• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 26 juin 2010

CARPACCIO DE BACON

Posté par provola le 26 juin 2010

La perfide Albion se régénère, la sorcière de Grande Bretagne nous revient sous la forme d’un diable à la gueule d’ange. Comme la queue d’un lézard, David Cameron repousse les limites de la forfaiture, il déconne plein tube mais le peuple se tamponne du tour de vis pour une simple histoire de timing.

Tout est permis, avant d’être pris la main dans le saccage social, le premier ministre nouvellement intronisé respecte sa fenêtre de tir, il a été élu par le peuple mais il respecte avant tout les marchés, ce qui n’est pas exactement la même chose.

Pendant quelques semaines, ( popularité du nouvel entrant, coupe du monde)  il peut trancher du bacon à loisir, laminer le lard des rosbeefs, ce qui veut dire réduire le budget de l’Etat à une tranche de carpaccio, fine comme du papier à cigarettes. L’objectif est de contenir les déficits, rassurer les marchés financiers, c’est à dire les banques qui prêtent au états.

On parle d’instaurer une taxe sur les banques, mais on sait qu’elle n’a aucune chance d’être adoptée au niveau international, cette manoeuvre politicienne, permettant de faire passer le plat de résistance sous forme d’une hausse de la TVA de 2,5 %, ce qui revient à faire payer les couches les plus défavorisées, que dis-je, à matraquer les classes d’en-bas, celles qui n’ont pas un sou de coté et qui devront au final éponger les augmentations des prestations des prêteurs, des taxes bancaires, celles qui ont été contraintes de voter pour des geôliers des comptes publics, pour les tenants des favorisés du système.

Au delà des augmentations d’impôts pour les petits, le plan d’enfer des conservateurs va couper dans les dépenses de l’état qui pourraient également s’entendre comme des redistributions de richesses. Évidemment, appelée comme cela, les coupes franches s’apparentent quant à elles à une tentative des classes favorisées de se soustraire à l’effort de solidarité.

Le seul intérêt de ce retranchement en rase campagne est comme d’habitude de rassurer les créanciers et les investisseurs dans le but de les empêcher de lorgner vers d’autres terrains de jeu.

Paupérisation, précarité, piège à cons, les véritables orientations du gouvernement Cameron ne laissent pas place au doute, sous couvert de rigueur budgétaire, il s’agit en fait de contraidre la population à une machine économique concurrentielle, de réduire les maigres avantages sociaux restants à la portion congrue.

Tout en conservant la trentaine de paradis fiscaux sous bannière britannique (Jersey, Guernesey, îles Vierges, îles Caïmans, Anguilla, Bermudes, Gibraltar, Montserrat, Iles Turques-et-Caïques, Man, ect.), ces territoires concentrant quelques centaines de milliards de livres totalement inutiles à la cause commune.

Mais de cela plus personne ne parle, car ne faut-il pas sauver les riches, même la Reine ?     

 

Publié dans EUROPE, ROYAUME-UNI | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement