• Accueil
  • > Archives pour novembre 2009

OBAMA N’EST PAS ASSEZ NOIR (histoire d’un mur, suite)

Posté par provola le 7 novembre 2009

Obama n’est pas qui l’ on croit, on le disait noir alors que les noirs savaient bien qu’il était de ces blancs qui se croient complètement noirs. Les blancs le voyaient noir , cela lui donnait toute légitimité pour engager les réformes infaisables par les blancs complètement blancs.

La couleur est un leurre à la transformation de la politique et les déçus de l’obamania voient déjà la pigmentation de la peau comme une simple anecdote de l’histoire.

Obama est partisan de la poursuite de la construction du mur entourant la Cisjordanie (voir article précédent) comme il avait voté  en tant que Sénateur pour la construction du Secur Fence Act, du mur isolant les Etats-Unis du Mexique décidé en son temps par Bush. Depuis son accession au pouvoir , Obama ne s’est jamais exprimé sur la barrière de la honte qui est maintenant achevée à 80% et se prolonge sur une longueur de 1200 km.

Obama qui ne sait pas comment donner une sécurité sociale à ses propres concitoyens ne voit pas d’inconvénients à ce que la croyance populaire voit les clandestins comme un aspirateur à emplois; la longue bâtisse, ce piège à rats lui donne une image sécuritaire de bon aloi en ces basses eaux économiques.

Grace à Obama , la galère continue du coté du désert du Mojave, du coté du Rio Grande, du coté de Calexico . Les clans mafieux prospèrent , les murs n’ont jamais rien empêché qu’à détourner les flux. Obama va proclamer la paix mondiale de Berlin , la fin de la guerre froide, il va nous montrer sa tendre duchesse, accrochée à son porte manteau et bardée de clignotants à franges, la réalité est que la « Bête » déverse des estropiés sur des rapes à gruyère qu’on appelle quais de ce coté de la frontière mexicaine.

La « Bestia » c’est le train des Desperados qui remontent dans les wagons à bestiaux les riantes prairies du Mexique surchauffé, ces exclus du système des pays du nord qui croient qu’Obama est assez noir pour changer vraiment la face du monde. La « Bête » est un chemin de croix et de fer, qui trace son malheur au détour des cactus et des mirages. Ce train de clandestins ramène toute l’Amérique du sud depuis le fin fond du sud jusqu’ au pied du shérif, mais avant de tromper la vigilance des yankees il faut aux passagers passer un contrat avec la mort et les contrôles des cocaïnomanes.

La Bête a des gares, une direction mais pas de terminus, juste une fenêtre de tir pour un saut dans l’inconnu. On ne monte pas dans la bête on l’attrape au vol, on ne descend pas de la bête, on vise le seul arbuste qui saura amortir la chute, si l’on a de la chance , on fini les derniers arpents de désert avec une jambe en moins. Alors les seuls américains accueillants vous enverrons dans les plantations de myrtilles du Michigan mais seulement si vous avez moins de 12 ans.  Au mieux avec une jambe en moins, on vous remet au garde frontière corrompu qui vous relâchera dans les champs de crotales.  

A partir de 5ans , on prend, le Michigan n’est pas très regardant sur l’anagraphe et plus les mains sont petites plus elles sont adaptées à la cueillette  de ce fruit si apprécié par les jeunes pousses blondes . Walmart premier distributeur mondial bénéficie d’une main d’ouvre experte et l’emploi prospère pour les diplômés du voyage. La société Adkin Blue Ribbon Packing Co a été récemment épinglée pour avoir permis à Walmart de réduire les prix grâce à l’exploitation des gamins clandestins.

Juan doit savoir ramasser l’ or noir sans se salir les doigts, il n’ a pas même le droit de se salir la langue car les myrtilles sont vicieuses et noircissent la bouche autant que l’avenir lorsque le propriétaire vous demande de tirer au sort les muqueuses buccales.

La société Adkin a été condamnée à une amende de 5500 dollars (3700 €) pour avoir violé la loi sur le travail et l’immigration clandestins, la société Walmart a engagé une enquête interne sur le thème de l’éthique.  

Publié dans ETATS-UNIS, MONDE | Pas de Commentaire »

C’EST L’HISTOIRE D’UN M…UR

Posté par provola le 3 novembre 2009

Israël continue d’implanter des colonies, pas des nouvelles, non cela n’est pas permis et ferait l’objet d’un blâme de la part de l’ONU dont tout le monde se contre-fout, seulement des extensions d’anciennes colonies, ça c’est permis. Obama devait mettre un terme à la plaisanterie mais Hillary Clinton Secrétaire d’Etat, en visite en Israël a ôté le doute :

« l’arrêt de l’implantation des colonies n’a jamais été un préalable aux négociations de paix, cela a toujours été une question faisant partie des discutions. »

Autrement dit, l’état Hébreux peut tranquillement continuer à envahir la Cisjordanie en construisant des blocs à colons, tout en continuant  d’édifier une enceinte pur Berlin permettant de protéger les enclaves; celles-ci devraient ainsi à terme occuper tout l’espace sensé faire l’objet d’une restitution à l’état palestinien. 

 

Publié dans MONDE | Pas de Commentaire »

EUROPE UNIVERSELLE

Posté par provola le 2 novembre 2009

 images1.jpgLe dernier au revoir douanierhongriemedium1.jpg   Enfin l’Eden européen !

En ce vingtième anniversaire de la chute du mur de Berlin , l’occasion est belle de nous pencher sur la réalité de la construction de l’union , de vérifier la dichotomie existant entre les beaux discours et les actes .

A l’échelle du globe , l’Europe est un poids lourd du PIB, un champion des émissions de CO2, une planque à capitaux pour les dictatures, un tapis roulant fiscal, un leader de l’armement , de l’agriculture grâce aux aides de la PAC. Bien évidemment, vu sous cet angle , l’affaire fait beaucoup moins rêver, mais quand on a rien à manger , on ne se pose pas toutes ces questions et le seul objectif est de remplir son assiette.    

L’Europe est un havre de paix et de richesse, agressée de toutes parts par des pauvres sauvages qui n’attendent que l’occasion de pénétrer dans l’enclave du bonheur; ça c’est le manifeste qu’on nous vend,

« Il faut bien que nous nous protégions , car on ne peut pas recevoir toute la misère du monde . »

« Nous allons nous entendre pour renvoyer les clandestins avec toute la dignité possible »

Ainsi le contour de l’Europe est-il devenu une sorte de Maginot de l’immigrant, bien entendu comme la ligne Maginot, les barricades n’ont aucune chance de servir à quoi que ce soit si ce n’est arrêter les nuages radio-actifs sans passeport.

Les camps sont en Espagne, aux Canaries, à Ceuta , à Melilla, en Italie , à Lampedusa, au sud , en Hongrie , en Ukraine, en Pologne, en France sur la cote d’Opale (on y coit on y croit) dans un ailleurs qui ressemble à Sangate. Les camps de la mort sont en pleine mer, sur une vague quelconque, sur les barges rafistolées par la Mafia qui tentent d’aborder les cotes des péninsules du sud. 

L’ultime frontière est la ligne de démarcation entre la Slovaquie et l’Ukraine , des milliers d’Asiatiques mais aussi d’Afriquains se retrouvent prisonniers des camps de la frontière du levant , la barrière des barrières, dans d’immenses no man’lands , ils vivent là le terminus de leur rêve avant de tenter l’invasion à nouveau , un peu plus tard sans doute, car il n’est point d’autre  issue que le passage sans retour .  

Le front Est comme une nouvelle Berezina du conquérant s’appelle Moukatchenko , petite bourgade ukrainienne près de la frontière Slovaque, la majorité des migrants s’y retrouvaient parqué dans le camp militaire de Pavchino avant que l’Europe ne  décide début 2009 de fermer ce camp à l’image des rafles de Calais , bien plus médiatisées. Comme à Calais , rien n’est bien évidemment résolu mais la fermeture du camp a permis de rassurer les opinions sur la volonté affichée des autorités bruxelloises de s’atteler à la résorption du cancer migratoire. 

L’union  européenne a accordé à l’Ukraine une subvention de 30 millions d’euros pour la construction de nouveaux camps plus éloignés que Pavchino de la frontière , en des lieux plus discrets.   

Des accords ont été conclus avec la Lybie , le Maroc, la Lybie, l’Ukraine pour que ces pays endossent leurs responsabilités dans la prise en charge des flux de clandestins.

Chaque jour des centaines d’exclus de la croissance bravent la mort, et la trouvent souvent, pour tenter de s’installer sur la terre de leur rêve, chaque jour, des dixaines d’ évadés fiscaux milliardaires s’ingénient à dissoudre toutes traces de leur fortune, leur tarte à la crème genevoise, pourtant cuisinée dans la gamelle économique continentale.

Les uns sont des pilleurs , les autres sont des héros du fisc, ainsi va la vie de ce coté du paradis. 

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

12
 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement