LA PERFIDIE EST A DROITE, LE RIRE A GAUCHE.

Posté par provola le 30 août 2009

Content de vous retrouver mais aussi d’avoir vidé le disque dur et la cafetière pendant un mois. On revient dans la mêlée et on y comprend plus rien: revue de détail du cirque démocratique.  

Vincent Peillon lance la solitaire du socialo et rassemble les forces de la gauche plurielle. La gauche commence au centre, ou plutôt comme aime à le définir Bayrou, nulle part en un lieu quelconque proche du Béarn. En tout cas c’est Arielle De Sarnez qui se colle à l’affiche, elle qui vient du centre de Paris, du repère des bobos. La gauche commence donc chez les bobos, ce n’est pas un scoop.

Donc la gauche commence à droite, rive droite en face de Notre Dame. Cohn-Bendit ramène sa fraise écolo et l’étiquette verte, le vert est à gauche,  maison des spécialistes de la salade. Les verts de droite comme Corinne Lepage sont chez Bayrou, ils ont quitté la droite pour se retrouver à la droite des verts, donc les verts sont à la gauche du centre , enfin certains verts, ceux qui ne sont pas chez les verts. D’autres comme Bénhamias ont quitté les verts pour aller vers la droite en y rencontrant les verts du centre qui viennent de droite. Ensemble ils se sont dit qu’aller au centre serait une solution utile pour limiter le CO2.

D’autres verts de droite sont restés à droite , ils sont là pour rassurer le bobo vert qui tient à son caniche et à son 4X4.

Mélanchon est à gauche du PS, tellement à gauche qu’il a voulu quitter sa base trop à droite, il envoie le survivant Hue pour faire alliance avec ceux qu’il vient de quitter. Peillon lui fait un effet de manche pour qu’il ne se rapproche pas trop de l’extrême gauche qui est juste à sa gauche et qui est au centre de la fracture qui sépare les partis de gouvernement des partis contestataires. Si Mélanchon qui a rallié les restes du PC qui veulent gouverner avec les gens à leur droite plutôt qu’avec les gens à leur gauche réussit son OPA , il pourra ramener au bercail socialiste les rescapés du naufrage bolchévique.

L’extrême gauche n’est pas à gauche car elle n’est pas dans la course, le pouvoir ne l’intéresse pas, il est hors de question pour elle de s’associer aux socialistes qui veulent se rapprocher du centre qui est pour elle comme l’extrème droite.

Si la gauche se perd à la recherche de sa boussole, Sarko est à lui seul le pôle, il gère la crise comme la gauche en mettant l’Etat au centre du débat, rassure la droite en surfant sur Rocard sur la taxe carbone ,  Kouchner pour les relations avec Kadhafi, Besson à l’immigration et aux expulsions. Il ramène la Vendée et De Villiers au royaume de la débauche.

Sarko fait de l’écologie de droite, il sert du développement durable quand les écolos de gauche se servent de la croissance verte, ce qui revient au même.

Au bout du compte, on à faire à un pûr gouvernement de droite habillé de gauche et à un rassemblement de gauche, d’hommes de droite.     

   

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement