• Accueil
  • > ASIE
  • > AFGHANISTAN, UNE GUERRE POUR QUOI FAIRE ?

AFGHANISTAN, UNE GUERRE POUR QUOI FAIRE ?

Posté par provola le 30 juillet 2010

Au mieux, nous sommes plein de bonnes intentions, au pire, nous nous foutons royalement de l’Afghnanistan, seules les fortunes englouties en armement en temps de disette pourraient éventuellement nous faire tourner de l’oeil. En gros, nous sommes généreux, nous voulons combattre le terrorisme, nous croyons que les Talibans sont des terroristes, enfin les Américains le croient et comme nous avons promis de les aider à combattre le cauchemar du onze septembre, nous envoyons en Afghanistan une aide minimale, une escorte symbolique, de nature à nous sentir forts auprès du grand frère.

Pourrions-nous dire que les Américains sont des terroristes par le simple fait que la famille Bush au pouvoir durant 12 ans a semé la terreur et imposé les armes en lieu et place de la diplomatie ?

En enfants obéissants nous proclamons le bien fondé de notre morale à deux balles, nous partageons le désert avec les fourmis rouges et les lézards, nous arpentons la banlieue de Kaboul, nous faisons avancer la liberté. C’est l’Elysée qui le dit, relayé par Rachida Dati qui préfère raconter n’importe quoi plutôt que de s’ennuyer à ne rien dire dans l’hémicycle de Strasbourg.   

Sauf que depuis des années, la victoire semble de plus en plus problématique. Les morts de part et d’autres s’accumulent sans qu’il soit véritablement question de réels progrès. De quels progrès s’agirait-il d’ailleurs ? Inventer la Suisse d’Asie ? Ne rêvons pas, serait-ce mieux ? Construire la future démocratie, qui y songe encore ? En tous cas pas les experts du terrain pour qui seul les Talibans peuvent à terme assurer une certaine stabilité politique. D’ailleurs Karzaï et l’armée américaine négocient déjà avec les Talibans un départ en bon ordre des troupes d’invasion à horizon 2012.

Car la victoire est impossible, une victoire sur qui, pourquoi, pour qui ? 

L’Arabie Séoudite et ses princes fantoches, garants des intérêts US au proche-orient est-elle un modèle de démocratie ? Nous ne nous posons pas tant de question au sujet de notre collaboration, nous avons besoin de ses immenses ressources en pétrole et n’importe quel régime nous va bien pourvu qu’il assure un approvisionnement régulier et à bon prix à nos sociétés occidentales. Que dire des émirats satellites dont les élites ne sont que des pions sur l’échiquier des intérêts US. Parler de régimes démocratiques est une vaste plaisanterie.  

La Russie est-elle une démocratie, la Chine est-elle l’anti-chambre du paradis ? Nous commerçons sans scrupules, nous vendons des armes, à la Lybie aussi. Nous paupérisons l’Afrique en voulant préserver notre chasse gardée face aux visées US et chinoises. 

Mais nous voulons apporter la démocratie en Afhanistan, funeste sornette. Ne sont-ce pas plutôt les vastes réserves de litium qui dictent une certaine propagande, qui tente de façonner l’opinion publique occidentale? 

Les soldats ne savent pas pourquoi ils se battent, ils ne l’on jamais su vraiment, dans aucune guerre, mais là, à vouloir soumettre un pays qui ne l’a jamais été, ils peuvent bien se douter que l’affaire était déjà pliée bien  avant leur intervention.   

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement