LE PRIX D’UN BOSS

Posté par provola le 24 janvier 2010

Ils ont réussi à nous convaincre que le prix n’avait pas de valeur, que tout serait toujours trop cher et que la course folle vers les prix bas était la nouvelle frontière du bonheur. Au final que le travail devait être sacrifié sur l’autel du consommateur, que la mondialisation  étendait la chasse au plus bas salaire aux confins de la planète. Que la seule denrée rare, plus que l’or, l’or noir le nickel ou l’uranium était la matière grise, le quotient intellectuel des monstres sacrés de la finance et de la combine industrielle, ceux des grands patrons.

La fuite en avant vers le travail à coût zéro correspond exactement à l’explosion des rémunérations des stratèges du bien de l’actionnaire roi.

Ils prônent la concurrence mais ils sont assis sur des fauteuils en cuir monopole, Proglio est allongé lui sur un matelas nommé Veolia ( ancienne Compagnie Générale des eaux) qui possède plus de 40 pour cent de part de marché dans la distribution d’eau;  Suez ( ancienne Lyonnaise des eaux) et la Saur CDC( anciennement Bouygues) étant les deux autres seuls compères.

Ils ont le monopole dans la peau et dans l’eau mais aussi dans la propreté, ils tiennent la vie de millions de clients captifs en otage, ils ont le nettoyage des communes, ils n’ont donc aucun intérêt à voir le volume des gaspillages se tarir, leur message subliminal est clair, laissez couler le robinet, continuez à saccager, à consommer, à pourrir votre environnement , nous veillons au grain, nous récoltons les bénéfices.

Et le grain, c’est le blé , la santé des actionnaires et le veston 3 pièces, la BM vitres fumées, le resserrage des ceintures des salariés. 

Mais le monopole de l’eau ne leur suffit pas, l’ambition finale est la conjonction des planètes, le rapprochement de l’eau et du feu, dans notre cas le feu de l’électricité. On a commencé par Gaz de France accouplé à Suez, l’objectif est de rapprocher Veolia et EDF, on aura bientôt droit à l’association Bouygues AREVA, le puzzle du Président branché prend forme et les  patrons sont les pions de la stratégie.  

On paie cher des mauvais conducteurs de tramways, sur le rail des Utilities pas le moindre danger de croiser une rame ennemie, en fait les tunes arrosent des protégés, des pistonés, des castes, des clans, une nomenclatura infestée d’ambition, de dédain, de haine pour une classe ouvrière qui n’est qu’une variable d’ajustement dans les comptes de résultats.

Ils imposent la concurrence dans les rangs qu’ils dirigent, ils partagent les profits, ils se distribuent les parts de marchés des monopoles, ils font croire à leur monde libéral qui n’est qu’une forteresse imprenable.

Le mensonge se paie cher, Proglio prendra 1600000 euros , il renonce aux 450000€ de Veolia mais il a dors et déjà ses points de retraite assurés et bien au chaud qui représentent une soulte de 13millions d’euros ce qui converti en SMIC représente 13000 unités de compte soit 13000 smic ou encore 1083 ans de smic.

Proglio est un gros poisson, un grand patron qui risque gros nous dit-on, c’est la raison de ses très hauts revenus, en effet il risque de ne pas pouvoir vivre encore 1083 ans.  

      

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement