LA HAUSSE FAIT MARCHE ARRIERE

Posté par provola le 23 janvier 2010

On doit être irréprochables sous peine de plonger l’athmosphère terrestre dans un bain d’ironie avant les saunas violents et les vapeurs de regrets. 

On y arrivera pas si on trafique les chiffres, si dans le but de faire peur on plastronne des contre-vérités comme les églises de l’inquisition. On n’ a pas le droit de jouer comme de vulgaires ayatollahs mécréants avec la fin du monde, il ne nous servirait à rien d’agiter les chiffons rouges quand il suffirait de vulgariser les  simples équations de notre proche avenir.  

l’IPCC groupe d’étude de l’ONU sur le réchauffement climatique a officiellement présenté ses excuses à l’Inde à qui l’on avait prédit un peu tôt que les glaciers himalayens allaient disparaître d’ici 2035. On ne peut qu’être furieux contre de telles approximations, ces soit-disants annonces apocalyptiques qui n’ont de sens qu’à la foire du trône des bouleversements climatiques. Il semble en fait au vu des derniers résultats que le réchauffement du troisième pôle comme on surnomme l’Himalaya soit moins prononcé qu’estimé auparavant, en 2007 plus exactement.

En effet en considérant l’accumulation des gaz à effets de serre émis dans l’atmosphère depuis le début de l’ère industrielle, on aurait pu s’attendre à un réchauffement de 2,11 °C , or celui-ci n’a été que de 0,78 °C . Il semble en fait que ce phénomène dépende de plusieurs facteurs;

La Terre semble moins sensible à l’augmentation des gaz que ce que l’on pensait préalablement,

La réflexion des rayons solaires se fait sur une couche de pollution toujours plus dense, ce qui  permettrait de contenir l’augmentation des températures.

Peu importe l’enculage de mouches, si ce n’est  pas 2035 , ce sera 2075, mais 25 ans à l’échelle humaine c’est une génération , pour la terre , c’est un éternuement. Ce qui fait bondir est que ces excuses viennent révéler que ces nouvelles vérités devaient être connues il y a deux mois au moment du sommet de Copenhague et qu’on ne semble pas si éloignés dans ce cas de la dissimulation d’informations. Il ne faudrait pas que ces pécadilles des grands stratèges de la météo qui sont aussi de piètres communicants obscurcissent encore les tableaux noirs du scepticisme et de l’indifférence.

Autre dogme communément entretenu dans les sphères du GIEC:  jamais avant le vingtième siècle, la planète  n’avait connu de hausses aussi rapides des températures. Au cours du dernier siècle, l’élévation globale aura été d’environ 0,78 °C, or l’analyse de carottages de glaces extraitent des glaces du Groënland nous montre que la période dite de l’Optimum Médiéval qui va de -1000 ans à – 800 ans a connu une élévation des températures de 1,4°C en 200 ans soit une progression équivalente à celle de notre époque. Au delà on retrouve des hausses du même ordre à l’époque romaine (-2200 ans), bien avant encore au Minoéen (-3300 ans) la planète connut une hausse de 1,4 °C encore, mais en seulement 93 ans, ce qui correspond à une vitesse décuplée comparée à la nôtre.

Toutes les erreurs de diagnostics et les raccourcis destinés à enfoncer le clou de l’opinion seront payées kach et systématiquement exploitées par les négationnistes de tous poils, toutes les fanfaronnades à l’emporte-pièce seront l’occasion de repousser l’âge de raison.

Aussi, Messieurs les Scientifiques, la déontologie vous imposent de ne vous en tenir qu’à la stricte lecture des diagrammes et non à leur exploitation à des fins partisanes. Vous n’êtes pas les médecins ni même les redresseurs de torts du monde. Que Diable ! ne profitez pas de l’affolement du thermomètre pour jouer un jeu qui n’est pas le vôtre mais celui des représentants du peuple.

Cela donnerait aux jusqu’auboutistes de la croissance l’occasion de nier la maladie et de compromettre un peu plus la rédemption industrielle indispensable.         

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement