ECHEC ANNONCE

Posté par provola le 21 novembre 2009

Comme une issue inéluctable, l’article « l’orchestre de pitres » a précédé l’échec de Cophenague de quelques heures. Obama et ses créanciers de service, Chinois jusqu’au bout des ongles ont décidé que la grande conférence sur le climat serait une au mieux une promenade de santé sur les bords de la Baltique. 

Le président Danois convoqué par les leaders du monde a du prendre le premier avion pour recevoir une gifle à la place de 300 millions d’Européens. Le duo Chino-Amérique n’ acceptera aucun engagement chiffré le mois prochain, ce qui de fait revient à prévoir un fiasco total pour ce qu’on annonçait être la réunion de la dernière chance.  

La Chine ne veut pas freiner la cadence de son développement à marche forcée, Obama n’a pas été élu pour enlever les bonbons de la bouche de ses concitoyens. L’une veut continuer à croître, l’autre continuer à consommer. La première a les plus grandes réserves mondiales de dollars qui ne peuvent garder leur valeur que si l’Amérique continue à bénéficier de son train de vie de nabab. Comme le nabab n’ a plus de sous, la Chine doit financer la dépense d’un état ruiné aux citoyens dispendieux. L’état riche du soleil levant aux citoyens miséreux n’a que le choix d’ assurer la dette de son meilleur client.

Dans ce fatras de marchands de tapis, ces boutiquiers qui sont les plus grands émetteurs de gaz à effets de serre, l’écologie est une variable d’ajustement, au mieux une opportunité de business.

C’est la raison pour laquelle, l’éléphant de Copenhague ,accouchera d’une souris, de laboratoire.

On pourra toujours demander au Népal de nettoyer le camp de base de l’Everest et au Zimbabwe de réduire le nombre de crocodiles, la facture climatique ne s’en trouvera pas pour autant réduite. 

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement