• Accueil
  • > Archives pour novembre 2009

LE CALENDRIER DU ROITELET

Posté par provola le 29 novembre 2009

Cette semaine, Sarko a serré la maine du fils Bongo, son alter-ego du Gabon, puis a lancé la campagne de l’UMP pour les régionales.

Comme il est le Président de tous les Français qui se sentent proches de l’ identité nationale, il ouvrira aujourd’hui le bal des débutantes à l’hotel Crillon en compagnie des rejetons de la jet set et des évadés fiscaux. Une collecte de solidarité sera organisée à cette occasion au profit des déshérités.

Il lancera lundi la campagne du PS, mardi la campagne du FN, mercredi la campagne du nouveau centre, jeudi la campagne du PC, vendredi la campagne des Verts, samedi la campagne du Parti de gauche.

Il se reposera le dimanche qui reste malgré toutes les réformes en cours , le jour du Seigneur. 

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LE RAPPORT QUI TUE

Posté par provola le 28 novembre 2009

L’ONU ne manque jamais de nous confirmer son indicible inutilité. Le dernier rapport en date du machin ( plus précisément de l’UNFPA, Fonds des nations unies pour la population), soulignant la menace climatique, met en exergue la démographie galopante des pays du tiers-monde responsable selon l’organisation du dérèglement des températures:

« Les gaz à effets de serre ne s’accumuleraient pas de manière si dangereuse si le nombre des habitants de la planète n’augmentait pas si rapidement. »

Loin de fustiger la gabegie des pays riches, l’Onu pointe un doigt accusateur sur les pauvres qui font des gosses.

Un Californien émet 30 tonnes de gaz à effet de serre par an , un paysan Camerounais 1 tonne, ce qui veut dire qu’effectivement, 30 Camerounais ont le pouvoir de polluer autant qu’ un seul bon terrien, au risque de rendre la plage de Malibu bien trop brûlante . 

Si les Africains commencent à imiter nos conneries ou’ va-t-on ? 

Je ne mens pas, je ne m’éloigne pas tant que cela du raisonnement de l’Onu qui poursuit:

« Si l’on limite à 8 milliards d’individus la population mondiale au lieu des 9 milliards attendus pour 2050, il pourrait en résulter un à deux milliards de tonnes de CO2 en moins. De telles économies d’émissions de gaz nocifs sont équivalentes à celles obtenues par des investissements dans les mesures d’efficacité énergétique. »

Autrement dit, si les pauvres se mettaient à faire moins de gosses cela permettrait de ne plus s’em…bêter à réduire le train de vie des riches.     

Publié dans MONDE | Pas de Commentaire »

LES PIEDS DANS LE PLAT

Posté par provola le 27 novembre 2009

Une bonne fois pour toutes, puisqu’il faut se justifier sur le sens de sa propre circulation sanguine, mon identité n’a rien à voir avec ma nationalité, mon physique, ma tension, ma langue, ma pointure, mon compte en banque. Mon identité est située en un endroit quelconque de mes proches, de ma conscience , de mes doutes , de mes pertes de mémoire , de mon angoisse de la mort.

Quelques lecteurs se sont émus des mots de traverse qui me rapprocheraient des pires factions nazis à l’usage des trains de la mort.

L’emploi de termes à connotation raciste pourra choquer, pardon si certains se sentent offusqués.

Le second degré est ici une marque de fabrique qui tente de rester sur le fil du respect pour le vivant. Ces lignes sans importance détestent le politiquement correct qui ne serait qu’une auto-censure mal venue en cet espace de totale liberté. Je fustige les racistes, les nationalistes, les puissants, les rentiers, les satisfaits et les cons en utilisant leurs propres armes dérisoires, leur académique trivialité .

Les bougnoules, les ritals, les gris mélanges de noir et de blanc, les portos, les espingouins, les teutons, les ricains, les chinetocs,  les cathos, les vieux chnocs, les bobos, les gros, ,les putes, les petites bites, les jaunes, les bridés, les moches, les mal chaussés, les chauves, les arabes, les tarlouzes, sont les expressions du quotidien qui se dégustent comme des hamburgers trop cuits. Elles évoquent la dérive du sentiment humain, la perte de repères de la conscience collective au coeur de notre réflexion. Au risque de vous perdre, je persisterai dans le persiflage de l’inutile en criant les mots incorrects comme pour mieux les expier.     

Obama sera désigné le grand escogriffe gris, mélange de blanc et de noir à la barbe de tous les charlatans qui nous vendaient de l’extase du seul fait de la pigmentation de la peau . Le vieux du fin fond de sa maison de retraite est la peinture du dégoût face à la généralisation de la mise en fourrière des anciens .

Ne vous arrêtez pas ici au bord de la route pour admirer cette mare de sang si chaud qui active vos papilles, cette hémoglobine est le miroir des voyeurs si prompts à se satisfaire de pulsations malsaines. 

Je suis gros, boutonneux, laid, myope, pédé, dégradé, RMmiste, rital, noir, musulman, juif par ma mère, consommateur de conneries, déjà vieux de certitudes , bientôt bon pour l’opération débarras, cela me laisse le droit d’inventaire sur une société qui semble déjà ne plus être la mienne.    

Publié dans MESSAGES AUX LECTEURS | Pas de Commentaire »

LA CHINE BAISSE L’AUGMENTATION

Posté par provola le 26 novembre 2009

Le triomphalisme est de mise après l’annonce de Pékin de vouloir réduire de 40 à 45 % l’ intensité carbonique de son économie en 2020 par rapport à 2005.  Copenhague est sauvée, les petits fours sont chauds.

Les Européens en général et Borloo en particulier semblent ne rien avoir compris à ce subtil jeu d’échec ou’ les Chinois qui savent posséder la meilleure position avancent avec la science des grands maîtres.

Ils proposent de mesurer les émissions de gaz à effet de serre à l’aune des points de PIB.

Prenons l’exemple d’un PIB de 100 pour l’année 2005, année de référence . En considérant une progression du PIB chinois de 8% par an , (avec un plus 10% par an durant les quatre dernières années,  on peut considérer que le PIB sera en 2020 de 320)  

La proposition d’une réduction des émissions de 45% par point de PIB pour 2020 peut se transcrire de la façon suivante:

100 X 1 = 100 unités de dégagement de CO2 en 2005 et 320 X 0,55 = 176 unités de CO2 en 2020.

La réduction en 15 ans de 45 % par point de PIB des émissions proposée par Pékin sous entend donc, en fait, une augmentation de 76 % en valeur absolue , une belle baisse en effet. 

Borloo peut pavoiser, le ridicule n’a jamais tué personne.  

Publié dans ECOLOGIE | Pas de Commentaire »

HISTOIRE BELGE

Posté par provola le 25 novembre 2009

L’Europe a un Président, enfin deux, enfin trois, enfin quatre.

Au président du conseil européen représentant de la présidence tournante, actuellement le Suédois Reinfeldt et au président de la commission européenne, le véritable gouvernement de la communauté, le Portugais Barroso, se sont ajoutés le président des présidents, le Belge Von Rompuy et le responsable de la diplomatie de l’union, la britannique Ashton qui sera le visage  de l’Europe dans le monde , la présidente pour les étrangers.

Celui qui a le moins d’importance est le Suédois qui est le seul a avoir été élu, par les Suédois. Le Belge ne sait pas encore quoi faire mais ça vaut mieux pour mettre tout le monde d’accord, la Britannique est là pour faire plaisir à la perfide Albion qui s’est vue refusée la candidature de Blair, on n’ose imaginer que les affaires étrangères de l’Europe soient dirigées par le pays qui est le moins européen. 

Barroso, élu par lui-même, faute d’opposition, reste en place alors qu’on avait promis aux électeurs lors des dernières élections que tout serait fait pour l’éliminer, la politique libérale en oeuvre depuis des lustres, sous sa coupe, ayant provoqué la crise que l’on sait.

Les pro-traité de Lisbonne les Bayrou et autres Cohn-Bendit en passant par Bové ont à l’annonce de l’élection en sous main de Von Rompuy, clamé au déni de démocratie alors qu’ il suffisait de lire dans le mare de café pour prédire une telle issue guignolesque.

De grandes tractations engagées par les personnes autorisées( dont vous ne faites pas partie) pour choisir le moins encombrant des candidats ont abouti au plus petit dénominateur commun.

Deux réflexions:

Pourquoi n’avoir qu’un président si l’on peut en avoir quatre, à bien y regarder ce n’est pas interdit par le nouveau traité de Lisbonne.

Une tête à quatre visages, tel est donc le compromis trouvé pour simplifier la mise en place du puzzle, le clochemerle de Bruxelles prend l’allure d’un dragon à court d’idées.     

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

CARLA POUR LA TORTURE

Posté par provola le 24 novembre 2009

Carla s’est dite contre la censure en réaction à la polémique Ndiaye-Raoult:

« Moi , globalement , je suis contre la censure en tout et pour tout. »

Le problème, c’est le « globalement. »

Le problème, c’est que globalement, la parole de la première dame est une torture pour les oreilles. 

 

Publié dans LES PEOPLE A POIL, SOCIETE | Pas de Commentaire »

OBAMA FAIT LE MUR

Posté par provola le 23 novembre 2009

Le président de tous les superlatifs se retrouve épinglé comme une carpe quelconque à faire la grande muraille. Il y a du Ségolène dans cette pêche d’aquarium.

Vulgarité des comportements, vacuité des mots, démarche de western de série B, sourire échancré et formaté de mangeur de vaches en rondelles grillées, le grand gris , mélange  subtil de grand blond et de grand brun est un climat morose à lui tout seul.

La Chine est un créancier, Israël déborde de morgue, l’Afghanistan se rend aux Talibans, l’Irak est un char qui ne sait pas partir, Guantanamo ne ferme plus, la sécu amerloc n’est pas prophète en son pays, le réchauffement est une froide équation à la bourse des valeurs qui se mord les doigts de tant d’attente.

Rien n’avance que l’insondable évanescence des chiens de luxe à la maison blanche, et les longues femmes qui font la  mode que scrutent les caméras people, et les tartes à la crème, balbutiements de démocratie.  

Obama au terme du premier an est un canyon de déception, un désastre à ciel ouvert, sans étoiles.  

Un prix Nobel au rabais.

Publié dans ETATS-UNIS, MONDE | Pas de Commentaire »

ERRARE HUMANUM EST, PERSEVERARE DIABOLICUM

Posté par provola le 22 novembre 2009

Je me suis trompé, tout est faux, enfin l’origine des choses et je vous ai écrit des bêtises. Je vous demande de bien vouloir m’en excuser.

Non, je ne pense pas que la prospective soit soudain devenu une science exacte,  que les lignes convergent vers une fuyante sans retour,  que notre  compréhension des mécanismes de la dégradation des éco-systèmes soit parfaite,  que la résorption des inégalités soit une utopie.

En clair, il ne fait toujours pas de doute que la responsabilité du milliard et demi d’affamés et du désordre climatique soit bien à attribuer à l’idée de croissance, en ce sens que celle-ci ne profite en fait qu’à une minorité.

Non, la croissance ne va toujours pas résoudre le fait que nous habitions sur un frèle esquif et que nous soyons incapables d’en tirer les conséquences.

Ce qui m’ est enfin clair, ce sont les réelles intentions des gourous de l’économie de marché qui se sont emparés des thèmes écologiques.  

Bien sûr, grâce à la croissance, des pans entiers de la population mondiale accèdent aux délices de la marchandisation et aux listings convoités des classes moyennes.  La croissance est une pompe qui s’auto-alimente de certitudes, il y a toujours ceux qui réussissent et grossissent les rangs des élus de la consommation. Mais pour un qui gagne, en voilà trois qui galèrent à vouloir emprunter un chemin qui ne mène qu’aux frustrations du manque. Ils suffit pourtant de ramer à contre-courant, de remarquer la vacuité du désir consumériste, l’illusion du matérialisme pour mesurer le piège sidéral concocté par l’infime minorité au paroxysme du cynisme.  

En gros, le raisonnement communément admis par les groupuscules de la dé-croissance était que l’écologie officielle était une émanation du pouvoir économique libéral pour anéantir toute forme de contestation . Les partis de la défense de la nature, les bobos repentis prendraient en marche le train de la croissance pour en faire de la croissance verte , ce qui revient au même.

On pouvait penser qu’aveuglés par la course aux profits, les libéraux n’aient créé les partis verts que pour servir leurs intérêts mercantiles. Ne croyant nullement au risque d’une dégradation irréversible des paramètres  environnementaux , les adeptes de la croissance à tous prix auraient trouvé dans les slogans écolos un nouveau terrain de jeux et de profits.  

C’est peut-être en partie vrai, mais pas totalement, voilà mon erreur fondamentale.

« Je vous fait du Grenelle de l’environnement, je vous freine les émissions de gaz, je fais dans le bio, je fais de la bagnole électrique, vous allez voir , on va arranger la salade planétaire et on va faire pousser la nouvelle économie. « : tels sont les programmes environnementalistes permettant de continuer à détruire sans avoir à battre sa coulpe.

Le fond du problème n’est pas tant dans l’incapacité des libéraux à imaginer que leur système économique soit une catastrophe pour la nature et donc pour l’homme. On pourrait admettre qu’imbus de convictions, des individus perdurent dans l’erreur. Je peux à la limite comprendre que le capitalisme soit convaincu de sa capacité à trouver les solutions de colmatage des brèches de son empreinte écologique. L’ignorance n’est pas un mal en soit si des mécanismes d’auto-critique permettent de la corriger.

Non, le problème est que tout cela n’est pas de l’ignorance, mais bien le fruit d’une certitude.

Voilà le coeur de ma méprise, je pensais avoir à faire à des aveugles, en fait ce sont des extra-lucides, je pensais combattre des chèvres aux colliers d’argent, ce sont  des loups aguerris de la pire espèce qui président au sauvetage de la planète. 

Les tenants du développement durable, loin d’être des ignorants ou des aveugles sont parfaitement au fait de l’inutilité des solutions mises en oeuvre dans la perspective d’une réduction des modifications anthropiques du climat et des inégalités .

La révélation m’en est venue à la lecture d’un essai appelé « 2030 le krach écologique » écrit par Geneviève Ferone, présidente fondatrice d’ARESE, la première agence française de notation sociale et environnementale des entreprises cotées et aujourd’hui directrice du développement durable du groupe VEOLIA Environnement. 

Les données du problème y sont exposées sans complaisance, tous les acteurs économiques évoqués les possèdent de la même manière, nul n’y échappe à la réalité des chiffres du désastre:

Taux de CO2 et des autres principaux gaz à effets de serre, pic pétrolier, utilisation du charbon, recours au nucléaire, montée en puissance des énergies renouvelables, mise en route des solutions alternatives à l’horizon 50 voir 100 ans, rien n’y fait , malgré toutes les  bonnes volontés supposées des cercles de repentance capitalistes, le débordement climatique est promis à nos enfants. On parie de pouvoir caler à 2 degrés de plus le curseur des températures moyennes sur la planète mais on sait dors et déjà qu’avec les mesures adoptées  on réussira tout au plus à ralentir le réchauffement et que les conséquences seront supportées avant tout par les populations les plus pauvres.

Voyons les éléments du débat:

Copenhague fait référence au taux du seul CO2 qui n’est qu’un des gaz à effet de serre à menacer l’humanité, le méthane bien plus nocif ou les halo-carbures qui entrent dans la fabrication de la chaîne du froid ne sont pas pris en considération alors que leur pouvoir chauffant est bien supérieur au CO2.

La voiture électrique suppose qu’on couvre la terre de centrales électriques, le transport aérien continuera d’être un gouffre à pétrole à long terme faute de solutions alternatives, le parc immobilier mettra au minimum 100 ans à se transformer et à gagner en efficacité énergétique.

La bataille à l’horizon 2030 est perdue si l’on tient uniquement compte des préconisations des soit-disants experts qui ne sont que les messagers de la logique économique dominante.

En gros, pour les Cohn Bendit ou les Hulot qui sont le KGB de la pensée verte soutenable et profitable, pour donner du pain à tout le monde soit 7 milliards d’habitants , il faudrait croître de 3% par an tout en réduisant les émissions de gaz de 50%, ce qui est impossible. (Cent familles possèdent plus qu’un milliard d’habitants mais il faudrait que ce milliard développe encore et toujours les richesses et donc la croissance des premières pour avoir le droit de subsister.)   

Comme on arrivera pas à ralentir la soif et l’appétit des riches, on fait mine d’y croire, d’adopter des mesures essentiellement contraignantes pour les pauvres, ce qui permet à la minorité aisée de continuer à rêver, à poursuivre la gabegie  et à tous les autres de croire qu’un jour qui ne viendra jamais, ils pourront en faire tout autant.

Comme on court tout droit contre le mur, en parallèle voilà que vont surgir les murailles du désespoir, limites entre les pays riches et les pays pauvres. Les murs de Ceuta, de la frontière mexicaine, de Jérusalem, ne sont que les avant-postes des zônes de circulation contrôlées du futur, censées contrecarrer la fuite des réfugiés climatiques.  

Chez Veolia on compare la menace de bouclage des cercles vivables de la planète avec la disparition de l’homme de Néandertal qui n’aurait pas résisté aux mutations climatiques alors que notre ancêtre Homo sapiens aurait réussi à transcender de tels changements. On assistera peut-être à une spéciation, une castration  sociale de l’espèce humaine, les uns ayant les moyens de résister aux températures extrêmes , les autres étant éliminés car indigents. Je cite:

« Cela peut paraître alarmant mais il n’y a rien de bien nouveau dans cette possible spéciation. Etes-vous sûrs qu’il n’existe pas déjà des endroits sous vide, complètement artificiels, ou’ des millions d’esclaves travaillant dans la souffrance à l’édification et la maintenance d’un Disneyland géant au seul bénéfice d’une élite oisive? » Allusion peu voilée à Dubai ou à Las Vegas.   

Aujourd’hui, les riches rachètent les meilleures terres des pauvres, les mines, les concessions dans les meilleurs puits de pétrole ou de gaz qu’on exploitera jusqu’à plus soif, ils sécurisent leurs approvisionnements futurs en minerais, en uranium, en quotas de CO2.

Les capitalistes savent les fractures que leur immonde dessein provoquera, ils se cachent derrière les slogans du développement durable pour gagner le temps du non retour.

Le partage, c’est maintenant, Rome et la conférence de la FAO sur la faim dans le monde valait tous les Copenhague et les Grenelle de l’environnement du monde, mais les riches n’étaient pas là parce-que les profits sont sur la rampe de lancement des énergies bio. Le bio est tout sauf une solution pour les pauvres.  

Il est encore temps de partager l’ inutile des riches, de freiner ce super-tanker de la démesure avant que les pauvres n’aient plus rien à subir qu’un sort  au souffle chaud.  

 

Publié dans ECOLOGIE | Pas de Commentaire »

JEU DE PAUME

Posté par provola le 21 novembre 2009

La paume consiste à s’envoyer une balle, l’origine des règles et de la forme de comptage n’est pas parfaitement établie. On pense que c’est un jeu français qui rend fou beaucoup de monde et ou’ les Irlandais sont toujours les perdants.

Les terrains s’appellent des tripots (ce n’est pas une blague).

Les primes distribuées pour une qualification pour une phase finale sont très importantes, 865000 euros pour l’entraineur, 500000 euros pour les joueurs soit l’équivalent de ce que peut espérer gagner un ouvrier supporter durant toute sa vie active sur 40 ans.

Heureusement , pour éviter de trop fortes disparités de traitement entre le terrain de jeu et les tribunes, on va bientôt permettre aux ouvriers de travailler quelques années supplémentaires pour gagner plus. 

La révolution écologique sur tapis vert est en marche. 

Publié dans SOCIETE | Pas de Commentaire »

ECHEC ANNONCE

Posté par provola le 21 novembre 2009

Comme une issue inéluctable, l’article « l’orchestre de pitres » a précédé l’échec de Cophenague de quelques heures. Obama et ses créanciers de service, Chinois jusqu’au bout des ongles ont décidé que la grande conférence sur le climat serait une au mieux une promenade de santé sur les bords de la Baltique. 

Le président Danois convoqué par les leaders du monde a du prendre le premier avion pour recevoir une gifle à la place de 300 millions d’Européens. Le duo Chino-Amérique n’ acceptera aucun engagement chiffré le mois prochain, ce qui de fait revient à prévoir un fiasco total pour ce qu’on annonçait être la réunion de la dernière chance.  

La Chine ne veut pas freiner la cadence de son développement à marche forcée, Obama n’a pas été élu pour enlever les bonbons de la bouche de ses concitoyens. L’une veut continuer à croître, l’autre continuer à consommer. La première a les plus grandes réserves mondiales de dollars qui ne peuvent garder leur valeur que si l’Amérique continue à bénéficier de son train de vie de nabab. Comme le nabab n’ a plus de sous, la Chine doit financer la dépense d’un état ruiné aux citoyens dispendieux. L’état riche du soleil levant aux citoyens miséreux n’a que le choix d’ assurer la dette de son meilleur client.

Dans ce fatras de marchands de tapis, ces boutiquiers qui sont les plus grands émetteurs de gaz à effets de serre, l’écologie est une variable d’ajustement, au mieux une opportunité de business.

C’est la raison pour laquelle, l’éléphant de Copenhague ,accouchera d’une souris, de laboratoire.

On pourra toujours demander au Népal de nettoyer le camp de base de l’Everest et au Zimbabwe de réduire le nombre de crocodiles, la facture climatique ne s’en trouvera pas pour autant réduite. 

Publié dans ECOLOGIE | Pas de Commentaire »

EFFET OBAMA

Posté par provola le 18 novembre 2009

Victime du vent porteur du changement d’administration aux USA, Israël accélère les implantations dans les territoires occupés. 900 nouveaux logements seront construits à Jérusalem-est dans le but de procurer des habitations décentes aux Palestiniens lors de la restitution de la capitale du nouvel état.

 

Publié dans MONDE | Pas de Commentaire »

BONJOUR LA PALESTINE

Posté par provola le 17 novembre 2009

Nouveau mais pas dernier, la Palestine est une étoile qui illumine désormais le Proche-Orient.

Les dirigeants palestiniens de Cisjordanie vont saisir le conseil de sécurité de l’ONU pour qu’il apporte son soutien à la création d’un état dans la bande de Gaza, la Cisjordanie et Jérusalem Est, après 18 ans de stagnation des négociations.

Bien sûr Israël menace d’annexer purement et simplement les terres colonisées mais au moins il deviendra évident pour tout le monde que le but ultime de l’état hébreux est de paralyser toute velléité de création de la Palestine . 

Ce n’est plus  » A bas les murs » mais plutôt: « A bas les masques. »

Bien entendu Croissance ? Non, Conscience appuie cette tentative de percer l’éternel abcès, avec un tel support , nul doute que tous les espoirs sont permis.

On peut toujours rêver.   

Publié dans MONDE | Pas de Commentaire »

UN SOMMET DE CHAISES VIDES

Posté par provola le 16 novembre 2009

Ils sont tous absents, elle va mourir l’ humanité.

Au sommet de la FAO, Food Agriculture Administration, de Rome, censé trouver les moyens de nourrir la planète, rien que des morts de faim, les dirigeants des pays pauvres, les autres, ceux qui jouent à qui pert gagne sur le climat, ont snobé le plat de résistance de la solidarité internationale.

Disparu l’ Obama, Nobel du porte-monnaie  en tournée chez ses créanciers Chinetoques, en flagrant délit de cache-cache le Sarko roi de la Pac la politique agricole commune européenne qui affame les petits fermiers africains, en vacances les Japs, les Teutons, les British, les piqueurs d’assiettes occidentaux.

Non, décidément, les indigents, ça n’intéresse pas les riches, autrement occupés à leur illusoire accumulation.   

Ah si tout de même, eux sont là, Kadhafi, Mugabe, rien que des super-chefs pour cuisiner l’insoutenable absence.

Et Berlusconi qui se pointe, seul membre du G8 en visite de courtoisie, ce qui lui évite d’avoir à répondre à une convocation des juges pour corruption. 

Une chose est sure, l’affront des pays du nord envers les populations en souffrance est total.

Qui donc pourra encore dire après un tel rendez-vous manqué: « Tous les chemins mènent à Rome. »

     

Publié dans MONDE | Pas de Commentaire »

ORCHESTRE DE PITRES

Posté par provola le 15 novembre 2009

Plus on approche de la représentation de Copenhague sur le réchauffement climatique, plus les négociations prennent une tournure de totale improvisation sur fond de motivations électorales. Chaque pays y va de sa partition tronquée, chaque mesure est une fausse note.

Les contrebasses de l’oncle Sam s’entendent comme larrons en foire avec les trombones chinois, le soliste Sarko, sentant le vent du boulet des sondages s’ amourache de la timbale brésilienne pour sonner je ne sais quel rappel à la prudence, à l’adagio climatique. Les cithares indiennes continuent d’attendre la fin du concerto occidental traduit en méthodes Coué. Les tambours Africains ne cessent de clamer l’ innocence des exclus , de jouer le requiem des coeurs sur fond de lancinantes sonorités, les trompettes arabes sont des scherzi étrangement étouffés, leurs instruments sont des guitares électriques accordées sur des dissonances religieuses.

Ou le son du canon est un environnement sonore.

Le tout forme une mixture de vibrations faussement mélodiques qu’on ne saurait appeler musique, notre sournoise intuition est d’assister à une classique tartufferie.  

Comment peut-on ne pas avoir la sensation nauséabonde que cette cacophonie est censée représenter une tentative de camouflage d’ intentions malhonnêtes ?

 Tous les acteurs en place ne sont que les héritiers d’un système de gabegie généralisée des ressources naturelles, les soldats d’une guerre des tranchées du gaspillage.

Le but est parait-il d’empêcher à l’horizon 2050 , la planète de bouillir, mais ils mesurent l’existence à l’aune de la bourse des valeurs pour qui la seconde est un investissement et la minute une spéculation.

Ou le soulèvement des consciences est un ouragan.

Ils sont les chantres de l’enrichissement individuel, qui n’a pas de limites alors que la survie de notre humanité passe par une juste redistribution des ressources. Ils sont pour une planète de propriétaires qui ne souhaitent que  continuer à amasser des richesses, c’est bien là le but ultime du libéralisme, ils sont coupables de l’accaparement par quelques uns, du bien commun.  La planète ne suffit pas à nourrir ses locataires, mais certains ont déjà suffisemment pour assurer une vie tranquille de farniente à plusieurs générations de descendants. En fait la terre du futur est déjà potentiellement plus inégalitaire que l’actuelle.

Ou l’insurrection est inévitable.

D’un coté ils se réunissent pour relancer l’économie et trouver des relais de croissance, les lobbies du pétrole n’attendent que le feu vert de la fin de la crise pour creuser plus profondément, pour  résoudre le problème de la transformation des sables bitumineux, de l’autre ils se retrouvent au chevet du climat avec un air contrit.

Ou la prise de la baguette du chef d’orchestre est obligatoire. 

La Chine monte une éolienne toutes les deux heures mais elle construit une centrale à charbon tous les mois, son vrai objectif est d’être l’usine du monde, le Brésil fait rouler 100millions de véhicules aux bio-carburants qui ont réduit l’Amazonie en peau de chagrin, la France donne des leçons avec ses centrales nucléaires dont elle expédie les scories au fin fond de la Sibérie, l’Allemagne transforme le pétrole Arabe en produits manufacturés réexpédiés dans le monde entier, les USA polluent par tête de pipe 25 fois plus que la moyenne des pays mais n’entendent pas baisser le rythme du libre-échangisme.  

Ou la révolution musicale est nécessaire.

Ils sont les convives des diners à 5000 euros, responsables du milliard d’individus affamés, ils sont les messagers, les bras armés des quelques familles qui au bout du compte tiennent l’économie mondiale, des marionnettes maquillées en représentants du peuple, des marchands de sable…bitumineux.   

Ou la révolte devient la seule issue.

Ils sont responsables du grand sabordage va-t-on leur laisser s’occuper du sabotage final ?

Publié dans MONDE | Pas de Commentaire »

LE REVE AMERICAIN

Posté par provola le 14 novembre 2009

Le 15 septembre dernier, Romell Broom condamné à mort a eu à subir pendant deux heures les 18  tentatives d’injections mortelles de la part de ses bourreaux. Le cocktail d’anesthésiant, de curare paralysant et de chlorure de potassium n’ayant pu venir à bout du condamné, le directeur de la prison dans l’état d’Ohio, souhaitant dans un premier temps continuer de trouver une veine encore saine pour placer le cathéter d’injection, a finalement décidé d’arrêter le massacre.

Les avocats de Broom réussirent par la suite à déposer un recours pour éviter au malheureux cobaye de subir à nouveau cette insupportable boucherie. 

Il semble que le vent du changement ait enfin décidé de souffler du coté de l’oncle Sam grâce à la nouvelle administration Obama, en effet l’état d’Ohio va pouvoir modifier son cocktail, supprimant dorénavant l’administration de paralysant, cette espèce de hors-d’oeuvres des dégustations , puis améliorant la mixture létale dans le but de diminuer les souffrances  dues au  chlorure de potassium, désormais poison proscrit.

La fonction d’achèvement des basses oeuvres étant confiée au bromure de pancuronium, ce qui est, chacun en conviendra une immense avancée démocratique.

Douce et libre Amérique sous l’effet stimulant de l’Obamania.   

Publié dans ETATS-UNIS, MONDE | Pas de Commentaire »

IDENTITE DE CHARRETIERS

Posté par provola le 13 novembre 2009

Scène de la vie ordinaire, chez des gens ordinaires, sans aucun intérêt.

Sauf que le café du commerce se situe à l’Elysée, du coté des gens de biens. 

Notre premier exemple, le miroir d’en haut, est un désastre, Nicolas décorant de la légion d’honneur son ami Dany Boon, tente une sortie en dehors des clous, qui devient vite un dérapage incontrôlé .

Évoquant les origines Kabyles et modestes de l’acteur, Sarko dérape:

 » ça commençait mal  » ou encore « question rêve, on part de loin » , pour finir sur  » La France est le pays ou’ tout peut arriver »

En d’autres termes, Kabyle c’est pas terrible, on commence mal dans la vie quand on a ce genre d’origines, évidemment, ça fait pas rêver , pour rêver , il faut être au moins  Californien ou peut être Hongrois. Enfin , malgré de tels handicaps , l’ami Dany est devenu milliardaire, preuve que la France est un grand pays. L’autre ne bronche pas, il acquiesce, si le Président le dit , c’est qu’il a raison, on lui annonce que son père était pas l’idéal du seul fait de ses origines et le clown qui prend son rôle au sérieux à cette occasion se laisse apposer une médaille en toc.

On voudrait insulter son propre ami qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

Les relations ne sont plus ce qu’elles étaient chez les modestes charretiers, depuis qu’il tirent des sacs d’or.  

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

IDENTITE MILITAIRE

Posté par provola le 12 novembre 2009

A l’heure des déficits insubmersibles, le gouvernement prouve de quelle trempe est constitué le blindage de l’identité nationale. L’armure est le plus cher des symboles de la république, en même temps que le plus inutile.

L’Allemagne se contente de vendre ses voitures au lieu d’acheter des jouets que personne d’autre ne veut. La France trouve 6 milliards d’euros pour acheter 60 Rafale ( annonce du ministre des armées Morin) le jour ou’ la ministre de l’économie  Lagarde réplique à Bruxelles que le budget en pleine déconfiture restera en dehors des paramètres de Maastricht au delà de 2012.

D’un coté un élève studieux  et respectueux des engagements communautaires, de l’autre un cancre sans le sou, incohérent et dispendieux. L’ Allemagne vend de la technologie, la France se goinfre de bombecs.

L’identité nationale commence par la résistance à une représentation incompétente.   

100 millions, le prix d’un Rafale, c’est aussi un record de dons pour le téléthon . Morin centriste amoral a trouvé que la priorité par temps de disette était aux 60 Rafale plutôt que de financer 60 années d’ espoir de millions d’enfants malades, de malades orphelins d’état.

60 ans , on est en 2069, les maladies génétiques ne sont plus qu’un mauvais souvenir depuis trente ans, grâce au geste de Morin qui a déclaré la guerre aux pandémies en 2009 plutôt que de poursuivre des chimères.

En injectant une seringue de 6 milliards d’euros dans la recherche fondamentale, on a éradiqué la nouvelle tuberculose, la Grippe Z, la Dingue , le Palu , la grippe D2R2, la Rougeole, la Connerie , la Grippe française.

L’ humanité reconnait l’action historique et centrale de l’hexagone.

La France engage un large débat sur son identité universaliste.    

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LEVE TOI ET ENLEVE TES GANTS

Posté par provola le 11 novembre 2009

Deux jours après le mur, l’insulte à la mémoire continue, d’abord un mensonge d’état, puis une attitude digne des quartiers de haute sécurité.  

Commémoration du 11 novembre, Sarko ramène Angela de Berlin pour effacer les traces du couac du mur, la flamme réchauffe les plats du souvenir et l’étalage de sincérité évite au protocole de se prendre une veste . 

On rappelle les morts-vivants, on se souvient du rital, l’ immigré qui malheureusement est l’ultime poilu à avoir cassé sa pipe, au pays des fanions, la présence des Besson  eut été mal perçue. On fait dans le mélodrame:

« Que la France et l’Allemagne ne connaissent plus jamais la guerre »

Sauf qu’ au moment ou’ ces paroles sont dites, les deux pays mènent en Afghanistan une guerre tribale à coups de drônes et de mitraille à la recherche d’une illusoire pacification des âmes.  Sont là exposées au grand jour toutes les contradictions du discours qui n’est qu’un tour de passe-passe.  

Les vétérans qui se sont trompés de guerre goûtent du courant d’air sous un arc de froidure, droits comme des pics ils se contentent d’être là comme des lampions en berne. Carla est la seule à avoir droit à une chaise, étant sans doute la seule à avoir droit d’être fatiguée, de naissance. Tout le monde salue debout les allongés, elle toujours assise, se froisse les fesses en opinant du chef.

Carla embrasse François qui en ce jour férié se souvient du premier ministre, qui embrasse Angela , qui embrasse Nicolas.

Quelques pognes serrées rapprochent le peuple de la démocratie, Carla n’enlève pas ses gants comme une gifle à la bienséance. On ne sait jamais, le virus H1N1 se cache peut-être sur les mains tendues.

On ne demande pas à la république de retirer les cuirs de la royauté.

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaire »

LA FOSSE DES MARIANNES

Posté par provola le 11 novembre 2009

Il n’y a pas plus bas, profondeur 11000 mètres, au large du Japon et des Philippines, en un lieu quelconque de la forfanterie maximale. Des pressions énormes qui écrasent toute velléité de réflexion , un point extrême de l’alzheimer obligatoire , un vertige de l’exploration du dérisoire. Le point de non retour, ou’ le ridicule ne tue point.

Sarkozy, en ce 9 novembre 1989 n’y vit que du mur et s’en alla vers Berlin, bardé d’une pioche pour le bon numéro de cirque. 

Sarkozy est le Cousteau des records, l’Algèbre du calcul, le kaléidoscope des crédulités, une porte des étoiles à l’envers, une barrière de corail en plastique. Sarkozy est le seul témoin des abysses, nyctalope des lumières, Platon des Aristote, visiteur de la sous face des croûtes terrestres, fracture des mémoires, ange-gardien des débilités.

Sarkozy était là le jour J, autant dire qu’il ne pouvait en être autrement, je le crois sincère, la sincérité n’implique pas la vérité. Tellement persuadé d’avoir assisté à l’histoire, d’être l’histoire à lui tout seul.

Sarkozy est à l’origine de la chute du mur, il était là , il était là , il était là, au moment m, il se peut même qu’on ait attendu à cette époque que notre grand Initiateur donne le premier coup de pioche, que l’humanité reconnaisse en sa déité des limbes célestes son libérateur.    

Après une telle forfaiture médiatique, on vient à se demander comment l’on peut encore laisser croiser son pavillon pirate dans nos eaux internationales ?

Coupons les voiles, le son et coupons les ondes complices, relais de complaisance, carrelages glacés des palais princiers.

Au point ou’ nous en sommes, Sarkozy est le grand timonier du capitalisme, le destructeur du communisme, une toile de Cézanne à laquelle on aurait ajouté une montagne Sainte-Victoire de plus, un ticket de métro 18 zones.

Télé carpette, radios baillonnées, rumeurs parquées, partis partis, dans l’ailleurs des dérèglements sémantiques, l’affaire du coup de pioche restera à jamais gravée comme la pierre angulaire du stade zéro de la politique.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LE MUR EST MORT, VIVE LE MUR.

Posté par provola le 9 novembre 2009

Ils sont tous là à parader , à brandir comme un seul homme le flambeau des festivités. La mémoire boite et s’affole. 

Vingt ans , l’age de maturité, toutes ses dents, le mur va bien , il fallait bien lui offrir un cadeau , dans la corbeille un avenir souriant. Rostropovitch, liberté d’alors s’en est allé, sonné de tant de mystification.

Politiques , journalistes, troupiers en tous genres, les flons-flons sonnent creux, car on sent bien cette indéfinissable indifférence. Qu’a-t-on fait de la chute du mur, qu’a-t-on appris sur les débris de la longue balafre?

1500 milliards d’euros ont permis de restituer un visage lifté à une Europe aux larmes de crocodiles, de reprogrammer les cicatrices de l’ histoire. Les supermarchés ont envahis les terrains vagues, les Mercedes ont remplacé les Traban, on a juste déplacé les pierres et remonté les blocs. Les lignes est-ouest sont des lignes sud-nord, mais rien  n’a changé au royaume du n’importe quoi.  

Les fantômes sont là , les Kohl, les Bush , les Gorbachev , seul l’ange Mitterrand s’ invite par larme interposée, les jupons transis témoignent d’un temps qui gèle les consciences. Les roitelets sont des fromages qui coulent. Les Carla, les Michèle, les stars, les lunettes de soleil dans l’obscurité qui n’est qu’un obscurantisme de plus.

Les marionnettes actuelles, soubrettes de pacotille, viennent pour la photo comme un échantillon de bonnes intentions. Les couleurs , le jeu de lumières, les flashs , les interviews, les drapeaux , les hymnes, les pubs aussi, qu’est ce qu’on va mettre  à l’audimat.

Bandes d’usurpateurs, vous avez mastiqué de la mémoire comme d’autres regurgitent de la sensibilité, vous avez transgressé les symboles avec votre rutilante perversité. Vous ne méritez pas de porter un tel message d’espoir, vous êtes de ces vautours qui attendent qu’ une déchirure sente la tripaille.

Les ballons gonflent mais nulle colombe n’a vraiment le courage de décoller en ce sombre automne.

Les murs sont partout , tout autour de l’Europe, et les ricains de service viennent prendre des conseils de stabilité pour monter des murs au sud contre les Latinos ou à l’est contre les Arabes. Quant à nous les maîtres de séance, nous nous congratulons sur les vagues idées de réunification mais nous dérogeons aux règles de l’hospitalité.

Ceuta , Melilla, Canarias, Pantelleria, Lampedusa, camps du front est , mafias du désespoir, Hortefeux, Besson, fronts nationaux, Ump, socialos, sécuritaires en tous genres, frileux.

Le droit de vote des immigrants est une hypothèse d’école, papa est parti sans qu’on lui demande son avis. Il avait juste donné 7 ans à combattre la barbarie. 

Les routes sont des pipe-lines, seul l’or liquide jouit d’une libre circulation, les touristes sont des migrants de retour qui gardent une pauvre émotion pour des vacances d’ennui.

Ah oui , j’oubliais, la grand-mère nourricière de la môme Piaf, la grande Edith, reine des Français : Emma Saïd Ben Mohammed, encore une de celles qui aujourd’hui ne passerait plus à travers les barbelés de la honte.

« Balayés les amours, avec leurs trémolos. »

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

12
 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement