• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 6 septembre 2010

C’EST L’HISTOIRE D’UNE DIGNITE

Posté par provola le 6 septembre 2010

C’est l’histoire d’une dignité perdue, à vouloir redresser des comptes jamais bons.

40 ans derrière ce tapis à faire glisser des tonnes de produits, à voir mes bras s’alourdir au fil des années. Caissière, une vie trop longue à encaisser les lazzi de clients mécontents, les rodomontades de dirigeants stressés. Un clavier qui joue toujours la même musique, une vague impression de déjà vu, des années à regretter de n’avoir pu faire autre chose qu’emplir les soutes du  navire amiral, qu’accumuler pour l’enseigne les dividendes que d’ autres se partagent. A attendre que les générations de gouvernements veuillent bien revaloriser le SMIC, seul moyen de voir évoluer mon plan de carrière.

Je n’ai jamais rien demandé, peut-être parcequ’on ne m’aurait jamais rien donné de plus, comme ça, la punition a sans doute été moins lourde à supporter. Je n’allais pas en plus du sacrifice quotidien, subir l’humiliation d’un refus d’augmentation de salaire.

Clouée à la rétribution minimum, c’est ma croix, mais je n’ai pas eu le choix, les enfants à élever, le budget à boucler, je ne pouvais pas imaginer qu’on me laisserait des décennies durant sur la ligne de départ des rémunérations.

Aujourd’hui on m’annonce que je vais devoir faire deux ans de plus, au même tarif de misère, pour récolter, au bout, les mêmes clopinettes.

700 euros par mois, ça sera le montant de ma retraite, je suis une privilégiée. J’ai eu la chance de ne pas être tombée malade, ma chance a permis à mon ancien patron, de partir à la retraite avec un chèque de 22 millions d’euros. Je bosse pour Carrefour, le plus grand groupe de distribution alimentaire au monde, derrière l’américain Wall Mart, ça me fait une belle jambe, pleine de varices eut égard au confort du tabouret.  

Mon labeur a permis à Carrefour de gagner des parts de marché aux quatre coins de la planète, de gravir les classements des chiffres d’affaires et des bénéfices, de garnir les carnets de commande des voitures de luxe, des yachts, d’enrichir des cohortes de managers, de nourrir une famille parmi les plus riches de la planète, de permettre à la République de s’ennorgueillir de posséder avec Carrefour un poids lourd du commerce mondial.

Et on m’explique maintenant que pour sauver le soldat Ryan, la société française à la sauce Yankee, il faut que je fasse deux ans de plus pour avoir droit à mes 700 euros.

Mon employeur a profité de moi, la nation a profité de moi, tout le monde s’est enrichi sur mon dos, je suis contente pour eux mais au terme, presque, de mon long parcours , l’idée me vient qu’on aurait pu, en haut lieu, penser à m’accorder autre chose qu’une aumône qui n’assure pas l’auto-suffisance à mes vieux jours.

Mon taux de remplacement, le rapport entre le montant de ma retraite et mon dernier salaire sera de 75%. C’est un taux élevé, je dois être satisfaite, les cadres chez nous s’en vont avec un taux de remplacement de 50 %, avec 2000 euros par mois, les pauvres.

Je vais laisser à d’autres la liberté de protester, car je ne peux pas me permettre d’aller manifester contre la réforme Woerth-De Funès, je n’en ai tout simplement pas les moyens. J’aurais bien voulu pourtant, je voudrais au moins conserver mes 1000 euros, après ma liquidation; 1000 euros, ce serait le prix de mon indépendance pour ce qui reste du chemin; voilà qui ne devrait tout de même pas mettre en danger le budget du pays.  

Encore deux ans, une éternité, une mammographie pas très claire, demain une radio pour confirmer, deux ans, c’est loin.    

 

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

SAKINEH

Posté par provola le 6 septembre 2010

http://laregledujeu.org  sakinehmohammadiashtiani43ansaetecondamneeamortpouradulterephotoafp1.jpg

Publié dans ASIE, MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement