• Accueil
  • > Archives pour février 2010

LES PATES DE SABLE DU CANADA

Posté par provola le 28 février 2010

Jeux de patés de sables bitumineux, jeux de vilains. 

CNC ne s’était jamais posé au Canada, en ce jour de clôture du Grand Barnum des Jeux Olympiques d’hiver, l’occasion nous est donnée d’aller y respirer l’air pur, de rencontrer les populations inuites attachés case à la main, de faire un demi-tour en traîneau, de braquer les projecteurs, pas les spots publicitaires sur un pays sans histoires, en apparence bien sous tous rapports, qui pourrait bien devenir un voyou des bas quartiers du monde.

Pour commencer par les bonnes nouvelles de bobos, l’honorable ministre de l’environnement canadien au nom sans intérêt a promis que son pays compenserait les émissions de CO2 engendrées par les jeux: « Le Canada est fier d’être le premier pays hôte de l’histoire à favoriser la compensation des ses émissions de gaz à effets de serre produites durant la tenue des jeux olympiques. »

Le pays investira 150 000 dollars (110 000 euros ) dans des initiatives axées sur la réduction des émissions de carbone en vue de compenser les 7500 tonnes de carbone engendrées par l’activité des jeux olympiques. Fermez le ban, 110 000 euros, la Bonne Action pour la planète, les Canadiens nous prennent pour des cons.

Déplaçons nous de quelques centaines de kms, dans l’état d’Alberta, là sont sans doute stockées les plus importantes réserves pétrolières mondiales avec celles d’Arabie Séoudite dans ce que l’on appelle les sables bitumineux, un véritable trésor. Le souci, c’est que pour extraire le pétrole de ces tourbières, il est nécessaire de produire des quantités de CO2 bien plus importantes que pour des extractions classiques.

Les dommages environnementaux s’annoncent massifs, pollution des nappes phréatiques ( d’énormes quantités d’eau étant nécessaires pour cette extraction si particulière, on craint d’accentuer le déclin des réserves d’eau douce, continu dans l’état depuis dix ans), réductions du rendement des terres agricoles, pollution des forêts.

L’extraction d’un baril de pétrole des sables bitumineux dégage trois fois plus de gaz à effets de serre que celle d’un baril de pétrole classique, en 2003 déjà, l’état de l’Alberta est devenu capitale de la pollution atmosphérique industrielle du Canada après avoir généré plus d’un million de tonnes de CO2, 120 fois plus que les Jeux Olympiques et l’on en est qu’au tout début de la montée en puissance des forages.

Par le simple fait que le Canada devienne le principal producteur mondial d’hydro-carbures, il se pourrait bien qu’il devienne également le plus grand pollueur. Voilà comment le pays des Esquimaus, des élans, des caribous et des érables deviendra celui des pompes, des pipe-lines, des citernes et des raffineries.  

Merci donc aux Jeux Olympiques de Vancouver de mettre 110 000 euros à la disposition de la sauvegarde de la planète.   

Publié dans AMERIQUE, CANADA, CHERCHEZ L'ERREUR, ECOLOGIE, SABLES BITUMINEUX | Pas de Commentaire »

ET SI ON REGARDAIT VERS LE SOLEIL

Posté par provola le 27 février 2010

A force d’essayer d’expliquer les pourquoi du réchauffement du matin et du refroidissement du soir, on en avait peut-être tout simplement oublié le soleil qui reste quand même le principal animateur du thermomètre. L’activité inconstante de notre étoile serait-elle la vraie organisatrice des fluctuations climatiques terrestre ?

C’est en tout cas la conviction de Vincent Courtillot, géophysicien, en contradiction des thèses du GIEC qui lui, accuse les gaz à effet de serre.

Quelques éléments de réflexion pour ne pas être largués dans les luttes intestines entre scientifiques:

http://www.objectifliberte.fr/2009/09/rechauffement-climatiquecourtillot-expose-erreurs-du-giec.html

Publié dans MONDE | Pas de Commentaire »

LE RECHAUFFEMENT QUI REFROIDIT LA CONSCIENCE

Posté par provola le 27 février 2010

Se tortiller les méninges sur la véracité du réchauffement climatique anthropique empêche de se pencher plus studieusement sur les mille dégradations induites par notre développement. Le GIEC ne prétant pas posséder la vérité, qui pourrait y prétendre  d’ailleurs, il n’en demeure pas moins une source d’information indispensable. Laissons à la croyance ce qui reste pour le moment du domaine  de la croyance et occupons nous des faits.

17 000 enfants meurent de faim chaque jour,  le pétrole facile à extraire aura été épuisé en quelques décennies, la question n’est pas de savoir si le petrol peak (le point haut de la production pétrolière) aura lieu en 2050 ou en 2070 , à l’échelle des temps , ça n’a aucun sens, la question est de savoir comment aujourd’hui, on peut empêcher les enfants déshérités de mourir à une époque ou leurs congénères se baladent allègrement autour du globe avec des spatules à skis. 

Le Club de Rome ne disait pas autre chose que l’imbrication des courbes de la croissance de la population, de l’épuisement des ressources naturelles, de l’apauvrissement des sols, de la disparition des faunes marine et terrestre,  des sources d’eau douce, de l’augmentation exponentielle des pollutions.  

N’écoutons pas les climatologues du Giec, ni même les climato-sceptiques, n’écoutons pas les géologues, les glaciologues, les agriculteurs, les politiques, la gauche, la droite, les ricains , les Chinois, ou plutôt écoutons les tous. Tous ont de bonnes raisons de croire qu’ils détiennent la clé de la rédemption, tous ont tort en détenant une petite partie de la vérité. 

Les mystères du climat de la planète sont au moins aussi profonds que les secrets du bonheur des peuples dont la politique n’est qu’une des thérapies .   

Les paradis fiscaux , la pensée néo-libérale, les baisses d’impôts, l’évasion fiscale, la cupidité portée à son paroxysme sont les véritables maux, plus encore que les aléas du climat, ils sont une mal-donne pour les générations futures, la cause profonde des disfonctionnements économiques, une distorsion de la répartition des richesses, un vol global modifiant la météo politique, un accaparement du  Gulf Stream de l’histoire.

Publié dans ECOLOGIE, MONDE | Pas de Commentaire »

UN PRESIDENT NOIR QUI TOMBE BIEN

Posté par provola le 26 février 2010

Pas le nôtre, ça se saurait, mais Obama. En effet, il ne pouvait pas mieux tomber celui-là, au moment ou’ la plus grande crise économique s’abat sur le pays, comme pas enchantement, le peuple, enfin la partie la plus exposée, semble prostrée, comme dans un état de léthargie, de sidération. Par quelle étrange phénomène la communauté noire américaine reste-elle  d’une sérénité évangélique alors que tous les indicateurs économiques indiquent sa descente aux enfers?

Les prévisionnistes annoncent que le taux de chômage de la communauté afro-américaine atteindra 18% à la fin de cette année, soit le double du taux national.

« Le fossé entre le taux de chômage des blancs et celui des noirs a explosé depuis le début de la récession et ne va cesser de se creuser » affirme une étude de l’Economic Policy Institute. 

Dans cinq Etats, le Michigan, l’Ohio, l’Alabama, l’Illinois, la Caroline du Sud, le taux de chômage des noirs va largement dépasser les 20%. A ce stade, assiste-t-on au miracle Obama ou à de la sorcellerie ?

Une étude du Pew Research Center prouve que les noirs sont plus optimistes qu’ils ne l’ont jamais été au cours des 25 dernières années. 39% des noirs estiment que leur situation s’est améliorée depuis 5 ans, ce qui représente un progrès de 19 % par rapport à un même sondage effectué en 2007. 53% estiment que leur avenir sera meilleur alors qu’ils n’étaient que 44% en 2007.

On se souvient de la réflexion d’Howard Zynn qui plaçait à un taux de précarité d’environ 30 %, la barre au dessus de laquelle une  population atteint une situation potentiellement insurrectionnelle. Ce taux avait été atteint durant les années vingt au siècle dernier, elle avait eu son apogée en 1929, ce qui suite à d’énormes conflits sociaux avait contraint le Président Roosevelt au fameux New Deal économique.

Face à la montée impossible à endiguer de la pauvreté des noirs, on doit admettre que le vaccin Obama semble avoir un effet particulièrement efficace, autrement dit, aurait-on voulu juguler une insurrection en devenir qu’on n’aurait pas agit autrement.

Les grandes familles à la tête des partis républicain et démocrate, armuriers et pétroliers In Primis, en se résignant à présenter une candidature noire avaient-elles déjà programmé le désastre des subprimes ? 

Publié dans AMERIQUE, CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

MONACO DANS LE PELOTON DE TÊTE

Posté par provola le 25 février 2010

Stéphanie serait-elle la soeur cadette de De Funès ? En tout cas à la tribune de l’ONU elle semble s’agiter comme lui, peut-être est-ce dût au syndrome du mensonge à moitié maîtrisé. 

Monaco mène l’ONU dans l’aide apportée aux personnes qui souffrent dans le monde, c’est son Altesse Sérénissime qui le dit, 5 millions d’euros par an, ce qui placerait Monaco dans le peloton de tête des pays de l’ONU. Pour être sérieux, ce sont 60 milliards d’euros qui sont planqués dans les soutes du rocher, on écoute religieusement le Prince et soeurette  (interviewés par l’impayable Drucker):

http://www.dailymotion.com/video/x33ydm_stephanie-de-monaco-a-onu-fightaids

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, LES PEOPLE A POIL | Pas de Commentaire »

DE FUNES LA MAIN DANS LE SAC (PIPEAU 21)

Posté par provola le 25 février 2010

En donnant les chiffres du chômage pour le mois de janvier, en augmentation de 19 500 personnes, le gouvernement a également « rectifié » les chiffres du mois de décembre qu’il avait donné à moins 18 700, mais qui était en fait de plus 23 400 !!  

Rappelons-nous de la messe du Président le 25 janvier dernier, sur TF1 face à un échantillonnage de Français de la France d’en bas à qui le menteur patenté avait expliqué que les chiffres à venir du chômage allaient être meilleurs et donneraient raison à sa politique volontariste.

En effet, deux jours plus tard le gouvernement confirmait les dires du Président avec un effet médiatique non négligeable, mais un mois après, qui se souvient encore du prêche ?

  

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

EMISSIONS DE CO2 AUTOMOBILES: LA GRANDE SUPERCHERIE

Posté par provola le 24 février 2010

Les galeries d’expositions automobiles ressemblent au musée d’Orsay, le tableau des données d’émissions de CO2 ressemblent à s’y méprendre à une toile impressionniste, le paysage y est propice à l’achat. Passez la toile aux rayons x, vous y trouverez les ingrédients du plus grand des surréalistes, Dali, qui devant de tels subterfuges eut déplacé le centre du monde depuis la gare de Perpignan, vers une une vitrine à chars.  

On savait déjà que personne n’y comprenait rien, que le taux de CO2 au km de notre véhicule correspondait vaguement à son pouvoir polluant mais toute cette fièvre rédemptrice avait vaguement l’air de nous enfumer le thermomètre. On aurait voulu nous pousser à l’achat en multipliant les normes qu’on ne s’y serait pas pris autrement.

Ces dernières années, la série des normes euro 3, euro 4, euro 5 se succèdent à un tel rythme qu’aucun automobiliste ne peut réellement prendre la mesure de la véracité des avantages proclamés. On culpabilise le malheureux propriétaire d’ une euro 3 d’occase, alors que les euro 5 sont déjà dans les paquets cadeaux, à peine a-t-on franchi la porte de la concession que la belle est déjà dégrafée comme ne correspondant plus aux canons de la propreté.

Tout ce foutoir sentait bien le gasoil réchauffé mais rien n’avait encore étayé cette impression bizarre d’escroquerie à grande échelle. Or une étude conjointe des journaux allemand Autobild et italien Repubblica vient apporter la preuve que les données en termes de consommation des automobiles sont totalement bidonnées par les constructeurs. Et qui dit consommation dit bien évidemment émissions de CO2, valeur sur laquelle se base l’ État (lui-même serait-il complice ?) pour calculer la prime à la voiture soit-disant propre.

Les écarts entre les valeurs de consommation constructeurs et les données réelles sont parfois de 40 % sans que personne n’ait jamais trouvé à redire.  Disons les choses commes elles sont , toutes les valeurs de consommation sont fausses, ce fait est avéré par le témoignage de millions d’automobilistes désormais persuadés que leur voiture ne respecte pas les données fournies.  

Il semble déjà fascinant de se rendre compte à quel point les constructeurs falsifiaient les chiffres de consommation alors que les clients peuvent chaque jour en faisant le plein vérifier les différences entre la théorie et la réalité, il devient désormais clair que plus rien ne pouvait arrêter les marques automobiles dans la falsification des données sur les émissions de CO2, personne n’étant en mesure de contrôler la véracité des données. Pour admettre les données, il était suffisant… de les croire !!

Sauf que l’enquête qui vient d’émoustiller le lanterneau automobile ressemble à une mauvaise farce montée sur quatre roues.  Qu’on en juge: la méthode qui permet de mener les tests de pollution est en vigueur dans 50 pays, elle indique que le constructeur peut installer son modèle sur des sortes de gros rouleaux simulant la route pendant un temps de 1180, en gros vingt minutes, pendant 780 secondes on mesure la consommation dite en ville, durant 400 secondes on mesure la consommation d’un voyage extra-urbain, durant un laps de temps de 10 secondes maximum, on mesure la consommation sur autoroute.

On aura beau demander à tous les automobilistes de reproduire ce schéma, aucun n’y parviendrait. A ce tableau fantaisiste sur les consommations qui, on l’a vu auparavant influent sur les émissions de CO2, on  a ajouté la touche finale des couleurs invisibles de la pollution, le test des dégagements de CO2 se faisant sur des voitures dénués de tout accessoire, vitres fermées et donc super-aérodynamiques et légères, sans activation, à aucun moment de la climatisation pourtant disponible de nos jours sur la majorité des voitures.

En fait on peut dire que les tests de pollution sont effectués sur des véhicules qui ne sont tout simplement pas en vente.

A ce stade, le tableau enchanteur des maîtres impressionnistes de la bagnole devient une caricature des meilleurs faussaires à soupapes ou carrément du Dali 8 cylindres.  

Publié dans ECOLOGIE, ECONOMIE | Pas de Commentaire »

VOTRE ELECTRICITE DEPEND DE CET HOMME (la gazette du nucléaire 3)

Posté par provola le 23 février 2010

nigerdemocratie1.jpg Salou Djibo à la tête d’une junte militaire vient de prendre le pouvoir au Niger, le Président Mamadou Tandja a été déchu et enfermé. Le comité pour la restauration de la démocratie a pris le pouvoir par les armes.

Rien de très nouveau sous les tropiques. Sauf que le 12 mai 2009 Anne Lauvergeon, présidente du directoire d’Areva (en la présence de la Ministre de l’économie Lagarde… et de Rama Yade, ça pouvait toujours servir) était allée faire la causette avec le prisonnier d’aujourd’hui pour assurer , disait-elle l’avenir de l’approvisionnement  des réacteurs nucléaires français.

Cinq mille tonnes par an, pendant 35 ans, l’avenir du combustible en coffre-fort, tout allait bien dans le four à pizza.

PATATRAC, manque de bol absolu, à l’Ecole normale supérieure, les cours de géographie sont facultatifs et justement la présidentissime n’avait pas jugé bon de les suivre.

Maintenant à cause de son manque d’assiduité aux cours de rattrapage du soir, c’est nous qui sommes dans le noir. 

Publié dans AFRIQUE, CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

LA GAZETTE DU NUCLEAIRE 2

Posté par provola le 23 février 2010

Nos voisins allemands sont aussi propres que nous et au moins aussi prévoyants. En matière nucléaire, la technologie d’outre-Rhin fait merveille, le stockage des déchets prévu pour durer quelques millénaires commence au bout de trente ans à donner d’inquiétants signes de faiblesse, voici quelques substances radioactives piégées dans la presse:

« Les autorités de surveillance du nucléaire recommandent l’évacuation rapide des 126 000 barils de déchets emmagasinés depuis 1967 dans une mine de sel de Basse-Saxe rongée par les infiltrations  En inaugurant le stockage des déchets nucléaires dans une mine de sel il y a quarante ans, l’Allemagne était à la pointe de la technique. Quarante plus tard, elle l’est toujours en préparant son évacuation.  Les autorités fédérales de surveillance des rayonnements et déchets nucléaires (BFS) ont remis en effet le 15 janvier leur expertise recommandant le déstockage des 126 000 barils de déchets nucléaires entreposés entre 1967 et 1979 dans la mine de sel d’Asse II, en Basse-Saxe, dans la région de Brunswick, dont 1 300 fûts de déchets de moyenne activité, contenant environ 11 kg de plutonium de l’usine de traitement de combustible usé de Karlsruhe. Depuis des décennies, 12 m3 d’eau, soit 12 000 litres, ruissellent en moyenne, chaque jour, sur les parois de la mine de sel. La montagne exerçant une pression gigantesque sur les galeries de sel, 32 points d’infiltration supplémentaires ont été recensés depuis 1988. Certaines galeries s’effondrent, des barils, encastrés dans le sel, ont été endommagés sans que l’on sache précisément lesquels, contaminant la saumure. Au-delà de 2020, la mine ne sera plus exploitable. «Asse est à peu près aussi trouée qu’un morceau de gruyère suisse »
L’expertise de la BFS confirme ce que les écologistes assurent depuis belle lurette dans la région. «Asse est à peu près aussi trouée qu’un morceau de gruyère suisse », selon Sigmar Gabriel, président du SPD, ancien ministre de l’environnement et natif de Brunswick. La saumure qui ruisselle vers le fond de la mine peut être radioactive dans des proportions qui dépassent jusqu’à dix fois la norme. Recueillie dans une « piscine » à plus de 500 mètres de profondeur, elle est évacuée vers la surface. Mais les infiltrations régulières pourraient provoquer une inondation qui serait fatale. Une vraie « catastrophe nucléaire ». La nappe phréatique contaminée rendrait la région voisine inhabitable. « Ce n’est plus qu’une question de temps », selon les écologistes.  Les autorités se renvoient la balle des responsabilités. Le bureau des mines du Land à Clausthal-Zellerfeld, au courant du danger, n’aurait pas jugé utile de sonner l’alarme au ministère de l’environnement, qui aurait peu tenu compte de ses observations. Bétonnée, la mine serait une bombe à retardement
Le centre Helmholtz de Munich, chargé de l’exploitation d’Asse II, prétend avoir informé le bureau des mines et préparé la fermeture de l’exploitation. Les spécialistes de l’atome et des déchets seraient « tombés de haut » en découvrant l’étendue du désastre, assure un professeur de l’université technique régionale de Clausthal. L’opinion publique n’a rien su ou presque pendant trente ans.
 
Si l’évacuation est décidée – et « le temps presse », souligne la BFS -, le chantier durerait une dizaine d’années et coûterait 2,5 milliards d’euros, payés pour l’essentiel par le contribuable. Ce sera la méthode la plus coûteuse et la plus délicate pour sécuriser Asse II. « Techniquement, c’est un sacré défi, il faudra déplacer des fûts dont le contenu et l’état sont inconnus », note Thorben Becker, expert du Bund (Fédération allemande de la protection de la nature et de l’environnement). Il faudra en extraire de galeries qui ont été comblées par le sel. Avec les risques de contamination auxquels seront exposés les ouvriers.  D’autres solutions, telles que le comblement total de la mine, seraient évidemment plus rapides et moins coûteuses. Mais ce serait un pis-aller. « Cela ne marcherait que si Asse II était stable, ce qui est pratiquement exclu », explique l’expert. Bétonnée, la mine serait une bombe à retardement. Extraits d’Asse II, les 126 000 barils devraient être transportés à la mine de fer de Konrad, toute proche. Mais celle-ci n’est pas, pour l’instant, prévue pour cet usage. Et la résistance des écologistes et de la population de la région n’en est qu’à ses débuts. » 
Michel VERRIER
La Croix.com
 

Publié dans ECOLOGIE, EUROPE | Pas de Commentaire »

TROC A LA ROULETTE (la gazette du nucléaire 1)

Posté par provola le 23 février 2010

Aux Etat-unis le court circuit de l’énergie électrique n’est qu’un jeu subtil soumis à la loi du profit, aux influences des lobbies du pétrole et du cartel nucléaire, on remue tout ça dans les cercles à fric des casinos, on passe à la caisse non sans avoir réglé sa commission au croupier, le Président en personne.   

Obama relance le nucléaire en annonçant l’implantation de deux nouveaux réacteurs dans l’état de Géorgie. Dans le but de faire approuver son plan de réduction de gaz à effets de serre de 20%, par les Républicains, il doit donner des gages à ses adversaires. Je te donne de l’uranium, prends moi du gaz.

Qu’on ne s’y trompe pas pour autant sur la portée réelle des intentions du Président. la réduction des émissions de CO2 tant proclamée à échéance 2020 se base sur les quantités de 2005 et non pas sur celles issuent de la conférence de Kyoto datant de 1998. La réduction « Kyoto »  se situe plutôt à moins 4 à 5 %, c’est à dire…rien.

Obama ne voudrait-il pas éviter de freiner une économie à l’arrêt ? 

Malheureusement, pour l’heure, les Etats-Unis sont toujours sans solution pour les lieux de stockage des déchets, on se souvient de la suspension par l’administration Obama du projet controversé d’enfouissement des déchets nucléaires sur le site de Yucca mountain au Nevada.

Le désert du Nevada semblait la situation idéale, les scorpions et les crotales de Las Vegas n’y auraient rien trouvé à redire, seuls les forçats de la pièce de monnaie voyaient là une intrusion intempestive du cube à gros sel et du long terme dans le temple de la roulette russe et de l’instantané. 

Publié dans AMERIQUE, ECOLOGIE | Pas de Commentaire »

MOON-WALK

Posté par provola le 22 février 2010

Obama reçoit le Dalai Lama l’exilé des hauts plateaux pour que tout reste en l’état, Sarko réplique en recevant Mahmoud Abbas responsable de l’Autorité palestinienne pour que rien ne bouge.

Tout cela fait terriblement penser à du »moon-walk », ou l’art de reculer en faisant croire qu’on avance.

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, MONDE | Pas de Commentaire »

HOMMAGE POSTHUME

Posté par provola le 22 février 2010

 Le credo communiste : de chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins ; le credo capitaliste : de chacun selon sa crédulité, à chacun selon son avidité. Joe Stack (1956-2010). »

Ainsi finit le long message laissé, sur Internet, par l’Américain qui a précipité volontairement son petit avion sur un immeuble de l’administration fiscale à Austin, au Texas, jeudi 18 février.

Agé de 53 ans, l’homme est vraisemblablement mort dans l’accident, un employé des impôts étant également porté disparu, et deux autres grièvement blessés. 

Sur le site, fermé peu de temps après le crash, de la société de logiciel informatique qu’il avait créée en 1983, Joe Stack a laissé un testament de six pages, désormais disponible sur le site du Washington Post, dans lequel il s’attache à démonter le mythe du rêve américain:

  »Malheureusement, écrit-il, dans ce pays, nous subissons un lavage de cerveau dès notre plus jeune âge pour nous faire croire qu’en échange de notre dévouement et de nos services, le gouvernement œuvre pour la justice pour tous (…), qu’il y a de la liberté dans ce pays, et que nous devrions être prêts à donner notre vie pour les nobles principes de nos pères fondateurs. (…) J’ai passé toute ma vie d’adulte à essayer de me sortir tout ce bordel de la tête. »

le monde 22 février 2010 

Publié dans AMERIQUE | Pas de Commentaire »

C’EST FINI

Posté par provola le 21 février 2010

La direction de ce blog vous informe qu’il est inutile de revenir ici à partir de demain matin. En effet les activités de presse seront interrompues sans préavis pour être délocalisées en Hongrie. Nous rappelons que notre groupe a dégagé un bénéfice net de 424 millions d’euros sur l’exercice 2009 mais que les prévisions sont pour une stagnation des profits sur l’année 2010, la délocalisation devant améliorer sensiblement la rentabilité du blog.

Selon la loi, il est indiqué que nous sommes dans l’obligation de vous proposer un reclassement qui vous permettrait de continuer à profiter des informations de ce blog mais à un tarif qui devra correspondre au droit de la lecture en vigueur en Hongrie.

Si l’idée vous venait toutefois de nous suivre, nous vous informons que ce blog sera désormais rédigé en Hongrois et qu’aucune législation européenne ne nous oblige à une traduction quelconque même envers  nos plus fidèles lecteurs.  

Quelques lecteurs ayant déposé un recours auprès du tribunal de la lecture de Dreux, une décision de justice pourrait empêcher le démantèlement du blog, empêchant les actionnaires d’activer librement leur droit à l’auto-détermination des placements audiovisuels.

Toute ressemblance avec  une affaire de délocalisation d’unité de production industrielle en cours serait  fortuite et  involontaire.

La direction du blog, l’actionnaire majoritaire: Philips.   

(Faites pas les cons, c’était pour rire)

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR | Pas de Commentaire »

LE CO2 A DU PLOMB DANS L’AILE

Posté par provola le 20 février 2010

Le bouleversement climatique planétaire n’est plus ce qu’il était en novembre dernier lors de la conférence de Copenhague. L’échec des politiques a alors masqué le malaise scientifique mais il semble bien que ce soient les certitudes mêmes du GIEC qui aient été mises à mal. Voici les raisons de la remise en cause du réchauffement global.

1. Il est exact que le taux de CO2 dans l’atmosphère progresse de plus en plus rapidement, comme l’a vulgarisé à souhait le film d’Al Gore »Une vérité qui dérange ». Le fameux graphique en forme de crosse de hockey de Gore de la hausse des températures est pourtant inexact car il a effacé la hausse des températures de l’époque médiévale (dit optimum médiéval) et la stagnation de la dernière décennie. En fait le graphique repris par Al Gore se basait sur les études de températures de Mann, Bradley et Hughes remises en cause depuis par celles de Grudd. 

2. La hausse des températures globales de 0,7 degrés (valeur estimée à ce jour mais également sujette à critiques) au cours du 20 ème siècle, n’a rien d’extraordinaire, 3 autres épisodes d’une telle hausse à une époque récente, chacun de vitesse équivalente ont été répertoriés par les carottages réalisés dans les glaces du  Groënland ( moins 1000 ans, appelé Optimum médiéval, moins 2000 ans, Romain et moins 3200 ans, Minoéen)om2

 3. On ne peut trouver à ce jour de corrélation évidente entre augmentation des gaz à effets de serre et augmentation des températures, la hausse des températures s’étant interrompue depuis environ dix ans alors que le taux de CO2 n’a jamais cessé de progresser. On peut penser à l’inverse que la hausse des températures ait un impact sur l’augmentation de la concentration de CO2 par un dégazage des océans.

4.La hausse des températures enregistrée en étudiant l’épaisseur des anneaux concentriques des troncs d’arbres ne tenait pas compte de l’effet d’age qui resserre les stries au fur et à mesure de la poussée de l’arbre. Une juste interprétation du compactage des anneaux au cours de la croissance de l’arbre réduit fortement les hausses obtenues jusqu’à présent.

5.Le Giec a commis quelques bourdes, la plus connues étant l’estimation erronée de la disparition complète des glaciers de l’Himalaya en 2035, alors qu’il fallait lire 2350, les Indiens ont apprécié.

6.La disparition du glacier sommital du Kilimandjaro n’a rien a voir avec la hausse des températures, la fonte de la calotte  est plutôt le résultat d’une diminution des précipitations locales. En règle générale, les glaciers on commencé leur régression au milieu du 19 ème siècle en même temps que le début du réchauffement enregistré, alors que l’industrialisation de la planète n’avait pas encore réellement commencé. D’autre part, contrairement à de récentes hypothèses, la disparition complète des glaciers de l’Himalaya n’assécherait pas le Brahmapoutre , l’Indus et le Gange dont le débit est en grande partie dépendant des moussons.

7.La disparition totale de la calotte Arctique ne fera pas monter d’un millimètre le niveau des océans, il faudrait pour que la hausse des mers soient sensible que les glaciers du Groënland et de l’Antarctique se mettent à fondre. C’est le cas pour le Groënland mais pas vraiment pour le sixième continent qui lui tient le coup. 

Maintenant, l’idée n’est pas de jeter le bébé avec l’eau du bain, ce n’est pas parce que de graves approximations ont émaillé la base de données du réchauffement climatique qu’une prise de conscience des dangers du développement à tout crin est désormais à proscrire. Le CO2 n’est qu’une donnée d’un problème bien plus complexe, le premier chapitre  d’une vulgarisation par trop simpliste mais nécessaire, la tentative de donner une explication compréhensible aux bouleversements subits par la nature. Quoi de plus aisé que de comparer les saccages quotidiens de la bio-diversité au dégagement intestinal de ce qui reste le symbole de liberté, la bagnole.

Ce que l’on désignait il y a une génération par société de consommation s’appellera désormais dégagements de CO2, voilà on a trouvé le coupable , le CO2. Bien que ce processus de simplification soit soumis aux atermoiements de la gente scientifique, cette équation reste bien qu’encore peu efficace, la première voie de la raison.

Comment parler d’acidification des océans, de protoxyde d’azote, de la remise en cause de l’agriculture moderne, de l’ozone utile en altitude mais tueur dans nos villes, du méthane des vaches, de l’azote des cochons, du gaz naturel, des sables bitumineux, de la fin du pétrole, de l’uranium, du plutonium, du plomb, du soufre,  enfin quoi, de toutes les cochonneries du passé et des  smog du futur ?

Il ne fait pas de doute que notre type de développement basé sur l’accaparement des richesses par une minorité est la source des dérèglements environnementaux et sociaux et quel autre moyen qu’une sorte d’împot à l’échelle mondiale pour pallier ces disparités ?

Les solutions prônées par le Giec, quoi que parfois critiquables, de répartition des droits à polluer, de réduction des gabegies et du superflu, vont dans le sens d’une plus grande attention portée à la protection des grands équilibres, la tentative d’instauration d’une taxe à la tonne de carbone est la première ébauche de ce qui peut constituer la clé de la solidarité mondiale.  

A la lumière de ce qui précède, changeons de modèle, ou de mots si la sémantique peut aider à la prise de conscience, lâchons les baskets du CO2, n’ appelons plus l’impôt mondial: taxe carbone, ce qui reste dans l’esprit commun une tentative de brider l’instrument sur quatre roues de la liberté, mais: « halte à la faim dans le monde » ou « de l’eau douce pour tous », ou encore « aide au développement » ou « crédit à l’intelligence pour le développement solidaire », cela aussi, l’opinion peut facilement le comprendre.

Pour peu que la grande révolution commence par la confiscation des biens illégitimes planqués dans les paradis fiscaux, voilà qu’un jour meilleur apaiserait subitement les coeurs et qu’une météo tempérée envahirait d’un coup de vent le climat de la planète.

 

Publié dans ECOLOGIE | Pas de Commentaire »

LA DECOUVERTE SUISSE

Posté par provola le 19 février 2010

Profitant du marasme économique généralisé, le furoncle de l’Europe vient de publier ses comptes pour l’année 2009 et loin d’être marquée au fer rouge par la crise, la Confédération affiche un excédent budgétaire trois fois supérieur aux attentes des économistes.

En fait notre voisin profite de la crise plus qu’il ne la subit, la Suisse n’exporte rien que le secret, mais les devises qui trouvent ici un climat propice affluent en masse comme attirées par je ne sais quel aimant.

Etre payé pour ne rien vendre, c’est la quadrature du cercle, la courbure de l’univers, la Suisse aurait-elle enfin découvert dans les couches géologiques alpines, les traces de la pierre philosophale, le graal de la richesse éternelle ? 

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, EUROPE | Pas de Commentaire »

L’ENTERREMENT DU BOUDDHA

Posté par provola le 18 février 2010

Rien, ils n’ont rien à se dire, ils doivent se rencontrer parce que ça prouve qu’Obama n’est pas aux ordres de Pékin et ça permet au Dalai Lama de croire encore en l’avenir du Tibet. Personne n’est dupe, la réunion ne peut même pas se tenir dans le bureau ovale, l’entretien a lieu dans les toilettes, à l’abri du qu’en dira-t-on. A la fin on tire la chasse d’eau et on reprend les affaires courantes.

Discrétion médiatique, modération du verbe, ubiquité des pouvoirs réels, conformité des comportements, on est là pour la galerie, on rassure l’opinion sur les libertés fondamentales, mais la montre a été fabriquée en Chine et l’on rend l’antenne dans des clous temporels.

Un ange pourpre venu des glaciers lance une boule de neige dans le parc de la Maison Blance et l’on croit tenir une date historique, un changement climatique. En fait ce jour est surtout celui d’une double humiliation, celle du Dieu vivant et celle du Dieu des vivants, quand la diplomatie atteint ce degré de vacuité alors on peut parler de néant sidéral, de perte de valeur, de page blanche identitaire, d’attributions mortifères et de jeux de rôles vides de sens. 

Le Dalai Lama se sait cantonné aux illusions d’optique la philosophie, mais il continue à clamer le contraire à qui veut l’entendre, son pacifisme exacerbé n’aura finalement servi qu’à diluer le refus de l’occupation chinoise, ses troupes expatriées sont repliées dans les temples de la compassion et les bastions de la boboserie, son horizon est bouché depuis un demi-siècle, sa vie aura été un périple inutile aux fins d’une libération des hauts sommets.

Obama ne peut pas irriter son banquier, qui est aussi son usine, pieds et mains liées, ses dispersions intellectuelles reviennent à une balade vivifiante aux marges de la marche du monde.

Le Bouddhisme est au dollar ce que l’éveil est à l’appât du gain, la spiritualité est aux affaires ce que les neurones sont aux testicules, il peut arriver que l’excitation des bourses participe à l’érection des traders mais l’élévation des consciences n’a pas cours à Wall street.

Cet entretien raté est une triste fable, du grain à moudre pour une presse pressée de passer à autre chose, un intermède publicitaire pour les jeux olympiques, l’enterrement en catiminie d’un bien de l’humanité, une voie sans issue de la sagesse.        

Publié dans ASIE, MONDE | Pas de Commentaire »

SARKO VEUT AIDER HAITI

Posté par provola le 17 février 2010

 Notre comique débarque à Haïti, avec des idées reçues plein les fouilles et sa besace d’architecte des bidonvilles.

« Il faut que les Haïtiens prennent en charge eux-mêmes leur avenir » une intonation bien dans le style de De Funes, dans le style RSA quoi, le revenu de solidarité active et pas le RMI des fainéants. L’inénarrable assure que la dette de 50 millions d’euros de l’État haïtien a bien été annulée, on est rassurés , encore qu’une annulation de dette n’ait aucune chance de faire avancer le chmilblic dans le contexte que l’on sait.

« La vraie solution », et Sarko l’a encore martelée aux Haïtiens, « c’est travailler plus pour gagner plus. Avec les 2 euros de l’heure récoltés pour déblayer les gravas, le pouvoir d’achat ne permettra pas de relancer la consommation. Il faut donc travailler aussi la nuit, de toutes façons, les maisons sont soit périlleuses, soit par terre et dormir dans ces conditions n’est pas une sinécure. Les bases de la croissance sont dans cette volonté du peuple haïtien de ne pas sombrer dans cette espèce de sinistrose qui envaillit les pays riches. »

« Aidez vous vous-mêmes et le ciel vous aidera, je vous promets que de grandes entreprises françaises s’implanteront pour vous redonner goût à la vie, j’ai l’assurance que Carrefour, Auchan, Intermarché, Leclerc viendront pour vous assurer un avenir des plus prometteurs. Vous pourrez également profiter de l’excellence de groupes tels que Véolia et Suez environnement, qui  participeront à la reconstruction des réseaux d’eau potable, le financement se fera sous forme de partenariats comme  des systèmes de concessions pour 100 ans leur donnant l’excusivité  de la distribution, ce savoir faire permettra que vous n’ayez à dépenser que l’abonnement, nos entreprises se chargeant des infrastructures. Areva et EDF rechercheront les possibilités d’implantation d’une centrale nucléaire de troisième génération EPR.

 Alors c’est à vous qu’il revient de rétablir les conditions d’un développement porteur du bonheur dont vous avez droit pour peu que votre courage encourage les investisseurs privés de s’impliquer dans l’oeuvre de redressement de votre grande nation. »  

« Chers compatriotes, la France sera toujours à vos cotés comme elle l’a été tout au long de votre histoire, La France sera là pour prendre toute sa part dans la création de richesses, le jour viendra ou’ les sacs Louis Vuitton seront en vente dans les magasins de Port au Prince, le jour viendra ou’ vous pourrez acheter des flacons de l’Oréal, parce-que vous le valez bien. »     

Publié dans AMERIQUE, CHERCHEZ L'ERREUR, HA ITI | Pas de Commentaire »

NOUVELLES DE LA GRIPPE

Posté par provola le 17 février 2010

17 280 morts dans le monde après un an d’épidémie, un enfant meurt de faim dans le monde toutes les 5 secondes, soit  17 280… par jour. 

Publié dans CHERCHEZ L'ERREUR, MONDE | Pas de Commentaire »

ESTROSI AIME PHILIPS (PIPEAU 20)

Posté par provola le 17 février 2010

Se prononçant sur le conflit Philips qui ferme son site de Dreux, notre cher ( dans tous les sens) ministre de l’industrie qui est aussi, maire de Nice, Président de la communauté urbaine Nice Côte d’Azur, conseiller politique de l’UMP, quel homme ! , estime que Philips est créateur d’emplois et n’est pas un patron voyou.

En effet les salariés de Dreux ont reçus une proposition d’emploi en CDI, quand même, sur un site industriel hongrois à 450 € par mois… à condition de parler le Hongrois.

On ne va pas chipoter pour 450 € et on n’a jamais empêché personne d’apprendre les langues.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

COBAYE DE LA REPUBLIQUE (IDENTITE NATIONALE 13)

Posté par provola le 16 février 2010

Le drapeau vaut le coup de prendre un coup de chaleur, le bronzing au bord des taches solaires ça vous donne un air de vacancier pour le restant de vos jours et pour après.

1960, la France joue les grands enfants, De Gaulle envoie les poulets se faire griller les ailes dans la rôtissoire nucléaire du coté de Tamanrasset, au sud algérien. La déclassification des essais nucléaires permet maintenant de se faire une idée plus précise des méthodes employées par l’armée de De Gaulle pour étudier les conséquences et les effets de l’explosion atomique sur la matière humaine.’  »Gerboise bleue » a longtemps été le nom de la fierté et de la grandeur de la France, c’est aujourd’hui un nouvel éclairage des méthodes de voyous de ce général encensé par la grande histoire.

13 février 1960 , on fait péter le champagne, mais ce sont 20 000 personnes, militaires et nomades Touaregs qui trinquent sans le savoir, le Général lève son verre à la santé des scorpions du désert, les seuls à résister à la radioactivité ambiante. Les spectateurs sont condamnés mais il est déjà trop tard pour leur dire.

A ce jour la France ne s’est toujours pas engagée à nettoyer les territoires contaminés qui s’étendent sur des milliers de km2, le parlement est encore persuadé que la colonisation a été une bonne chose.  

 

Publié dans HISTOIRE, IDENTITE NATIONALE | Pas de Commentaire »

123
 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement