PARIS, DERNIERE PLAGE

Posté par provola le 25 juillet 2010

             Paris accueille le Tour, la Seine est une plage, les parasols ont remplacé les embouteillages sur les berges, mais en bas ce n’est pas de l’eau qui coule, c’est une vidange, un liquide frelaté contenant du pyralène qui a fait dire à notre ministre de l’environnement Borloo, voilà un mois, que la consommation de poisson de Seine serait bientôt interdite.

Ultima spiaggia (dernière plage), en Italien ça veut aussi dire dernière chance, ou l’ultime occasion de sauver ce qui peut l’être encore dans les veines de la ville lumière. L’eau de Paris est contaminée au Pyralène ou PCB, ou polychlorobiphényles.

L’association écolo « Robin des Bois » a averti que les derniers résultats d’analyses sur l’état de l’eau de la Seine sont catastrophiques. Les PCB ont été massivement utilisés des années 1930 aux années 1970 pour leurs propriétés diélectriques dans les transformateurs et les condensateurs notamment. En raison de leur rémanence (longue durée de vie liée à leur stabilité chimique) et leur très faible biodégradabilité, ils s’accumulent dans les sédiments, les chaînes alimentaires. Ce sont des contaminants bioaccumulables que les animaux peuvent transporter sur d’immenses territoires. En fait ils sont impossibles à détruire, on peut simplement s’intéresser à retracer leur éparpillement.

Les PCB sont des cancérogènes, l’absorption se fait par consommation de poissons, la contamination du lait d’allaitement a également été prouvée. Les résultats d’une étude prouvent que c’est dans la petite enfance que l’impact des PCB est le plus important. L’Association Santé Environnement France, en 2008 a réalisé une campagne de prélèvements sanguins pour mesurer l’imprégnation aux PCB des pêcheurs du Rhône, de la Seine et de la Somme, les résultats montrent une concentration de PCB cinq fois supérieure aux autres groupes tests.

La Seine tout comme le Rhône, la Somme,la Saône, le Rhin, la Marne, la Moselle, ne sont plus rien que de tristes souvenirs de ce que furent nos fières rivières d’autrefois.

Les sédiments, la chaîne alimentaire, tout est imprégné et l’eau du robinet fournie par les centrales d’épuration comme celle d’Achères pour la région parisienne est claire et apparemment pure mais les molécules de PCB, bien trop petites pour être filtrées, sont relâchées dans cette espèce de mixture officiellement propre, servies diluées sur la table de chaque consommateur.

A la vôtre.

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement