• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 30 janvier 2009

ASSEMBLEE BUISSONIERE

Posté par provola le 30 janvier 2009

Faute de débat parlementaire, un cri d’angoisse a parcouru la rue , étranglé aussitôt par le rétrécissement des voies respiratoires , la seule médecine à cette asthme bronchique existentiel reste l’émergence de débouchés économiques convaincants. Le peuple des marcheurs qui avait cru le boniment de l’auto-régulation du marché pour porter au pinacle un clown marchand-de sable , se retrouve tout dépourvu au moment des prises de bénéfices . Nul repère désormais , nul dividende résiduel, nulle explication , les marchés s’auto-régulent en effet mais à rebrousse poil , en un mouvement de bascule sans respect pour l’individu.

Aucune création de richesse n’existe sans destruction de richesses , et les montagnes de frais systémiques en transit vers les pays émergents , les paradis dorés ou les puits de pétrole ont simplement asséché les bourses historiques , réduisant wall-street et la city en cimetières de cendre . Cela ne signifie pas que le capital a disparu de la surface de la planète , au rythme où nous allons il restera encore un torrent de liquidités après que le dernier fleuve aura disparu , englouti par l’irresponsabilité de nos travers aquaricides.  

La Chine qui dit-on, va mal, continue de croître à un rythme effréné de 8% de même que l’Inde , les pays du Golfe ,les paradis fiscaux qui détiennent 10 000 milliards de dollars, ont tout le temps de décider où placer désormais leurs immenses réserves . Tous ces pays qui ont acquis le leadership financier mondial, ont toutes les possibilités de lorgner vers les contrées de meilleur rendement  et les plus grandes perspectives de retour sur investissements se trouvent désormais loin de nos vieilles usines aux opérateurs smicards surpayés.

Tant que les Etats Unis capitaliseront sur leur seul nom les fantasmes des nouveaux argentiers désignant l’oncle Sam comme l’aboutissement du rêve ultime , les jours du vieux continent resteront suspendus à l’hégémonie de leur grand frère et bénéficieront du financement de leur dette, comme une subvention aux pays de retraites de riches . Mais que les Européens ne se fassent aucune illusion , la mondialisation a accéléré le processus de réorientation des mouvements de capitaux et Bruxelles est devenu un petit port d’attache auquel on versera à l’avenir  des sortes de pourboires comme financement de la dette des anciens possédants, ceci permettant juste d’éviter la faillite de clients de moins en moins solvables .  Le prix de la main d’oeuvre à la bourse mondiale est aujourd’hui fixé à 1 dollar par jour , tout ce qui est au dessus fait fléchir le rendement attendu et ne peut plus espérer rétribuer des intérêts suffisants . L’Occident doit donc fermer ses dernières usines et croire les nouveaux patrons capitalistes assez peu revanchards pour ne pas imposer la fermeture des dernières économies et maisons de retraites européennes .     

Attention donc, dans le tumulte de nos périgrinations contestataires de ne pas fondre le capital de sympathie qui peut encore nous rester parmi les dictatures et les banques du tiers monde d’hier , il pourrait bien nous rester sur les bras une dette impossible a financer.

Mais comment expliquer à l’homme de la rue que sa propre dette ne sera réglée par l’Emir ou le mafieux cocaïnophile que sur la base d’une baisse de son salaire de l’ordre des trois quarts.   

Tout ceci doit être considéré au second degré , comme le logique déroulement du jusqu’au boutisme libéral . 

Publié dans ECONOMIE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement