POISSONS D’AVRIL

Posté par provola le 1 avril 2009

200, peut-être 300 , ils voulaient rejoindre l’Europe, la Méditerranée aura été l’ultime agression des riches bouanas. Sans chance d’y arriver que leur désespoir, ils ont coulé avec leur rafiot de fortune, ils étaient Egyptiens , ils auraient pu être Soudanais, Maliens, Congolais, à trop vouloir croire en la théorie d’Archimède ils en ont oublié la loi de l’indifférence totale. Chaque jour le même massacre, de la nourriture pour les requins, du cynisme pour des continentaux du nord qui ont simplement eu la vertu de naître du bon coté.

Un Bhopal, un Tchernobyl, un tsunami tous les ans , les Hortefeux s’enorgueillissent de freiner le flux mais ne sont qu’un pare-feu en période d’éruption volcanique. On ne veut pas voir l’insupportable , on ignore les vrais remèdes qui nécessitent une vraie solidarité intercontinentale, des investissements accrus et le dédommagement des années du viol colonial de l’Afrique.

l’ arrêt du pillage systématique des pays du sud ne passe pas par l’immigration choisie qui aboutirait de fait à priver l’Afrique de sa matière grise.

la solution consiste avant tout en  l’organisation d’élections véritablement démocratiques, l’élimination des dictatures soutenues par le nord qui bénéficie de plus, du camouflage des sommes allouées sous couvert d’aide humanitaire, autant dire une chirurgie esthétique énergique visant au remodelage d’un nouveau visage remplaçant le masque ravagé du chef d’orchestre européen. Bien sûr les Etats-unis se barricadent à la frontière mexicaine, bien sûr les Chinois sont prêts à récolter la mise au moindre faux pas du vieux continent et la lutte pour les arpents du sous-sol africain se fait âpre comme un Tibet des bas plateaux . 

Nous fardés aux douze étoiles sommes pires que les autres car nous voulons donner des leçons du haut de nos bassesses.

l’Europe des 27 se verrait bien à 53 ou à 72 , comme une chaloupe trop chargée de marchandise humaine , elle grève d’inconsistance son moralisme du nanti, espérant ainsi lester sa dérive .

Pâle esquif de pays sans destination, sans phare à croiser que le gaspillage d’une fin d’époque dorée, celle des colonies , que le sabordage du paternalisme blanc.

   

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement