• Accueil
  • > Archives pour octobre 2010

EN ROUTE POUR L’ ELECTION 2012

Posté par provola le 31 octobre 2010

                  C‘est demain, 2012, si on l’oublie, on perd la main. CNC va s’y coltiner, à la présidentielle, en sachant que c’est un jeu, de bluff, de poker menteur , où à la fin , ce sont toujours les mêmes qui gagnent, les représentants de la bourgeoisie. Pas des classes moyennes, qui croient faire partie de la bourgeoisie, ça leur fait plaisir. Non la bourgeoisie, c’est autre chose, elle englobe tous ceux qui possèdent assez pour ne pas participer au pot commun. Les classes moyennes, ce sont les grenouilles qui se prennent pour des boeufs, elles voudraient bien ne rien payer, c’est pour cela qu’elle essaient de posséder plus et plus encore pour échapper enfin à la solidarité.

Tous ça n’est qu’un jeu, mais au moins, ce qu’on ne peut pas nous retirer, c’est le fun, l’illusion de croire qu’on participe, avec notre jeton en plastique à la grande parade, qu’on pourra se battre avec notre arme fatale d’électeur, notre bâton de sucette.  

Alors haro sur les bonimenteurs patentés, les fameux prétendants au supplice sacrificiel qui nous bassinent avec leur sempiternel : « je suis au service de la nation »

Une rubrique « élection 2012″ est à ce jour ouverte sur ce blog, en page de sous-titre ou en colonne de gauche (ça ne s’invente pas) que vous pourrez suivre quand vous n’aurez rien d’autre de plus intéressant à faire.

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

MELANCHON L’ATTENDU

Posté par provola le 31 octobre 2010

Attendu que le PS va jouer avec Strauss-Khan et Valls la partition du « plus à droite tu meurs ».

Attendu que l’UMP refoulé sur sa gauche, va s’arroger le droit de flirter puis de squatter l’usine à gaz du Front national.

Attendu que l’Ecologie politique est traversée de courants transpirants le règlement de compte qui ont peu à voir avec le respect de la nature mais beaucoup avec les connivences industrielles. 

Attendu que Le Pen fille fera du Le Pen père le plus pénible.

Attendu que le centre se résume au tracteur fumant d’un Bayrou en chasse de bobos.

Attendu que la marque d’origine contrôlée du Trotskisme s’en restera planquée en haut de la colline sans velléité de croiser le fer.

Attendu qu’il faut bien profiter du système majoritaire à deux tours en sachant que c’est le pire moyen de la démocratie infamante de se débarrasser du peuple.

Nous avons décidé, nous, c’est à dire mon poisson rouge et moi, de confier l’Avenir du pays, rien moins, au déontologue patenté Mélanchon, mélange de cornichons poivrés à la verve piquante qui s’illustre par son obstination à combattre les puissants usurpateurs.

  

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LA DEMANDE EN INFLATION

Posté par provola le 31 octobre 2010

 (Un homme de la Drôme a été placé en garde à vue pendant 48 h pour outrage, ayant demandé une petite « inflation » à Rachida Dati par courrier électronique, on se souvient du dérapage verbal de la ministre entre inflation et fellation)

Il n’est pas d’autres moyens de parvenir à la jouissance suprême que d’être plongé dans la quatrième dimension par la grâce d’une inflation incorrecte appliquée par langue fourchue interposée le long d’une verge triste. 

Rachida, Dati l’enturbannée de principes, est une lèvre à  retardement programmée pour l’emmerdement maximum, si pour l’explosion du sentiment d’injustice il ne manque que l’humour alors gardez-vous du garde des sceaux qui d’une serpillière a fait ministère.

L’infortuné manipulateur des joy-sticks a cru toucher au graal, il lui aura couté la virginité d’une nuit sèche sur un lit sans drap et des chandelles d’infortune (le poulailler)en uniforme triste et gourdin bas.

Cette République fantoche sans plaisirs que la castration a refait son masque enfariné mais le manque de sperme de jouvence est un bonheur à crédit car rien n’est moins dérisoire que cette libido des puissants, masturbant la tyrannie du pouvoir pour s’adonner à une mystification du plaisir commun.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, LES PEOPLE A POIL | Pas de Commentaire »

L’ ACADEMIE RASSURE LES INQUIETS

Posté par provola le 29 octobre 2010

                      L‘Académie des sciences appelée à plancher sur les causes du réchauffement climatique a rassuré les inquiets qui se voyaient voler la vedette par les climato-sceptiques. Sous la houlette de Claude Allègre et de son armada de mécréants du CO2, les tenants de la responsabilité des activités humaines dans les dérèglements avaient  perdu la guerre médiatique emportés par la gouaille de l’éléphant un temps socialiste. Après moultes précautions d’usage, les sages se sont bornés à prendre en compte plus particulièrement la période allant de 1975 à 2003 à laquelle correspond une quantité plus importantes de données scientifiques.

Les points importants à retenir sont :

l’augmentation de 0.8 °C de la température à la surface de la planète sur la période de 1870 à 2003, avec des périodes de forte augmentation de 1910 à 1940 et de 1975 à 2000, entrecoupées de légers refroidissements.  

l’augmentation de la température des océans mesurée depuis les années 1950 par les bateaux de commerce ou les navires océanographiques jusqu’à une profondeur d’environ 700m. Les mesures montrent une augmentation du contenu d’énergie thermique des océans surtout depuis le début des années 1980,

une réduction de la surface des glaces océaniques arctiques, de 8.5 millions de km2, stable sur la période 1950 1975, la surface de glaces étant passée à 5.5 millions de km2 en 2010,

le recul des glaciers continentaux et des calottes glacières du groenland et de l’antarctique

une élévation du niveau de la mer, passée de 0.7 mm/an entre 1870 et 1930, à 1.7 mm/an après 1930, puis à 3.4 mm/an depuis 1992 (date à partir de laquelle les relevés s’effectuent par satellites),

des indicateurs biologiques, déplacement des espèces animales et végétales qui montrent une évolution du climat.

Tout ceci avec  une accélération des processus depuis 1975. 

Voyons maintenant ce qui est susceptible d’influer sur l’évolution du climat:

l’augmentation de la concentration en gaz à effets de serre, CO2 (industries, feux de déboisements), méthane et protoxyde d’azote  en forte croissance due à l’activité humaine ou au réchauffement lui-même (permafrost)

l’activité du soleil, son action ou forçage est de un dixième de l’action due aux gaz à effets de serre;

l’océan qui joue un rôle de régulateur à long terme, essentiel dans l’évolution du climat en raison de son dynamisme et de son inertie thermique, ce qui lui confère une évolution beaucoup plus lente que l’athmophère. 

l’effet de la vapeur d’eau et des nuages doit également être pris en compte ou encore ceux de la végétation et de la biologie marine. 

Reste maintenant à savoir et c’est là toute la question, si ces bouleversements sont réellement d’origine anthropique c’est à dire due aux émissions humaines de gaz à effets de serre. En considérant toutes les incertitudes liées (capacités des modèles climatiques limitée par le fait que les données homogènes ne sont apparues que dans les années 1970), des mécanismes non encore identifiés ne sont pas encore inclus dans les modèles, les éventuels comportements fortement instables ou chaotiques du système atmosphère-océan-cryosphère-surfaces continentales sont un autre facteur d’incertitudes, en tenant compte donc de toutes ces incertitudes, un réchauffement réel existe sur la période 1970 2003 explicable en grande partie par l’augmentation de la teneur en CO2 de l’atmosphère, conséquence de l’activité humaine. Ce réchauffement affecte particulièrement l’océan qui s’acidifie dangereusement.

Cette conclusion alambiquée ne va certainement pas fermer le ban de la contestation climato-sceptique, car il semble bien qu’en matière de climat la règle obéisse au chaos qui par définition est difficilement modélisable. Attendons pour nous faire une idée plus précise (espérons-le) la parution du prochain rapport du GIEC attendue pour 2012.

Alors là nous saurons tout ce que nous ne saurons pas encore, avant de savoir ce que nous ne pourrons jamais savoir, ce qui est la nature de la science.

Publié dans ECOLOGIE, RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE | Pas de Commentaire »

MORIN LE MINISTRE MUET

Posté par provola le 28 octobre 2010

Hervé Morin Ministre des armées sur RTL. 

Savez-vous où se cache Ben Laden ? : « Non , avec les moyens de communication actuels il peut être n’importe où. »

Avez-vous authentifié le message de Ben Laden qui menace directement la France de représailles ? « Nous sommes en train de l’authentifier. Il n’est pas encore authentifié non, autrefois il y a eu des messages authentifiés d’autres ce sont avérés faux. »

Souhaitez-vous faire partie du prochain gouvernement ? « Je souhaite aller au terme de mon mandat , le reste ne m’appartient pas . j’ irai jusqu’au bout de mon mandat. »

« la majorité a besoin d’un rééquilibrage dans son fonctionnement, la France a besoin d’un centre indépendant. »

« En ce qui concerne les deux otages journalistes et les otages du Niger, nous sommes en contact avec les ravisseurs et je ne peux rien dire qui pourrait mettre en danger leur sécurité. »

On avait bien compris en effet que Morin était là pour ne rien dire.

Publié dans LES PEOPLE A POIL, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

ON SE PAIE UNE FERRARI

Posté par provola le 28 octobre 2010

             Il y a longtemps que je ne m’étais pas payé TF1, pour la bonne raison que je ne savais même plus que cette chaîne scélérate existait. (« DU TEMPS DE CERVEAU DISPONIBLE POUR LA PUB » dixit Le Lay l’ancien PDG).

Mais comme l’occasion m’est donnée de remettre le couvert d’une bonne pub pour la première, ne perdons pas l’occasion, elles sont tellement rares et tellement jubilatoires (Mélanchon harponne la présentatrice vedette, la comique Ferrari du 20h et son vernis à ongles à 1.1 millions d’euros) :  

http://www.dailymotion.com/video/xfecon_laurence-ferrari-parle-la-langue-de-maurras-melenchon_news

rappel de l’article: LE MONDE ENCHAÎNE DE TF1 

La collusion d’intérêts entre la plus grande chaîne télévisuelle européenne et le pouvoir est telle que l’on peut légitimement parler de société publique de droit privé .Le jour ou Francis Bouygues se vit confier le sort de la première chaîné ,il devenait évident que celle-ci deviendrait une espèce de présentoir à matériaux, destiné à laisser le choix au téléspectateur entre parpaing de 50 ou parpaing de 60.

Le duo Le Lay -Mougeotte ,  n’a d’ailleurs jamais fait mystère de l’objectif N°1 qui est de dégager du temps de cerveau disponible à l’accroche publicitaire. En d’autres termes, il s’agit rien moins qu’une oeuvre de destruction mentale , de décervelage généralisé.

La loi de modernisation de l’audiovisuel public éliminant le financement des chaînes d’état par la publicité est élaborée pour accroître le chiffre d’affaire des chaînes privées ,TF1 et M6 en tête,le lobbiing efficace de celles-ci réduisant de moitié la contrepartie préalablement établi à 3% du CA .Quelques députés UMP en rajoutent une couche en demandant d’effacer toute information nationale sur France 3 et de la remplacer par des annonces publiques qui enverraient l’audience envahir les écrans de pub d’en face.

Le syndrome TF1 a contaminé les 30 chaînes sans qualité de la TNT .Le même processus de déstructuration du pluralisme avait conduit la bande FM dans les années 80 à une harmonisation javellisée ou seuls quelques grands groupes privés ,d’imagination , régnaient en maîtres après avoir évacué les volontés libertaires des premiers temps en stérilisant le système .La FM était devenu  une bande pour adolescents de tous âges et cupides, la TNT actuelle suit le même schéma formaté , sans imagination , corrompu et laissant peu de marges d’antenne à toute pensée buissonnière .

    

Publié dans LES PEOPLE A POIL, MEDIAS | Pas de Commentaire »

DEUX BOUGIES

Posté par provola le 26 octobre 2010

Merci.

« Croissance ? Non, Conscience » a deux ans, happy birthday.

Deux ans que ces lignes avancent comme une trace d’avion qui déchire le ciel. On est là, à regarder la cheminée, à se réchauffer le coeur, à oublier les années et la folie au dehors. S’il fallait ne retenir qu’un mot, ce serait compassion. Partager la souffrance, c’est au moins ça qu’on ne laisse pas aux autres ou comment modestement se persuader qu’on atténuera ainsi sa propre colère. 

Deux ans d’emportements, qui valent bien une auto-satisfaction. Il fait bon de se poser sur le caillou, de temps en temps, après une longue marche. Deux ans qui valent toujours mieux qu’un silence gêné aux entournures. A surfer sur la toile comme un estropié des lettres mais pas dupe du courrier d’en haut, charrié dans l’écume des jours, ballotté au gré des dérapages des puissants.

A l’assaut des moulins à vent aujourd’hui éoliennes, à l’abri des tours d’ivoire, à moins que ce soit le contraire. 

Deux ans ce n’est quand même pas rien, 600 articles, 24 000 visites, 30 000 articles lus, un record du quotidien à 220, en ligne courbe, sans pointillés, virage serré des mots, langue de bois proscrite. 

Tout ça grâce à vous qui lisez, sans obligation que celle du revenir, vous qui sans doute n’en menez pas large non plus. Prenez cette accolade régulière pour une balade au bord des esclandres, pour un thé dansant au coeur lourd comme s’il s’agissait de parcourir ensemble, un temps pas si court vers le dernier fou rire.

Publié dans ANNIVERSAIRE, MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

LE PRIX DU VENT

Posté par provola le 25 octobre 2010

                     On a pillé outre mesure le sang de la Terre, on a sali la lumière du soleil et on a rien payé, pour la simple raison que la nature n’a jamais demandé qu’on rembourse quoi que ce soit.

Actuellement se tient à Nagoya au Japon la Conférence sur la biodiversité, il s’agit rien moins que traduire en valeur sonnante et trébuchante le coût de la dégradation des nos écosystèmes. une centaine d’experts chapeautés par l’Indien Pavan Sukhdev ont planché durant trois ans et ont présenté ce rapport considéré comme une  Bible en matière d’évaluation des dégradations portées à la nature.

Prenons les exemples de la déforestation et de la dégradation des milieux marins, l’actuelle érosion des biotopes terrestres, forêts, océans, sols, qui jusqu’ici se renouvelaient naturellement coute dors et déjà à l’humanité entre 1300 milliards d’euros et 3100 milliards d’euros, en comparaison le FMI chiffre à 1150 milliards d’euros les pertes bancaires subies durant la dernière crise financière.

La disparition des massifs coralliens par l’action du réchauffement et de l’acidification des océans coûteraient environ 120 milliards d’euros à l’humanité en terme de disparition de la faune marine, du manque à gagner touristique et ainsi de suite.

On pourrait ajouter à ce tableau que certains ont profité de cette dégradation tout en étant pas propriétaires de la faune marine, des coraux, des cours d’eau. D’autres n’ont rien gagné et en plus se retrouvent en première ligne face aux contraintes induites par l’appropriation et le saccage des autres.

Pavan Sukhev abordant les questions environnementales sous l’aspect économique parle de Capital Naturel, exprimant ainsi que la manne représentée par les ressources de la planète devrait désormais représenter une valeur marchande au même titre que tout autre capital. Comment mieux intéresser en effet les acteurs économiques qu’en leur donnant à gérer une valeur marchande, la charge émotionnelle n’ayant que peu d’effets réels sur les mouvements économiques.

L’idée serait de recommencer à monétiser la nature, à créer un marché des biodiversités sur le principe de la bourse du CO2.

Voilà bien une bonne idée, en apparence, il peut sembler de bon aloi de prendre en compte le pillage systématique  des ressources naturelles et de faire payer sur le principe du pollueur payeur. En fait au bout de la chaîne que se passe-t-il vraiment ? Ne va-t-ton pas toujours faire payer le consommateur en bout de piste , peu importe pour la compagnie pétrolière que le coût d’extraction continue d’augmenter par la difficulté toujours plus grande requise par l’ extraction. Le prix reflète la rareté et donc la valeur réelle augmente , les prix s’envolent et les bénéfices à court terme, les seuls pris en compte, augmentent dans la même proportion. On a donc tout intérêt de poursuivre le ratissage systématique.

De la même manière les pays riches peuvent se permettre de racheter des droits à polluer ou à émettre du CO2 simplement en rachetant ces droits aux pays pauvres ce qui permet de diluer tout effet disuasif des grands déséquilibres naturels.  

Cette grande bourse des valeurs de la nature ne nous ferait-elle pas courir le risque d’une récupération des bons sentiments, d’une course accélérée et folle vers l’accaparement par certains du jackpot du business vert ?  

L’instrumentalisation des ressources naturelles à des fins commerciales accélérerait l’agonie de la biosphère, il ne faudrait pas qu’une bonne intention nous projette à nouveau vers un inconnu plus sombre encore.

Rêvons ensemble d’un temps où le vent soufflant sur une éolienne serait considéré comme une manne appartenant à tous, où cette brise évaluée en nombre de tours d’hélice vaudrait 1 euro par tour, taxe qui serait reversée à un fond ayant en charge la gestion du patrimoine naturel de la planète tout entière ? Cet organisme, appartenant à parts égales à 7 milliards d’humains, serait sans frontières et sans but lucratif. Il aurait pour mission, ce qui serait encore plus utopique, rien moins, que sauver ce qui reste à sauver. 

Publié dans ECOLOGIE | Pas de Commentaire »

LA DECROISSANCE, MA BOUTIQUE

Posté par provola le 24 octobre 2010

                  Je vous parle de ma famille de réflexion, le tableau est triste, pas de quoi pavoiser. Vous expliquer la vraie et la fausse écologie n’est pas affaire aisée. Les pompiers de la Planète se battent comme des chiffonniers, on est au chevet de l’humanité comme à l’entrée du Colisée, harnachés à la robocop, prêts à la confrontation des idées, au meurtre intellectuel, sans complaisance.

Les décroissants ou « objecteurs de croissance » sont les vrais écolos, il n’y a pas de doute, il détiennent la Vérité, le problème est qu’ils détiennent tous la Vérité, ce qui fait quand même beaucoup de Vérités. Dans leurs clous le chemin est pavé de bonnes intentions.

Je ne vous parle pas des écolos, les écolos officiels, ceux qui se sont regroupés sous la férule de « Génération Ecologie ». Ce serait trop facile, ceux-là sont tout sauf des écolos. Ils bénissent le développement à marche forcée qui implique la disparition de tous les écosystèmes, pour faire passer la pilule ils acceptent les outrages de la mondialisation en peignant l’enfer d’une lazure verte, ils vendent l’idée géniale des biocarburants, la voiture électrique est leur dernière frontière, ils rassurent l’opinion sur leur véritable objectif: ne rien changer. Ils ont signé des deux mains le fameux et brinquebalant Grenelle de l’environnement.

Les décroissants, eux, sont les purs et sont inconnus du grand public, il sont contre le dérapage incontrôlé de l’économie libérale mais ils sont avant tout contre les autres décroissants, s’il en est un qui souhaite casser la pub et l’outil industriel, il y en aura un autre qui mettra le feu, comme si l’on voulait les rallumer, aux cendres de la révolution d’octobre. L’autre écologie, la bonne, celle des Serge Latouche, des Fabrice Nicolino, des Paul Aries, des Yves Cochet fait son petit business sur le dos du retour en arrière, comme ces visages de cire qui veulent ressembler aux miroirs de leur jeunesse.  Je les regarde s’étriper, se torcher à coups de formules magiques et de mots intelligents, ils ne s’aiment pas car sans foi ils sont tous des prophètes. Dégarni, le front du refus est une clique, un clan, invertébré le mouvement est celui du serpent trop lourd pour surfer sur des vagues immobiles. Je suis des leurs et je m’en désole parfois.

Les pages les plus censées ne sont-elles pas celles des hommes à la marge, à l’abri du comité des cons, ces consciences bien pendues comme celle d’Axel Khan qui justifie la protection de la biodiversité, en donnant l’exemple de la priorité qu’il y a de sauvegarder le vol de la mésange pour ne pas priver nos enfants d’un des facteurs de leur développement intellectuel, qui insiste sur l’obligation de ménager la nature dont les infinies bontés pourront donner à nos successeurs les outils de leur subsistance, inconnus à ce jour.

Les décroissants sont une secte pleurnicharde, un groupuscule à l’aspect d’une dictature d’idées, une chapelle en haut sur la colline, ils semblent bien contents au fond que le monde capitaliste explose les compteurs les uns après les autres. Plus les choses vont mal et plus les durs du retour en arrière se trouvent consacrés dans leur métaphore du désastre, sacrés sur un piédestal de marbre parmi les chrysanthèmes.  

Messieurs, fini la récré, sortez les oeillets, les fleurs au bout du canon d’espoir. 

Publié dans ECOLOGIE | Pas de Commentaire »

LILIANE BETTENCOURT MISE EN EXAMEN

Posté par provola le 23 octobre 2010

         On peut toujours rêver. N’a-t-on pas prouvé l’existence de comptes illégaux en Suisse en juillet dernier. Me Bettencourt avait d’ailleurs reconnu ces malversations en promettant de régulariser sa situation, ce qui n’aurait pas dû lui éviter au moins une courtoise remontrance. Mansuétude, tranquillité, voilà à quoi ont droit les puissants. Pour combien de complicités inavouées, qui donc a réclamé ces derniers mois la mise en examen de « mère l’Oréal »?

La justice est indépendante, évidemment, comment en douter ? On nous le répète du matin au soir. Elle est rapide, implacable, avec les casseurs, les caillasseurs, les saboteurs, les petits malfrats, les sans-grades. Avisez-vous de détruire l’outil de travail du bon commerçant, de briser une belle vitrine de soutiens-gorges, un étalage de vins de pays, la foudre s’abattra sur vous bien avant qu’un pas avisé ne vous reconduise chez le Père éternel.

Placez votre fortune du coté de Genêve, planquez les bénéfices de votre société de courtage sur les bords du lac, investissez grâce à la loi TEPA dans la vente de yearlings, pour dégrever votre ISF, tout cela sans créer d’emplois (ce qui devrait être le cas), spoliez délibérément le fisc de plusieurs millions d’euros, alors l’État vous couvrira d’honneurs et vous choiera pour qu’au moins vous veniez faire vos courses chez Fauchon.      

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LA LIGNE DURE DES VOSGES

Posté par provola le 23 octobre 2010

Non content d’avoir expulsé les syndicats grévistes occupant la raffinerie de Grandpuits, le gouvernement joue les déménageurs en procédant à l’expulsion des squatteurs étudiants et précaires membres de l’association de mal-logés JEUDI NOIR qui occupaient un hôtel particulier place des Vosges, à Paris:

http://www.dailymotion.com/video/xfca4g_places-des-vosges-expulsion-du-coll_news

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

L’ETAT TOUCHE LE FOND

Posté par provola le 22 octobre 2010

      photo479.jpg      photo481.jpg         La dernière fois que la capitale a quitté Paris, la peu glorieuse incartade vichyssoise a repeint l’histoire d’un nuage de plomb. Les fontaines de jouvence et les thermes  n’ ont été que la traduction d’une eau trouble. La République a juré de ne plus recommencer l’expérience du déménagement; elle a tenu jusqu’à ce jour.

Aux petites heures, le parlement déserte, accélérant son pas de sénateur. Le roitelet jette son dévolu sur la petite commune de Grandpuits, Seine et Marne , sur la route de Varennes. Grandpuits morne plaine, occupée par les grévistes  ressemble à une torche et donne la mesure du spectacle républicain . Les bassins de décantation puent d’une odeur âcre, l’odeur de la honte.

C’est ici que désormais se décide la loi, pas à Paris, encore moins au Palais Bourbon ou au Palais du Luxembourg.  

La capitale de toutes les Gaules, qui se résument aux Gaullistes, plante son panache sur la raffinerie Total, les piquets de grève ressemblent à des piquets de tentes et la forêt de cheminées est si dense que l’horizon n’est plus qu’une illusion.

La réforme des retraites ne se vote pas au Sénat, là les discussions sont des paroles de sourds et le texte est déjà écrit avant un inutile verbiage. L’UMP nous rassure sur la longueur des débats mais à quoi rime cette mascarade ?  L’écrit n’est pas histoire de temps mais d’espace, celui de la page blanche et l’Assemblée de la République est un nègre dont on tient la plume. Les amendements déposés en rafales par l’opposition ne sont que des pare-feux à la vindicte populaire, la seule attitude digne eut été de ne pas assister à cette mystification anti-démocratique.

Les Communistes et les Socialistes, rescapés de la haute communauté des acteurs tiennent leur rang, la Majorité  laisse un coin de buvard et le vote a lieu parcequ’à deux pas de là , du coté de la raffinerie, les forces de l’ordre  jouent molto vivace la partition  du remake de la Walkirie. Des CRS sont remontés comme des cierges éteints, matraques contre banderoles, pas fiers mais fers de lance tout de même d’une entourloupe présidentielle.

Grandpuits morne plaine, cratère d’enfumage industriel, l’Etat touche le fond, les camions citernes passent sans ambages, ils s’en vont distribuer du grain à moudre pour les tour opérateurs, il faut sauver les vacances de la Toussaint.  

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

PANNE DE CINQUIEME

Posté par provola le 20 octobre 2010

          L‘ origine de la fièvre actuelle n’est pas à rechercher du coté de la réforme des retraites mais plutôt dans l’incapacité du pays d’accorder la moindre parcelle de liberté politique au peuple. Le manque de dialogue est la vraie source du mécontentement, les racines du mal sont dans ce poker menteur de la société.

La loi imprime une fausse liberté, les textes sont biaisés, le système électoral majoritaire à deux tours permet à un homme parvenu au zénith grâce à son charisme de diriger de manière totalitaire. Le parlement est une parodie d’assemblée, sans débats. Les députés ne représentent qu’une infime partie de l’electorat. Les deux partis dits de gouvernement ne défendent que les intérêts de la bourgeoisie, ils confisquent l’espace politique, ils sont les seuls à pouvoir revenir à un système proportionnel où toutes les tendances seraient représentées, mais ils se gardent bien de même évoquer cette éventualité.  

La Cinquième République, notre maîtresse tant adorée a été durant des générations notre seule vision du vivre ensemble, elle est dorénavant notre fardeau, notre punition, notre anomalie, notre fléau, notre létale identité.  Elle est notre anormale mise en plie des mécontentements, l’arrangement d’un homme avec son histoire, un héritage de confiscations, un empilage de renoncements. Pour que vive le système des monopoles, que subsiste la féodalité, que perdurent les grandes dynasties.

La Cinquième spolie le peuple, en ne lui laissant que les miettes sociales, elle organise l’imprimatur présidentielle, elle n’est qu’une parodie d’égalitarisme, elle protège le pouvoir des contestations et des volontés du peuple, comme le bi-partisme aux États-unis, au Royaume Uni et en Allemagne, comme dans la plupart des démocraties occidentales, comme le régime de Pékin qui dérobe les libertés pour permettre à certains de s’enrichir. Elle subtilise le pouvoir au peuple pour  sauvegarder le pouvoir des grandes fortunes et les représentants du peuple n’ont que le pouvoir de sauvegarder leurs privilèges.

La Cinquième n’a que le souci de faire croire au miracle social et de faire croître l’économie du gaspi et des désirs jamais assouvis, ce qui est la même chose. Comme une eau qui boue et déborde, comme une longue gestation des angoisses, comme une complainte sourde, comme le malaise des banlieues, la crainte des marchés, guide du grand timonier charrie les mécontentements et les angoisses existentielles, comme une gorge serrée qui vous fait avaler de travers. Le futur est devenu trop lourd à porter, nous sommes tous devant nos étalages, seuls devant l’éternité, embringués dans cette course folle qui ne mène nulle part ailleurs que dans les ruines de l’esprit.

Le marché mondial est notre constitution. Ce grand oracle est notre tenancier des humeurs et des craintes, cette peur de ne savoir malgré la meilleure volonté vider complètement nos vitrines d’immondices. Ces ordures qui s’accumulent dans nos rues ne sont que les miasmes de nos désirs inassouvis et les poubelles sont des miroirs et des lanternes au rythme des cartes bleues, au son de la valse des tirelires.  

La vie se résume à cet instant unique de l’achat, cette magie du futile, que d’aucuns considèrent comme un signe du destin et d’autres un chant du cygne.  Ce geste est si étranger au genre humain que la fée publicité a remplacé nos Saints et nos prières, pour que règne sur nos esprits le Dieu de toutes les consommations.  

La Cinquième République n’est qu’une chauvine originalité dans la façon de mettre en scène notre liberté. Mais notre liberté de contenter notre désir de crédit et de possession est la plus petite des libertés, le plus petit dénominateur commun de la société capitaliste, toute la mécanique moderniste est un arsenal des pulsions factices qui reposent sur l’illusion consumériste de nos démocraties libérales.

En fait, plus rien ne marche dans notre système de dupes, que les colonnes revendicatrices et les barricades.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LE NOUVEAU VISAGE D’OBAMA BEN LADEN

Posté par provola le 19 octobre 2010

osamabinladen1238702c1.jpg  obamaco21.jpg

Avant                             Après

Ne haussez pas les épaules, vous buvez ce genre de conneries chaque jour et vous trouvez ça bon. Cette arme de destruction massive de la pensée, cette méthodique uniformisation du vivre ensemble, ce conditionnement mondialisé de l’opinion publique vous piège au moment où vous vous y attendez le moins.

Information bidon reprise en coeur depuis des années par « les médias qui ont pignon sur rue », mise en scène de la peur globalisée, instrumentalisation des migrations, anti-islamisme latent, les moyens de la désinformation mondiale sont divers et sans limites.

Les lobbies financiers détenteurs du pouvoir médiatique planifient scientifiquement la soi-disant destruction de nos libertés par la frange terroriste, tant que les supposés barbus cachés menaceront notre liberté de consommer, toutes les manipulations resteront acceptables .

La ficelle est trop grosse, ce n’est pas parceque nos grands médias diffusent la pensée unique qu’ils sont respectables, ce n’est pas parcequ’on transforme les aéroports en Fort Knox que notre avion risque réellement d’exploser, ce n’est pas parcequ’ on nous bassine du matin au soir avec l’horoscope que cette soupe des bas fonds a un rapport quelconque avec la science.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

L’OTAN A RETROUVE BEN LADEN

Posté par provola le 18 octobre 2010

Et CNC a obtenu le droit de diffuser en avant-première deux photos exceptionnelles d’ Oussama Ben Laden qui seront publiées demain aux États-unis.  

Un membre de l’OTAN a révélé à la chaîne CNN que Ben Laden vivrait dans le nord-ouest du Pakistan dans une zone de quelques centaines de km2, sous la protection de certains membres de l’ISI, les services secrets pakistanais.

CNConscience peut désormais confirmer la véracité de telles affirmations, ce blog détient la preuve que Ben Laden est bien vivant. Votre blog préféré vous révélera demain ce document exceptionnel qui témoigne de manière irréfutable que le terroriste le plus recherché de la planète coule des jours tranquilles à l’abri d’une fausse identité.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

LE PS N’EST PLUS DE GAUCHE

Posté par provola le 17 octobre 2010

photo438.jpg photo261.jpgphoto451.jpg  photo266.jpg photo346.jpg photo348.jpg photo350.jpg photo360.jpgphoto448.jpg photo367.jpg photo427.jpgphoto406.jpg

Absent.

Tout simplement pas là, évaporé, à l’abri des quolibets et des slogans qui ne semblent plus de son monde. Le PS n’est pas au milieu du peuple de gauche. Ou plutôt en queue de cortège près des camions à ordures électorales qui font déjà la toilette des boulevards pour que reprenne au plus vite la course aux achats inutiles.

Le PS est plus près de la sortie, près des jets d’eau, il s’en va dans les caniveaux trop lourds, se réfugier dans les soutes du pouvoir, parmi les égoutiers du système. Le PS est une misère sociale, un acolyte enrubanné plastronnant la contine des piédestaux. Tellement adepte du système des injustices que son absence est l’assurance d’une victoire éternelle de la droite.  Besancenot a mis son écharpe, la gauche bourgeoise laisse passer des rafales de courants d’air sur les pavés frigorifiés, lui non plus n’est pas dupe, derrière lui les roses à la main qui traînent les pieds, les troupes au petit trot, Strauss Kahn en tête, sont une armée de glace.

Lutte ouvrière, quelques internationales, le front de gauche, tout ça ne fait pas l’affaire. Des lycéens font une percée vocale et ça réchauffe le coeur et les souvenirs, d’un temps infini où les rêves parlaient de solidarité et de partage.

Il manque l’essentiel, un peuple autrefois du bas de l’échelle qui se voit désormais plus haut perché que les squatters abonnés du bitume.

Je préfère une droite dans ses bottes qu’une fausse gauche qui signe la congélation de ses privilèges. Je préfère une extrême droite raciste qui n’a apparemment pas d’autres issues pour se croire encore de ce monde, de cette démocratie d’exclus, de sans grades, de blancs becs et de basanés, de cassés du boulot, de drogués à pôle emploi.

Car avant d’avoir déserté la grande bataille, la gauche autrefois qualifiée de caviar a balancé son équipage par dessus bord, des tonnes d’invendus pourris d’équivoques, repris dans les chaluts des Lepenistes.  

Détestables, minables, pathétiques, les arrangements de la social-démocratie avec les arcanes du capitalisme participent de la longue agonie du système de protection, la vraie conséquence de cette manigance pour la conquête du pouvoir est une adaptation au conformiste d’État. Un État amoral.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

A D’TALEUR

Posté par provola le 16 octobre 2010

Rendez-vous dans la rue.

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

UN ETAT A L’ENVERS

Posté par provola le 15 octobre 2010

               On est en Italie, on ne pouvait pas être ailleurs. Le premier Ministre Silvio Berlusconi est mis en examen pour évasion fiscale dans le cadre d’achat frauduleux de droits de télévisions d’une société appartenant au groupe de médias Médiaset, propriété à 100 % de Berlusconi. Comme le Chef de l’État (en Italie le Président n’a qu’un pouvoir honoraire) s’est fait voter des lois d’immunités sur mesure, il ne risque pas grand chose, tant qu’il est au pouvoir.

En réalité il n’est pas près du tout de quitter le pouvoir car ses écarts de comportement lui rapportent plutôt une amélioration de sa cote de popularité.

Il fricote avec de jeunes naïades pubères et tout le monde trouve le gardon drôlement frais, il dispense ses charmes par soubrettes interposées sur toutes ses chaînes de télévision, les hommes se masturbent devant leur écran, les femmes veulent ressembler aux statues refaites. Le Boss attaque la justice, les journalistes, les bureaucrates, les agents du fisc, il insulte la gauche, il fustige les impôts, son club de foot rachète les stars du ballon rond, il se comporte en goujat avec Merkel, il veut piquer Carla à son pote De Funès, il traite Obama de bronzé, il a des casseroles au derrière aussi nombreuses qu’ une colonne de fourmis rouges. Rien n’y fait, le bonimenteur s’en tire à bon compte, son exemplarité n’est jamais prise en défaut, mais pas celle qu’on serait en droit d’attendre..  

Ses administrés, ou plutôt ses admirateurs, rêvent tous de pouvoir un jour gruger le fisc, aussi considèrent-ils que celui qui a le plus fraudé sera celui qui saura le mieux les diriger.

Les Italiens sont ainsi les inventeurs de la première démocratie « à l’envers ».

Publié dans EUROPE, ITALIE | Pas de Commentaire »

UNE TERRE ET DEMIE

Posté par provola le 14 octobre 2010

                   Notre planète ne nous suffit plus, je ne cesse de le dire depuis qu’un certain rapport du club de Rome en 1972 a montré l’évidence, je ne cesserai de le répéter dussé-je faire fuir le dernier lecteur de C N Conscience.     

Comme c’est l’argument principal de ce blog, cette modeste chronique n’aurait plus de raison d’être.

Il n’est pas d’autres batailles que celle-là et la réforme des retraites en comparaison n’est qu’une douce ritournelle. Le dernier rapport en date du WWF vient à point nommé nous faire une piqûre de rappel sur l’urgence qu’il y a d’affronter le dilemme toujours plus prégnant de notre empreinte écologique incompatible avec les capacités régénératrices de notre vieille maison.

Nous vivons au dessus de nos moyens, ce n’est pas l’UMP qui le dit , c’est le WWF qui estime que nous consumons actuellement une terre et demie. Le problème bien évidemment, c’est que nous n’en avons qu’une.

Le rapport Planète vivante livre un compte rendu sur la biodiversité et les tendances de consommation à l’échelle mondiale à partir de l’ Indice Planète Vivante, ou IPV et du concept d’empreinte écologique.

L’IPV a chuté de 30% entre 1970 et 2008 CECI INDIQUE UNE IMPORTANTE PERTE DE CAPITAL NATUREL;pendant cette même période, l’empreinte écologique de l’humanité a doublé, elle est maintenant de 50 % supérieure à la capacité de production annuelle de la Terre. La consommation moyenne d’une personne nécessite 2.7 hectares de terre alors que la Terre ne dispose que de 1.8 hectares par personne. Dans l’ensemble il faut d’ors et déjà une Terre 1.5 fois plus grande que ce qu’elle est réellement pour satisfaire nos besoins en consommation. Quatre milliards de personnes n’ont qu’une idée en tête, rattraper la fièvre acheteuse des deux milliards de malades des pays riches. 

Quelques solutions PRIORITAIRES apportées par WWF:

Réduire l’empreinte écologique cela veut dire réduire la voilure de l’économie.( ce qui implique de mieux partager)

Augmenter la superficie des aires protégées pour que celles-ci couvrent au minimum 15 % des éco-régions

Stopper la surutilisation de l’eau et la fragmentation des réseaux d’eau douce

Mettre un terme à la surpêche.

Toutes  ces mesures devraient se retrouver dans le programme de De Funès pour la prochaine campagne électorale, n’en doutons pas…

Le rapport du WWF est publié tous les deux ans, en espérant que nous serons encore là dans deux ans, et la Terre avec autant que possible. Pour la Terre je ne me fais pas de soucis.

Publié dans ECOLOGIE, MONDE | Pas de Commentaire »

ZIDANE PREPARE SA RETRAITE

Posté par provola le 13 octobre 2010

          Comme nous ne savons pas, par les temps qui courent, à quelle sauce nous allons être mangés, toutes les solutions sont bonnes pour épargner assez en prévision des derniers jours. Notre aimé Zidane prend à bras le corps le problème du vieillissement de la population française. Il saisit les opportunités de placements dans les nouvelles technologies pour équiper des salles de stop and go en espérant un retour sur investissement des plus juteux.

Les maisons de retraite présentent certainement l’un des meilleurs rendements actuels et il ne fait pas de doute que le fait d’associer son nom à celui d’établissements de confinement des carcasses permettra d’attirer une clientèle amoureuse du sport fut-il en chambre et sur lit médicalisé.

On savait déjà que le fait d’avoir épousé une Espagnole permettait à notre héros de couler des jours tranquilles à l’abri du fisc sarkoziste, le Réal Madrid étant pour les ressortissants étrangers une surface de réparation des quiétudes. Ce que l’on était loin d’imaginer c’est que, non content de biaiser une juste rémunération des avantages de la célébrité, le bougre s’en reviendrai tout penaud s’affranchir aussi des règles de la décence.

Le voilà engagé sur les règles de l’infamie et les voies de la sagesse au sens de la vieillesse, propriétaire d’une maison de retraite située à Sicié près de Toulon, acquise pour 8 millions d’euros. Cet établissement dispose de 80 places et l’on pourra y placer tous les membres de l’équipe de France de foot championne du monde 98 avec les masseurs et les équipementiers.

Cet investissement rapporte 500 000 € par an, une broutille, il permet de plus d’alléger des impôts déjà dégrevés par une accumulation d’avantages fiscaux. Comme notre meneur du jeu du dribble fiscal a créé une SARL inscrite au registre du commerce pour acheter la résidence, il peut bénéficier du statut de loueur meublé professionnel et donc récupérer la TVA sur les loyers versés par la société exploitante.

Aux dernières nouvelles, notre Zizou ne se verrait pas revenir de sitôt au bercail, l’air est plus respirable au delà des Pyrénées et il ne semble pas pressé de jouir du confort de sa nouvelle résidence secondaire. 

Publié dans LES PEOPLE A POIL | Pas de Commentaire »

12
 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement