L’HONNEUR PERDU DE L’ECOLOGIE

Posté par provola le 3 janvier 2010

L’année commence très fort, comme le pouvoir a besoin de consolider son pôle écologie, il recrute judicieusement l’As des As de la pensée verte , l’asticot des laitues en conserve , le photographe des belles cheminées, le business-man des forêts, le profiteur des guimauves bio, le sage masqué ,  le pourfendeur des pollutions automobiles qui ne prend que l’hélicoptère.

Yann Arthus Bertrand, cet homme est dangereux car il revendique le contraire de ce qu’il représente, c’est à dire la monétisation des larmes de crocodiles en élevage, il est donc à même de coaguler dans l’opinion les fausses repentances , les préoccupations marketing pour la nature, la religion du développement durable qui n’est que l’exploitation de l’air du temps. Sa sincérité est une garantie pour les lobbies impliqués dans leur transformation vers la croissance verte, son image de marque est un label pur souche, à bas impact environnemental, sa moustache rassure les bobos qui veulent continuer de nourrir les hôtels du Club et d’engluer les autoroutes des stations d’altitude.

Il était donc logique en cette veille d’élections régionales que l’Arthus soit décoré, comme on décore les sapins le temps d’une illusion avant évacuation et mise en décharge. Le Bertrand est promu officier de la légion d’honneur, c’est dire l’implication de l’Elysée dans la déforestation et les bennes à ordures.

Pour faire bonne mesure , on accompagne le sapin de noël de relents people, sont également élevés au rang de soubrettes des cours d’honneurs Paco Rabanne, l’illuminé , Jean Claude Narcy habitué des frasques féodales à TF1, Daniela Lumbroso somnifère des samedis tranquilles. Puis, comme contribution  aux créateurs d’emplois, aux bienfaiteurs de la cause libérale, voici parés des clignotants de la République Louis Gallois, Président d’EADS, constructeur des avions à eau douce, Pierre Fabre , Président de Fabre pharmaceutiques, Jean Cyril Spinetta, PDG d’Air France KLM, groupe écolo s’il en est, Ernest Antoine Sellière président de Wendel et pourfendeur en son temps de tous les acquis sociaux.

Comme on le voit , une fois remisé au rebuts le chantre des guirlandes et des épines OGM, l’accent est mis  sur le noyau dur de la reconquête libérale, le coeur du patriotisme économique, un retour aux sources en quelque sorte.   

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement