• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 17 décembre 2008

PIED DE NEZ

Posté par provola le 17 décembre 2008

Quel  pied ! Salut à toi Bernard Madoff,  tu  les auras bien eu les traiders à la petite semaine, les James Bond du Nasdaq, les juke boks du porte monnaie, toute la jet set du palm beach , les Paris Hilton , les Beverly-hills, tous à l’ amende. Il est évident que la semaine ne pouvait pas mieux commencer, voir le casting de la mythologie hollywoodienne redescendre sur terre, voilà qui adoucit les moeurs , rabiboche avec une certaine idée de la justice sociale. Et le concert de larmes de s’émouvoir de la liste des grugés , d’autres commentaires de noter la stupidité des gens de la haute et de ces fortunés pas plus perspicaces que le bon peuple . Pendant vingt ans, l’ancien roi de Wall Street aura taillé du porte-feuilles, bousillé du coffre pour la modique somme de de 50 Milliards de Dollars.

Fantastique, Arsène Lupin renvoyé à ses chères études.

Me vient un doute , malgré les contrôles , la clairvoyance des autorités de bourse, personne n’avait eu le moindre soupçon ce qui vu l’ampleur de l’arnaque ressemble plutôt à un montage savamment élaboré. 15 % d’intérêts minimum durant vingt ans , cela en fait du monde qui a dû s’en foutre plein les poches et ce monde précisément n’a jamais clamé haut et fort qu’ ici la mer était plus bleue.

En définitive , un montage financier à l’allure d’un troc de jardin public a permis à une bande de joyeux lurons de profiter d’une manne inespérée et il est évident que sans la crise des sub-primes le petit jeu aurait toujours cours. On peut même envisager que ces fameux sub-primes , ces malheureux petits propriétaires à risque ayant bénéficié des largesses intéressées de banquiers véreux constituent les cohortes des derniers arrivants dans le montage de Madoff, la partie immergée de l’ iceberg.

La boucle est bouclée, les soit-disants victimes sont ceux qui en fait ont empoché le magot , au final les perdants sont des investisseurs de seconde zône ayant allimenté le pôt des premiers de la liste et les banquiers imprudents étaient au courant, ils étaient les plus avides de gains exorbitants et de toute façon se referont une santé sur le dos de leurs clients en augmentant les frais et les taux d’intérêts des nouveaux prêts.

Au final , ma banque m’ indique que ses services ont subit une sacré augmentation , ont subit, donc, c’est moi qui subit, un coup de matraque sévère et en fin de du compte, c’est moi, l’ultime relayeur, qui grâce à Madoff reçois un fameux direct sur le bout du nez, moi qui au début pensais prendre mon pied.

D’où l’expression : pied de nez.       

Publié dans MONDE | 1 Commentaire »

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement