• Accueil
  • > Archives pour janvier 2009

ASSEMBLEE BUISSONIERE

Posté par provola le 30 janvier 2009

Faute de débat parlementaire, un cri d’angoisse a parcouru la rue , étranglé aussitôt par le rétrécissement des voies respiratoires , la seule médecine à cette asthme bronchique existentiel reste l’émergence de débouchés économiques convaincants. Le peuple des marcheurs qui avait cru le boniment de l’auto-régulation du marché pour porter au pinacle un clown marchand-de sable , se retrouve tout dépourvu au moment des prises de bénéfices . Nul repère désormais , nul dividende résiduel, nulle explication , les marchés s’auto-régulent en effet mais à rebrousse poil , en un mouvement de bascule sans respect pour l’individu.

Aucune création de richesse n’existe sans destruction de richesses , et les montagnes de frais systémiques en transit vers les pays émergents , les paradis dorés ou les puits de pétrole ont simplement asséché les bourses historiques , réduisant wall-street et la city en cimetières de cendre . Cela ne signifie pas que le capital a disparu de la surface de la planète , au rythme où nous allons il restera encore un torrent de liquidités après que le dernier fleuve aura disparu , englouti par l’irresponsabilité de nos travers aquaricides.  

La Chine qui dit-on, va mal, continue de croître à un rythme effréné de 8% de même que l’Inde , les pays du Golfe ,les paradis fiscaux qui détiennent 10 000 milliards de dollars, ont tout le temps de décider où placer désormais leurs immenses réserves . Tous ces pays qui ont acquis le leadership financier mondial, ont toutes les possibilités de lorgner vers les contrées de meilleur rendement  et les plus grandes perspectives de retour sur investissements se trouvent désormais loin de nos vieilles usines aux opérateurs smicards surpayés.

Tant que les Etats Unis capitaliseront sur leur seul nom les fantasmes des nouveaux argentiers désignant l’oncle Sam comme l’aboutissement du rêve ultime , les jours du vieux continent resteront suspendus à l’hégémonie de leur grand frère et bénéficieront du financement de leur dette, comme une subvention aux pays de retraites de riches . Mais que les Européens ne se fassent aucune illusion , la mondialisation a accéléré le processus de réorientation des mouvements de capitaux et Bruxelles est devenu un petit port d’attache auquel on versera à l’avenir  des sortes de pourboires comme financement de la dette des anciens possédants, ceci permettant juste d’éviter la faillite de clients de moins en moins solvables .  Le prix de la main d’oeuvre à la bourse mondiale est aujourd’hui fixé à 1 dollar par jour , tout ce qui est au dessus fait fléchir le rendement attendu et ne peut plus espérer rétribuer des intérêts suffisants . L’Occident doit donc fermer ses dernières usines et croire les nouveaux patrons capitalistes assez peu revanchards pour ne pas imposer la fermeture des dernières économies et maisons de retraites européennes .     

Attention donc, dans le tumulte de nos périgrinations contestataires de ne pas fondre le capital de sympathie qui peut encore nous rester parmi les dictatures et les banques du tiers monde d’hier , il pourrait bien nous rester sur les bras une dette impossible a financer.

Mais comment expliquer à l’homme de la rue que sa propre dette ne sera réglée par l’Emir ou le mafieux cocaïnophile que sur la base d’une baisse de son salaire de l’ordre des trois quarts.   

Tout ceci doit être considéré au second degré , comme le logique déroulement du jusqu’au boutisme libéral . 

Publié dans ECONOMIE | Pas de Commentaire »

LA HOLDING UMP

Posté par provola le 29 janvier 2009

L’idée qu’il existe une certaine filiation dans la manipulation des opinions publiques entre la méthode Berlusconi et la façon Sarkozy se matérialise de jours en jours.

Le président du conseil italien a puisé dans les astuces du marketing télévisuel pour s’approprier le pouvoir , en calquant sa rhétorique sur  la musique que désirait entendre les électorats de gauche et de droite . Pour l’accession au trône, des salles de spectacle était remplies par des groupes de personnes de sensibilité de gauche ou de droite de manière alternée, il était ensuite demandé à ces échantillons humains de formuler les questions qui leur semblaient les plus importantes, ceci permettant de formuler des discours sur mesure , écrits de telle sorte qu’ils résumaient les réponses que chaque groupe s’attendait à entendre. Des formules telles que il faut payer moins d’impôts ou il faut améliorer le pouvoir d’achat résumant l’ambiance générale de guimauve sucrée. A quelques jours du scrutin , on enlève les impôts locaux , puis à 5 mn du terme du débat télévisuel avec l’adversaire den gauche , on vous enlève les taxes sur les ordures ménagères .

Et ça marche , 25 ans de matraquage médiatique ont anesthésié un peuple incapable de discerner dorénavant des ficelles grosses comme des cordes d’amarrage.

Sarko a puisé dans l’arsenal didactique du maître beau parleur pour transposer le phrasé de ce coté ci des Alpes, il a repris la forme de cette politique publicitaire à son propre profit. Il n’est pas propriétaire d’un potentat médiatique monopolisant l’audimat , il a des copains qui le possède et le mette à sa disposition .

Il n’emploie pas le langage populaire qui n’est qu’un populisme déguisé du président du conseil italien mais il embauche les forces de toutes tendances pour élargir le champ de son ratissage électoral.

L’UMP a une image trop pyramidale et sectaire, qu’à cela ne tienne , il suffit d’en faire une holding oû toutes les sensibilités de la société sont représentées. Parti de droit disiez vous? que neni, on crée un courant de gauche avec Besson et un Kouchner , on occupe le centre avec Morin  pour piéger l’effet Bayrou, on fait de l’écologie avec Borloo , on parle de HLM avec Martin Hirsch, on met Alliot Marie pour calmer les anciens chiraquiens, on met une noire aux droits de l’homme , une beurette aux HLM , une beure chic à la justice. Avec Hortefeux , on a un front national à lui tout seul , avec Robert Hirsch on est proche du peuple d’extrême gauche , voilà, on doit être  à peu près partout , l’électorat n’a même plus à réfléchir, puisqu’on est l’électorat à nous tous seuls.

La tenaille étant en place , l’autre outil de la persuasion méthodique est la réthorique scientifiquement distillée.

L’une des pointes de diamant de cette sémantique est celle de la réforme , la phrase culte étant : « Le pays ne peut plus faire l’économie des réformes qu’il  a refusé durant des décennies ». Sous entendu les réformes qui normalement devraient améliorer l’ordinaire car c’est comme ça qu’il est perçu dans l’opinion . Le problème vient du fait que dans la bouche du gouvernement ce terme n’a pas le même contenu, il s’agit plutôt d’adaptation à la casse sociale améliorant la compétitivité.

Le terme de croissance qui devient subitement croissance négative quand il devient évident du’on est en pleine récession, le travailler plus pour gagner plus pour ne pas dire travailler plus pour gagner au moins autant qu’avant .

Ce verbiage trouve sa méthaphore gestuelle dans l’agitation vertébrale du boss, mais malheureusement le langage à l’aune de couleurs de l’économie virant au rouge, n’améliore pas les résultats du quotidien et surtout l’efficacité de la méthode qui en ces temps difficiles nécessiterait une adhésion de la population plutôt qu’un rejet massif de cette politique des mots et du spectacle.  

 

 

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LE PARADIS EUROPEEN

Posté par provola le 27 janvier 2009

Pour aimer l’Europe, il faut y disposer de toutes les facilités pour abriter vos stock-options , vos plus-values et vos droits de succession. C’est bien ce souci qui a poussé les législateurs de Bruxelles à aménager des plages de respiration fiscale au coeur du continent . La mondialisation étant un obstacle pour le déplacement des populations sans le sou mais une voie express pour les capitaux ambulants, le risque était de voir convoler les investissement et les placements sous d’autres cieux moins regardants. 7 paradis sont donc à disposition des petits écureuils, comme autant de jours du créateur. 

La Grande Bretagne donne leur pain à 200 000 Français venus là sans passer par Calais. Profil type de l’exilé: 120 000 € de revenus par an.

Les îles Anglo-Normandes, pas de TVA pas d’impôts sur les successions ou les donations.

L’Irlande, niches fiscales en tous genres pour créateurs d’entreprises ou auteurs à succès.

La Belgique, intéressante à partir de quelques millions d’euros de patrimoine.

Le Luxembourg, le secret bancaire y est gravé dans la constitution. 

La Suisse, nul besoin d’y vivre pour y ouvrir un compte numéroté( et anonyme),le pays est également intéressant en cas de vente d’entreprise.

Le Liechtenstein, pour les Français résidents en Suisse et qui peuvent y créer une fondation afin de gérer et transmettre leur patrimoine.   

Pour les asthmatiques à la recherche d’un climat plus propice à leur développement pulmonaire  ou les amoureux des ours des Pyrénées il reste bien Monaco ou Andorre, mais il s’agit dans ces deux cas d’ anecdotes à princes de pacotille, de simples rochers qui se prennent pour la pierre philosophale.  

On voit bien que les limites de l’Europe ne sont pas encore parfaitement définies et qu’il faudrait une véritable harmonisation des taux d’împositions entre tous les paradis qui empêche entre eux un dumping fiscal,  néfaste à l’attractivité de notre continent vis à vis des autres parapluies mondiaux.

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

LA SUISSE LIBERE LES CAPITALISTES

Posté par provola le 26 janvier 2009

La Suisse ne faisant pas partie de la Communauté Européenne, est entrée dans l’espace Schengen, renvoyant ses troupes de gardes frontières à une surveillance accrue des vitesses le long des pistes de ski. Gardant jalousement son secret bancaire la Confédération permet enfin aux déposants de repartir sans contrôles redondants.

Auparavant les trafiquants en tous genres pouvaient planquer tous les butins ou les pots de vin à l’abri de guichets polyglottes, pour ensuite , lors du retour, être inquiétés par un douanier zélé, pour avoir voulu emmener plus de deux tablettes de chocolat.   

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

LE MUR DU SILENCE

Posté par provola le 26 janvier 2009

Une fenêtre de tir , c’est ce à quoi fait penser l’offensive de l’armée israélienne qui aura profité du passage de témoin à la maison Blanche pour balayer le terrain de la bande de Gaza. On comprend la logique de la décision du Président Olmert d’attaquer le Hamas à la lumière du déclenchement du retrait des troupes de Tsahal, qui à l’heure du discours d’investiture d’Obama avaient quitté le sol de Gaza . On fait la guerre , mais surtout on remballe tout pour ne pas gâcher la fête , on entend d’ici Bush accorder un blanc sein au Président Israélien et conclure par: « OK vous faites comme bon vous semble, vous avez trois semaines , surtout , vous n’emmerdez pas mon successeur, je ne veux pas qu’on pense que je laisse des papiers gras derrière moi . Donc vous rentrez tous avant que Barack jure fidèlité sur la bible de Lincoln,  pas d’heures supplémentaires, il n’y a rien à gagner au delà .

Le petit jeu a fait 1300 morts et des milliers de blessés.

Heureusement , Olmert à mis à l’abri de toutes poursuites judiciaires les artisans  de cette mission exécutée avec une précision d’horlogers éléphantesques. L’immunité pour Tsahal sera totale , qu’on ne vienne pas parler de crimes de guerre, la réponse aux interrogations de la communauté internationale se traduira en un lapidaire :

« Circulez , il n’y a rien à voir ! »     

Publié dans MONDE | Pas de Commentaire »

MORALES , FILS DU CHE.

Posté par provola le 25 janvier 2009

A l’heure où 4 millions de Boliviens sont appelés aux urnes pour se prononcer sur la réforme de la constitution , Dariel Alarcon Ramirez dit « Benigno », dernier compagnon de lutte du Che réitère ses accusations sur le régime Castriste pour son rôle dans l’assassinat du révolutionnaire. Il y a dans ces deux événements en apparence distants comme un raccourci   saisissant de l’histoire.

Depuis 3 ans Juan Evo Morales , premier chef d’état d’Amérique du sud issu des populations amérindiennes (Aymara) n’a cessé d’imprimer sa marque, nationalisant les ressources gazières du pays et redonnant une dignité à la majorité autochtone exclue du pouvoir de tous temps. Privilégiant la primauté rendue au pouvoir de l’état sur les  intérêts  des multi-nationales étrangères , Morales souhaite perpétrer sa révolution démocratique, dissociant son propre destin de celui de la Bolivie. Ne pouvant briguer que deux mandats il a bien conscience que son aura  risquerait d’être une entrave au changement en cours et donc que les droits du peuple Aymara pourraient s’étioler au moment de son départ. Il y a du Che dans cette attitude pour qui sa propre popularité ne pouvait que mener le pouvoir à dériver vers le culte de la personnalité . Le Che préféra continuer la révolution ailleurs , Morales, lui, préfère assurer la légalité de son action , en attendant les jours de retour de flammes. On ne peut que percevoir dans cette libération des indiens Aymara, de ce  peuple bâillonné durant des siècles, comme un héritage des derniers espoirs de Guevara, comme une mémorable revanche. 

Le Che a donc vaincu par Morales, 40 ans après, au moment où Castro voit le sol se dérober . Castro qui aux dires de Dariel Alarcon Ramirez a bien été à l’origine du guet-apens tendu à l’expédition du Che du quel a pu réchapper « Benigno « . Celui-ci explique que le discours d’Alger du Che qui fustige le rôle des impérialismes a signé son arrêt de mort , l’ogre soviétique n’ayant pas apprécié et n’entendant pas être gêné dans son propre expansionnisme. Il fut  alors ordonné à Castro de trahir l’ancien ami qui pouvait représenter un obstacle à la montée en puissance de l’URSS en Amérique latine. Il fut promis à Fidel des aides militaires qui lui garantirait de tenir un pouvoir sans partage.   Le complot s’organisa à La Havane même où Le Che et son esquade préparèrent l’expédition bolivienne et n’obtinrent pas les bons renseignements sur ce qui les attendait sur le sol Bolivien . Castro promis le soutien local du pari communiste , ce qui n’arriva jamais . On leur apprit un patois local dont ils se rendirent compte sur place qu’il n’était  pas le bon.

Guevara mort , « Benigno » est heureusement encore là pour savourer la révolution démocratique de Morales , fils spirituel du Che, digne détenteur du lègue, artisan de l’hommage posthume.

  

Publié dans MONDE | Pas de Commentaire »

LA CROISSANCE DE QUOI ?

Posté par provola le 24 janvier 2009

Religion économique, évidence indéboulonable, la croissance est à la logique des marchés ce que la truffe est à l’art culinaire. Ce que l’on entend par croissance est déjà plus nébuleux, comme si les cercles  économiques refusaient de mettre en lumière la vacuité des méthodes de calcul. Par croissance , on entend généralement une augmentation de la richesse, du moins est-ce ce que l’on a envie de croire . Et là , l’ objectivité voudrait qu’on cantonne ce terme de croissance en un plus discret « croyance » en l’augmentation de richesses . Ce n’est déjà plus la même affaire . Comment donc décortiquer ce qui dépend réellement de la croissance de ce qui n’est en réalité qu’une forme d’obédience ou de  confort intellectuel.

La croissance se traduit généralement sur les courbes du produit intérieur brut ,ou de la valeur de la somme des biens et services ayant un coût , et donc une valeur monétaire. Tout ce que l’homme produit en transformant la matière brute, énergies non renouvelables ou énergies renouvelables, en biens matériels , mais également tout ce que l’homme réalise dans le but d’améliorer la condition de son prochain sans qu’il s’agisse pour autant d’utiliser une matière quelconque, entre dans le calcul du PIB et donc de la croissance. Dans un cas , il s’agit du process industriel ou de l’activité agricole, dans l’autre cas on évoque tous les services, enseignement, soins, qui participent de la création de richesses.

Il parait si simple de mettre sur le même plateau de la balance toutes les créations de richesses comme si elles étaient toutes des atouts de l’augmentation du bonheur.

L’augmentation du nombre des fumeurs ne peut que pousser le chiffre d’affaire des cigarettiers mondiaux, ce mouvement permet au cancer du poumon de participer aux festivités car l’augmentation du budget des soins est calculée dans l’augmentation du PIB et donc dans le calcul de la croissance. On peut également évoquer l’accroissement du tour de taille de nos jeunes générations qui permet à l’industrie pharmaceutique de déployer une stratégie anti-obésité pour les futures générations , ce qui bénéficie aux perspectives de gains et donc à la valeur en bourse et donc à la croissance.

On commence à se rendre compte que la croissance est déjà moins sympathique que ce que l’on croyait. Les zones d’ombre ne s’arrêtent pas là . Le raisonnement économique veut que l’on calcule le PIB sur les seuls biens ou services sur lesquels nous pouvons mettre une valeur. Nous transformons des matières premières en biens matériels sans pour autant prendre en compte le fait que ces matières premières sont épuisables , le coût dépend bien entendu du fait des difficultés toujours plus importantes à  l’extraction de gisements profonds . Ainsi plus les gisements sont profonds et plus la difficulté augmente à l’exploitation, plus le pétrole coute cher , plus le coût de l’exploitation augmente ,plus le PIB augmente , plus la croissance augmente et moins le pétrole existe . En d’autres termes moins le pétrole existe, moins cette disparition apparaît sur les courbes de la croissance.

Cette contradiction se retrouve à chaque niveau de la création de richesse . L’épuisement des énergies renouvelables comme la fertilité des sols agricoles n’est également pas prise en compte ou plutôt , cet épuisement qui oblige à l’emploi toujours plus massif de fertilisants pour des rendements toujours plus faibles , tout ce processus industriel participe au bout du compte à la croissance. En gros, moins les sols peuvent produire des quantités suffisantes de denrées alimentaires , plus la croissance augmente.

Allons y gaîment:

Moins les océans sont riches en bans de poissons, plus le chiffre d’affaire des chalutiers augmente par une course aux armements de l’industrie de la pêche. Moins il y a de poissons, plus la croissance augmente.

Plus les hommes mangent de hamburgers , plus les cheptels dégagent de méthane et piétinent les terres des pâturages ,celles ci devenant parfaitement stériles. Les feux de forêts détruisent des milliers d’hectares de source d’oxygène mais donnent du travail aux fabricants de canadairs . L’industrie de l’armement augmente son budget mondial d’années en années pour une utilité qu’on voudrait nulle. La publicité n’existe que pour donner aux biens et services une valeur fictive supérieure à la valeur qu’elles auraient par les simples lois du marché. Le tout est inutile mais participe de la création de richesses et donc à la croissance. Plus généralement tous les processus de transformations industrielles produisent des gaz à effet de serre , en plus du fait que cela fout en l’air la planète, nos chères élites en ont fait une création de richesse en considérant que chaque tonne de CO2 produite vaut tant et donc participe à la création de richesse et donc à la croissance.

Une terre en piteux état vaut beaucoup plus qu’une terre saine et produit plus de croissance , des malades valent bien plus que des bien-portants et produisent plus de croissance, plus la maladie est importante , mieux la croissance se porte, la croissance est une chimère qui nous mène droit vers où vous savez.          

Publié dans ECONOMIE | Pas de Commentaire »

LA REVOLUTION AVORTEE DE TIAN’ANMEN

Posté par provola le 23 janvier 2009

Au moment où le pouvoir de Cuba célèbre le cinquantième anniversaire de la révolution de 59 , les anciens étudiants dissidents de la place Tien’Anmen ont ils le secret espoir de remettre ça , vingt ans après la tentative de protestation avortée ? Ceux qui le peuvent se retourneront et auront le bonheur de percevoir le cri du coeur de toute une planète, un merci posthume . Ils furent les rois des révolutionnaires, les dignes héritiers des héros de l’histoire des protestations. Du 15 avril au 4 juin 1989 se joua sur le pré carré de la place Pékinoise une certaine idée de l’avenir de l’humanité, en tous cas du 1/5ème de celle-ci. La tournure des évènements des vingt années qui suivirent n’aura bien entendu pas manqué de les plonger dans des abysses de perplexité. Non seulement la communauté internationale n’aura pas su ramener le péril jaune au plus près du concert démocratique , mais l’économie mondiale piétinant les  principes fondamentaux des libertés individuelles a fait de l’empire du milieu le lieu du pire.

Régime surpuissant , corrompu , concentration des pouvoirs , utilisation maniacale du renseignement , loi de la peur , les ingrédients du succès ne pouvaient permettre à eux seuls une régénérescence perpétuelle du bras armé sans l’intronisation du Dieu Argent . Au lieu de nier la propension naturelle d’un peuple au sortir de siècles de misère à l’accumulation de biens matériels , les dignitaires du Parti ont compris le parti qu’ils pouvaient tirer de la fascination de l’éphémère abondance. Contrairement à leur client et débiteur américain , les communistes chinois , reprenant à leur compte le raisonnement du philosophe anglais du 17ème siècle Thomas Hobbes (l’homme est un loup pour l’homme) , tentent de préserver les chances d’enrichissement personnel de leurs concitoyens en réduisant au maximum les possibilités de conflits ou de révoltes . Tant que les libertés individuelles ( qui  portent les hommes à s’entre-déchirer)sont anéanties, les hommes peuvent s’adonner naturellement et sans limites à leurs activités lucratives, et vivre dans l’unique but  de la création de richesses,  à terme ce processus ne peut que profiter au plus grand nombre même si cela contribue au photo-copiage comportemental. Le but ultime est pour le régime de durer et de gagner la planète au principe du bosser pour s’enrichir.      

Notre nouvel Ami  à la bible de Lincoln n’aura pas mis bien longtemps à chatouiller l’amour propre de son banquier chinois en fustigeant la politique de dévaluation voilée du yuan, ceci faisant profiter la grande économie communiste d’un avantage injuste comme si l’économie était une marelle en culotte courte. Cet avertissement est une taquinerie entre partenaires. On a bien compris que les intérêts financiers du 21 ème siècle se jouent sur un axe New York- Pékin et que le couple métis, économie libérale d’un coté, communisme capitaliste de l’autre permet la constitution d’un duopole dominant, sachant interpréter toutes les gammes de la création de richesses.

Les États Unis ont fait de la Chine leur usine et leur banque, celles-ci  plaçant en l’oncle Sam le capital de confiance dont les marchés ont besoin pour étalonner leur valeur. Les deux régimes en apparence totalement contradictoires sont en fait complémentaires en participant d’une même logique de domination du monde par l’utilisation scientifique des avidités individuelles. Les Américains se représentent un paradis des libertés terrestres à l’aune des mansuétudes divines , le marché étant un don du ciel se régulant de lui-même, les libertés individuelles sont le moteur du marché, la condition du succès ,qui est une accumulation de biens matériels. les Chinois,eux, étouffent les libertés pour laisser libre cours à la cupidité , c’est parcequ’ils ne peuvent penser à autre-chose qu’à leur propre enrichissement  qu’ils sont les premiers à croire au rêve américain . Chausser les Nike qu’ils fabriquent est  déjà une façon de participer à la foire du possédant.  

Le rêve des chrétiens d’Obama , est la préservation des libertés individuelles par l’accumulation de richesses , le but des mécréants Chinois est de trouver la liberté dans la déification de l’accumulation de richesses , la similitude des diagnostics politiques débarassés de leur étiquette sémantique frôle la filiation . 

On est bien loin des idéaux de liberté de Tian’Anmen , cette liberté intrinsèque , se situant hors les règles de la création de valeur matérielle , cette liberté qui n’a pas de prix.

Publié dans MONDE | Pas de Commentaire »

PROFIL BARACK

Posté par provola le 21 janvier 2009

On n’est plus les plus forts , on n’est plus les plus beaux, on n’est plus les plus riches, on n’est plus les plus intelligents, on n’est plus le peuple que Dieu veut sauver à tout prix. On n’est plus l’Amérique, juste un pays qui rêve de le devenir à nouveau. Cette phrase qu’Obama n’a pas prononcée, qu’il ne pouvait pas prononcer, tout le monde l’a entendue sans l’avoir réellement entendue. Bien évidemment , ce pays de toutes les réussites, de tous les excès , ce phare de l’humanité, comme une réminiscence du monolithe de 2001 odyssée de l’espace , ce royaume  béni et à l’image de Dieu , en quelques années de descente aux enfers a perdu de sa superbe et l’aura planétaire dont il jouissait ,peut-être de manière tout à fait usurpée, mais on ne juge pas un rêve. Tant que l’attrait du système pays permettait de faire affluer les devises du monde entier vers les chimères du jeu de hasard , la croissance était assurée et le dollar pouvait garder son pouvoir d’attraction et les autres planètes graviter sur l’orbite des marchés.

A plus petite échelle , on peut comparer ce phénomène avec l’effet de gravitation exercé par les micro-refuges à capitaux que sont les paradis fiscaux tels que Monaco ou des pompes à trafics que sont les parcs à riches tels que Dubail . Plus l’attractivité augmente avec l’afflux de capitaux en mal de sécurisation ou de blanchiment ,plus les prix augmentent comme le poids d’un immense piège à matière sonnante et trébuchante et donc plus l’attractivité augmente jusqu’à ce que la matière environnante ne soit plus suffisante pour gonfler plus avant la bulle spéculative . Lorsque le point de rupture est atteint et que les premiers à avoir misé ont compris qu’il était temps d’arrêter de jouer, le marché s’effondre.

Ce qui se passe à Dubail aujourd’hui , à échelle réduite se produit à l’échelle de la planète car les Etats-Unis sont le noyau de cet immense piège à matière, à richesses. On peut se réjouir que ce genre de cataclysme déboulonne la statue aux cinquante étoiles, mais il faut bien admettre que dans un système de jungle universelle le manque de point de repère , d’aimant absolu , de maître étalon provoque comme une anarchie des valeurs , électrons libres sans palier .

Aucune autre nation ne peut actuellement reprendre ce rôle de stabilisateur des peurs qui concentre le pouvoir d’apaiser les angoisses des grands argentiers de la planète . Si l’occasion n’est pas prise au vol de clamer que la nation Obamaniaque n’est plus le centre du monde, l’on est au moins partis pour un nouveau tour de passe-passe autour de la fée Amérique à se pâmer comme des enfants aux yeux écarquillés devant le château de la belle au bois dormant dans notre Disney-land financier. Et la relance se traduira par une période de fastes ou l’illusion finira cette fois par s’effondrer sur la faille béante de l’épuisement des ressources mondiales.

Cette fois il n’est plus question de rigoler , de laisser les clés du jouet aux seules mains peut-être tremblantes et volontaires du bon Obama , mais aussi inexpertes dans l’art de diriger  l’orchestre planétaire. La partition n’est plus l’apanage du compositeur emblématique et l’acoustique dépend de murs tremblants.

D’un coté la vieille recette qui serait de redonner un rêve universel aux humains permettrait de revitaliser l’économie en lui insufflant l’énergie des candidats au mirage de la création de richesses , chaque heure de travail effectué en un lieu quelconque du globe , chaque objet fabriqué du nord au sud pouvant être évalué à l’aune de l’échelle de valorisation agrée à Wall Street. Comme d’habitude , si Wall Street s’effondre tout s’effondre ,de la même manière si Wall Street prend de la valeur ,c’est toute l’économie mondiale qui prend de la valeur. Piège à cons de l’époque moderne , absurdité du marché, échelle de valeurs en toque juste là pour atteindre un plafond de gaz à effets de serre.

D’un autre coté un autre monde , oui, celui qui regroupe toutes les valeurs qui ne sont pas celles de la cupidité décriée dans le discours d’investiture du nouveau président américain . L’autre monde dont celui qui vient nous gave déjà, bien que l’on se doute sans beaucoup de chances de se tromper que le locataire de la Maison Blanche penchera plutôt pour les lunes faciles de la captation des mirages en or, pour les pots d’échappement aux filtres stériles , pour les vases à expansion des jouissances terrestres , pour l’éphémère réjouissance capitaliste. Obama est un pûr mais dans sa pureté il devra être combattu dans ses certitudes sur la structure des marchés et de la grandeur des Etats-Unis. Croire en Dieu permet d’avoir moins peur de l’avenir , ça permet de croire dans les marchés de la même manière et de ne pas douter de la justice libérale. Les croisades n’avaient pas d’autre but que d’accumuler des richesses en épuisant les ressources des convertis , il suffisait de se convaincre qu’il s’agissait de l’accomplissement du message divin plutôt qu’un complot de terroristes. 

Obama a l’air sincère dans son empathie pour les pays du Tiers monde mais il est à la tête d’une arme de destruction massive et les anges sont des démons d’arrogance . Faisons crédit à Obama, c’est à dire confiance , il n’est pour l’heure aucune alternative: l’Europe est morte avant d’être née, le Brésil et l’Inde ne sont pas encore adolescents et se contemplent dans la liste d’attente des sms du néant.   La Russie et la Chine se voient dans le revers de la médaille qui brille.

Si rien d’autre n’existe donc , que la confiance, serrons la main ,d’une main ferme , de celui qui nous mènera quoiqu’il en soit plus près du destin de nos enfants.

    

    

Publié dans MONDE | Pas de Commentaire »

LES NOIRS AU TROU

Posté par provola le 20 janvier 2009

La population carcérale des Etats-Unis est de 2 300 000 personnes, il s’agit du plus importants taux de prisonniers au monde , à titre de comparaison , le nombre de détenus en Chine est estimé à 1 500 000, le nombre étant de 760 000 en Russie. Sur une population de 300 000 000, le taux d’incarcération est donc de 0,7%.

La répartition ethnique est particulièrement édifiante, les Afro-américains en représentent la moitié, les latinos en représentent le quart.

La population noire représente environ 12% de la population totale , donc environ 36 000 000 personnes. 

A titre de comparaison , le nombre de prisonniers en France est de 60 000 sur une population de 63 000 000 personnes, le taux d’incarcération est de 0,095 % et la France est fustigée par Amnesty international pour sa sur-population carcérale qui la classe parmi les pays occidentaux qui bafouent les droits de l’homme.  

Revenons-en au taux de la population noire Afro-américaine incarcérée de 1 150 000 personnes sur 32 000 000, ce qui représente un taux de 3,6 % . Divisons ce taux par le taux français 3,6 / 0,095 = 38 . Ce facteur veut dire que pour avoir un taux d’incarcération identique en France, le nombre de prisonniers devrait être de 2 280 000 personnes soit …

la population de Paris Intra muros.

Le fait d’avoir élu un blanc à moitié noir, prouve-t-il que le peuple des fondus de la liberté individuelle est enfin persuadé qu’il y a statistiquement un hiatus et que bon nombre de détenus à la peau pas vraiment pâle n’a rien à faire de l’autre coté des barreaux?  

 

Publié dans MONDE | 1 Commentaire »

TOUT EST PRÊT POUR LA FÊTE

Posté par provola le 19 janvier 2009

0kdorwsp180x1401.jpgIsraël a déclaré que toutes ses troupes se seront retirées de la bande Gaza à l’heure de l’investiture du 44ème Président des Etats-Unis Barak Obama, les festivités  devant refléter l’allégresse et la communion . Et dire que l’on a failli ne pas être tout à fait prêt pour la célébration mondiale. La scène sera décorée de l’habit de lumière, les paillettes et les feux d’artifices décriront dans le ciel l’image d’un monde meilleur, les palaces de la capitale retrouveront les fastes des heures glorieuses de l’Amérique. Les quelques bâtiments légèrement bousculés par les mouvements de foule seront masqués d’un silence radio.      

Publié dans MONDE | Pas de Commentaire »

OBAMA REND TOUT

Posté par provola le 18 janvier 2009

L’intronisation du premier Président américain blanc, qui est pris pour un noir par l’autre moitié des faux croyants de la démocratie raciste, va souffler un vent nouveau sur la politique des Etats-Unis.

Obama va reconnaître le droit des indiens à se voir restituées leurs terres envahies par les premiers colons européens.  les populations noires issues des générations d’esclaves africains vont pouvoir récupérer les plantations  que leurs ayeux ont travaillé sans qu’aucun salaire ne leur soit versé.

Les 50 millions de citoyens sans protection médicale vont bénéficier d’une nouvelle sécurité sociale gratuite à 100%.

Les immigrés clandestins de la frontière mexicaine vont recevoir un permis de séjour illimité, les casinos de Las Vegas vont taxer la connerie.

Les populations du Viet-Nam, de l’Irak, vont être dédommagées pour les massacres subis, les enfants d’Hirochima et Nagasaki vont recevoir une prime à la casse, les enfants de Bhopal vont pouvoir vivre de la générosité de la nouvelle administration. 

Les dictatures du moyen-orient vont rendre le pétrole aux populations locales après que des élections démocratiques auront bouleversé la région.

Israël se verra conseillée de reconnaître l’ Etat Palestinien, la Chine partenaire commercial privilégié sera  obligée de libérer ses prisonniers politiques et de rendre le Tibet.

L’Europe va devenir indépendante au plan militaire et le roquefort ne sera plus taxé à 400% au pays du cheeseburger.    

Publié dans ETATS-UNIS, MONDE | Pas de Commentaire »

LA PLUIE DE DIEU SUR L’ONU

Posté par provola le 17 janvier 2009

011.jpg

Publié dans RELIGIONS | Pas de Commentaire »

BUSH DIT LA VERITE

Posté par provola le 16 janvier 2009

Lors de sa dernière conférence de presse , en guise d’adieu, Bush a enfin daigné nous dire la vérité, pour une fois :

« Je laisse un monde plus libre ! »

En effet, sans lui, le monde sera plus libre.

Mine de rien ça va faire un vide , qu’on se rassure:

Demain on commence à taper sur Obama.

Publié dans ETATS-UNIS, MONDE | Pas de Commentaire »

WORLDWATCH, C’EST PIRE QUE CE QUE L’ON PENSAIT

Posté par provola le 16 janvier 2009

Le rapport du Worldwatch Institude chargé de surveiller le réchauffement de la planète est sorti à moins dix (degrés), 20 ans que l’on avait plus vu cela,  battre le pavé à l’opposé des touristes emmitouflés de sacs, le long des échoppes de luxe , est un luxe que seuls les clodos connaissent .   

Solitude quand tu nous tiens, il fait trop froid pour trouver le sommeil, il fait trop chaud pour fermer les yeux. La hausse des températures annoncée me glace et sous la couette, la couverture de la planète se fige , le gel me fait ressembler à Lionel Terray descendant de sa victoire sur l’Anapurna, les mains et les pieds transits , congelés, noircis, insensibles car déjà morts.  Les gosses dorment , je ne vais pas leur dire que pour eux ,c’est déjà foutu, 383,1 ppm parties par million soit 6 de plus en 1 an , le dioxyde carbone explose, quand au méthane 1789 ppb, une révolution de plus, le méthane prend ses aises.

En termes de pouvoir réchauffant par les gaz à effet de serre , l’augmentation le situe à 1 % de plus pour l’année 2007 , ce qui fait 25% de plus depuis 1990 année référence du protocole de Kyoto.

En fait, Kyoto, tout le monde s’en fout , comme on dit ou alors tout le monde fait semblant d’y croire ,cela donne bonne conscience , mais finalement le fait de connaître les chiffres permet de s’adonner à une bonne table bio et d’aller se balader avec le 4X4 basse consommation . 

Finalement, par les temps qui courent, tout ce qui n’est pas Gaza, est plutôt rassurant.   

Publié dans ECOLOGIE | Pas de Commentaire »

ROCARD RACCROCHE, PAS LE PRESIDENT.

Posté par provola le 16 janvier 2009

Jean Paul Huchon, Président de la région Ile de France, interrogé sur BFM, rassure l’auditeur et le commentateur sur l’état de santé de l’ancien Premier Ministre.

« Vous qui êtes un ami proche de Rocard, pouvez vous nous dire pourquoi M.Rocard ne briguera pas un nouveau mandat lors des prochaines élections européennes ?

« Vous savez, Michel n’est pas un courreur de mandats ( à peine 60 ans de vie politique) , il pense devoir se destiner à la réflexion pour servir son pays. »

Un examen, de la situation permet de situer l’action , scène 2, acte 4. Peut-être qu’à 79 ans, il est enfin temps de s’adonner à la réflexion , avant il n’avait pas le temps, il est précisé: pour servir son pays , avant il était payé pour se dorer la pilule. Il est vrai que l’Huchon a aussi de la bouteille dans le genre dégustateur averti. Il connaît les frustrations des hommes politiques qui ne sont pas à l’abri des chatouilles de la justice.

Condamné à 6 mois de prison avec sursis et à 60 000 euros d’amende , pour prise illégale d’intérêts pour les marchés publics via l’emploi de son épouse, il est redevenu éligible par la grâce de la cour d’appel de Paris, par la même il est le personnage le plus influent d’une région de 11000000 habitants, rien moins que la plus riche de France. De ce point de vue il dispose d’ un poste d’observation privilégié sur l’ utilisation du bien public.  

« Selon que vous serez puissant ou faible, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir » Jean de la Fontaine.  

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

LE SEXE AILLEURS, STRATEGIE DU VISA.

Posté par provola le 14 janvier 2009

Les occidentales sont trop chères, il n’y a plus de prix, une pipe avenue Foch, ça vous enlève une douzaine d’escargots  sur l’assiette du dimanche. Les filles maintenant roulent en mini, faut pas charrier, l’Euro rend la consommation plus difficile ,malgré tout on est obligé de passer par là car ailleurs , le sida empêche de bander . Ici les nanas sont contrôlées, alors malgré les augmentations, la marque reste un bon viatique pour éviter la chtouille.

Et puis si les tarifs de la capitale sont devenus rédhibitoires ,il reste internet et les destinations pas chères. La Thaïlande a perdu de sa cote mais Saint Domingue ou Madagascar offrent des vacances bon marché avec une assurance pour vierges 100%.Des agences américaines proposent des forfaits sympathiques sans risques, d’ailleurs ça doit se savoir, 10% des touristes mâles profitent d’un déplacement ciblé pour agrémenter les arrêts de bus. (cela fait quand même 80 000 000 de traqueurs de gonzesses qui participent à la balance commerciales des pays traversés. Faut savoir ce que l’on veut.

Je vais peut-être me laisser tenter par le Brésil, les filles sont refaites à partir de 15 ans si elles ne sont pas des canons de silicone, on peut avoir plus jeune mais il suffit d’aller plus loin et dans des pays plus pauvres , pourvu qu’il en reste encore quand je serais à la retraite. A tout prendre , je préfère des pays chrétiens, catholiques c’est moins facile, les pays musulmans , je connais personne et les pays bouddhistes , c’est pas mal aussi.d’ailleurs. J’ai un tuyau pour la Birmanie , mais la dictature, c’est pas mon genre et le certificat de virginité n’est pas officiel. Reste la Corée du Nord, j’ai pris ma carte du PC cet hiver cela va peut être m’aider dans ce pays, il parait que les autorités y bénéficient d’un réseau, grace aux mafias locales, de petites filles en provenance des hauteurs de l’Himalaya. Mais là , il faut les prendre de plus en plus jeunes car elles y sont porteuses dès l’âge de 2 ans, cela entraîne une déformation de la colonne vertébrale qui gêne les capacités physiques.

Finalement , à bien y regarder , j’ai du mal à assumer mes effusions et j’ai toujours des doutes sur ma morale, finalement, en France , on me prendrait presque pour un pédophile.

Alors , en dernier ressort,  on m’a parlé du Japon, les filles y sont splendides, lifting tous corps d’état, des mensurations de rêve, mais faut pas rêver, là c’est du lourd, je ne sais pas si j’y serais assez performant. Les geishas nouvelle génération sont des foudres vivantes, elles se défoulent sur les mecs qui ont du mal à bander en mitraillette, elles font du tri sélectif  avec les sacs à noeuds. Je suis tenté mais l’Everest par la face nord, pour le marcheur de l’avenue Foch, c’est une sauterie dans l’inconnue.

Ah, j’oubliais, si vous voulez l’adresse , au Japon , c’est à Tokyo , place centrale , les girls d’enfer, c’est le dernier modèle des robots teens de chez Sony,quatrième génération, modèle 5 .Un look dantesque, basé sur des mensurations parfaites .On peut télécharger 38 programmes différents, la type bronzée du sud indien est particulièrement réussie, et elle a le meilleur rapport qualité prix, on peut l’avoir à partir de 3 ans . Et elle ne demande que cela. 35 yens de l’heure , c’est moins cher à partir de 7 ans, la bonne nouvelle c’est le taux de change avec l’euro qui ne cesse de baisser depuis 2 ans.

Finalement, j’ai peut être trouvé un endroit pour investir ma libido.

 

 

Publié dans MONDE | Pas de Commentaire »

IL FAIT MOCHE QUAND IL FAIT BEAU

Posté par provola le 13 janvier 2009

pollution.jpgLa vague de froid qui nous quitte aura été d’une grande utilité, elle aura fini de nous convaincre qu’il vaut mieux dorénavant désigner  le mauvais temps durant les périodes de hautes pressions et inversement attendre la pluie comme un havre de paix des voies respiratoires.

Par inversion des systèmes de températures, une terre froide maintient la couche d’air au contact du sol à  une température basse, alors que les couches d’altitudes sont plus vite réchauffées par les rayons solaires . Ainsi, les fumées des chauffages urbains et des gaz d’échappement,empêchés de s’échapper vers les pays du tiers monde, réduisent notre atmosphère en une immense cigarette sans filtre alors que les chiffres officiels de consommation indiquent une réduction de l’addiction à la nicotine.

Étonnement , si les niveaux d’alerte parviennent souvent à stimuler quelques sporadiques réactions portant tout au plus sur une réduction des vitesses maximales,  les seuils critiques ne sont jamais atteints sans que l’on sache véritablement à quoi les échelles de risques correspondent réellement.

Faut-il attendre que 10% de la population se présentent aux urgences pour des problèmes respiratoires pour empêcher tout véhicule de quitter son garage? Demandera-t-on plutôt aux personnes les plus exposées, personnes âgées, nourrissons, asthmatiques, de rester à la maison faute de pouvoir empêcher la société de continuer de s’asphyxier ?

Quoi qu’il en soit , nous serions désormais gré à nos chers présentateurs météo d’arrêter de nous saouler avec les sempiternelles évocations, de plus en plus douteuses, des joyeux week-end de hautes pressions.

Publié dans ECOLOGIE | Pas de Commentaire »

L’EUROPE DES PLANQUES

Posté par provola le 12 janvier 2009

L’Europe est un lieu obscur , où même les chouettes ne voient que l’ombre des députés absents. Comme l’assemblée de Strasbourg est un centre de remise en forme disposant de couchettes haut de gamme, les gouvernements européens ont de temps en temps la possibilité d’y expédier les cadres repentis pour une bonne dose de purgatoire. Dans ce contexte de vacances généralisées pour nos concitoyens, notre bon Président a décidé de concéder à la justice, un petit voyage en TGV sur les bords du Rhin. Rachida Dati ayant terminé en 2 ans le lourd labeur lui ayant été confié pour 5ans , se voit remerciée et devient chef de liste UMP pour les élections européennes du printemps prochain.

Rachida n’ayant pas eu le loisir de comprendre le langage des avocats,  se destine à une nouvelle aventure loin des prétoires, dans l’inconnu des dossiers subventionnés. En tant que garde chiourme, elle a tout foiré sauf sa tenue et à part la bague , elle n’a servi qu’à son tailleur et le garde des sceaux ne l’a jamais rencontrée. Comme elle a montré son savoir faire quand on a besoin de rien, on l’expédie donc en un lieu sûr où elle ne risque rien, surtout pas d’avoir à planter quoi que ce soit. On la parachute sur un arrondissement parisien, ce qui la met à l’abri de mauvaises surprises et on lui permet de s’occuper du bébé pour une longue période de congés maternité à la charge du contribuable, à la barbe des pro-européens nonistes.

Publié dans EUROPE | Pas de Commentaire »

TRAVAIL DU DIMANCHE, REVOLUTION A L’ENVERS

Posté par provola le 11 janvier 2009

L’étude du projet de loi sur le travail du dimanche a été reporté siné dié , faute d’avoir pu rassembler un quorum au sein de l’assemblée nationale . Cette disposition aurait pu soulever une levée de bouclier parmi les députés de la majorité alors que l’opposition socialiste a toujours été contraire à une telle loi . 

Seule la volonté du Président de la République de maintenir le cap du travailler plus pour gagner plus semblait vouloir porter l’ouverture des commerces le dimanche sur un piédestal idéologique .

Il est vrai qu’il existe en théorie de nombreuses manières d’augmenter le pouvoir d’achat des salariés et l’une de ces manières est de détruire les gardes fous qui avaient conduit la société au cours des décennies passées à réduire le temps de travail. On peut bien imaginer qu’en disposant de commerces ouverts 24H SUR 24 et 7 jours SUR 7 , les consommateurs auraient la possibilité de consommer plus et donc d’accroître le chiffre d’affaire global de la distribution et donc la création de profits et donc la création d’emplois.

Le libéralisme est ainsi fait , (Adam Smith avait été le précurseur de ces grandes idées libérales) nous l’avons déjà vu qu’il porte en lui même le sentiment qu’ une entité supérieure dite loi du marché régulera in fine le processus de création de richesses pour finalement aboutir à une redistribution de.ces profits.En théorie tout fonctionne à merveille. Sauf que

L’ouverture des négoces le dimanche est surtout faite pour profiter à la grande distribution qui trouve là un terrain favorable à une nouvelle progression de sa part de marché vis à vis du petit commerce . Ce petit commerce profitait jusqu’alors d’un créneau permettant de bénéficier de l’absence des grandes surfaces , on peut donc imaginer par quel processus inique la création d’emploi dans les supermarchés peut à terme éliminer un nombre bien plus important d’emplois dans les centres villes . On peut estimer qu’un emploi gagné dans les grandes surfaces correspond à 2 emplois perdus dans le petit commerce , en considérant que les salaires chez les divers Auchan Carrefour ou Casino sont tous des  salaires  minimum on peut mesurer l’étendue des dégâts collatéraux auxquels nous devrions faire face par une telle mesure . Ce processus de destruction d’emploi et de paupérisation du salariat a été le résultat de nos politiques d’augmentation des surfaces de vente et de concentration des enseignes et il est parfaitement mesurable, il n’y a aucune raison de penser que de donner à nouveau des armes aux plus forts bénéficierait aux plus faibles.

Des mêmes exemples de paupérisation du salariat par une précarisation un alignement aux minimas sociaux , un recours systématique aux contrats intérim ou des temps partiels tout ce schéma classique est en cours actuellemnet dans des pays voisins nouvellement entrés dans la communauté européenne comme le Portugal. Les enseignes françaises y ont bénéficié de largesses infinies qui leur ont permis de s’imposer comme les grands gagnant de la modernisation de l’économie . 3 majors se sont désormais assuré des parts de marché majoritaires ce qui a conduit à la création de monopoles qui réduit à néant les espoirs d’une véritable concurrence .

Le même exemple de ce qu’on appelle modernisation de l’économie a porté à l’augmentation à 1000 m2 sans autorisation préfectorale, des surfaces de ventes des magasins , ce qui bénéficie en dernier ressort aux mêmes monopoles de fait.

Bien sûr, on peut penser que la mise en place de la loi a un effet bénéfique dans une toute première phase, ainsi l’ouverture du dimanche peut jouer comme un électrochoc pour le consommateur qui se dit que l’achat du dimanche se joue dans un contexte de nouveauté,ce qui peut impulser l’acte d’achat . Dans cette hypothèse , l’effet nouveauté a des chances de provoquer un effet d’aubaine qui peut relancer les ventes . A terme , il est clair ,que cet effet s’estompant , le retour de bâton ne pourrait être que contre-productif . On peut par exemple mesurer ce phénomène en étudiant l’effet positif sur les ventes autos d’une prime à la casse , ou d’une vignette écolo , malheureusement , on s’aperçoit que l’effet ne peut être que de courte durée  et la chute des ventes est toujours plus brutale que la hausse due à l’effet de lancement.

De la même manière les pertes d’emploi à terme seront encore catastrophiques pour le petit commerce , mais il est vrai que les élus à l’origine de ces lois contre-productives auront probablement déjà été remplacées et n’auront donc plus à rendre des comptes.  

On voit donc que si, sur un strict raisonnement économique , l’ouverture des commerces le dimanche est en fait un non-sens, une autre question que nous devons nous poser est le pourquoi de cette nécessité impérieuse d’accroître le pouvoir d’achat des salariés dans le contexte d’une société toujours plus riche . Comment se fait-il qu’une économie en croissance permanente ne donne au bout du compte qu’une paupérisation accrue d’une partie toujours plus croissante de la population ?

Il y a là un mystère qui ne peut être résolu qu’en étudiant la dérive qu’a subit la rétribution du travail salarié par rapport à celle ayant bénéficié au capital .En 30 ans , dans l’ensemble des pays occidentaux, on peut estimer à 10 points de PIB la part des profits étant passée de la poche des salariés à celle des actionnaires . Dans notre économie libérale et tout les acteurs de poids sont calqués sur cette idéologie , on entend claironner à tout va qu’il faut d’abord créer de la richesse avant de pouvoir la distribuer , c’est là le moteur du processus libéral , son postulat de base . OK pour la création de richesses , on peut bien admettre ce schéma de base qui semble calqué du bon-sens, mais que dire de la vocation première de cette création de richesse, sous-entendue dans la deuxième partie du postulat, c’est à dire l’utilisation des termes: »pour pouvoir la distribuer » .Il semble inéluctable dans cette équation simpliste, qui parait d’une honnêteté biblique, que l’action privée est portée par le bien commun, que tout travail porte à un profit qui normalement, au bout du compte, doit forcément, par un effet magique, bénéficier à la majorité .

On voit bien que les chiffres ne disent pas cela . Si l’actionnaire possède la base qui va permettre  la constitution de la machine productive , les salariés sont le pendant indispensable au fonctionnement de cette machine et donc devraient se voir associés, à part égale dans la base de partage des profits. Ce n’est bien évidemment pas le cas, 10 point de PIB passés en trente ans du salaire au capital ce sont pour la France, 150 milliards d’euros qui ,par an, manquent en fait au bon fonctionnement de l’économie . On pourrait penser que si ces milliards sont dans les poches des plus riches , ils seront dépensés à terme pour faire tourner l’économie , on voit encore une fois que ce n’est pas les cas et que cet argent alimente plutôt l’épargne , les paradis fiscaux ou les voyages outremer . 

On voudrait donc augmenter les salaires en faisant travailler plus mais on ne se pose pas la question du partage des bénéfices . Ainsi le groupe Auchan a-t-il vu ses bénéfices exploser ainsi que la fortune de son PDG et celle des 200 membres de la famille Mulliez alors que les caissières restent au smic durant toute leur carrière et que les contrats précaires n’ont jamais été aussi nombreux . De même peut on regretter que certains membres de la famille Mulliez (propriétaire de ce groupe ,comprenant  également Décathlon, Trois Suisses, Alinea,Boulanger ) aient trouvér refuge en Belgique pour échapper à l’impôt sur la fortune, mais cela est une autre histoire, bien qu’elle fasse partie de la même histoire . Bien sûr personne n’ ose remettre en cause les rêves des petites filles qui veulent souvent devenir caissières car elles croient que celles-ci possèdent tout l’argent qu’elles brassent, on doit pourtant admettre que souvent cet argent fini d’alimenter le coffre fort de l’oncle picsous.

Nous avons vu que le travail de dimanche n’est pas une solution du strict point de vue économique , deuxièmement que cela cache en fait le manque épocal de partage des fruits du travail et non pas un niveau intrinsèquement bas des possibilités de rétribution du travail, il reste maintenant à aborder le point de vue philosophique , la mise en perspective d’une telle loi sur ce que celle ci implique sur la façon dont nous comprenons l’ordonnancement de la vie , sur la place qui doit être réservée à la réflexion qui est une confrontation permanente à la mort,mais aussi à la morale et donc à la façon de se comporter vis à vis des autres et de comprendre notre propre destin.   

 On peut supposer à entendre l’argumentation libérale que notre relation à autrui se borne à notre valeur marchande . Nous pouvons acheter tant donc nous vallons tant , on se classe alors dans l’une ou l’autre des catégories de la société qui distingue et divise  simplement les individus par leur pouvoir d’achat . La loi du marché enferme la dimension du bonheur dans la possibilité ou non de l’acte d’achat . On entend tout le temps parler de la confiance du consommateur, qui sous entend le bonheur des individus , cet indice du bonheur servant à nos économistes à mesurer  le seuil à partir duquel doit se réaliser l’acte fondateur de notre société de consommation , l’acte d’achat, la publicité ,le matraquage servant à abaisser ce seuil de manière artificielle. A partir du moment où il n’existe pas d’autre dimension que la valeur marchande , le système se simplifie totalement et il est facile de penser qu’en augmentant de manière mathématique, en l’occurrence le nombre d’heures et de jours d’ouverture des magasins, on obtient un résultat bénéfique sur la propension du consommateur à laisser libre cours à ses pulsions consuméristes ,à assouvir son principal désir , l’achat .  On peut souligner également que l’achat est un acte égoîte par excellence car il sert la volonté très répendue et encouragée de vouloir se démarquer de son prochain. Posséder ce que mon prochain ne possède pas est un véhicule supplémentaire de la construction de la personnalité, un outil important utilisé par les publicistes habiles à exploiter la cupidité des individus victimes d’un désir irrésistible se sentir différents ou parfois même égaux aux autres dans une volonté clanique.

N’en déplaise à nos mentors de la conscience populaire, l’homme a encore des chances de pouvoir se défaire de cette robotisation larvée , de cette obligation qui semble lui être faite de ne se borner qu’à être un acheteur ou un vendeur. Assouvir ses désirs et en particulier  son désir de se mesurer à son semblable en exerçant son pouvoir d’achat,  ne le dispense pas de se retrouver un jour confronté à sa propre mort qui est aussi le moment de la question existentielle. Comme on n’échappe pas à la mort , on n’échappe pas à la confrontation avec soi-même, qui est affaire de sagesse et non pas de pouvoir d’achat.

Et tous les paradis fiscaux ne mènent pas au paradis.     

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

12
 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement