• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 24 mars 2009

LES DALTON DE LA RADIO

Posté par provola le 24 mars 2009

Penser que la radio est un média libre revient à croire à l’empathie des groupes de presse propriétaires pour le bon peuple . Liberté de ton , propos léger , programmation ciblée , dynamisme du verbe . Le décor fait penser à un grand restaurant mais le cadre est la recette unique du succès , la substance des garnitures d’assiettes n’est qu’un OGM saupoudré de colorants.

RTL du groupe Bertelsman, Europe du groupe Lagardère , NRJ et RMC du groupe Nextradio ont décidé de se regrouper en association pour défendre leurs intérêts. A eux seuls , ces quatre groupes et leurs 12 stations ( RTL 2, Fun Radio, Virgin , RFM, Chérie FM, Nostalgie, Rire et chansons, BFM) représentent 90% des audiences de la radio privée en France.

Unis pour la défense de très mauvaises causes, les Dalton de la bande FM , espèrent toujours faire leurs coups en douce mais leurs ficelles sont aussi grosses que leurs rolex et se dissernent entre 87,8 et 107,7 lieues.

Cette association de la mafia radiophonique (gardienne de la pluralité, détenant le monopole du trafic des annonceurs) , appelée Bureau , diminutif de politbureau , va renforcer son action de lobbying auprès des pouvoirs publics destinée à assouplir les conditions de la publicité pour le crédit à la consommation et de baisser les seuils anti-concentration qui représentent pour les frères Dalton un frein à leur volonté de pillage du paysage radiophonique.  L’objectif est de porter la limite de 150 millions d’auditeurs potentiels à 200 millions. (Limite calculée en multipliant les auditeurs potentiels sur un bassin géographique par le nombre de radios). Jean Paul Beaudecroux, propriétaire d’NRJ, le rescapé des radios libres des années 80 a prévenu : « Il faut que nous puissions nous développer dans notre pays. » 

Ils ont déjà tout , ou 90% , il veulent plus encore , sans vergogne , sans opposition , ils piétinent les règles de la concurrence sous couvert de développement et donc de création d’emplois. Le but est l’accomplissement ultime , la récupération à terme des fréquences dévolues à ce jour aux stations du service public du groupe France Inter.

Détenteurs du sceptre de la parole autorisée , les quatre à la combinaison rayée représentent un danger de fait , proches du pouvoir, au lieu de s’attacher à sauvegarder la liberté d’expression , ils disposent avant tout de la faculté de protéger  leur part du gateau. 

On a encore entendu ce jour à propos d’un sauvetage éventuel de la société Heuliez par un fond public anti-crise , un journaliste éminent d’RMC rétorquer qu’il était anormal de protéger une entreprise qui , en système concurrentiel , devait mourrir de sa belle mort s’il elle nétait plus créatrice de richesse. 

Double langage quand tu nous tiens, ce qui est valable pour les autres ne l’est probablement pas pour les radios du quarteron. Point de concurrence sur la bande FM, jadis pépinière de centaines de pousses anarchistes, il y est plutôt question aujourd’hui d’une mise en scène du régime des ondes concentrationnaires.      

Publié dans MEDIAS | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement