• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 26 août 2010

L’ARDOISE EFFACEE

Posté par provola le 26 août 2010

La politique a quelque chose de simple, les déficits et les paiements pour les électeurs, les honneurs et l’impunité pour les élus. En gros les corrompus n’ont qu’à se faire élire pour échapper à la justice.

De Funès invite le Chic au remake de la  »grande bouffe », il en ressort une entente cordiale sur le partage de l’addition. 

Le premier d’entre nous a même le droit de se comporter en dehors des bornes de la Constitution, cela n’empêche pas l’opinion de croire au jugement dernier, de supposer qu’au terme de son mandat, l’anathème publiques’abattra sur le contrevenant républicain. Sauf que le locataire suivant du palais de Madame de Pompadour, encore plus déviant et lié par un pacte de non agression tacite avec sa lignée, n’a aucune intention d’engager sa propre sortie sur un chemin de traverse et s’attache donc à gommer les incartades de son prédécesseur. C’est donc dans une ambiance de cercle de jeu de poker que se conclut la trève des profiteurs de la cinquième dynastie.

A ce petit jeu de bluff, l’opposition supposée relance par un tapis pour solde de tous comptes illicites; elle le fait avec un aplomb défiant toutes les règles de la déontologie.

La Mairie de Paris accepte le remboursement de 2,2 millions d’euros de la part de l’UMP en dédommagement des faux emplois des membres du parti gaulliste de l’alors Maire de la capitale. Delanoé a déjà indiqué qu’il retirera sa plainte à l’encontre du Chic, laissant l’accusation vide de substance. 

L’ancien relaxé, l’agité assure ainsi la paix des braves au sein de l’UMP, annihilant le front des contestataires de la famille. Au bout de ce compte d’apothicaires, le parti majoritaire financé par les deniers publics se permet de corrompre la justice, elle-même en principe garante de la bonne utilisation des fonds de la nation, de lui faire oublier les frasques du passé, de ramener à peu de frais le calme à droite dans les perspectives électorales futures.

Tout ceci avec la bénédiction du principal parti d’opposition pris en flagrant délit de connivence.

On voudrait faire fuir la dernière grenouille de l’isoloir qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Rassurons de ce pas l’Establishment politiques et les élites bien-pensantes de la démocratie. Les médias véritables défenseurs du système et diffuseurs de la bonne parole sauront rectifier la dérive contestataire. Ils sauront relancer la libido électorale des déçus de la démocratie. Ces mêmes médias qui d’une tragi-comédie sud-Africaine et du loft mondial ont fait la saga de l’été, de la nullité d’une équipe de branquignoles ont fait l’échec inattendu de la meilleure équipe du monde. 

Tout cela dans un climat généralisé d’enfumage politique, de gommage des pulsions revendicatrices, d’instrumentalisation des frustrations inutiles, des priorités subalternes.

Pouvoir, opposition, justice, médias, tous les piliers du temple grec s’effritent un à un jusqu’à mettre en péril un chef-d’oeuvre jamais abouti; faudra-t-il se résigner à tout casser et à tout abattre avant de songer de tout reconstruire.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement