FRANTALIE, SOMMET DE DUPES

Posté par provola le 9 avril 2010

Berlusconi et Sarkozy n’ont rien à se dire mais leur calendrier leur indique qu’ils doivent se rencontrer et se raconter une fois par an. Carla déteste le premier italien car il est un roturier, un arriviste milanais alors qu’elle est une aristocrate piémontaise.

Alors ils discutent, de nucléaire, ils signent un accord pour Areva et Finmeccanica pour relancer le programme nucléaire en Italie alors que le peuple italien a voté après Tchernobil pour l’arrêt du nucléaire dans la péninsule. Berlusconi fait croire qu’il va relancer le programme mais il ne sait ou’ les centrales vont être construites, ni comment faire passer la pilule au moment ou’ les écolos italiens ne veulent déjà pas du TGV Lyon-Turin. De plus les accords de coopération entre Areva et son homologue ont toutes chances d’être retoquées par Bruxelles pour entrave ou détournement de concurrence.

Alors ils discutent , de TGV, d’une paix des trains pour que les trains italiens commandés en France fassent concurrence sans leur faire de mal, aux trains italiens, qui eux-mêmes pourront faire baisser les tarifs de la SNCF en France, en même temps qu’ils continueront de dérailler en Italie.

Alors ils discutent d’une brigade alpine, une unité militaire commune destinée à oeuvrer sur les théâtres d’opérations montagneux, dans le Cantal, à Font Romeu, à Cortina ou à Katmandou. On ne sait plus quoi faire des chasseurs alpins quand les chasseurs bombardiers s’écrasent en entraînement alors on crée une brigade qui ne mange pas de pain et qui saura traire les vaches d’altitude.

Alors ils discutent d’un programme d’armement qui concerne les pétrolliers ravitailleurs pour la marine, autant dire qu’ils taillent le bout de gras sur du vent.

Ah oui, le sommet a également été l’occasion de souligner la grande unité de vue des deux pays sur les questions internationales, autrement dit le fait qu’ ils n’ont pas idée de se faire la guerre d’ici le prochain sommet.

D’autant qu’ils ont la même approche concernant les flux d’immigration clandestine. Enfin presque. La France refoule les clandestins que l’ Italie n’a pas su arrêter. Qu’on ne s’y trompe pas,, l’Italie a besoin des immigrés pour faire tourner les usines et payer les retraites car sa population vieillit à la vitesse d’un canon rouillé, ainsi malgré les annonces restrictives, quelques centaines de milliers de clandestins sont annuellement légalisés sous couvert d’attitude humanitaire.

Mais de tout cela il ne faut pas parler officiellement, le Champagne  pourrait se transformer en Asti spumante.

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement