supposés bienfaits du vin, des crèmes anti-rides, des compléments alimentaires, des anti-dépresseurs, sont des manipulations dérivant des méconnaissances du peuple vis à vis des nouvelles techniques. Le Grenelle de l’environnement, les biocarburants, le nucléaire, le green business vont permettre de raser gratis tout en maintenant le cap du désastre écologique.  

Sarko ne serait-il pas un adepte particulièrement fidèle de la méthode Chomsky ?

Publié dans PHILOSOCONS, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement