SAINT LUC SE CONTREDIT

Posté par provola le 25 décembre 2008

Noël fête chrétienne célébrant la naissance du Christ , du Messie, du Sauveur, a versé dans une orgie commerciale, une beuverie planétaire arrosant un enfantillage renouvelé , une dérive du bon vivant . Il est inutile de revenir sur la façon éhontée qu’ont eu les cercles économiques de s’approprier une fête religieuse pour la draper  d’une fabuleuse opportunité de création de richesses . Revenons, plutôt sur l’origine de la fête de la naissance, sur les écrits de l’ Évangile et plus particulièrement sur le passage de l’ Annonciation de l’Évangile de Saint Luc (cet Évangile est le seul évoquant directement cet évènement):

« Le sixième mois, l’Ange Gabriel  fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, du nom de Nazareth, à une vierge fiancée à un homme du nom de Joseph , de la maison de David et le nom de la Vierge était Marie « . Puis un peu plus loin:

« Sois sans crainte Marie ,car tu as trouvé grâce auprès de Dieu, voici que tu concevras et enfanteras un fils et tu l’appelleras du nom de Jésus » . Et Marie de répondre:

« Comment cela sera-t-il, puisque je ne connais pas d’homme ? ». Et l’Ange de répondre:

« Rien n’est impossible à Dieu . »

Loin de moi ici l’idée de revenir sur les interrogations suscitées par l’apparition de l’Ange , souvent représenté par une colombe ou dépeint sous les traits de l’ Esprit saint , peu importe là n’est pas le propos , non la question porte sur le travail du journaliste Saint Luc qui décrit une scène , des personnages et leurs dires . Ainsi l’on apprend dans le premier passage que l’Ange vient visiter une vierge fiancée à Joseph et quelques passages plus loin , Marie nous apprend elle même qu’elle ne connaît aucun homme .

Je ne veux en aucun cas entrer dans une quelconque polémique avec moi-même car elle n’intéresserait que ma petite personne , mais comme j’adore parfois m’imposer la dégustation d’un bon plateau de fromage en commençant par le plus doux et en finissant par le plus fort , je croix respecter ma clairvoyance intellectuelle en insistant sur le devoir de souligner l’incohérence d’un texte. On pourra toujours rétorquer que le fait de ne connaître aucun homme signifie que Marie n’a pas l’intention de fauter avant le mariage , mais le fait que Joseph soit décrit comme étant le fiancé impose à Marie dans sa proverbiale honnêteté de parler de Joseph à l’Ange . Enfin tournons les mots dans le sens que l’on voudra , il s’agit bien là d’une erreur au sens professionnel du terme , le journaliste se devant de rédiger de façon la plus claire possible toute transcription des faits.

Combien d’hommes sont ils morts pour avoir simplement traduit de façon erronée une pensée ou une idée . La fête de Noël repose en grande partie sur l’acceptation d’une conception divine du Fils de Dieu , on peut difficilement pardonner à Dieu , à ses messagers et  à ses journalistes des erreurs de frappe au pouvoir potentiellement destructeur. 

  

 

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement