PAILLETTES D’ORANGE

Posté par provola le 13 décembre 2008

dserttabernasalmria273.jpgTraverser le sud de l’Andalousie de nos jours revient à nager dans une poubelle de sacs plastiques. On se croirait survolant la banquise , la réverbération intense nappe l’horizon d’une brume irréelle, la vue devient irrespirable. L’on vient de quitter le désert de Tabernas le seul désert d’Europe ce qui donne une idée de la pluviosité locale , nous sommes sur le flanc sud de la Sierra Nevada, plongeant de 3000 m sur la mer Méditerranée. Comment imaginer le paysage d’ « Il était une fois dans l’ouest » empaqueté de cellophane? Il y a belle lurette que Sergio Leone s’est retourné dans sa tombe. 

D’ici partent 20% des fruits et légumes consommés en Europe , dans ces 20 000 hectares de serres dont l’étendue à perte de vue est visible depuis l’espace. El Ejido province d’Almeria, rien ne destinait cette région sèche à devenir le jardin du continent . Rien sauf la main d’oeuvre étrangère, clandestine , corvéable à souhait , des légions entières de Marocains , Ukrainiens, Moldaves prêts à tout pour 2 € de l’heure . Le ramassage des ouvriers se fait en 4X4 au petit matin , les salaires sont à la baisse car les postulants sont plus nombreux que  les places, ceux qui n’ont pas été pris reviendront demain . Cette distribution de misère a permis à la région de s’enrichir de manière exponentielle, 90 % des locaux sont propriétaires de serres et profitent de la manne.

L’Europe sait distribuer du miracle, L’Espagne a enfin son Las Vegas du concombre. Chaque jour en période de pointe  1000 semi-remorques pleins à ras-bord partent à la conquète du continent. 

Bien évidemment la victoire sans partage de la grande distribution, toujours à la recherche des tarifs les plus bas a favorisé cette traite moderne. Tomates ,fraises et autres oranges andalouses, aussi  rutilantes les unes que les autres se pavanent fièrement en toute période de l’année, de couleurs vives , reflets de paillettes, elles semblent issues d’un casting de la star academy.

« Nous pauvres fous, venus de l’autre coté de la mer, derrière le décor de rêve , rien que souffrance, travail à 45 degrés, la sueur qui sert de tuyau d’arrosage, logement de fortune dans des abris pour chiens et si l’on refuse quoi que ce soit, le patron qui vous remplace , les papiers qui n’arriveront jamais.

Et le racisme , cette population locale qui se gave et que l’on gave de notre simple présence. Ils nous doivent tout , ils nous méprisent , ils font de fiers mariages dans leur beaux costumes de chez Armani, notre mariage à nous , il est tous les jours de croiser la route d’une guardia civil moins laxiste derrière ses Ray-Ban. Heureusement, elle aussi profite au bout du compte de l’afflux de pépètes.

Là haut , tout là-haut , de l’autre coté de la Sierra Nevada, il parrait qu’on parle…d’une union des pays de la Méditerranée. Je me demande bien par quoi ils vont commencer.  »  

 

Laisser un commentaire

 

Commission du Développement... |
MoDem Mulhouse |
L'Atelier Radical |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Saisir le Présent, Construi...
| Parti Ouvrier Indépendant :...
| Vivre Villerupt Autrement