• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 10 mai 2010

LA ROUTE AVANCE

Posté par provola le 10 mai 2010

On peut enfin réinterpréter le célèbre slogan (de Colas le concurrent direct d’Eurovia) qui par certains côtés masquait un véritable scandale sanitaire.

Francisco, le petit ouvrier portugais ( voir article du 16/04/10 « ces morts qui font la route »), épandeur de bitume, mort de la marée noire volontaire, happé par les vapeurs nocives a accompli l’impensable depuis son paradis pour les braves.

Le Tribunal de l’Ain a reconnu que Francisco Serrano Andrade avait bien été mis en danger par son employeur, la société Eurovia, filiale de Vinci, rien moins que le plus grand groupe de BTP au monde. Faute d’avoir d’avoir pu sauver sa peau, Francisco a ainsi été réhabilité dans son honneur ainsi que les milliers d’autres anonymes épandeurs, gazés de l’ombre dont le sort a désormais de meilleures chances de passer du côté sauf de la bande d’arrêt d’urgence.

Publié dans SOCIETE | Pas de Commentaire »

LES TRES VIEUX RICHES VONT PAYER

Posté par provola le 10 mai 2010

CNC va tacher de suivre au plus près l’actualité sociale, en cette année de turbulences budgétaires, la question des retraites et des comptes publics va bien sûr monopoliser une grande place dans ces colonnes, on avait commencé très fort en février en réclamant la retraite à 55 ans , ça ne mange pas de pain et faute d’opposition, on peut toujours y croire. 

Aujourd’hui, c’est l’un des sbires de De Funès qui s’y essaye par une pirouette sociale lâchée pour endormir le client: Alain Minc, essayiste, dirigeant d’entreprise et conseiller politique du président de la République Nicolas Sarkozy, propose ses solutions pour réduire les dépenses de santé en France.

Alain Minc veut faire payer les «très vieux» riches ou leurs « ayants droits » quand ils sont malades. « Il y a un problème dont on ne parle jamais, mais pour lequel nous en sommes là où nous en étions sur les retraites en 1984 lorsque Michel Rocard avait commandé le livre blanc, c’est l’effet du vieillissement sur la hausse des dépenses d’assurance-maladie et la manière dont on va le financer », a-t-il commencé dans l’émission Parlons net !, sur France info.

« J’ai un père qui a 102 ans. Il a été hospitalisé quinze jours dans un service de pointe. Il en est sorti. La collectivité française a dépensé 100.000 euros pour soigner un homme de 102 ans. C’est un luxe immense, extraordinaire pour lui donner quelques mois ou j’espère quelques années de vie », a poursuivi Alain Minc.

« Je trouve aberrant que quand le bénéficiaire a un patrimoine ou quand ses ayants droits ont les moyens, que l’Etat m’ait fait ce cadeau à l’œil. Et donc, je pense qu’il va bien falloir s’interroger sur le fait de savoir comment on récupère les dépenses médicales sur les très vieux en ne mettant pas à contribution ou leur patrimoine quand ils en ont un ou le patrimoine de leurs ayants droits », a conclu le conseiller du président.

« Ce serait au programme socialiste de dire ce genre de chose. Je vais le proposer à Nicolas Sarkozy », a indiqué Alain Minc.

Sur le fond, Minc a raison, sauf qu’on se demande pourquoi il faudrait attendre que les riches aient 102 ans pour s’apercevoir de leur patrimoine, on pourrait même se demander pourquoi le conseiller spécial du Président n’y est pas allé d’un pas allègre vers un remboursement anticipé des frais d’ancienneté de son père.

Ce qui parait incroyable en définitive, c’est qu’il aura fallu que le père du Sieur Minc atteigne 102 ans pour que le druide du libéralisme se rende compte que l’économie sociale n’est pas exactement celle dont il parle depuis un demi-siècle, que les égalités de traitement sont parfois les pires des inégalités.

A titre d’exemple, il y a bien longtemps qu’on se demande pourquoi les familles aisées ont toujours droit aux allocations familiales alors que les RMistes sont les seuls bénéficiaires des quolibets des gens « honnêtes ».

A bien y réfléchir, n’y aurait -il pas une forme d’indécence à demander à un ouvrier qui trépassera à 68 ans de participer à la prise en charge des soins d’un centenaire richissime dont le patrimoine fera la fortune d’une progéniture de rentiers ?

Publié dans ECONOMIE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement