LA MORALE DU LOUP.

Posté par provola le 28 mars 2009

Capitalisme solidaire, profits partagés, banques éthiques, abolition des stocks-options, bonus contrôlés, législation des salaires des dirigeants, éthique de l’effort , gratifications équitables, réglementation de l’économie de marché, régularisation des règles du business, dénonciation des paradis fiscaux, responsabilité des comportements, honnêteté des transactions, moralité des comportements, exemplarité des rémunérations destinées à récompenser la réussite plutôt qu’à protéger une rente de situation, parachutes dorés accordés avec parcimonie, culte de l’effort et de la prise de risques, toute l’artillerie lourde médiatique destinée à sauver l’image du capitalisme d’autrefois, il y a quelques mois encore qualifié de sauvage est employée pour tenter d’endiguer la déferlante du ras-le-bol populaire.

Au delà des artifices sémantiques, restons sans illusions, le capitalisme est d’abord l’exploitation de la cupidité portée à son paroxysme ou’ la réussite veut dire enrichissement ou amoncellement de biens sonnants et trébuchants.

La morale est d’une autre planète ou’ le partage est le but premier de la vie .  

Autrement dit la droite est à gauche et Besancenot est relégué au centre , c’est sans doute pour cela qu’on ne le voit nulle part alors qu’il squate la tête des sondages à égalité avec le boss pour ce qui est de la capacité à faire évoluer la situation.

Un mot des socialistes pris certainement en étau par ce jeu de dames d’occupation des espaces, ce qui parait réduire leur visibilité, mais qui s’en inquiète encore ?  

Soyons rassurés pour les gardiens du temple libéral, les réflexes reviendront (pour qui croit qu’ils avaient disparus),  la spéculation financière, les coups tordus destinés à fausser la concurrence, la loi de la jungle, enfin quoi la base de la création de la richesse des forts, auront vite fait de montrer que le bain de jouvence intellectuel actuel n’était qu’une poudre aux yeux éphémère.  

Moraliser le capitalisme, autant rémunérer le Dalai Lama pour qu’il vous aide à lancer une nouvelle ligne de parfums au rayon cosmétiques des Galeries Lafayette.

Publié dans ECONOMIE | Pas de Commentaire »

LES DALTON DE LA RADIO

Posté par provola le 24 mars 2009

Penser que la radio est un média libre revient à croire à l’empathie des groupes de presse propriétaires pour le bon peuple . Liberté de ton , propos léger , programmation ciblée , dynamisme du verbe . Le décor fait penser à un grand restaurant mais le cadre est la recette unique du succès , la substance des garnitures d’assiettes n’est qu’un OGM saupoudré de colorants.

RTL du groupe Bertelsman, Europe du groupe Lagardère , NRJ et RMC du groupe Nextradio ont décidé de se regrouper en association pour défendre leurs intérêts. A eux seuls , ces quatre groupes et leurs 12 stations ( RTL 2, Fun Radio, Virgin , RFM, Chérie FM, Nostalgie, Rire et chansons, BFM) représentent 90% des audiences de la radio privée en France.

Unis pour la défense de très mauvaises causes, les Dalton de la bande FM , espèrent toujours faire leurs coups en douce mais leurs ficelles sont aussi grosses que leurs rolex et se dissernent entre 87,8 et 107,7 lieues.

Cette association de la mafia radiophonique (gardienne de la pluralité, détenant le monopole du trafic des annonceurs) , appelée Bureau , diminutif de politbureau , va renforcer son action de lobbying auprès des pouvoirs publics destinée à assouplir les conditions de la publicité pour le crédit à la consommation et de baisser les seuils anti-concentration qui représentent pour les frères Dalton un frein à leur volonté de pillage du paysage radiophonique.  L’objectif est de porter la limite de 150 millions d’auditeurs potentiels à 200 millions. (Limite calculée en multipliant les auditeurs potentiels sur un bassin géographique par le nombre de radios). Jean Paul Beaudecroux, propriétaire d’NRJ, le rescapé des radios libres des années 80 a prévenu : « Il faut que nous puissions nous développer dans notre pays. » 

Ils ont déjà tout , ou 90% , il veulent plus encore , sans vergogne , sans opposition , ils piétinent les règles de la concurrence sous couvert de développement et donc de création d’emplois. Le but est l’accomplissement ultime , la récupération à terme des fréquences dévolues à ce jour aux stations du service public du groupe France Inter.

Détenteurs du sceptre de la parole autorisée , les quatre à la combinaison rayée représentent un danger de fait , proches du pouvoir, au lieu de s’attacher à sauvegarder la liberté d’expression , ils disposent avant tout de la faculté de protéger  leur part du gateau. 

On a encore entendu ce jour à propos d’un sauvetage éventuel de la société Heuliez par un fond public anti-crise , un journaliste éminent d’RMC rétorquer qu’il était anormal de protéger une entreprise qui , en système concurrentiel , devait mourrir de sa belle mort s’il elle nétait plus créatrice de richesse. 

Double langage quand tu nous tiens, ce qui est valable pour les autres ne l’est probablement pas pour les radios du quarteron. Point de concurrence sur la bande FM, jadis pépinière de centaines de pousses anarchistes, il y est plutôt question aujourd’hui d’une mise en scène du régime des ondes concentrationnaires.      

Publié dans MEDIAS | Pas de Commentaire »

LAURENT GERRA PROFESSION CENSEUR

Posté par provola le 23 mars 2009

Méfiez vous des nez rouges de peur qu’ils ne virent au gris. Censeur de la morale audio-visuelle, amuseur auto-élu du peuple ,pourfendeur des consciences ,assassin des papautés ,il se place au centre de l’échiquier national, garde des sceaux du rire bon genre.

L’Ami du pecnot sort un disque sur le ton bon chic et comme on est jamais mieux servi que par soi-même il est reçu dans sa propre boutique par le gigolo du rire, aux « grosses têtes » sur RTL , celles qui tirent les mêmes ficelles depuis la dernière guerre . Et le bon Gerra d’y aller de sa diatribe anti-blogs :

« Il est un mal absolu de notre époque qui permet à tout le monde sous un parfait anonymat de dire n’importe quoi sur n’importe qui sans risque , d’ériger la délation en droit du citoyen. » les mots ne sont pas exactement ceux-là mais la substance y est.

Le coup de l’anonymat semble dérisoire à l’heure ou le gouvernement va désormais débusquer le moindre télé-chargeur de musique pour mise en danger du marché du disque. Mais là n’est pas le sens profond du propos. 

Ainsi donc y aurait il donc une caste élue par on ne sait qui , ou peut-être bien auto-proclamée (Du célèbre bon mot du vrai Coluche) , s’adjugeant le droit de mettre en boite la gente politique et mieux même d’en faire profession , alors que le bon peuple d’en bas n’aurait que la faculté de goûter le verbe rance et d’acheter les droits d’auteurs en silence . Gerra mine de rien remet en cause la liberté d’expression , sous couvert de respectabilité humoristique , d’amitié des stars , de connivences politiques , le rusé vient nous faire le coup de l’offusqué. Certains gueux se mettraient-ils à ratisser les pesticides épandus par les multi-nationales de la pensée unique ?    

Riche assuré social du droit d’amuser , Gerra nous ferait à peine sourire s’il ne nous glaçait pas tant le sens du second degré.  

Publié dans MEDIAS | 1 Commentaire »

RECHAUFFEMENT SOCIAL

Posté par provola le 19 mars 2009

L’hiver politique a du plomb dans l’aile et la place publique va pouvoir résonner de pas de danse sans partition . La marche protestante va glaner du verbe au rythme de la peur de l’avenir. La crise est avant tout une crise d’angoisse car les notes  conjoncturelles jouées depuis des décennies sur les fables de la croissance se trouvent battues en brèche par une hécatombe de certitudes financières , une évasion des croyances libérales, une  mise en lumière de la mystification du marché. 

La crise est le résultat du rideau de fer édifié sur la glorification de la concurrence entre les hommes, du pouvoir du business sur tout autre activité humaine, de la déification sans limites du libre affrontement économique , du bonus attribué au plus fort , de la non régulation programmée, de la jungle systémique.  

La crise est le résultat du moins d’impôts, qui sous -entend la protection des riches et la paupérisation d’une partie toujours plus importante de la population.

Plus que le verbiage généralisé des maîtres de l’économie mondialisée , les millions d’anonymes vont découvrir le voile de l’injustice qui se cache dans les règles du profit érigées par les classes possédantes. La rue , expérience piétonnière, est une école de solidarité , quelques arpents peuvent enseigner les théories économiques plus que tout manuel auto-sensuré. 

Aujourd’hui , il est enfin temps de clamer haut et fort au son des pavés que nous voulons payer plus d’impôts (ceux qui le peuvent et ceux qui le doivent)pour éviter que nos enfants aient à le faire à notre place, étant entendu que l’ impôt est le seul moyen d’une plus juste répartition qui au final, profite à la majorité.  

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LE GROS MENSONGE DE L’ESPERANCE DE VIE

Posté par provola le 18 mars 2009

Nous gagnons des mois de vie chaque année , notre vie n’a jamais été si longue ,nous pourrons profiter ainsi d’une longévité exceptionnelle ,remercions la science qui sait nous augmenter l’espoir d’une longue consommation, profitons des rides heureuses, trinquons à la vie éternelle, évadons nous dans les canyons de la grande bouffe et de la barbe à papa.

Une vaste étude publiée sur la revue scientifique britannique Lancet remet les pendules à l’heure et la vie à son compteur d’origine. Une corrélation est enfin établie entre sur-poids et diminution de la longévité . Le contraste entre les lieus communs assenés en rafale à grands renforts de communiqués agro-alimentaires sur la supposée augmentation de la durée de vie et le débordement de poignées d’amour encerclant les rivages marins trouve enfin sa confirmation statistique.

L’espérance de vie est calculée sur la base des décès survenus dans l’année. Les personnes décédant actuellement ont connu les deux guerres mais aussi les trente glorieuses d’expansion de l’économie et son corollaire, l’augmentation du niveau de vie moyen, les progrès exponentiels de la médecine. Cela donne aujourd’hui pour la France et les pays comparables d’Europe, 84 ans pour les femmes et 76 ans pour les hommes un peu moins sérieux sur les excès . Ces personnes n’ont jamais eu à affronter l’invasion du hamburger , la marée de sucre , la déferlante du sur-poids , la vague des pesticides .   

Financée par des fonds européens , cette étude a suivi  depuis les années 70, 895 000 personnes sur des périodes de 10 à 15 ans . Au total , près de 100 000 décès ont ainsi été recensés pendant environ 35 ans.

Ces analyses prouvent de manière définitive que le surpoids  diminue de manière importante l’espérance de vie. Devant l’explosion des comportements à risque des jeunes générations, en grande partie  imputable à la mal-bouffe, on reste perplexes quant à l’incongruité des proclamations triomphalistes sur la supposée nouvelle frontière du temps. 

Quand on aura fini de traduire le fait que le sur-poids est une conséquence de la pauvreté, une angoisse du non possédant, une fièvre des classes d’en-bas, il deviendra évident que la  césure sociale trouve de plus en plus son échelle dans la mesure de la ceinture abdominale plus que dans les vestiges d’une gamme aux cylindres refroidis.  

Publié dans SOCIETE | Pas de Commentaire »

L’ETERNITE MOINS 50 ANS

Posté par provola le 10 mars 2009

A l ‘aube de cette année 1959 durant le grand festival religieux qui suivait le Nouvel An Tibétain , tandis que le Dalai Lama se préparait à passer ses derniers examens monastiques, il fut invité à une représentation théatraleau quartier général des troupes chinoises. Cette invitation transmise par deux officiers subalternes déclencha un vent de panique.  Les Chinois signifièrent au Lama qu’il devait s’y rendre seul et non armé. La population comprit que le Dalai Lama allait être emprisonné ou même emmené de force à Pékin , elle se réunit en quelques heures devant le Palais d’été , bien décidée à l’empêcher de se rendre à cette représentation.

En cette matinée du 10 mars , près de 30 mille personnes étaient assemblées devant le Palais, le Norbulingka, criant des slogans hostiles aux Chinois. Certaines personnalités considérées comme prochinoises furent malmenées en essayant de pénétrer dans le Palais et bientôt la foule élut un comité de libération du Tibet composé de 70 membres qui ,le soir même déclara officiellement la guerre à la Chine.

Le Dalai Lama ne se rendit pas au camp chinois, pendant les jours qui suivirent , retenu en fait prisonnier par ses propres fidèles au Palais d’Eté , il négocia avec le général  en chef de la garnison chinoise pour tacher d’éviter l’affrontement qui semblait imminent.Le 17 mars le souverain et quelques membres de son cabinet et de sa famille quittèrent le Palais d’Eté à la faveur de la nuit .

A Lhassa , la foule ignorait le départ du Dieu -Roi et elle se préparait à le protéger . Le 19 mars, les Chinois bombardèrent la Norbulingka. En quelques minutes , toute la ville fut sur le pied de guerre et se rua vers le Palais d’Eté pour sauver le Dalai Lama. Les tanks chinois enfoncèrent les portes du Jokhang le temple le plus sacré du Tibet . Des milliers de morts jonchaient les rues lorsque le bruit des armes à feu s’interrompit.  

Les Chinois déclarèrent que le Dalai Lama avait ét enlevé par des réactionnaires et installèrent un gouvernement fantoche.

Ainsi s’acheva la révolte de Lhassa. Nombreux furent ceux qui choisirent l’exil à la suite du Dalai Lama , beaucoup commencèrent le combat pour la liberté qui dure depuis cinquante ans. Le combat de notre liberté.

(Documentation: « Les chevaux du vent  » Jérome Edou- René Vernadet) 

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaire »

UNE VANDAMME D’OPERETTE

Posté par provola le 9 mars 2009

Angela Gheorghiu, cantatrice , épouse de Roberto Alagna, canon des planches , starlette minimum.

Interrogée sur France Info durant 6mn, gratuitement, à l’occasion de la sortie de son nouvel album , la Soprano nous expose sa vacuité en direct . Si brillante dans l’utilisation de ses cordes vocales, si évanescente dans son art de raser les murs de l’humanité.

Il en va ainsi des montgolfières qui enflées d’auto-suffisance, à force de se trouver si légères éclatent en plein vol. Invitée on ne sait pourquoi sur une antenne publique pour la promotion éhontée  de sa Madame Butterfly de Puccini  et l’illustration de sa propre satisfaction, la prêtresse nous fait le numéro d’une Callas aussi mièvre et fadasse que sa modèle était profonde et grave. Angela Gheorghiu est en somme une voix respectable qui devrait être interdite de notes lorsque la musique ne l’inspire plus. L’auditeur a bien du mal à croire qu’une partie des ses impôts est partie en fumée dans le but de vendre la production d’une diva de pacotille, adulée par une partie des mélomanes du monde entier. Revenons sur la quintessence d’un propos divin qui culmine dans le : « J’ai l’habitude de vivre avec moi-même !  » étayé par un non moins céleste :  » j’ai aussi l’habitude de vivre avec les autres  » ou encore le  » Je ne peux chanter sous la douche car il me manque le public et j’ai besoin d’être aimée » Elle nous quitte en réclamant un café et le journaliste de s’extasier à nouveau devant  tant d’ineffable grâce.

Entendre un tel amoncellement de conneries revient à visiter une décharge nucléaire par temps d’orage. Lorsque l’invitation courtisane confine au néant la confiscation de l’antenne devrait devenir obligatoire.

On aurait pu vivre un week-end tranquille à la suite du séisme vocal ,mais voilà que le Bouvard national nous parle en invité  de sa compère de France 3 de sa contrainte de vivre avec lui-même  et que le Stéphan Bern, en  trublion fonctionnaire des bobos rangés de France Inter nous explique qu’il se voit réduit parfois lors de ses déplacements de grande vedette à porter lui-même ses bagages.

Le paysage audiovisuel est mort , l’auto-enflure de chevilles règne en maître absolu , demain on escalade l’Everest, 50 ans que le Tibet est parti en guerre , dans quelques heures on enfile le sac à dos et on entre dans le dûr.     

Publié dans MEDIAS | Pas de Commentaire »

IRAK, MISSION ACCOMPLIE

Posté par provola le 5 mars 2009

« Yes we leave , on s’en va , le 31 août 2010 on se barre et on redéploye en Afghanistan. »

Obama a décidé de quitter l’Irak , la justification officielle est que la mission est terminée , en sourdine on a peur d’entendre : accomplie .

Au delà du spectacle désolant des attentats quotidiens de Bagdad , on retiendra de cette seconde campagne d’Irak ayant démarré en 2003, l’histoire, la fable, le mensonge des armes de destruction massive , la chute de la statue du commandeur Sadam Hussein, le pote des occidentaux lors de la guerre contre l’Iran dans les années 80 . On retiendra le décompte morbide des pertes de l’armée américaine d’environ 4000 hommes.

Ce qu’on a jamais su , qui n’a apparemment jamais intéressé personne , ce sont les morts Irakiens .

L’institut de sondages anglais ORB a estimé à 1 220 000 le nombre de morts Irakiens lors de l’occupation américaine.

Cet organisme a simplement interrogé les foyers irakiens pour connaître le pourcentage d’entre eux ayant perdu un membre de sa famille .Selon cette étude environ 22% des foyers ont répondu par l’affirmative . Le dernier recensement a estimé à un peu plus de 4,05 millions le nombre de foyers Irakiens. A Bagdad le pourcentage de familles ayant perdu un membre est de l’ordre de 50%.

(Entretiens individuels sur un échantillon représentatif de 1760 personnes, marge d’erreur2,4%, )

Une étude de la revue Lancet ayant employé la méthodologie de l’ONU pour l’estimation des catastrophes humanitaires avait estimé le nombre de morts Irakiens à 650 000.

On se situe donc dans une fourchette , une nébuleuse, une galaxie de 650000 à 1,22 millions de victimes de guerre et je ne parle pas des blessés.  

Sorry M.Obama , la mission ne sera véritablement terminée qu’en mettant toutes les cartes sur table , les temps ne sont plus aux coups d’éponge si souvent dégainés pour essorer la mémoire des peuples.    

Publié dans MONDE | Pas de Commentaire »

LA TERRE DECALOTTEE

Posté par provola le 3 mars 2009

Il ne fait plus de doute que les calottes de glace de la Terre disparaissent à une rapidité accélérée. C’est ce que démontrent les dernières recherches scientifiques révélées fin février à l’occasion de l’année polaire internationale. Le réchauffement global va bientôt permettre la navigation sur les plus hautes latitudes aux limites du Pôle Nord , le pique-nique au Groënland, le bronzage sur la Terre de Baffin.

Le Pôle Sud n’est pas épargné comme on le croyait jusqu’ici et cela est encore plus préoccupant. Le CO2 anthropique dégèle le permafrost qui commence à libérer un gaz à effet de serre bien plus violent que le dioxyde de carbone, le méthane . 

Au lieu d’être un électro-choc salvateur, la crise économique recouvre d’un voile de fumée la vraie menace des siècles futurs .

Les difficultés actuelles devraient nous faciliter l’inversion de tendance dans l’utilisation confusionnelle des ressources naturelles . L’agitation politique et la précipitation intellectuelle  entièrement vouées au recouvrement financier semblent encore une fois nous mener vers une inutile stabilité des indicateurs commerciaux dans une course folle vers la destruction globale.    

Publié dans ECOLOGIE | Pas de Commentaire »

LE LOTO CONTRE LA CRISE

Posté par provola le 3 mars 2009

Entendu aujourd’hui au resto à propos du loto:

« C’est marrant , on croit toujours qu’on va gagner , mais en fait on se fait baiser. »

Publié dans SOCIETE | Pas de Commentaire »

MAL EST MIEUX QUE PIRE

Posté par provola le 2 mars 2009

On échappe à la récession , d’ailleurs nulle trace de ce terme dans aucun dictionnaire sérieux. Nul besoin non plus de revenir sur les fariboles sémantiques qui empêchent la bienséance d’appeler un chat un chat.

Nous sommes donc en croissance , négative peut-être , à moins un moins deux ,là n’est pas la question , nous sommes en croissance. Qui peut nier que la gauche n’est qu’une droite vue à l’envers, que le haut est un bas vu la tête en bas.Le gouvernement nous annonce en fait plein de bonnes nouvelles. Ca va mal , mais en comparaison aux autres pays , ça va moins mal et donc en langage diplomatique, ça va bien . Comprenons bien les chiffres du pouvoir ,vainqueur de toutes les crises toujours et à chaque fois.

Christine Lagarde, ministre du budget: « La commission européenne prévoyait pour la France une baisse du PIB de 1,8%, le FMI de 1,9% alors que la zone euro est à -2%; -1,5 % c’est beaucoup mieux »

1,5% de récession, non de décroissance , donc de croissance négative , c’est bien mieux que 2,1% de récession pour l’Allemagne.

5,5% de déficit du budget sur le PIB est meilleur que le trou de 6% pour le Royaume-Uni et peut être considéré comme un résultat miraculeux par rapport aux 12% des Etats Unis.

8% de chomage est un excellent résultat si on le compare au 15% espagnol.

80% de dette publique sur le PIB est une conséquence de l’excellente gestion de l’administration Sarkozy , l’Italie et ses 110% de dette publique, voilà un pays particulièrement touché.  

Toutes ces réjouissantes perspectives font dire à Christine Lagarde, l’autruche du gouvernement  et je n’invente rien:

« Nous sommes plus près de la relance que la plupart de nos voisins ».

L’autruche a un énorme avantage sur les autres animaux , la tête dans le sable, elle ne voit pas le désert.

Publié dans ECONOMIE | Pas de Commentaire »

L’ARNAQUE DE LA VOITURE ELECTRIQUE

Posté par provola le 1 mars 2009

On est en crise , mais vous allez voir , on va tout réparer , on va restructurer les usines automobiles , en donnant des milliard d’euros à l’industrie pour changer de cap. On va profiter de la période de vaches maigres pour relancer le rêve américain , saupoudrer le mythe de la liberté à quatre roue d’une pincée de vert et rendre à la fièvre acheteuse une nouvelle maladie à annoncer. La dernière solution à la relance de la confiance , l’ultime horizon des fans de la dépense sera la bagnole branchée de toutes les couleurs. On tient là le nouveau produit phare du retournement de tendance, le symbole du retour à la fameuse croissance.

Sauf que.

Aucune des grandes industries automobiles n’a véritablement les moyens de développer avec ses seuls fonds propres des modèles entièrement nouveaux, suffisamment attrayants pour attirer une clientèle aux sabots de plomb. La maladie se conjuguant par des métastases de sinitrose se caractérise par une désaffection subite envers la production actuelle. Nos maîtres penseurs des berlines et des spiders avaient cru pouvoir nous écouler des monstres tous terrains ou autre dinosaures à roues . Comme les conjoncturistes guidant le crayon des designers se sont simplement trompés de siècle , il en résulte une industrie dépourvue de matière grise et sans le sou pour affronter la révolution nécessaire. Comme l’automobile est le pilier de notre économie du gâchis, le concentré de purée de conscience , il faut forcément lui donner les moyens de perpétrer le songe à roulettes. Les industriels n’ont plus une tune pour survivre à la désertification des concessions aussi les états n’ont que le choix d’être obligés de subvenir à leur impréparation devant la fin des animaux préhistoriques sur pneus. Comme les Etats sont endettés , ils n’ont que la contrainte d’empreinter ,c’est à dire de ponctionner le pouvoir d’achat des futurs terriens , ceci permettant aux vivants de retourner occuper les magasins.  

En fait tout se passe comme si la caisse électrique devait être développée grâce aux générations à venir pour assouvir la libido du déplacement des locataires actuels du monde .  Voilà une singulière façon d’accueillir nos successeurs , une cavalière réception .

Malheureusement tout ceci n’est qu’un des aspects de la manipulation intellectuelle ayant pour outil de destruction massive la pile sur roues .

En gros , la promotion pour le véhicule électrique se base sur deux arguments massue censés nous convertir , elle est basée sur l’apologie de l’économie d’énergie et sur le fantasme du mouvement en silence.

La voiture électrique consomme …de l’électricité, ce qui veut dire que pour remplacer le parc véhicule existant il faut penser à construire des centrales supplémentaires rien que pour alimenter les nouvelles batteries. Environ 50% de production d’électricité de plus serait nécessaire , ce qui veut dire pour la France , une vingtaine de réacteurs nucléaires de plus et pour le monde entier des centaines de centrales thermiques à charbon ou à pétrole. Le compte est bon , l’addition est la même , on a juste déplacé les chiffres.

La voiture électrique fait moins de bruit…à moins de 50 km/h en effet , au delà, les bruits de frottement sont de loin responsables de l’élévation du bruit dégagé par le véhicule, le bruit du moteur devient marginal.

La voiture électrique prend autant de place que la voiture thermique, on ne règle alors aucun problème d’encombrements dans les centres villes embouteillés en permanence.

Au bout de la logique du tout électrique ,il faudrait donc dépenser des milliards d’euros que nous n’avons pas (et qui sont donc pris dans la poche de nos descendants) pour développer un instrument roulant démagogique dont l’intérêt serait juste de faire moins de bruit en ville , des villes devenues totalement paralysées par des myriades de batteries à l’arrêt.  

A ce stade , il devient évident que le seul réel intérêt est de trouver un machin marketing , un truc qui touche le coeur du consommateur , un casseur de tire-lires de plus, un piège à cons.     

      

Publié dans ECOLOGIE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement