NOUVELLES DU PARADIS

Posté par provola le 30 juin 2010

Les paradis fiscaux n’existent plus, la preuve ils ont été les grands absents des discutions lors du dernier G20 canadien.

Trêve de plaisanterie, voyons ce que prévoyait Eva Joly, il y a de cela 6 mois sur la véritable volonté des gouvernements à propos des planques à billets.

A l’heure des budgets en berne et des trous abyssaux des comptes publics, la chasse aux fuyards du fisc, des évadés en tous genres, serait pourtant une activité bien plus qu’indispensable, bien plus que lucrative, elle serait avant tout morale. 

http://www.youtube.com/watch?v=fVlEzjelGaE&feature=related

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LE PLAISIR DE PERDRE

Posté par provola le 29 juin 2010

Au lieu de s’amuser d’une déroute qui après tout n’est qu’une péripétie sans importance, la nation à la tête de ballon rond s’est enfermée dans une dénégation totale de la valeur réelle de son équipe de football.  

La France qui donne des leçons au monde ne sait pas perdre, il n’y a donc aucun plaisir à être Français dans la défaite, on pourrait résumer comme cela la tragi-comédie de l’après défaite des Bleus en Afrique du Sud.

Si les médias sont l’expression d’une population au bord de la crise de nerfs, la classe politique n’est pas en reste qui charge la mule du ballon rond d’une manière totalement démesurée.  

Une semaine après la déroute sportive, aucun analyste franchouillard n’a encore voulu admettre que l’équipe était tout simplement médiocre ou tout simplement moins performante que ses congénères. Il y aurait pourtant du soulagement à admettre de s’être fait battre par bien meilleur que soi. Au lieu de cela, on continue à croire et à clamer que l’équipe de France est toujours la meilleure mais que des circonstances défavorables ont empêché l’explosion de la victoire. Comme si l’on feignait de croire en une rémission possible d’un cancer en phase terminale.

Le Président de la fédération est coupable, l’entraineur est coupable, la fédération est coupable, ils sont tous coupables car l’équipe de France devait forcément gagner, il faut donc tout changer pour que la France retrouve son rang qui ne peut être que le premier.

L’implication malsaine du politique est venue encore ternir le tableau peu reluisant de ce deuil national au allures de comédie, le malaise imaginaire vient des relents partisans d’une nation si prompte a se mobiliser pour des causes inutiles. 

Pourtant quel bonheur il aurait eu de partager la joie des vainqueurs, d’arborer le drapeau d’une honorable défaite, de communier d’un même cri à la gloire du sens universel.  

L’agition du pouvoir, fille du despotisme intellectuel du président n’a fait qu’ajouter à la confusion populaire, la fièvre médiatique activée par la manne publicitaire a dérapé dans une espèce de fange délirante.

La FIFA, la fédération internationale va certainement examiner ce dérapage d’implication du politique dans des affaires purement sportives, la France risque rien moins que se voir retirer l’organisation des prochains championnats d’Europe. Nous l’aurons bien cherché.

Publié dans IDENTITE NATIONALE | Pas de Commentaire »

UN CIGARE A L’OEIL

Posté par provola le 29 juin 2010

Dans le but de réduire le déficit de l’Etat, le gouvernement a annoncé des mesures de rigueur devant toucher les plus hautes institutions d’Etat et les élites gouvernementales.

Les dépenses personnelles des ministres et secrétaires d’Etat devront être réglées sur leurs propres deniers et non plus sur les comptes publics. Mine de rien, on admet là que ce qui devait être la règle n’était pas en vigueur.

En fait on assiste tout simplement au lavage au grand jour d’une corruption généralisée au sein des hauts fonctionnaires de l’État. Sous couvert de rigueur budgétaire on planque la poussière sous les meubles et on passe un coup de peinture sur les murs teintés du sang des abus de biens sociaux.

Les médias applaudissent des quatre mains, en soulignant l’effort inédit du Président, ce qui devrait constituer un scandale au plus haut niveau est considéré comme un bon point dans la perspective des prochaines élections.

Christian Blanc Secrétaire d’Etat au développement de la région capitale peut continuer à fumer tranquille, il n’aura pas à rembourser la totalité de ses dettes en cigares cubains.

Deux réflexions: De Funès en proie à une contestation tous azimuts au sujet des dérives comportementales de ses troupes en période de crise pour le commun des mortels se devait de faire un geste pour amuser la galerie; l’effet d’annonce ayant joué à plein , qui nous garantit que les mesures seront effectivement appliquées ? 

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

CARPACCIO DE BACON

Posté par provola le 26 juin 2010

La perfide Albion se régénère, la sorcière de Grande Bretagne nous revient sous la forme d’un diable à la gueule d’ange. Comme la queue d’un lézard, David Cameron repousse les limites de la forfaiture, il déconne plein tube mais le peuple se tamponne du tour de vis pour une simple histoire de timing.

Tout est permis, avant d’être pris la main dans le saccage social, le premier ministre nouvellement intronisé respecte sa fenêtre de tir, il a été élu par le peuple mais il respecte avant tout les marchés, ce qui n’est pas exactement la même chose.

Pendant quelques semaines, ( popularité du nouvel entrant, coupe du monde)  il peut trancher du bacon à loisir, laminer le lard des rosbeefs, ce qui veut dire réduire le budget de l’Etat à une tranche de carpaccio, fine comme du papier à cigarettes. L’objectif est de contenir les déficits, rassurer les marchés financiers, c’est à dire les banques qui prêtent au états.

On parle d’instaurer une taxe sur les banques, mais on sait qu’elle n’a aucune chance d’être adoptée au niveau international, cette manoeuvre politicienne, permettant de faire passer le plat de résistance sous forme d’une hausse de la TVA de 2,5 %, ce qui revient à faire payer les couches les plus défavorisées, que dis-je, à matraquer les classes d’en-bas, celles qui n’ont pas un sou de coté et qui devront au final éponger les augmentations des prestations des prêteurs, des taxes bancaires, celles qui ont été contraintes de voter pour des geôliers des comptes publics, pour les tenants des favorisés du système.

Au delà des augmentations d’impôts pour les petits, le plan d’enfer des conservateurs va couper dans les dépenses de l’état qui pourraient également s’entendre comme des redistributions de richesses. Évidemment, appelée comme cela, les coupes franches s’apparentent quant à elles à une tentative des classes favorisées de se soustraire à l’effort de solidarité.

Le seul intérêt de ce retranchement en rase campagne est comme d’habitude de rassurer les créanciers et les investisseurs dans le but de les empêcher de lorgner vers d’autres terrains de jeu.

Paupérisation, précarité, piège à cons, les véritables orientations du gouvernement Cameron ne laissent pas place au doute, sous couvert de rigueur budgétaire, il s’agit en fait de contraidre la population à une machine économique concurrentielle, de réduire les maigres avantages sociaux restants à la portion congrue.

Tout en conservant la trentaine de paradis fiscaux sous bannière britannique (Jersey, Guernesey, îles Vierges, îles Caïmans, Anguilla, Bermudes, Gibraltar, Montserrat, Iles Turques-et-Caïques, Man, ect.), ces territoires concentrant quelques centaines de milliards de livres totalement inutiles à la cause commune.

Mais de cela plus personne ne parle, car ne faut-il pas sauver les riches, même la Reine ?     

 

Publié dans EUROPE, ROYAUME-UNI | Pas de Commentaire »

LE PRESIDENT EST FOU

Posté par provola le 23 juin 2010

Le doute n’est plus possible, après l’annonce d’une cellule de crise à l’Elysée rassemblant le premier Ministre, la ministre des sports et sa secrétaire d’Etat , comment ne pas admettre que le pouvoir a totalement perdu la boussole et navigue désormais à vue. Le Président a annoncé son intention d’organiser des « États généraux du football français ». Ce qui ne veut rien dire, mais il en a l’habitude.

Le monde se débat dans la tempête économique du siècle et notre capitine de chaloupe n’a qu’une idée en tête, donner des bouées aux malheureux supporters du ballon rond.  

On veut bien admettre que, la coupe se jouant en Afrique, notre Président aux idées noires, veuille singer les dictateurs des républiques bananières utilisant le foot comme artifice de propagande.

Le gouvernement n’a visiblement plus rien d’autre en tête que soulager la détresse du peuple, que fuir toute tentative de rédemption. Plus rien ne compte que l’opinion, que la façade, que l’effet annonce, que la stratégie du contre-feu.

Un chien se casse la patte dans un caniveau de Bondoufle, le ministre des animaux à poils saute sur le premier avion pour s’afficher dès que possible avec le toutou à la une des magazines, le titi-chouchou au crâne rasé des bleus a du vague à l’âme, il est reçu illico sur le perron de l’Elysée pour y être consolé sous les flashes au son de la Marseillaise, mayonnaise d’occasion.

Rien, il n’y a plus rien à sauver, décidément, laisssons couler ce radeau sans dignité, d’une longue agonie des abysses, qui durera deux ans.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

L’OREAL PARCEQUE LA SUISSE LE VAUT BIEN

Posté par provola le 22 juin 2010

L’épouse du Ministre du travail en train de couper l’herbe sous les pieds des futurs retraités, est soupçonnée en tant que conseillère financière de Me Bettancourt, première fortune de France, propriétaire du groupe l’Oréal, d’avoir cautionné une fraude fiscale. 

On ne sait qui blamer, à moins qu’il ne soit question de clouer cette gente insupportable au pilori. 

Suite à la fuite médiatique, Me Woerth, qui le veut bien, démissione de son activité de gérante de la fortune du cosmétique, Me Bettancourt, qui vaut beaucoup, affirme qu’elle va régulariser ses comptes en Suisse, on est rassuré, le ridicule au sommet de l’Etat ne tue pas, il pue.   

Publié dans LES PEOPLE A POIL | Pas de Commentaire »

POISON D’EAU DOUCE

Posté par provola le 21 juin 2010

Le Bengladesh est en train de mourir à coupes de gorgées d’eau contaminée à l’arsenic . Les nappes phréatiques, sources d’eau essentielles pour les Bengalis sont totalement impropres à la consommation et la population entière est condamnée à mort de manière anticipée à plus ou moins longue échéance. 

Selon une étude publiée sur le Lancet, ayant porté sur 20000 personnes, 20% des décès  ont eu pour cause une exposition trop importante à l’arsenic, ainsi des millions d’habitants risquent de mourir avant l’age à cause de l’eau.

Selon l’OMS, cette exposition est « le plus important empoisonnement de masse de l’histoire de l’humanité ».

Le Bengladesh souffre d’une situation géographique particulière, 20% du territoire, les plus peuplés, étant situés sous le niveau de la mer ou a moins de 15 m d’altitude, l’utilisation massive des eaux des nappes est la seule solution pour abreuver la population, la récente étude prouve sans le moindre doute la toxicité de ces nappes, il n’est plus possible dorénavant pour les instances internationales de poursuivre dans cette totale indifférence . Sans réaction immédiate des organisations mondiales, l’affaire prendrait l’allure d’une volonté non avouée de sacrifier une population ce qui s’apparenterait à une extermination délibérément choisie, à un génocide à grande échelle, à un crime contre l’humanité.  

Les Bengalis ne sont pas les seuls à absorber de l’arsenic avec leur eau potable, les Argentins, les Chiliens, les états du Nouveau Mexique et du Nevada aux USA sont également exposés à de fortes doses de ce puissant poison.

Quand on aura survolé les eaux du Golfe du Mexique, nappées de pétrole, les eaux des rivières de la douce France drapées aux pyralènes, les nappes de Bretagne remplies d’azote et de phosphore par la dilution des lisiers de porcs, on aura mesuré l’étendue des dégâts collatéraux de la soi-disant croissance à tous crins. 

Qu’on le comprenne bien, ce qu’Obama va faire payer à BP pour solde de tous comptes, nulle autre entreprise polluante de notre eau n’a véritablement à le supporter, l’incroyable désastre est là pour l’attester. 

L’ incroyable bizarrerie tient au fait que les principaux intéressés à la dépollution des eaux, les grands distributeurs dont les plus puissants sont français, Suez environnement, Véolia environnement, (on notera l’emploi du sobriquet « environnement ») pour ne pas les nommer, ont tout intérêt à ce que l’on continue à grande échelle à transformer la cruche de l’eau de la planète en une immense toupie à béton.  

Réjouissons-nous, l’eau est privée. Privée de vie. 

Publié dans ASIE, ECOLOGIE | Pas de Commentaire »

KARACHI, L’ETAT EN PERIL

Posté par provola le 20 juin 2010

On est pas là au coeur de la coupe du monde qui ne concerne que des écervelés, on est là au coeur d’un système de vente d’armement.

En mai 2002 , 14 personnes trouvent la mort dont 11 employés de la DCN (direction des constructions navales ) dans un attentat suicide à Karachi, Pakistan. En un premier temps on met en cause Al qaïda, c’est tellement facile, puis l’enquête s’oriente vers un attentat commandité par le Pakistan qui aurait voulu punir la France qui elle, n’aurait pas respecté les termes d’un contrat de vente de vedettes de combat. Ce contrat stipulant que des commissions devait être versées suite à cette vente, des rétro-commissions devant ensuite être rétrocédées à la France sous forme de versement à certains partis dont le parti de l’alors candidat à l’élection Balladur et son sbire de l’époque Sarkozy, alors Ministre du budget. 

L’élection de Chirac en 1995 signifia l’arrêt du versement des rétrocommissions, l’avocat des familles des victimes a précisé que l’existence d’une opération illégale de corruption était prouvée par des courriers entre la DCN et ses avocats, versés à la procédure actuelle.  D’autres éléments font état d’une somme versée au crédit d’une société au Luxembourg par la DCN avec le feu vert de Nicolas Sarkozy, selon les conclusions d’une commission d’enquête parlementaire.

Dans un communiqué, Arnaud Montebourg député socialiste a estimé que « l’enquête prouve l’existence d’une corruption française décidée et autorisée à un très haut niveau de l’Etat » 

Cette affaire ferait passer la débandade des troupes sud-africaines pour une surprise-partie tragi-comique si nos médias n’étaient pas obnubilés par leurs rêves de tricycles et de poupées russes, s’ils n’avaient en permanence le désir de nous enfumer par du rien en barres. 

Il ne s’agit pas là du sort d’un entraîneur haïs mais tellement riche qu’il pourra  dès son adieu se réfugier avec sa descendance et ses dulcinées à l’abri du fisc et du souvenir des déçus.  Il s’agit de notre représentation qui se comporte comme la distribution d’OK Corral et à qui on ferait mieux de manière insistante de demander des comptes.

Publié dans HISTOIRE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

CONSCIENCE COLLECTIVE

Posté par provola le 20 juin 2010

Certains instants de convivialité nous rapprochent de l’au delà, qui est tellement proche qu’on ne peut l’imaginer. Au delà de nos propres vies il existe un fil invisible qui nous uni, avec ceux qui nous ont précédé et ceux qui nous suivront. Saramago avait coutume de dire que la vieillesse lui avait apporté la liberté, bien sûr il faut avoir vécu pour comprendre notre essence qui réside dans l’instantané. La liberté c’est justement comprendre l’importance de cet instant si fugitif qu’il peut devenir éternel.

Publié dans PHILOSOCONS | Pas de Commentaire »

ON PRIVATISE

Posté par provola le 19 juin 2010

« On privatise tout, on privatise la mer et le ciel, on privatise l’eau et l’air, on privatise la justice et la loi, on privatise le nuage qui passe, on privatise le rêve, surtout s’il est diurne 

et qu’on le rêve les yeux ouverts. Et finalement, pour couronner le tout et en finir avec tant de privatisations on privatise les Etats, et on les livre une fois pour toutes à la voracité des entreprises privées, 

vainqueurs de l’appel d’offre international Voilà où se trouve désormais le salut du monde…  Et, en passant, on privatise aussi la pute qui est notre mère à tous » José Saramago

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LA MIGRATION

Posté par provola le 19 juin 2010

Comme ça, elle va avancer beaucoup moins bien, la migration, forcément.   »Bourvil, le Corniaud ».

Aujourd’hui, le corniaud, c’est le Président de BP

Un pélican dans la baie de Barataria, en Louisiane, le 6 juin.

Publié dans ECOLOGIE | Pas de Commentaire »

CREVETTES BIGEARD

Posté par provola le 19 juin 2010

La république avec un petit r salue la mémoire d’un général qui a laissé son nom a une espèce de crevettes. Bigeard un des hauts gradés de la guerre d’Algérie, avait pour habitude de pratiquer la torture de manière à entretenir sa libido.

Le terme de « crevettes Bigeard » désignait les personnes qui étaient exécutées illégalement en étant jetées d’un hélicoptère ou du quai d’un port, les pieds coulés dans une bassine de ciment, pendant la bataille d’Alger, en 1957. Durant cette même bataille le recours à la gégène (décharges électriques sur les parties génitales) et le supplice de la baignoire furent des  pratiques en vogue.

Le général Bigeard en juillet 2000 avait qualifié la torture comme étant un mal nécessaire. 

Le général a laissé du côté de Toul un excellent souvenir, un hommage solennel en présence du Ministre des armées lui sera rendu en la cathédrale.

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaire »

SARAMAGO: LE TEMPS DU HURLEMENT

Posté par provola le 18 juin 2010

José Saramago, prix nobel de littérature 1998 nous a quittés aujourd’Hui :     Hommage 

entretien « le monde »:

Après votre prix Nobel en 1998, vous êtes-vous senti investi de responsabilités nouvelles ?  

« Bien sûr, car j’étais le premier écrivain de langue portugaise à recevoir cette distinction. De ce fait, j’ai senti le devoir de me mettre à hauteur de presque un siècle de littérature portugaise en me rendant disponible à tous. Je suis allé partout où l’on m’invitait, au Brésil, au Mozambique et bien évidemment au Portugal (1). Même si cela fut éprouvant, voir la joie et la fierté de ces gens – qui pour certains ne m’avaient sans doute pas lu – m’a vraiment rendu heureux : j’avais accompli mon devoir d’écrivain et de citoyen. Pour le reste, ce prix n’a rien changé. Je suis resté le même homme. Il m’arrive d’ailleurs de me surprendre moi-même en me disant : « Tu as le Nobel ! »   Nous vivons à une époque où l’on peut tout discuter mais, étrangement, il y a un sujet qui ne se discute pas, c’est la démocratie. C’est quand même extraordinaire que l’on ne s’arrête pas pour s’interroger sur ce qu’est la démocratie, à quoi elle sert, à qui elle sert ? C’est comme la Sainte Vierge, on n’ose pas y toucher. On a le sentiment que c’est une donnée acquise. Or, il faudrait organiser un débat de fond à l’échelle internationale sur ce sujet et là, certainement, nous en arriverions à la conclusion que nous ne vivons pas dans une démocratie, qu’elle n’est qu’une façade.      

Pour quelles raisons ?  

« Bien sûr on pourra me rétorquer que, en tant que citoyen et grâce au vote, on peut changer un gouvernement ou un président, mais ça s’arrête là. Nous ne pouvons rien faire de plus, car le vrai pouvoir aujourd’hui, c’est le pouvoir économique et financier, à travers des institutions et des organismes comme le FMI (Fonds monétaire international) ou l’OMC (Organisation mondiale du commerce) qui ne sont pas démocratiques. Nous vivons dans une ploutocratie. La vieille phrase, « la démocratie, c’est le gouvernement du peuple par et pour le peuple », est devenue « le gouvernement des riches par les riches et pour les riches »

Dans L’Histoire du siège de Lisbonne, l’un de vos personnages dit : « Bénis soient ceux qui disent non, car le royaume de la terre devrait leur appartenir. (…) Le royaume de la terre appartient à ceux qui ont le talent de mettre le « non » au service du « oui ». » C’est ce que vous illustrez ici ?   « Non » est pour moi le mot le plus important. D’ailleurs, chaque révolution est un « non ». Mais, le problème de la nature humaine c’est que petit à petit ce « non » devient un « oui ». Il arrive toujours un moment où l’esprit de la révolution, la pureté qu’elle porte, est dénaturé et où après vingt ou trente ans, la réalité devient tout autre. Et, malgré tout, on continue à parler d’une révolution qui n’existe plus. C’est comme la liberté : que de crimes ont été commis en son nom… »     

L’eurosceptique que vous êtes a dû être satisfait du non que la France a opposé au projet de Constitution européenne ?  « Je ne sais pas quelle France a voté cela, mais j’ai beaucoup aimé ce sursaut. D’un point de vue culturel, la France est pour moi d’une importance fondamentale, même si je pense qu’elle a laissé tomber son rôle de phare. Si vous réussissez à le récupérer, ce serait formidable pour l’Europe et le monde. »     

Vous dénoncez dans La Lucidité, l’instrumentalisation par certains Etats du terrorisme et de la peur…   »Cette instrumentalisation existe depuis toujours. Le 11-Septembre l’a simplement rendue plus visible. Dans une légitime défense contre le terrorisme islamique et les méthodes qu’on utilise, il y a aussi du terrorisme d’Etat. Les Etats-Unis le savent, tout comme nous. Le problème, c’est que cela paraît normal. Il n’y a pas de surprise : chaque fois qu’un gouvernement utilise des mesures d’exception au nom du terrorisme, il répond avec une autre forme de terrorisme.  »

Avec ce roman, on voit que vous êtes fidèle à votre devise : « Plus on est vieux, plus on est libre, plus on est libre, plus on est radical »   «  La vieillesse n’est pas une condition à la liberté, tout au contraire. Néanmoins, dans mon cas, après réflexion, j’en suis arrivé à la conclusion qu’elle m’a accordé effectivement plus de libertés. Ce qui m’a conduit à devenir plus radical comme l’illustre ce livre où j’ai mis d’ailleurs en épigraphe : « Hurlons, dit le chien. » Ce chien, c’est vous, c’est moi, c’est nous tous. Jusqu’alors nous avons parlé, nous nous sommes exprimés sur de multiples sujets sans nous faire véritablement entendre. C’est pourquoi, il faut à présent hausser le ton. Oui, je crois que le temps du hurlement est venu.  »

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

RADIO APPELLE FRANCE (APPEL DANS LE VIDE DU 18 JUIN 40)

Posté par provola le 16 juin 2010

                  La République si prompte a expurger en apparence les relents de religiosité de la société, en reprend en fait les mêmes artifices pour encrer de gré ou de force ses hallucinations dans la mémoire collective. Les quatre dates fondatrices que  sont la victoire du 11 nov 1918, le 18 juin 1940, le 8 mai 1945 sans oublier le 14 juillet 1789 en sont l’éclatante démonstration, il n’est que de débroussailler l’accumulation de forfaitures et de mauvaises herbes pour en élucider la tentative de supercherie.

Attachons nous ici à ce que fut l’appel du 18 juin, De Gaulle débarque à Londres le 17 et court quémander de l’aide à Churchill quatre semaines après avoir fait croire à tout le monde qu’à la bataille de Montcornet, le 17 mai, le colonel qu’il était encore avait été le seul à résister à la déferlante allemande. Moncornet est devenu comme par miracle pour De Gaulle le début de son entrée dans l’histoire alors qu’aux dires des forces allemandes (Guderian), cela n’a été que le lieu d’une pause café de 24 heures pour des troupes sur l’autoroute de Paris. Passons sur le mystère qui fait que d’une misérable débâcle, le bougre se retrouve tout auréolé, propulsé général et accueilli à la cour de Churchill. Celui-ci lui permet de lancer son appel le 18 juin à la BBC. Pensez donc, la BBC, connaissant la facilité des sujets du roi Sarko dans la langue de Shakespeare, en 2010, on peut facilement imaginer le nombre de Français en juin 40, mortifiés, désespérés, pendus à la radio en ce soir de juin 40 pour se brancher sur la… BBC pour écouter une annonce ni d’Adam ni d’Eve.

Là, la grande histoire se fout carrément de nous, tout juste l’épouse de De Gaulle et l’animateur vedette de la radio libre de l’époque, soucieux de ne pas laisser un blanc à la fin du discours étaient ils seuls attentifs.

Donc l’appel en fait n’a été entendu par personne disons le tout net,  on peut même ajouter que le discours se termine par: « Demain comme aujourd’hui je parlerai à la Radio de Londres ».

Sauf qu’on ne sait que depuis une vingtaine d’années que ce second appel, du 19 juin, dont on a rabattu les oreilles de la République pendant des décennies n’a jamais été diffusé tout simplement par ce que Churchill ne l’a pas permis et par ce qu’il n’a été rédigé que le 22 ou le 23, à l’hotel Connaught (voir l’article qui suit : identité nationale 9 CE SONT DES VEAUX).    

On est donc face à un appel qui n’a été entendu par personne et qui est pourtant censé avoir lancé les troupes de la résistance vers la conquête finale. Cette façon de tordre l’histoire est un système religieux de déformation du miroir des peuples, la République est une religion des mensonges nécessaires.

On est là au ras des pâquerettes et des mythes de la Bible , de l’ange Gabriel, de l’Arche de Noé et des Tables de la Loi.

Quelques lignes d’histoire pour vérifier mes dires:

Charles-de-Gaulle.org du 18 juin aux 18 juin:

« De l’Appel lui-même, d’abord, il a su faire un monument intangible. Si le texte en fut effectivement rédigé le 18 juin 1940, on sait depuis tout juste dix ans qu’il ne fut pas diffusé tel, le gouvernement britannique lui ayant imposé de sensibles remaniements. Quant à l’appel complémentaire du 19 juin ( » Au nom de la France, je déclare officiellement ce qui suit… « ), on a, depuis moins de temps encore, les preuves qu’il ne fut jamais prononcé et qu’il ne fut d’ailleurs pas rédigé avant le 22 ou le 23 juin. Il n’importe. Le général de Gaulle obtint néanmoins que ce soit le texte originel de son appel du 18 que publie la presse britannique du 19. C’est le texte originel du 18 ainsi que le texte non prononcé du 19 qui figurèrent ensuite dans les collections polycopiées des discours du Général conservées à Carlton Gardens, puis dans toutes les éditions des Discours et Messages à partir de 1941, les deux discours initiaux faisant seulement défaut dans les  » Archives écrites  » de la BBC. »

On peut souligner le « il n’importe », un véritable monument de la sémantique:

Quoi qu’il se soit passé, De Gaulle est un Dieu.

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaire »

DEMOCRATIE DU SOUS-SOL

Posté par provola le 15 juin 2010

La guerre en Afghanistan est de ces conflits incompréhensibles. On a du mal à croire aux balivernes de l’Oncle Sam, on en a déjà tellement avalé. Comment croire que ce repère de brigands enturbannés du haut de leurs grottes d’altitude puissent représenter une menace pour l’humanité. Bien sûr Al Qaida, bien sûr Ben Laden, bien sûr quoi ?

Tous les terroristes du monde se trouvent-ils tous planqués parmi ces cailloux, ces monticules désertiques, la menace totale vient -elle réellement de ces contreforts perdus de l’Hindoukouch ? On a du mal a imaginer que l’avenir de l’humanité dépende de ces hordes de flibustiers, ces troupes de contrebandiers, ces marcheurs aux sandales trouées, ces lambeaux de fusils mitrailleurs, ces Talibans tout Barbus soient-ils.   

On nous promet que nos valeurs fondamentales, notre liberté, notre mode de vie sont à la mercie de ces monstres sanguinaires et que la seule solution est l’occupation des hauts plateaux.

Donc, supposons que les Talibans soient les grands méchants loups, mais alors qui sont les Chinois, fourmis ouvrières du premier pays totalitaire, avec lequel nous n’hésitons pas à fomenter la révolution mondialiste, que sont les pays du Golfe persique, dictatures approuvées  qui nous abreuvent en carburant, que sont les russes qui nous promettent du gaz pour les prochaines décennies, que sont les états fantoches d’Afrique, parodies de démocraties, dont le mérite est d’être totalement soumis au club des pays du nord et des nouveaux riches?

Que sont ces paradis fiscaux disséminés sur la planète, myriades d’étoiles de casinos pillant le sang de nos économies.

En gros nous pourrions pactiser avec les pires des dictatures si celles-ci nous étaient favorables, l’Afghanistan focalisant simplement nos remords plus que nos craintes.

On voit bien que le discours officiel ne tient pas, la confusion entretenue en son temps par l’administration Bush est complètement reprise en choeur par Obama et par ses sbires qui ont fait de l’Afghanistan leur terrain de chasse en matière de politique étrangère. Le mensonge de la guerre d’Irak n’était-il pas de même nature que l’argument fallacieux justifiant l’occupation de l’Afghanistan ? La similitude des situations a de quoi laisser perplexe.

Sauf à relater, à l’aune des relations du Wall Street journal sur le trésor caché de l’Afghanistan,  la troublante constante des ressources potentielles des pays cibles. (Ces ressources infinies sont connues depuis l’occupation soviétique des années 80)

L’Irak possède les réserves pétrolières les plus importantes de la planète après l’Arabie Séoudite, l’Afghanistan possède du lithium, de l’or et du fer, ce trésor représenterait une valeur estimée de 1000 milliards d’euros. Le lithium c’est les batteries de nos prochains téléphones portables et de nos futures voitures électriques.

Au delà, les États-unis n’ont-ils pas débarqué sur les plages de Normandie en 44 pour éviter que les Russes n’arrivent avant eux à Berlin, leur mobile caché n’était -il pas de bouter les britanniques hors des champs pétroliers du Golfe ?

Les États-unis n’ont-ils pas lancé les bombes d’Hiroshima et Nagasaki 2 jours avant le lancement de l’offensive russe sur le Japon, assaut convenu à l’issue de l’armistice du 8 mai 45, cette extermination gratuite ayant permis de leur assurer le leadership absolu sur le marché chinois et son immense sous-sol ?(source Howard Zynn)

Les Etats-unis durant tout le vingtième siècle n’ont-ils pas alimenté les dictatures d’Amérique du sud dont le but premier était l’exploitation du sous-sol du continent latino-américain ?

Et nous, pauvre Européens, si le but premier en Afghanistan est bien de prendre une option décisive sur le futur Etat qui pourrait bien ressembler aux états fantoches du Golfe, que vient-on faire dans cette galère qui officiellement ne nous concerne pas ?

En fait nous représentons une simple caution pour notre grand frère qui a l’avantage ainsi de ne pas être seul sur le terrain de ses exactions secrètes. 

Continuons de croire aux prières académiques de la bannière étoilée, laissons faire les contrôles dans nos aéroports, nous avons l’impression d’être protégés d’une menace qui a tout d’une menace astrologique, factice, hamburger.  

 

Publié dans AMERIQUE | Pas de Commentaire »

LES BELGES SONT BELGES

Posté par provola le 14 juin 2010

Les Flamands ne veulent plus payer pour les Wallons, ils se sentent plus riches comme les habitants de Neuilly qui ne veulent pas de HLM dans leur ville de bourges. C’est toujours la même histoire, ici , on met cela sur le dos de la langue, le pire c’est que la capitale européenne se retrouve au centre…de nulle part c’est à dire en un lieu quelconque du centre de décisions de l’union européenne.

Bruxelles est donc la capitale de l’Europe en étant bientôt plus la capitale d’un état en train de disparaître.

Von Rompuy, Président de l’Europe est désormais  citoyen d’un demi-État en instance de divorce avec lui-même et donc plus tout à fait membre de l’union.

Publié dans BELGIQUE, EUROPE | Pas de Commentaire »

MORT D’OR

Posté par provola le 12 juin 2010

L’Afrique est à la fête, une partie de l’Afrique qui n’est pas l’Afrique du quotidien.

Car l’Afrique, après avoir été le réservoir à main d’oeuvre que l’on sait , le sous-sol du monde, puis le jardin privé des envahisseurs étrangers, est en train de devenir une immense poubelle. Les exemples ne manquent pas de pillages systématiques tels l’uranium ou même l’or qui se font sans la moindre attention portées aux conditions de travail d’une main d’oeuvre et d’une population considérées comme bétail de somme .

On a parlé du désastre écologique du Niger ou’ Areva exploite de manière éhontée les mines d’uranium , on peut évoquer le cas du Nigéria ou’ la fièvre d’or a contaminé bien plus que les émotions ou les espoirs de richesse. En quelques mois, 163 personnes ont trouvé la mort dans les mines de métal jaune. Richard Fuller de l’institut Blacksmith prévoit que des centaines d’enfants vont bientôt trépasser à cause de la fièvre de l’or et des conditions d’exploitation sauvage des mines.

Les hôpitaux de l’Etat du Zamfara dans le nord-ouest du pays ont reporté des centaines de cas d’empoisonnement d’habitants venus de plusieurs villages situés en bordure des mines. Pour séparer les paillettes d’or de la boue, les orpailleurs utilisent du plomb, rejeté dans les rivières qui alimentent les populations en eau.

Les premiers symptômes ont fait penser à une vague de paludisme, très vite les analyses de sang ont montré des taux de contamination au plomb qui à cause de la prochaine saison des pluies, risquent de s’étendre à d’autres régions.

Le gouvernement de l’Etat du Zamfara assure que tout est mis en oeuvre pour assainir les lieux, remplacer les terres, décontaminer les eaux, que la situation est sous contrôle.

On croirait entendre les dirigeants de Bp…  

 

Publié dans AFRIQUE | Pas de Commentaire »

COUPE INTERDITE

Posté par provola le 11 juin 2010

Elle devait être la coupe des Africains, elle restera la première coupe d’Afrique. Et ça fait une sacré différence, à 80 € la place, effectivement, on a reconnu Naomie Campbell dans les gradins à la cérémonie d’ouverture de la coupe du monde de foot, avec des lunettes de soleil aussi grandes que le stade, mais le peuple d’Afrique, celui qui vit en dessous du seuil de pauvreté est resté chez lui.

Sur les 230 000 de places vendues aux touristes étrangers, seules 10 000 places l’ont été aux enfants du continent noir, la bonne affaire, c’est pour les actionnaires de la FIFA, la fédération internationale du foot, qui avait là l’occasion de démocratiser un événement qui ressemble de plus en plus à une pompe à fric, à une plate-forme pétrolière. La pollution du fric roi, elle, s’étend désormais sans entraves dans les recoins les plus reculés de la savane équatoriale.

Publié dans AFRIQUE | Pas de Commentaire »

UN PETIT COIN D’ENFER

Posté par provola le 10 juin 2010

Pour nous convaincre de notre soi-disant modernisme, pour comprendre le désastre que Bp et Obama ne peuvent plus nous cacher, 21 avril, Golfe du Mexique, l’enfer, c’est ici et maintenant:

http://www.youtube.com/watch?v=sA6Fx7ZEST0

Publié dans AMERIQUE, ECOLOGIE | Pas de Commentaire »

POLITIQUE DES PETITS COPAINS

Posté par provola le 9 juin 2010

C’est un scandale d’Etat, qui passe comme une lettre à la poste, il s’agit de la loi sur les jeux en lignes. 

On va pouvoir jouer en ligne légalement, des opérateurs privés ont été servis pour reprendre cette manne tombée du ciel , l’etat ne ponctionnant que 9% du montant des mises. On est à deux jours du début de la coupe du monde, il fallait faire vite pour que les attributions de licences soient publiées au journal officiel avant la date fatidique.

A qui l’Autorité de régulation des jeux en ligne a-t-elle attribué les licences ? 17 licences, 11 opérateurs.

Au Groupe Amaury dirigé par Marie Odile, une des premières fortunes de France, « l’Equipe, le Parisien , Futuroscope, France Football, Aujourd’hui en France, le Tour de France, Paris-Roubaix, présent en Télévision à travers l’Equipe TV, Paris-Tours , Paris Dakar. (bwin sajoo)

Au groupe Bouygues, le pote. Eurosportbet à travers TF1 paris sur différents sports et le poker.

Au groupe de casinos Lucien Barrière, propriétaire du Fouquet’s, vous vous souvenez du Fouquet’s ?

Au groupe Lagardère 

Au groupe Stéphan Courbit Mangas gaming (betclic), proche de De Funès, vivant sur l’île de la Jatte à Neuilly

Au groupe Montagu private equity (beturf bilto Pari turf)

Au groupe Xavier Niel (Free)

A Patrick Bruel (table 14)

On se fourvoie dans une espèce de grande braderie, le pognon roi, rolex aux deux poignets est devenu le seul moteur de l’action politique, tout cela en catimini entre un pet de Thierry Henry et l’affaire sale de Christine Boutin. (chargée d’une mission honorifique sur les conséquences de la mondialisation, rien moins qu’un dossier fantôme)

Les affaires du net s’annoncent juteuses, cette privatisation met fin à 471 ans de monopole de l’Etat sur les jeux, institué par François 1er, il reste maintenant à se demander ce que l’on va bien pouvoir vendre. Heureusement , il reste aux amis loyaux du pouvoir un peu de cash à investir pour délester le patrimoine commun.

A oui, j’oubliais, alors que nous parlons là d’un chiffre d’affaires estimé de plusieurs milliards d’euros, les licences ont été attribuées pour la modique somme de 20 000 euros annuels, une misère, on ne va tout de même pas en plus demander aux heureux bénéficiaires de participer aux faux frais. D’autant que les pauvres diables de joueurs, en majorité issus des classes défavorisées, eux sont prêts à se prendre pour Crésus. 

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

12
 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement