• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 18 décembre 2008

COHN BENDIT SE PLACE

Posté par provola le 18 décembre 2008

Le tartufe s’exprime. Lors d’une algarade parfaitement contrôlée, le djeun Cohn, 40 ans que ça dure, s’en  prend au Président sortant du Conseil Européen, alias De Funes, les deux nous jouent la romance de Vérone sur un air de tango enflammé.

La trame est cousue de fil blanc , le trublion 68ard , nous refait le coup du pavé de caviar, l’autre faussement offusqué répond par une volte face programmée. L’objectif des 2 ? les élections européennes du printemps prochain, l’un se veut le leader des verts français et se permet de monter les grands chevaux andalous, le boss joue le rôle de la victime. Les invectives fusent, le bendit de grands chemins récuse les résultats du paquet climat adopté en fanfare pour les adieux du petit prince . 

On doit se souvenir des grandes emphases écolos sur le Grenelle de l’environnement, aujourd’hui le climat est au retournement de tendance, il faut se placer comme étant le premier opposant. Tout porte à croire que les élections seront une espèce de tempête tropicale pour le pouvoir et que le seul pourfendeur des actions droitières , le facteur à la lettre de coeur, récoltera la mise d’une populace transie.

Il faut donc créer un contre pouvoir ou plus exactement un contre feu , l’opposant officiel devient le roi de la contestation, l’inoffensif énergumène qui peut plaire aux troupes bourgeoises en mal d’affect , aux classes moyennes dont la moyenne baisse dangereusement. On intronise l’adversaire au lieu de le subir.

Celui là sait haranguer, le genre Tapis bon genre et bon gendre bien sous tous rapports, mais qui tient bien le trottoir de la scène publique et les crachoirs aux micros dorés. Cela ressemble à de l’ouverture par défaut , on monte en épingle  quelqu’un de plutôt abordable et rond en face de soi, mieux vaut faire croire à un vrai duel, qui ne sera qu’un combat de dupes, qu’avoir à se coltiner de front un ange en recommandée de bonnes intentions de vote.

Cohn Bendit est l’anti-Besancenot idéal , on lui refile quelque pour-cents , cela remise les socialos dans le costume du desperado et ça disperse Bayrou façon puzzle ( merci Audiard), quant à la poste , on l’atomise en reculant sur le front de la privatisation , sans munitions le Luky Luke qui distribue de la répartie plus vite que son ombre…

s’en trouva fort dépourvu, le jour venu.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement