N’EN JETEZ PLUS

Posté par provola le 9 octobre 2010

 

  N'EN JETEZ PLUS dans ECOLOGIE boues-rouges-150x123boues-rouges-150x123 dans ECOLOGIEboues-rouges-150x123boues-rouges-150x123boues-rouges-150x123

 

Plutôt que de rouler dans le bon sens, nous préférons aller à contre-courant évitant par miracle quelques obstacles mais le plus souvent percutant des montagnes d’ignorence. Le développement à marche forcée et la fatidique création de richesses qui est sous-entendue continue de se cristalliser sur le dos d’une nature toujours plus acculée , il n’est pas de jours sans que des catastrophes sciemment programmées soient la preuve patente de notre folie.

Un fleuve rouge de bauxite hautement toxique s’est déversé sur une région du nord de la Hongrie, les miasmes se retrouvent dans les eaux du Danube bleu, le plus long fleuve d’Europe, 700 000 m3 de boues industrielles rouges paradent désormais jusqu’aux tréfonds de la mer Noire.     

La Hongrie autrefois reine d’Europe, aujourd’hui reine des catastrophes en condensé se rappelle ainsi à son bon peuple sans que l’ancien fils devenu roi de France ne manifeste sa compassion, on aurait pu comprendre un soupçon d’émotion se traduisant en une discrète allusion. La fange écarlate s’est déversée sur une terre désormais stérile et c’est toute une population qui n’a plus que les yeux pour pleurer son sang.

Des centaines de tonnes d’ordures ménagères envahissent le sud de l’Italie qui ne sait plus où les entasser. Le pays n’est plus qu’une déchetterie à ciel ouvert.  

Un cargo venu de nulle part contenant 6000 tonnes de solvants est harponné en pleine mer au large des cotes bretonnes et les scouts des mers habitués des faits s’en sont venus écarter le risque d’une énième vague létale.

400 enfants sont morts au Nigeria pour avoir voulu jouer au large d’une mine d’or, l’orpaillage sauvage ayant contaminé au plomb des km2 de territoires. La catastrophe sanitaire concernerait selon la PNUE (programme des nations unies pour l’environnement) bien plus de monde sans que les moyens d’investigation permettent pour le moment de réellement évaluer son ampleur.

Des milliers de villageois ignorants du danger et laissés à leur triste sort ont semble-t-il apporté chez eux des tonnes de minerai bourrés de plomb pour tenter d’en extraire d’improbables trésors. Ces blocs de roche riche en plomb a contaminé les sols , l’eau et donc la population.

Partout la satisfaction de la croissance, l’appât du gain, pour les uns, la fuite en avant pour échapper à la misère pour les autres, partout la même désolation: le trou dans la couche d’ozone, la barrière de corail disparue, les derniers bancs de poissons transformés en boites de sardines, le désert du Niger criblé de scories d’uranium, la forêt amazonienne réduite en cendre volante, les  grands vignobles refuges d’une terre bourrée de pesticides, des rivières au pyralène, des villes mégalopoles sans limites que les limites des bidonvilles.

Que reste-t-il à admirer ? Qu’un ciel étoilé, trop clair pour y voir les étoiles.

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement