RACE IMPURE (IDENTITE NATIONALE 4)

Posté par provola le 3 janvier 2010

 Le thème de la race impure revient souvent durant la période de la Révolution si emblématique dans la définition de l’identité nationale; il est reprit ici par ce discours de Robespierre qui traite d’étrangers les anti-révolutionnaires corrompus ayant profité de l’ancien régime, en gros les rentiers, énarques, exilés fiscaux, grandes surfaces, grandes familles, suppôts du capital, profiteurs du régime, lèches-bottes du roi, courtisans en tous genres, partisans des monopoles, bonimenteurs médiatiques d’aujourd’hui:     

   » Il y a deux peuples en France.
          L’un est la masse des citoyens, pure, simple, altérée de justice et amie de la Liberté : c’est ce peuple vertueux qui verse tout son sang pour fonder la République qui en impose aux ennemis du dedans et ébranle les trônes des tyrans.
          L’autre est ce ramassis d’ambitieux et d’intrigants, c’est ce peuple babillard, charlatan, artificieux, qui se montre partout, qui persécute le patriotisme, qui s’empare des tribunes et souvent des fonctions publiques ; qui abuse de l’instruction que les avantages de l’ancien régime lui ont donnée, pour tromper l’opinion publique ; c’est ce peuple de fripons, d’étrangers, de contre-révolutionnaires hypocrites, qui se place entre le peuple français et ses représentants, pour tromper l’un et calomnier les autres, pour entraver leurs opérations, pour tourner contre le bien public les lois les plus utiles et les vérités les plus salutaires.
       Tant que cette race impure existera, la République sera malheureuse et précaire, C’est à vous de la délivrer par une énergie imposante et par un concert inaltérable.
        Ceux qui cherchent à nous diviser, ceux qui arrêtent la marche du gouvernement, ceux qui le calomnient tous les jours près de vous par des insinuations perfides, ceux qui cherchent à former contre lui une coalition dangereuse de toutes les passions funestes, de tous les amours-propres irascibles, de tous les intérêts opposés à l’intérêt public, sont vos ennemis et ceux de la Patrie ; ce sont les agents de l’étranger.  »  (Discours du 26 mai 1794) 

Le texte de la Marseillaise ( « qu’un sang impur abreuve nos sillons ») si controversé et catalogué comme un supposé chant patriotique à l’encontre des forces de l’étranger, thème cher à nos lepenistes actuels de droite ou de gauche, s’adresse avant tout aux vrais ennemis de la Révolution, c’est à dire  aux profiteurs du système du dedans (« les ennemis du dedans »), ceux que l’on pourrait définir les « bons Français ».

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement