BOUCLIER FISCAL, LA VRAIE BURQA

Posté par provola le 31 mars 2010

Cachez moi ce sein que je ne saurais voir, cachez moi cette injustice qui pourrait choquer, loin d’être une priorité, la question du voile intégral cache avant tout les insupportables inégalités de traitement des citoyens face au fisc. Parler du voile revient à s’occuper de la décoration intérieure d’une voiture qui perd ses roues. 2000 femmes au plus ont décidé que la mode en cette fin d’hiver était à la couverture totale, franchement, l’urgence est ailleurs.

19 000 contribuables reçoivent chaque année un chèque de remboursement de la part de l’administration pour trop perçu, l’Etat estimant illégitime de ponctionner plus que 50% des revenus d’un individu et ceci quelques soient ces revenus. Au moment ou’ l’ensemble de la population va être mise à contribution pour éponger les déficits abyssaux accumulés durant la crise, ces 19 000 privilégiés se trouveraient donc à l’abri des vents de la solidarité nationale, planqués, protégés de la vindicte populaire, bichonnés, cajolés pour que l’idée ne leur vienne pas de déguerpir.   

Pourquoi ne dit-on jamais que l’impôt le plus injuste n’est pas l’impôt sur le revenu mais bien la TVA, qui de loin est celui qui rapporte le plus à l’Etat, qui représente 20% des revenus des plus pauvres et bien moins, parfois une part infime, des revenus les plus élevés ? Il ne faut pas avoir fait l’ENA pour comprendre cela et l’on entend jusqu’à plus soif que les plus aisés sont vraiment mal considérés dans notre pays, que cela doit être réparé par je ne sais quelle mansuétude républicaine.  

Cette iniquité appelée bouclier fiscal ne ressemble pas à un voile si ce n’est un voile de fumée journalistique, mais à un déguisement de l’homme invisible, autrement plus pernicieux et inadapté par ces temps de disette, son interdiction en étant bien plus urgente.

Débusquons d’abord les ombres maléfiques, il sera bien temps ensuite de traquer les fantômes en mal d’identité. 

Publié dans ECONOMIE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

L’ENVERS DE LA VIE

Posté par provola le 30 mars 2010

Paul-Antoine Pichard, une bouffée d’air frais à l’assaut des parois en chiffons, des « MINES D’ORDURES »:

http://www.youtube.com/watch?v=AwsRdutfrEI

Publié dans MONDE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

QUERELLES SUR LA METHODE VERTE

Posté par provola le 30 mars 2010

A propos du retrait de la fondation Nicolas Hulot du Grenelle de l’environnement, (suite à l’abandon de la taxe carbone), lettre ouverte à Fabrice Nicolino (voir blog: Planète sans visa) qui se réjouit de la décision du « maire d’Ushuaia » :  

la ligne de démarcation délimitant une décroissance raisonnée d’un mièvre accompagnement de l’escroquerie consumériste se situe près des intérêts obscurs de cette caste de bonimenteurs représentée par ton nouvel ami , le sieur Hulot.
Tu excuses la tromperie du Grenelle en dédouanant les rentiers de la banque verte,les vendeurs de gadgets durables,les surfers de vagues bio. Comment te laisser aller à de tels virages incontrôlés, de telles compromissions, de tels rapprochements avec les héros de l’intrigue écolo, les acteurs des telenovelas de la défense environementale.

Laisse-là les pitres du green business, qui comptent à rebours le cycle de la planète sur une rolex. Nanti parmi les nanti, Hulot n’a aucun intérêt à bousculer le sytème qui l’a élu au rang des écoutés, il est de ces révolutionnaires de la pensée des autres, un sbirre du libéralisme forcené pour qui l’abolition des privilèges, vrai raison des dérèglements planétaires, représenterait le retour à l’anonymat.

La révolution de 89 n’était qu’une farce bourgeoise, on ne va pas se voiler la face deux siècles après, on n’a plus le temps

Publié dans ECOLOGIE | Pas de Commentaire »

HEARTH HOUR, LES BISOUNOURS DE L’ECOLOGIE

Posté par provola le 29 mars 2010

Désespérant, la Tour Eiffel s’est éteinte pendant cinq minutes, Paris a fait son geste, la ville lumière visite les égouts, comme les centaines d’autres cités du monde, en une farandole du dérisoire. Les médias de relayer ce foutage de gueules qui ne dit pas son nom. Car les médias vivent du gaspillage, de la pub qui ne fait que vendre du vent qui consomme du pétrole et la Tour Eiffel, carcasse du 19ème siècle, déplace des millions de touristes embrigadés, légions de pendus à leurs appareils photos qui ne rapportent que les ombres d’existence.

On éteint la lumière mais la lumière de la réflexion est éteinte depuis des lustres, éteindre cinq minutes la tour c’est cloîtrer l’écologie dans sa tour d’ivoire, c’est laisser une frite au fond du gobelet chez Mc Do, c’est rassurer les bisounours itinérants  de la planète sur l’évolution des mentalités. « C’est pour sauver la planète » on entend plus que ça à la sortie des supermarchés, en faisant la queue à l’aéroport, pour choper le tire-fesses, pour décrocher les premières soldes.

« Sauver la planète », c’est devenu une sorte de « c’est que du bonheur », expression creuse, vide de sens, qui sous entend un mal-être, un traumatisme épocal, « sauver la planète » c’est comme « on va s’éclater », comme si la meilleure façon d’évacuer le stress, la tension de l’individualisme forcené, du chacun pour soi, était de se bourrer d’amphétamines ou d’alcool.  

« Sauver la planète », « éteindre la lumière cinq minutes », c’est croire encore un peu que notre monde insipide ne va pas s’écrouler d’un coup comme une tour de Pise à laquelle personne ne s’intéresserait.

Ce genre de slogans sonnent comme l’ ultime respiration de la farce consumériste, comme le râle d’une agonie trop longue, comme l’effort du pétrolier qui ne veut pas changer de cap.      

Publié dans MONDE | Pas de Commentaire »

SI LA GAUCHE

Posté par provola le 28 mars 2010

Si la gauche n’est qu’un refuge de bobos en mal d’existence, persuadée que les classes populaires n’ont qu’à bien se tenir face à la mondialisation,

si la gauche veut en fait profiter des avantages que lui offre la droite libérale sans en avoir l’air,

si la gauche a peur que son bras gauche lui échappe pour écarter son assiette mal récurée et la tendre à l’indigent de service,

si la gauche accepte les caméras du front national à tous les coins de rues sous prétexte de répandre une illusoire sécurité des coffres forts,

si la gauche n’est qu’un repère de nantis, repentis d’abondance,

si la gauche racle les fonds de tiroirs du vert pour rallier les arbres à sa cause,

si la gauche n’est qu’un centre de la bonne conscience, si la gauche prône la défense de tous les nombrilismes,

alors la gauche gagnera les élections mais elle aura perdu son âme.

La résurgence du front national lors des dernières élections régionales se situe dans les couches de la population martyrisées par la crise, peur du chômage, peur de l’étranger, peur de l’avenir, les pauvres ont trouvé refuge dans les filets tendus par le chalutier de tous les pêcheurs d’illusions. Ce désastre est celui de la gauche ou de celle qui se cache sous cette gauche qui n’en est pas une. L’illustration de ce phénomène étrange en avait été le référendum sur la constitution européenne de 1995, le peuple de gauche avait majoritairement voté contre ce piège libéral mais les élites du parti phare de la gauche appelait à voter pour. Son accord permit plus tard à la droite de faire adopter ce texte à peine édulcoré sous la dénomination de Lisbonne. Sans parti de gauche pouvant accéder au pouvoir , les classes en premières lignes de la crise se détournent de la politique ou s’adonnent à la stigmatisation des soi-disant coupables, qui ne peuvent être que les étrangers ou les piqueurs de boulot.

Car la gauche ne dénonce pas les vrais coupables, les capitaliseurs de crise, les fuyards du fisc, les embusqués du système, les profiteurs d’en haut. Car des éminences grises de la gauche profitent du système de la droite, celle-là même qui a institué l’ascenseur social pour quelques-uns pour qu’ils sortent des rangs de l’opposition.

Comment reprocher à un homme de droite d’en être et de se comporter en fonction de sa pomme avant celle de ses semblables ? Je respecte la logique de la droite, droite dans ses bottes. Je hais la gauche quand elle fait mine de se confronter alors qu’elle met tout en place pour que rien ne change dans le fond. Les troupes écolos, issues d’un morceau de côte socialiste, reflète ce comportement mièvre, bourgeois, bio, tellement conventionnel, mesuré, surtout pas révolutionnaire, surtout pas anti-consumériste.

Faute de véritable alternative à la logique capitaliste, les troupes des exclus du système capitaliseront sur le drapeau du racisme et la lune du sécuritaire, les hordes incontrôlées des sans grade déferleront pour que règne l’ordre du prochain fascisme.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

RETRAITE DE GAUCHE

Posté par provola le 26 mars 2010

Au moment ou’ l’on reparle des retraites dorées type Zacharias du groupe Vinci, je conseille à notre Président en manque d’idées de droite de demander à Michel Rocard de plancher sur le recul des pensions de retraites. Car il y aura recul et parceque seul un socialiste est en mesure de nous en persuader. D’ailleurs n’a t-il pas déjà conseillé le Comique sur la taxe carbone, on sait ce qu’il advint de cette lumineuse idée.

Rocard est LE grand conseiller, à 80 ans, son expérience le rend indispensable, sur les retraites il a même une expérience certaine.

Rocard cumule trois retraites et quatre activités, les retraites d’inspecteur des finances et de maire de Conflans-St Honorine, d’abord, ces deux pensions valant environ 4700 € brut/ mois. Depuis janvier 2009, Rocard est pensionné du Parlement européen, cette troisième retraite étant de 6400 € brut/mois.

Dès son retrait du Parlement européen, Rocard est devenu un homme actif, au service de la majorité, De Funès lui a confié une mission d’ Ambassadeur chargé des négociations relatives aux pôles Arctique et Antarctique. La rémunération est de 5000 euros brut/mois et aux pôles qui ne sont pas pôle emploi, on est pas gênés par les interlocuteurs.  

Protecteur des glaces, Rocard a du temps libre, Sarko lui a donc confié la mission, tout en sauvegardant son rôle et son salaire d’Ambassadeur des pôles, de réfléchir sur les priorités du grand emprunt, le revenu de cette réflexion restant encore inconnu.  

En juin 2009 Rocard est nommé Président du consensus sur la taxe carbone qui est pour lui, je cite: « le combat de ma vie ». Le traitement pour cette nouvelle occupation se situe sans doute au niveau de la rémunération perçue par Rocard lors de ses conférences privées soit 10 000 € pour… 2H, à raison d’une conférence par mois. Car Rocard peut aussi bien nous parler de « l’avenir des logiciels libres »ou du « microcrédit au Cambodge »; pour ce qui concerne le consensus en question, il a été de remiser la taxe au placard.

Nous n’avons toujours pas évoqué les avantages découlants de sa fonction de premier Ministre sous l’ère Mitterrand: véhicule, chauffeur, garde du corps, etc, ad vitam aeternam.

Considérant que la taxe carbone est passée à la trappe et ne réapparaitra au mieux que sous une forme totalement différente, il devient évident que le travail, si l’on peut dire, du conseiller, a été largement inutile, comme l’inutile expertise remise par le conseiller Attali, autre prise de guerre à gauche, sur une définition des nouvelles pistes de la croissance. 

Maintenant que la taxe carbone a été archivée, gageons que le marathonien de l’expertise sera bientôt chargé de nous éclairer sur l’avenir des retraites. On peut dors et déjà imaginer le canevas de principe, âge légal de départ à la retraite porté à 80 ans, cumul de rémunérations possible sans plafonnement, un ouvrier aurait droit ainsi de cumuler les 650 euros/mois de droits acquis en 55 années de cotisation et un salaire pour une activité venant en complément de retraite pour les années allant de l’âge de 70 ans à l’âge de 80 ans.

L’âge moyen du départ pour la caisse en bois se situant aux alentours de 72 ans pour cette catégorie de travailleurs, cela permettrait de réduire le déficit des caisses de retraite.  

Et tout cela a bien évidemment plus de chance de passer si ces mesures sont préconisées par un éminent serviteur de l’Etat… de gauche.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

ZEMMOUR LA RACE PURE

Posté par provola le 25 mars 2010

Grand communicateur entre tous, il a été élu pour créer la polémique, il nous est envoyé pour ressasser un verbiage qui a tout de l’étiage du Verbe.   

De race pure, c’est à dire légèrement bronzée sur les bords, une pommette bien saillante, des zygomatiques proéminents, un front fuyant, des incisives moins acérées que les canines, de taille normale, plus petit que les plus grands mais moins grand que les moins petits, sachant tailler en pièce les plus petits que lui, remarquable débiteur de conneries, en cela grand pourfendeur des nains de petite stature qui ne sont pas aussi grands que les géants à petits pieds. Un paléontologue, face à un tel spécimen n’y retrouverait pas son latin, ou son hébreu.

Zemmour vient d’Afrique du nord, du nord de l’Afrique du nord, car plus au sud il y a déjà des noirs, il serait venu de n’importe ou’ que ça ne changerait rien à l’affaire, mais c’est lui qui remet le couvert nauséabond sur les origines, les tatouages pas catholiques, les Juifs moins Juifs que les autres , les Musulmans, qui vont en taule, les noirs moins noirs que les noirs foncés, les Arabes délinquants.

Zemmour ne nous dit pas si les noirs sont tous de la même noirceur, est-ce que les noirs vraiment noirs vont plus en prison que les noirs d’origine indienne qui parfois sont plus noirs que les vrais noirs ? Zemmour ne nous dit pas si les Arabes juifs sont aussi délinquants que les Arabes athées et si tous les Juifs qui ne  sont pas vraiment Juifs sont susceptibles d’aller un jour au trou, comme nous tous.

Ce qui gêne en fait l’économiste des places de prison Zemmour c’est en définitive que tous ces Arabes et ces Africains qui squattent nos pénitenciers prennent la place de nos prisonniers blancs, Juifs, Catholiques, mécréants, basanés mais pas bronzés et jaunes.   

On pourra toujours rétorquer à cet âne bâté, à cette race d’immigré de peu de mémoire, que si les noirs vont plus en taule que les blancs pas tout à fait blancs, les noirs à moitié blancs de notre époque sont plus Présidents des Etat-Unis que les blancs vraiment blancs.

Publié dans LES PEOPLE A POIL | Pas de Commentaire »

CES PAUVRES QUI NOUS VONT SI BIEN

Posté par provola le 24 mars 2010

arton193104a12a1.jpg      Cela fait des générations que nous ne voulons rien voir, que tout au plus notre vue se brouille dans un mirage au contact des sables brûlants, que les ruines de nos consciences ont disparu dans notre illusion de longévité. La scène de la photo se déroule à cinq heures de chez nous , un vol de perdreau,  un instant de mal-être avant de se repaître de lendemains qui chantent. Le Sahel est en pleine torture alimentaire, mais le Sahel n’est pas en Europe, en Israël ou au Etats-Unis, le Sahel est tout au plus une traversée du désert en 4X4.

On se souvient du scandale de la conférence de la FAO à Rome peu avant la Bérezina de Copenhague, aucun chef d’état n’ayant daigné participer à la réunion de la solidarité. 4 mois après , l’urgence tenaille la région de la mer souterraine.

La Croix-Rouge a lancé un appel au secours sur la situation au Niger , la sécheresse y ayant occasionné un grave déficit céréalier. Une réunion du CILSS (Comité permanent inter-états de lutte contre la sécheresse au Sahel) a lieu demain pour tenter de parer à l’urgence.

Dix millions de personnes sont directement menacées par une aggravation attendue de la situation, l’Europe au même moment s’enlise à propos de la glissade de l’Euro, les Etats-unis se félicitent de la réforme de la santé, la Chine a décidé de racheter tout le sous-sol africain.

Alors vous me direz ce que pèse le petit homme sur la photo, face à cette indifférence: moins de 10 kilos.    

Publié dans AFRIQUE | Pas de Commentaire »

LA REVOLUTION HARRY POTTER

Posté par provola le 23 mars 2010

Il eut été un des premiers guillotinés du temps de Robespierre, archétype parfait du sang impur de la Marseillaise. Tout droit issu d’une noblesse déchue, d’une vague passéiste, d’un relent d’EPAD, il est mineur des coups de grisous politiques, poussière de seconde génération, pesticide de la Culture, profiteur de strapontins dérobés aux femmes enceintes, rongeur du bien commun, plante décorative de la bien-séance.

Le myope aux binocles de crotale est au Palais, ce qu’un caddy égaré est à un parking de supermarché. Il cultive son look d’ado pré-pubère, mais à 44 ans ça commence à se voir, il est un grand serviteur de l’Etat, pour son compte.

Fils du Père , squatter de filière, caste archaïque, rentier OGM, François Baroin est la réponse du comique à la bronca populaire, une espèce de talisman blasphématoire à l’encontre des vents de révoltes. Il est vrai que le désastre est total et que la réplique ne pouvait être qu’un tour de passe-passe, servi par un magicien des tableaux de dupes.

L’avertissement aura donc accouché d’une pirouette pyrotechnique, le remaniement ministériel est une sarkonnerie homéopathique qui a la hauteur des ras de pâquerettes.

Le parcours du fiston est un cloche-pied sur une marelle bordée d’or. Un père ami intime du vieux loup, de l’ancien magouilleur des bords de Seine. Le blanchi de la dernière heure le  plaça sur la rampe de lancement de la députation à 28 ans, alors qu’il savait tout de la vie des boîtes de nuits. En un tour de magie le voilà propulsé Ministre de l’outre-mer, puis Ministre de l’intérieur le temps d’une giboulée. Le sacre de De Funès lui indique la sortie, il est reversé dans les oubliettes du Palais Bourbon pour association de malfaiteurs avec le roi déchu corrézien.

On le ressort en cette période de vaches maigres grâce à son passé de caresseur de cornes.

On lui donne le budget, ou plutôt le déficit , abyssal, on doute que les lunettes lui soient d’un grand secours. Un trou de 8%, un goufre qui est aux deniers publics ce que le grand canyon est aux collines du Vexin. La baguette enchantée doit nous ramener aux paramètres de Maastrich de 3% de déficit à l’horizon 2012, une gageure pour un homme sérieux, une pichenette pour un prestidigitateur de la trempe du nouveau venu. 

La seule et unique entourloupe dans ce foutoir improbable, réside dans le fait que le Ministre à la fin 2012, sera déjà loin de devoir rendre des comptes. Tout le monde l’aura déjà oublié, alors tout ce qu’il pourra nous dire sur ses engagements futurs et ses objectifs, n’engagera, selon l’expression, que ceux qui voudront bien le croire.

La seule chose qui pourrait nous consoler durant les quelques mois de patronage de l’ancien jeunot, c’est que le Harry indolore,  au contact du Voldemort de l’Elysée ne se transforme pas trop vite en oiseau de mauvais augure.      

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LIBERALISME

Posté par provola le 22 mars 2010

La défaite de la droite nous renvoie à ses valeurs fondamentales, De Funès va nous refaire le coup du recentrage, à droite. La droite s’est perdue car elle avait perdu la droite, voici donc venir le temps de la liberté, car l’homme de droite est avant tout un homme libre.

L’Europe ne veut pas aider la Grèce qui aux dernières nouvelles est toujours en Europe. Les riches ne veulent aider les pauvres que s’ils peuvent les aider à devenir plus riches. La liberté des grands pays c’est de ne pas être obligé d’aider les plus petits, la liberté est une liberté de pillage. La France reproche à l’Allemagne de ne pas régler la dette de la Grèce,  pas  parcequ’elle même veut aider à solder l’addition mais bien parcequ’après la Grèce et les autres clubs méditerranée, c’est elle qui pointera au guichet des pleurs et qui sera confrontée au blocus des anciens marks.

Qui a dit que la solidarité était une liberté ?

La communauté internationale veut continuer à exterminer le thon rouge jusqu’à sa totale extinction, plus le thon se fait rare, plus il devient cher et plus les profits augmentent. Le dernier thon vaudra autant que la Joconde. La liberté c’est de peindre le dernier thon et de le garder dans un coffre.

Les pays capitalistes, en gros la totalité des pays,  décident de ne pas brimer les fonds spéculatifs, ils sont une source de profits à laquelle on ne peut renoncer, la City de Londres remercie. En fait les profits se font sur le dos de la dette des pauvres, comme les pauvres sont de plus en plus pauvres les taux d’intérêts pour assurer leur dette deviennent de plus en plus juteux pour les spéculateurs, un monde de pauvres est une manne pour les tireurs de ficelles. 

La liberté, c’est de miser sur la façon d’appauvrir les peuples. 

La liberté c’est de continuer à chasser l’ours arctique, le réchauffement climatique menace la race plus que la chasse qui est donc considérée comme un mal mineur.

La liberté, c’est de refuser à Obama la réforme de la santé pour tous, la liberté c’est de se passer d’état. Pour donner la possibilité aux plus pauvres américains (32 millions) de se payer une santé de pays riches, Obama a du suer jusqu’au dernier sang. La liberté  des propriétaires de compagnies d’assurance, c’est de conserver le monopole de la santé des pauvres.

La liberté des défiscalisés, c’est de laisser les autres payer les boucliers fiscaux.

La liberté c’est de se payer des esclaves pour construire des barres de luxe dans le désert, la liberté c’est rentabiliser des bars à putes à Haïti.

La liberté des monopoles c’est d’empêcher la concurrence, la liberté du dollar c’est la baisse compétitive, la liberté des cons c’est de se payer une grande bagnole, la liberté des bourgeois, c’est d’avoir des caméras de surveillance, la liberté des fortunés, c’est de ne pas payer d’impôts, la liberté des actionnaires c’est d’empocher la totalité des bénéfices, la liberté des possédants , c’est d’empêcher la répartition.

La liberté des rentiers c’est de croître en appuyant sur la tête des autres.

Voilà ce qui définira les deux dernières années du quinquennat, relancer le moteur, la machine, sentir le vent du business, couper les freins, renverser les obstacles, favoriser l’investissement, attirer les capitaux, faire souffler le vent de la croissance, de la liberté d’investir, bref anéantir les dernières charges sociales héritées du siècle dernier.

Publié dans ECONOMIE | Pas de Commentaire »

QUEL PIED !

Posté par provola le 21 mars 2010

Cela fait du bien, tout simplement, de voir l’emberlificoteur se prendre une tanée, une rouste, une fessée, une tuile. Et les salades de l’identité nationale, les crèmes à bronzer du travailler plus, la purée de la croissance, la marmelade de la baisse des impôts, la ritournelle du pouvoir d’achat, la rhétorique de la Marseillaise.

Assez, Toi le faux De Funès, de simagrées, de roulements d’épaules, d’éléments de langage distribuées à la cantonade comme pour masquer une parole totalement inaudible.

Assez de courroux, de glauques bouffonneries, de ruineuses parties de décoration des fastes élyséens, de mascarades officielles avec des chefs d’états juste là pour faire les pot de fleurs ( sommet méditerranéen), assez de rafistolages des ratés du fiston, assez d’enfantillages sur des yachts de luxe, assez de Rolex, assez de ministres en démonstration toujours là quand un chien se fait écraser, assez de prises de décisions fantômes (taxe carbone), assez de chômage qui baisse, assez de bling-bling, assez de fier à bras, assez de talons hauts, assez de vide de sens.

Alors, en cette soirée de respiration profonde, du fond du coeur, Président, merci pour ces quelques instants de bonheur.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

EAU DURE

Posté par provola le 20 mars 2010

Il existe un fleuve  d’eau dure, le Citarum, il se situe à l’ouest de l’île de Java. Une bonne idée de voyage pour les prochaines vacances. Facilite l’apprentissage de la natation ou de la marche sur l’eau. Merci à nos amis du bout du monde pour l’ info.

  att3331.jpg

  att8881.jpg att7771.jpg att4441.jpg att1111.jpg

Publié dans ASIE | Pas de Commentaire »

TEMPS DE CONCENTRATION

Posté par provola le 19 mars 2010

La TNT (pour télévision numérique terrestre) devait représenter le vaste espace de liberté, le jeu de plein air de nos intellects saturés, le nouvel eldorado de l’audiovisuel, une vingtaine de chaînes supplémentaires devaient fournir une diversité de programmes inédite, une étendue de créations, bref on allait voir ce qu’on allait voir.

On a rien vu, que le désert des Tartares, des rayons de supermarchés, des bouteilles d’émissions en plastique, des rivières de dégueulasseries, des tribunes en  saucisse, des films d’invendus, des bobines mal enroulées, le vide sidéral, des fréquences inertes. La TNT est pire que les journaux régionaux ou’ les annonces battent le rappel des chiens en laisse, elle est pire que le JT de 13h de l’ennemi public numéro 1 JP Pernaut, elle est pire que la bande FM, qui nous abreuve de soupe à la maillonaise.  

La TNT n’est rien d’autre que le libéralisme en bas-résilles, que de la pub en forme de tsunami, que du ketchup artériel.

La FM se concentra en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, la TNT retrouve les combinaisons du tiroir-caisse en un tour de passe-passe. TF1, la lucarne des Bouygues rachète TMC puis NT1, Direct 8, le trou de serrure des Bolloré rachète Virgin 17 de Lagardère qui garde Gulli pour faire joujou avec l’éducation sexuelle de nos têtes blondes, M6 rachète W9, NRJ group rachète NRJ TV, Nextradio TV rachète BFM.

L’ attribution future de nouvelles chaînes donnera un bonus d’une chaîne supplémentaire aux anciens membres de l’attrape-nigaud academy. Les loups des médias ne se mangent pas entre eux.

On a déjà trop vu ce système mafieux de partage des parts de marché, le pluralisme n’est ici qu’une vague promesse réduite à son strict minimum, la liberté de penser se réduit aux plages de cerveaux disponibles, le libéralisme est un pacte de non-agression ou’ croupissent nos heures inutiles. 

Une étude scientifique nous montre aujourd’hui que la pollution urbaine est néfaste pour le coeur, je maintiens haut et fort que la TNT est un alzheimeir en puissance, la solution finale anéantissant tout risque de révolution mentale.

TNT, de Trinitro-2,4,6 Toluène, l’arme fatale des terroristes du divertissement. 

Publié dans MEDIAS | Pas de Commentaire »

ASHTON RALLUME GAZA

Posté par provola le 18 mars 2010

L’Europe s’est dotée d’une Ministre des affaires étrangères pyromane. La Britannique Catherine Ashton en visite à Gaza rallume le processus de paix qui semblait éteint. Une roquette lancée en commémoration de la visite a atterri sur le territoire israélien au beau milieu d’une salve d’applaudissements.  

Bruxelles, second couteau et piètre négociatrice se fourvoie dans d’inutiles balades qui ne font que compliquer le jeu.

Israël a décidé de continuer la colonisation, le territoire de l’hypothétique état palestinien se réduit chaque jour, enfermé dans un entre-las de murailles.

les Etats-Unis se font piétiner à la barbe de la conscience régionale et Obama après la claque reçue ( annonce de 1600 nouvelles habitations au moment de la visite du représentant américain au moyen-orient) rassure sa dignité perdue par un: « nous sommes deux amis qui avons une divergence de vues »

Si l’aura d’Obama s’est réduite en quelques mois du coté de Jérusalem à peau de chagrin, elle disparait comme l’Etat qu’il devrait aider à construire, Ashton est la vierge de toutes les impuissances européennes, sans message, sans pouvoir, sans bite d’amarrage, elle ne saurait violer le tabou de l’état palestinien.  

Publié dans ASIE, ISRAEL, PALESTINE | Pas de Commentaire »

LES RATS QUITTENT LE NAVIRE

Posté par provola le 17 mars 2010

En fait de rat, Corinne Lepage est une souris de laboratoire transfuge de l’organisation des sans foi ni lois. Ecolo parceque ça peut servir sa cause et que toute les autres places sont prises, elle s’attache à la connaissance des arbres de la place des Vosges. La nature est pour elle une seconde nature, tant que les mouches restent à l’écart.  

Corinne Lepage co-fondatrice avec Bayrou du Modem, claque la porte, grande prêtresse de l’écologie politique, elle aura toujours navigué de long en large sur les vagues vertes. Tant que le modem représentait une opportunité de briller dans le ciel élyséen, elle restait collée aux basques du Béarnais, maintenant qu’Europe écologie semble se situer à la corde des ambitions débordantes, elle s’empresse de changer de logo.

Son histoire en fait n’est que trahisons et sauts de montons, ancienne ministre de l’environnement de Chirac et Juppé, elle assiste à la poursuite des essais nucléaires et au lancement de superphénix.

Fondatrice de CAP 21, un parti à sa gloire,elle se dit désormais prête à collaborer avec Europe Ecologie, peu importe qu’elle vienne de droite, qu’elle ait fait un séjour au centre et que le parti de Cohn-Bendit soit ancré à gauche.

Officiellement, Lepage reproche au Modem de n’être qu’un tremplin tendu à Bayrou pour l’accession au pouvoir, elle refuse en fait de collaborer à un mouvement qui semble en perdition.

Toujours battue auparavant, élue l’an dernier Députée européenne sous l’étiquette Modem, elle semble vouloir garder son mandat, le rat quitte le bateau mais emporte son morceau de gruyère. Sa démission serait un minimum de dignité.

Elle veut « ouvrir un espace écologiste humaniste et démocrate », au lieu de planter des arbres, Lepage lance des formules qui ont peu de chance de pousser. 

En novembre 2006, elle résumait sa pensée verte: « Nous nous situons entre le centre droit et le centre gauche »  ou comment tout dire sans rien avoir à dire. 

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

PILLAGE D’OR NOIR

Posté par provola le 16 mars 2010

La Suisse se sent pousser des bio-carburants dans les veines, mais les pentes du fendant n’ont pas la fibre OGM. Aussi la révolution verte devient un exode colonial, une invasion chic, parmi les banques de la Sierra Leone. Nous sommes en Afrique de l’ouest ou’ les 17 000 habitants ont vu débarquer la colonie de fourmis rouges à la croix blanche.

L’idée  d’ Addax Bioénergy un nom bien ronflant et le concours de la reine des vaches dans les gènes, c’est de cultiver la canne à sucre en plein centre de la savane. Sur 10 000 hectares devenus énième canton de la confédération seront tirées 100 000 Tonnes de bioéthanol chaque année, exportées ensuite vers la communauté européenne ou’ des cons comme nous versent des subventions pour foutre du vert dans le réservoir,  pour faire écolo.

Dans cette zone misérable qui va le rester survivent 17000 paysans. La promesse des Helvètes est de 4 000 emplois créés sur place, la concession porte sur 50 ans. Cela fait au moins 4 000 personnes qui ne demanderont pas un passeport suisse. 

Les villageois propriétaires seront indemnisés au tarif de 12 dollars par hectare et par an, même au cours du franc suisse ça ne permet pas d’acheter une réserve de tablettes de chocolat.  

Le salaire est de 5 dollars par jour pour les employés de la plantation, les salaires resteront fixes sur la durée de 50 ans, leur augmentation réduirait la rentabilité du système, en attendant ça permet de voir venir l’augmentation du niveau du lac de Genève.

Publié dans AFRIQUE, EUROPE | Pas de Commentaire »

LES WUEMPEEHS

Posté par provola le 15 mars 2010

De Funès le vrai, lui-même n’aurait pu surpasser De Funès le faux en un concours virtuel de mauvaise-foi.

A propos des résultats du premier tour des élections régionales, le grand communicateur vient nous éclairer sur sa perspective atrophiée, son point de vue carlinogène.

« On ne peut pas dire qu’il s’agisse d’un désaveu de la politique gouvernementale, vu le peu de votants, la bonne surprise pourrait venir de…la Guyane. »

Sarko aurait-il trouvé au milieu de la forêt amazonienne quelques membres de la tribu des wuempeehs assez fous pour croire encore à l’amélioration de la précision des flèches ? Rendons-nous sur place pour enquêter :    

http://www.youtube.com/watch?v=FUPh2SQXOYY

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LA DEMOCRATIE C’EST AUTRE CHOSE

Posté par provola le 14 mars 2010

Une abstention à 52 %, elle est le vrai parti majoritaire , mais les vrais partis vous dirons le contraire, qu’il faut continuer avec ce scrutin majoritaire qui donne un bonus à des dévoreurs de démocratie, ceux-là mêmes qui dispensent et profitent d’un désert d’idées.

Une campagne nulle, des journalistes aux pieds des notables locaux et des vedettes de l’écran qui n’ont à la bouche que leur clope éteinte et pour mots que le ridicule qui ne tue pas.

On vote parceque c’est la démocratie , mais de quelle démocratie parle-t-on quand le Président plénipotentiaire gouverne sans gouvernement, par delà l’Assemblée et que dire du sénat , tout ça en ayant obtenu 15 % des votes exprimés au premier tour de l’élection présidentielle ?   

On vote parcequ’on s’est battu pour avoir le droit de vote et ça ne veut plus rien dire car on sait bien que personne ne s’est vraiment battu pour ça. On vote parcequ’on a des intérêts à défendre ou des affaires à améliorer. On vote pour soi, les autres ne sont qu’une composante de cette petite chose qu’on appelle la vie .

Alors on ne vote plus parcequ’on a plus rien à défendre et qu’on ne veut plus pour les autres ce qu’on est sûr de ne jamais obtenir pour soi-même.

Les vrais enjeux sont à NewYork ou à Pékin, plus à Paris , alors vous pensez , Nice et ses retraités qui n’auront bientôt plus de retraites, Montpellier et ses étudiants qui n’auront bientôt plus de boulot correspondant à leur diplôme dévalorisé, alors Lille, ou’ les houllières sont un souvenir qui n’a pas d’avenir, alors Brest qui a perdu tous ses pêcheurs, alors Bordeaux qui pert son vin au profit de Santiago du Chili, alors Clermont qui n’a plus de volcans en activité.

Voter, c’est s’exposer à ne pas avoir de représentants favoris au deuxième tour, en gros cela concerne tous ceux qui ont voté pour autre chose que le PS et l’UMP, c’est à dire la moitié des votants. La moitié des votants rejoignent donc au deuxième tour le bataillon des exclus du premier tour.

25% des inscrits seront donc admis au festin du deuxième tour, quelque soit le vainqueur, le résultat n’aura rien à voir avec avec la réalité de l’opinion, les politiques et les médias tenteront une nouvelle fois de nous expliquer le contraire .

Continuer à voter dans ces conditions c’est se conformer, se taire, donner son aval, participer à ce déni de démocratie, ne pas voter est pourtant une plaie ouverte et entretenue du sentiment collectif, une contradiction qui sera difficilement interprétée comme une contestation du système.

Tout dépend du niveau d’abstention.

Comme on peut situer à un niveau d’environ 30 % le taux de chômage pouvant déclencher un soulèvement populaire, à quel seuil, ou plafond, d’abstention, la démocratie, qui n’en est pas une, va-t-telle placer le curseur du politiquement incorrect ?      

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LE BOUT DU CLASSEMENT

Posté par provola le 13 mars 2010

On vient de prendre bonne note du classement Forbes des milliardaires de la planète, il nous reste à lire la suite imaginaire mais pas tant que ça car il y a toujours une fin à tout classement.

Nous sommes au Zimbabwe, ici on ne plaisante pas avec la faim, rien à croquer, rien que des bouts de rien. Alors vous pensez, quand un éléphant vient à mourir de sa belle mort, même les autorités responsables du  » Gonarezhou National Park «  ferment les yeux et admettent que les habitants de la savane puissent  mettre un coup de dents et leur faim de côté pour piquer aux lions, aux hyènes, aux vautours et aux mouches à merde, une carcasse de barbaque.  

La chance pour les tribus, fut cette fois qu’ un journaliste anglais dans les parages pour un reportage photo sur les pachydermes allonge quelques deniers aux gardiens du temple vert pour laisser les derniers morts-vivants se repaître d’une rare rustine d’humanité.

Dans le parc national ou’ les animaux sont les rois et les hommes les rois des couillons, ceux-ci sont les seules bêtes qui ne soient pas même protégées de l’indifférence générale. Le photographe donc ne s’attendait sûrement pas à assister au dépeçage de l’animal par une population affamée. La bête disparut ce jour là en moins de deux heures, laissant sur le sol une tache de sang, seule preuve de la misère de ce bout du monde ou’ les hommes sont inscrits sur la liste des races en voie de disparition.  

 04elephantstorycopyrightdavidchancellor672458resize75x602.jpg 07elephantstorycopyrightdavidchancellor672458resize75x601.jpg 10elephantstorycopyrightdavidchancellor672458resize75x601.jpg

 

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, MONDE | Pas de Commentaire »

ORDRE MORAL

Posté par provola le 12 mars 2010

Il y a des connards et des couillons, c’est plus dûr pour les couillons. 

Le classement Forbes vient nous donner le classement des 1000 milliardaires (en dollars) de la planète.

A eux seuls, ces 1011 détiennent 6 % de la richesse mondiale (population mondiale 6, 5 milliards). Ne nous arrêtons pas à ces 1011 connards qui sont les hommes les plus généreux… pour leurs propres rejetons.

D’après l’institut mondial de recherche sur l’économie du développement de l’université des Nations-Unies, les 1% les plus riches de la population possèdent 40 % de la richesse.

Les 10 % les plus riches possèdent 85 % de la richesse mondiale.

La moitié inférieure de la population possède 1% de la richesse.

Continuons le raisonnement, les 1011 connards possèdent 6 fois ce que possèdent 3, 25 milliards d’individus, comme les 10 % les plus riches des milliardaires possèdent la moitié de ce que possèdent tous les milliardaires, 100 connards valent autant que 1,700 milliards de couillons.  

Comme les deux plus grands milliardaires valent autant que la moitié de la fortune des autres cent plus riches milliardaires, ils pèsent autant que 900 millions d’individus, soit la population de l’Afrique. N’entend-on pas dire à tout bout de champ que les pauvres ont besoin des riches pour vivre, alors que feraient les 900 millions d’Africains si Bill Gates et Carlos Slim (les deux connards)n’existaient pas, et bien ils n’auraient plus d’ordinateurs et plus de téléphones portables, ce qui n’est quand même pas, on l’avouera, une bonne raison pour se suicider tout de suite. Dicton, tête de con.

Étant donné que la fortune des milliardaires est passée en un an de 2 400 à 3 600 milliards, soit une progression de 50 % alors que l’économie mondiale connaît la pire crise économique depuis 1929, on ne peut qu’estimer que cette récession est finalement  une sacré bonne opportunité pour les richissimes, un peu comme si cette crise avait été délibérément décidée en hauts lieus…

Dégraissages, peur du chômage, baisse des salaires, concurrence acharnée pour les petits, ententes cordiales et cartels chez les gros poissons, la planète est mortelle pour les couillons qui se bouffent entre eux et clémente pour les connards qui sont déjà assurés de revivre dans les draps en soie de leurs propre descendance.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, MONDE | Pas de Commentaire »

12
 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement