EUTHANASIE DURABLE

Posté par provola le 17 juillet 2010

Communication, quand tu nous tiens, que d’emphase, de cambrures, de proclamations, BP a enfin réussi à colmater la brèche, à fermer le robinet. Obama, de sauter les pieds joints sur cette parodie de marelle, de nous rassurer sur les possibilités de l’Oncle Sam, la grandeur de la bannière étoilée.

La marée noire est terminée, la « bonne nouvelle » selon l’administration du nouveau menteur mondial est diffusée en boucle, comme un 11 septembre à l’envers, une victoire de la technologie, un ouf de soulagement pour des millions de vacanciers.

Dérisoire illusion. Car rien n’est fini, tout commence.

Des quantités de brut déversé représentant de 10 à 50 fois l’Exxon Valdez, qui détenait jusqu’à présent le triste record de la pire marée noire de l’histoire.  Des mangroves impossible à nettoyer , des centaines de km de plages souillées, planquées subrepticement sous des strates de sable, une faune disparue à jamais. Les 11 morts du jour de l’explosion de la plate-forme, les blessés, les centaines de milliers  d’autres en première ligne, au contact de la masse cancérigène, des pêcheurs empêchés de vivre, des familles en stand-by, une mer d’huile, les fuites de sulfure d’hydrogène, de benzène, de chlorure de méthylène qui se propagent dans l’atmosphère et se dirigent vers les cotes.

Voilà ce que le sieur Obama appelle « une bonne nouvelle », autant dire tout de suite qu’il nous prend pour des cons.

Et les associations d’écolos aussi, qui nous endorment en présentant leurs efforts de sauvetage des oiseaux souillés, prisonniers des nappes de pétrole, les oracles du développement durable qui tentent de nous rassurer sur les capacités de l’économie de la croissance de se régénérer. Et les bénévoles volontaires en baskets made in China de nous récurer le pélican, de rincer la mouette, de ratisser l’ empreinte à tortues. Tout ce tintamarre à bobos sent le fioul car le passage en machine à laver des rémiges plombées ne sert tout simplement à rien, pire il , expose les animaux assistés à une mort cruelle, à une agonie prolongée.  

Une étude portant sur les catastrophes pétrolières des 40 dernières années montre qu’un pour cent environ des animaux sauvés d’une marée noire survivent après un an de liberté, sur ce un pour cent, pratiquement aucun ne réussit à se reproduire. La biologiste allemande Silvia Gaus préconise une euthanasie des animaux englués pour leur éviter une fin indigne.

Ce que nous prenons pour une méritoire action n’est sans doute qu’un miroir aux alouettes, une poudre aux yeux, comme ces dispersants déversés à la surface des nappes de pétrole et dont la nocivité est supérieure à celle du produit qu’on est censé combattre.

Faute de pouvoir résoudre les vrais problèmes , le lobby pétrolier et la maison blanche se répandent en une inénarrable campagne de désinformation.

(Je suis content de vous retrouver après une semaine passée auprès de mon ombre, les crocs ont poussé.)

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement