RIEN QUE DE LA POLITIQUE

Posté par provola le 24 octobre 2009

France 2, 20h, la France retient son souffle, que va nous annoncer Jean, fils de Nicolas, Jean l’Apôtre, l’ Évangéliste,

l’ héritier de la dynastie des Jean depuis Jean de la Fontaine en passant par mon oncle Jean ?

Et la sentance tombe avant que ce ne soient mes bras :

« Je n’ai pas parlé avec le Président pour retirer ma candidature à la présidence de l’Epad, j’ai parlé avec mon père…!!! »

La messe est dite, l’Évangile est réécrit, la fable a perdu sa morale, mon oncle a repris un verre de bière.

« Je n’ ai pas parlé avec la boulangère, j’ai parlé avec la vendeuse de croissants, j’ai parlé à ma femme, je n’ai pas parlé avec ma moitié, j’ai parlé de la pluie, je n’ai pas parlé de l’eau, je n’ai pas parlé pour rien , j’ai parlé pour ne rien dire. »

Ne nous faisons aucune illusion il en va ainsi des circonvolutions de notre « démocratie », comme ils disent; notre moussaillon de service a sauté du navire par le hublot de la salle de bal, par gros temps mais le voilà illico repêché par la trappe des soutes, à l’abri de toutes les intempéries et de toutes les mers secouées de décence. Jean devient donc administrateur, en langage diplomatique, cela s’appelle: élu.

Cela m’amène à une double réflexion:

Le sort du prince consort, qui a ému le peuple, à n’en point douter trouve là un épilogue heureux propre à rassurer l’opinion sur la magnanimité de notre société que l’on dit parfois dure et sans pitié.

Jean a quand même trouvé un boulot bien qu’il fut sans diplôme, sans légitimité, sans expérience, sans brushing, sans rolex ( ah! si, la rolex , il l’a.), un jeune démuni et sans bagages peut espérer s’en sortir et c’est une excellente nouvelle. 

D’autre part le fait que l’on aie tout simplement rien à dire, que cela vous donne droit au journal du soir sur une chaîne nationale et à un siège au conseil d’administration du district le plus riche de France, tout cela augure bien du sort réservé à notre classe politique si souvent critiquée à tort et dont notre bien -aimée République ne saurait se passer.

Passe-droits en tous genres, magouilles à la petite semaine, avantages en nature sont une juste contribution de notre reconnaissance, une faible rétribution au regard au dévouement de nos élites, aux services rendus à la Nation par une intelligentsia prise en flagrant délit de sacerdoce et de manque d’estime.

Gageons que cette espèce de plèbe politique du haut de l’échelle, élue et éclairée, enfin consciente de sa vacuité saura nous gratifier d’un silence authentique. Notre démocratie saura goûter cette attitude volontariste et pratiquée depuis des lustres dans les lieux de contrition et d’abstinence du monde entier, je veux parler du fait de se taire.     

Finalement, comme le bon Prince, je n’avais rien à dire et donc à écrire, cela me procure pourtant toute légitimité en matière politique pour raturer une double page et gâcher du papier avec mes amis.

En fait, aujourd’hui je n’avais rien à dire,

mais je voulais vous le dire.

 

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement