LE PRIX DU VENT

Posté par provola le 24 septembre 2009

Le vent sert parfois à se rendre compte que l’air existe. La rafale est une gifle d’écologie. Le rafale  ne sert à rien si ce n’est à se faire admirer tous les deux ans au salon du Bourget et de manière annexe à se poser sur un porte-avion en cale sèche six mois de l’année. C’est un objet polyvalent qui coûte cher quand on le perd , 70 millions d’euros l’unité, une paille. Les rafales ne s’écrasent pas, ils s’abîment, même leurs crachs coûtent plus cher.

Aujourd’hui , deux d’entres eux ont plié bagages, les médias s’apitoient sur le sort des carlingues, ils volent à la recherche des pilotes. Pilotes de Rafale, des héros, pas des mineurs de fond, s’ils s’en sortent ils seront décorés, s’ils disparaissent paix à leur âme, ils seront des héros, décorés.

La collectivité elle , payera l’addition 140 millions, plus les 140 pour remplacer le matériel, mais que ne ferait on pas pour avoir des héros, inutiles.   

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement